« Campagnes intelligentes » ? Une vieille idée qui ressort … au Maroc !

29 08 2016

En 2011, sous le titre « Campagnes intelligentes » j’écrivais, entre autres, « ces « centrales numériques » que sont les data centers, ces « grosses machines intelligentes », indispensables supports des plates-formes de services rurales ne viendront que sur des territoires à très haut débit »

Aujourd’hui, alors que la loi numérique, qui « ouvre » l’open data dans des proportions inédites jusqu’ici, ne prévoit toujours pas un accès égal de tous les citoyens la perspective de « campagnes intelligentes » s’éloigne encore un peu plus alors que les citadins en mal de campagne sonT de plus en plus nombreux à vouloir quitter les grandes agglomérations.

Si les ruraux ne se mobilisent pas ils n’auront plus, dans quelques années, de RESEAU FIXE ! En sont-ils conscients ?? Sont-ils conscients que le combat doit impérativement continuer ?

5 ans plus tard, je découvre qu’un site marocain vient de nous « piquer » (et j’en suis très heureux!) l’idée de « campagnes intelligentes »!!

https://campagnesintelligentesmaroc.wordpress.com/2016/08/26/4/

en « intervenant » sur plusieurs articles des Webs du Gévaudan dont ci-dessous quelques échantillons en guise de « souvenirs » car certains des articles auxquels il est fait référence sont déjà anciens.

« Le rural est un des lieux où l’on peut inventer la société de demain ? » ( Jean Pierre Jambes –Ruralitic … sur la nécessaire mobilisation des citoyens (élus et ruraux) pour demander à nos décideurs de CHANGER de CAP…..« FTTH Rural : Mobilisation générale » ! Ce titre d’une table ronde de  Ruralitic 2011 m’a inspiré quelques réflexions …des télécoms Opérateur National Unique) au moins pour les campagnes, sur la nécessaire mobilisation des citoyens (élus et ruraux) pour demander à nos décideurs…… de CHANGER de CAP […]Suite aux  réactions suscitées par  nos deux derniers articles sur la nécessité d’un réseau unique et  sur …ce que confirment d’ailleurs des « amis » des Webs , sur la nécessité d’une sorte d’ « ONU » des télécoms Opérateur National Unique) au moins pour les campagnes, sur la nécessaire mobilisation des […]Commencer à fibrer la France par les campagnes ? Les Webs du Gévaudan et leurs amis ( Numericus, JM Billaut, Net … partout, sur la création d’un véritable « bouclier numérique rural » pour donner la priorité aux zones rurales , ce que confirment d’ailleurs des « amis » des Webs , sur la nécessité d’une sorte d’ […]Création d’un réseau unique en fibre optique pour les zones rurales ? Réactivation d’une « vieille idée » suite au rapport …partout pour avoir les mêmes services partout, sur la création d’un véritable « bouclier numérique rural » pour donner la priorité aux zones rurales , ce que confirment d’ailleurs des « amis » […]Dans le grand emprunt le numérique hérite d’une enveloppe conséquente de 4 milliards d’euros (dont 2 milliards pour … haut débit à la France ,sur la nécessité d’avoir les mêmes infrastructures partout pour avoir les mêmes services partout, sur la création d’un véritable « bouclier numérique rural » pour donner la priorité aux […]Dans notre monde imprévisible il serait bien prétentieux de vouloir « prévoir » les bouleversements de la révolution …avons tout dit ou presque dans ce blog sur ce que pourrait apporter une ruralité en très haut débit à la France ,sur la nécessité d’avoir les mêmes infrastructures partout pour avoir les mêmes […]Pour que nos enfants puissent choisir le coin de France où ils souhaitent vivre ! La société industrielle avait …une chaise et un micro ordinateur ! Leurs talents seraient à l’évidence mieux exploités dans le « coin » de France où ils auraient enfin pu choisir de vivre !   . Encore faut-il qu’ils puissent trouver pour […]

Je reconnais que ce papier ne fera guère avancer le schmilblick mais , à la veille de la 11ème édition de Ruralitic / ( pour laquelle je m’étais risqué il fut un temps à écrire une petite « complainte » , ça défoule !

Auxillac le 29 aout 2016

Pierre Ygrié





Couverture numérique : le combat doit continuer !

21 07 2016

La séance parlementaire du 20 juillet 2016 essentiellement consacrée à l’état d’urgence et à la loi travail , a aussi été l’occasion de voter d’autres textes dont la loi numérique. Ce vote, peu médiatisé , mérite qu’on y consacre quelques lignes pour tenter de comprendre son impact sur le monde rural pour lequel nous nous battons depuis 16 ans .

Cette loi, très importante dans des domaines essentiels,ne prend pas en compte le combat de notre association pour un accès égalitaire de tous les citoyens !

Rappel succinct  des objectifs des Webs du Gévaudan :

-objectif général annoncé depuis le début : remplacer le réseau de cuivre par un réseau de fibre optique

-traduction de cet objectif dans le projet de loi : un droit à une technique (en l’occurrence la fibre) ne pouvant être exprimé tel quel dans un texte législatif nous avions demandé explicitement la création dans la loi d’un « droit pour chaque citoyen de disposer d’un réseau fixe et d’un réseau mobile »

Pourquoi ? Le réseau fixe actuel (réseau cuivre) est appelé à disparaître à plus ou moins brève échéance  . Si un droit à un réseau fixe n’est pas acté dans la loi de nombreux petits villages de Lozère et d’ailleurs (ceux où certains citadins en mal de campagne seraient heureux de vivre!) seront exclus de la république numérique .

Dés l’annonce du projet de loi nous avions insisté sur les risques et les opportunités d’un tel texte pour l’hyper-ruralité .Lors de sa mise en ligne nous avions pointé la faiblesse de son titre 3 (l’Accès au numérique) puis (re) dit que la couverture numérique était le parent pauvre de la loi

Déçus par le vote des députés en janvier  nous avions mis tous nos espoirs dans le sénat en sollicitant un « sursaut citoyen »puis dans la CMP  mais après l’adoption « définitive » du texte par les députés le 20 juillet je constate que notre demande de « deux réseaux pour un même droit »  n’est pas prise en compte

Certes certains amendements vont dans le bon sens en améliorant les dispositions du plan France très haut débit mais aucun de ceux acceptés ( la minorité!) ne prévoit une égalité d’accès pour tous

L’inscription d’une telle égalité dans la loi par un article « concret » ( droit pour chaque citoyen de disposer d’un réseau fixe et d’un réseau mobile) était pourtant le seul moyen de donner à tous les ruraux l’espoir qu’un jour ils seraient tous citoyens de la république numérique ! Un tel droit constituerait une « ardente obligation » pour l’Etat, les opérateurs ET pour les collectivités locales qui , en l’absence de l’existence de cette perspective, même relativement lointaine, d’égalité républicaine, limitent leurs ambitions des plus dynamiques dans l’élaboration de leurs schémas numériques territoriaux !

Que faire concrètement maintenant que la loi est votée ?

Les nombreuses réactions qui me sont parvenues sur les réseaux sociaux nous encouragent à poursuivre le combat . Parmi celles ci celle du maire d’une commune de Lozère résume bien le sentiment des ruraux «Pierre Ygrié a raison : Très haut débit déjà indispensable pour certaines activités et qui va rapidement devenir la norme. Comme nous n’avons aucune chance d’acceder à la fibre dans nos village, au fil du temps va se creuser une fracture numérique irrémédiable pour nos territoires. Perte d’attractivité pour les habitants et perte des opportunités de développement économique car notre environnement est adapté au télétravail. Mais sans les tuyaux c’est foutu ! Maires Ruraux Amrf»

Mobiliser les ruraux par tous les moyens

-dire haut et fort en toute occasion que sans un article de loi ad’hoc les ruraux ne seront jamais des citoyens à part entière de la république numérique contrairement aux ambitions de cette loi qui se dit « pour une république» !!

-écrire aux sénateurs avant le 27 septembre où ils examineront  « les conclusions de la commission mixte paritaire sur le projet de loi pour une République numérique »…. sans grand espoir mais on peut toujours essayer ne serait-ce que pour prendre date … comme je l’avais fait avec les députés la veille du scrutin à l’assemblée

« Mesdames et Messieurs les députés, ous allez débattre demain 20 juillet du texte « définitif » de la loi numérique Cette loi fera date, et nous nous en félicitons, dans les domaines essentiels de l’ouverture et de la protection des données Dans celui qui intéresse plus pVarticulièrement les ruraux par contre ( l’Accès,titre 3 de la loi), en dépit d’avancées non négligeables obtenues par les amendements acceptés ( la minorité !), la demande récurrente d’égalité républicaine (Droit pour chaque citoyen de disposer d’un réseau fixe et d’un réseau mobile) n’a pas été prise en compte . Vous le savez mais je tenais simplement à le rappeler pour que les citoyens et plus particulièrement les ruraux soient bien conscients que la république numérique n’est pas pour demain ! »

Cette lettre, comme bien d’autres auparavant, n’aura peut-être pas servi à grand chose … encore que , quand on voit que se sont exprimées le 20 juillet des « préoccupations sur la couverture numérique du territoire » il est permis d’entretenir quelques espoirs ou de conserver quelques illusions

Le combat pour l’égalité continue !

Auxillac le 21 juillet 2016

Pierre Ygrié

—————————————————————————-





Très haut débit : (in) égalité d’accès pour tous !

7 07 2016

La Commission Mixte Paritaire chargée de finaliser la loi numérique vient de déposer ses conclusions .Le texte, quasi définitif, sera voté par les députés le 20 juillet et par les les sénateurs en septembre. La promulgation de la loi est programmée pour octobre. Cette loi apporte des avancées considérables dans des domaines essentiels mais peu, à mon point de vue dans celui de la couverture du territoire en très haut débit, élément pourtant essentiel d’une égalité républicaine !

A date c’est plutôt l’inégalité !

-l’inégalité en Europe :

La France quasi championne d’Europe de la mauvaise connexion ? « C’est à se demander où en est le « Plan France Très Haut Débit », initié par le gouvernement le 28 février 2013 afin de couvrir l’inté gralité du territoire en très haut débit (30 Mbps) d’ici à 2022 ». Le rapport « State of the internet » de la société Akamai enfonce le clou : « La Belgique loin devant la France » !

-l’inégalité en France : Selon l’association des villes internet le très haut débit est « à moitié plein « … et au fur et à mesure de l’avancée de la fibre les Français réaliseront qu’après la fracture numérique est en train de s’ouvrir un gouffre numérique entre les fibrés et les non fibrés !

L‘égalité d’accès au très haut débit était pourtant possible … si ?

La France avait la chance de disposer du réseau de cuivre de l’opérateur historique payé en son temps par les impts des contribuables et irriguant l’ensemble du territoire jusqu’au plus petit hameau de Lozère. Le remplacement de ce réseau par un réseau optique, évalué entre 20 et 30 milliards d’euros aurait été possible si les gouvernements successifs avaient eu une VISION COHERENTE d’aménagement numérique du territoire  et pris les décisions qui s’imposaient , dont certaines relevaient du simple bon sens , telles que celle de réserver des gaines pour une future fibre optique lors de tous travaux de voierie ! Quand on sait que les travaux de voierie représentent 80% du cout d’un réseau optique la règle toute simple « pas de travaux sans tuyaux » que certaines localités appliquent depuis des années aurait du être la règle générale . Au lieu de cela on a laissé faire le marché dans un premier temps , subventionné les collectivités dans un second temps pour aller là où le marché ne voulait pas aller … et , au final, dépensé autant d’argent que si l’on avait choisi une démarche cohérente de construction d’un réseau optique homogène ( en anticipant sa maintenance!) sans atteindre le but ultime : la couverture intégrale du territoire, seule à même de garantir un accès non discriminatoire à chaque citoyen !

Pour être un jour possible l‘égalité d’accès au très haut débit doit être inscrite dans la loi !

Dans son titre 3 (l’accès) la loi numérique offrait cette possibilité mais nous ne l’avons pas saisie !

Cette loi apporte des avancées importantes dans de nombreux domaines sensibles  tant pour les citoyens (protection contre les comportements abusifs. transparence accrue des grandes plateformes en ligne, le droit à l’oubli pour les mineurs, nouvelles capacités de sanctions de la CNILetc… ) que pour les innovateurs ( nombreux avantages pour les start ups ) , les scientifiques et les chercheurs ( accès aux bases de données, aux publications scientifiques … ) les territoires et leurs représentants, les opérateurs de réseaux etc… De nombreux acteurs, tels que le Conseil National du Numérique; , Syntec , Tech in , se sont félicité de la version finale du texte

Mais , pour les ruraux, le compte n’y est pas !

Nous avions pointé dés le départ une « faiblesse congénitale » du titre 3, l’ACCES , partie qui intéresse le plus les territoires ruraux, territoires où la fibre, dans le cadre actuel de la réglementation, aura beaucoup de mal à s’installer ! S’il était difficile de créer un droit à la fibre comme nous l’avions proposé à maintes reprises  plusieurs pistes accordant de facto ce droit étaient possibles. Dans notre dernier article nous écrivions « Reste maintenant à la CMP (commission mixte paritaire), composée de 7 députés et 7 sénateurs à écrire l’article manquant pour faire entrer les ruraux dans la république numérique ! Cet article doit acter un droit imprescriptible de tous les citoyens, quelle que soit leur « place physique » à avoir la même « place numérique » , ce qui suppose, pour les ruraux, l’accès à internet par les mêmes réseaux que les citadins, un réseau optique filaire et un réseau mobile (cf article  » 2 réseaux pour un même droit » ) ».

Parmi les pistes possibles pour créer un tel droit celle de la NEUTRALITE du NET n’a pas été explorée. Le principe a certes été « sanctuarisé » mais dans le sens étroit de la réglementation européenne.

Dans un papier du 27 janvier nous proposions d’« élargir » ce principe. Nous écrivions alors « Le concept de neutralité du net reste flou. Ce principe, acté récemment par le parlement européen , ne porte jusqu’ici que sur le « contenu » ( non discrimination des contenus et des usages). Il doit aussi porter sur le « contenant » ( non discrimination sur les infrastructures ) »

Peut-être est-il encore temps pour les députés, le 20 juillet prochain, en ajoutant la « non discrimination sur les infrastructures » au principe de neutralité, de garantir que tous les ruraux d’aujourd’hui et de demain (citadins « en mal de campagne ») seront bien un jour des citoyens à part entière de la république numérique !

Auxillac le 7 juillet 2016

Pierre Ygrié

—————————————————————————–





Loi numérique : Tous nos espoirs dans la CMP !

3 05 2016

 

Après le vote quasi unanime des députés le 27 janvier 2016 nous écrivions « le vote massif de la loi pourrait laisser croire que cette loi est quasi parfaite ? La réalité est beaucoup plus complexe et, du moins pour les ruraux, le projet de loi voté hier n’est pas la grande loi qui les fera entrer dans la république numérique … »

Après le vote du sénat ce mardi 3 mai par 322 voix contre 1, nous reprenons mot pour mot cette appréciation. Pour les ruraux le compte n’y est pas !

Reste maintenant à la CMP (commission mixte paritaire), composée de 7 députés et 7 sénateurs à écrire l’article manquant pour faire entrer les ruraux dans la république numérique !

Cet article doit acter un droit imprescriptible de tous les citoyens, quelle que soit leur « place physique » à avoir la même « place numérique » , ce qui suppose, pour les ruraux, l’accès à internet par les mêmes réseaux que les citadins, un réseau optique filaire et un réseau mobile (cf notre article  » 2 réseaux pour un même droit »

La CMP aura bien d’autres sujets à approfondir. Elle devra aussi donner à ce projet de loi, essentiellement technique et qui comporte des avancées très importantes reconnues par tous , une dimension plus « anticipative » quant aux futurs usages d’internet

Pour l’ouverture des données et leur protection (le cœur de la loi) comment imaginer l’usage qui sera fait des données publiques et professionnelles mais aussi et peut-être surtout données personnelles ? Avec l’arrivée (après demain !) du web 4.0  sur lequel les gens de la silicon valley sont déjà bien avancés il convient dés maintenant de se poser des questions légitimes . Pour ne parler que du domaine de la santé la conjonction de l’ouverture des données et de l’explosion des objets connectés est en effet porteuse du meilleur et du pire ! .Bon courage Mesdames et Messieurs les parlementaires !

Pour l’accès non discriminatoire à ces usages dont l’évolution sera exponentielle il faut doter chaque citoyen de réseaux suffisamment puissants pour supporter cette explosion . Seule la loi peut donner ce droit. Ce n’est pas parce qu’on parle régulièrement d’égalité citoyenne que cette égalité sera assurée. « verba volant scripta manent » !

Axel Lemaire, dont l’investissement personnel est salué par tous, soulignait tout à l’heure sur LCP les enjeux de la loi « enjeux qui vont du village le plus rural à la gouvernance la plus globale »

La gouvernance globale est complexe, les enjeux ruraux ne sont que compliqués ! Si l’on en croit Edgar Morin « les problèmes complexes ne sont pas simples à résoudre, les problèmes compliqués, eux, sont simples »… pour peu qu’on ait la volonté de les affronter !

Et quand il ajoute « A force d’oublier l’essentiel pour l’urgence on finit par oublier l’urgence de l’essentiel » il nous rappelle en quelque sorte ce que la loi numérique doit apporter d’essentiel aux ruraux :l’égalité d’accès à l’économie de la connaissance ! Le principe d’égalité, principe fondateur de la république (article 1er de la constitution) doit aussi être le principe fondateur de la « constitution » de la république numérique !

Auxillac le 3 mai 2016

Pierre Ygrié

——————————————————————–





Loi numérique : Encore un petit effort !

1 05 2016

La veille du vote en 1ere lecture du projet de loi numérique nous écrivions « la couverture numérique, parent pauvre de la loi numérique »

Ces craintes se sont confirmées lors des débats, le sujet ayant été traité avec désinvolture (désolé de ne pas pratiquer la langue de bois !).Je ne suis pas le seul à l’avoir remarqué. Hervé Féron, dans sa question écrite, avait été, je pense, assez clair !

Les articles ci-dessous (les plus récents) peuvent , je pense, compléter l’argumentation de notre demande « vieille » de 16 ans (création des Webs du Gévaudan) :

Mettre de la FIBRE partout où il y a du CUIVRE !

La discussion de la loi numérique au sénat a été jusqu’ici passionnante et je me plais à saluer la qualité des débats sur des sujets difficiles (droit à l’oubli, mort numérique etc…) ainsi que l’implication de la ministre reconnue par tous mais que je me permets aussi, en tant que simple citoyen, de saluer.

Cela étant, autant certains droits doivent être limités par des considérations diverses (éthiques… ) autant chaque citoyen doit avoir un droit imprescriptible à « tout l’internet », donc obligatoirement à deux réseaux comme nous l’écrivions dans notre dernier papier « Deux réseaux pour un même droit »

L’argument « cout » pour la fibre n’est pas recevable. Si les gouvernements successifs avaient eu une véritable vision de l’aménagement numérique ils auraient tout simplement repris à leur compte ce que certaines collectivités appliquent d’elles mêmes depuis des années « pas de travaux sans fourreaux » ! Il est temps, par un article de loi adapté, d’assumer cette erreur « initiale » !

A la veille de la dernière journée de discussion au sénat ce lundi 2 mai, je me permets de vous demander, Mesdames les sénatrices, Messieurs les sénateurs, au nom, je pense, de tous les ruraux « ENCORE un petit EFFORT » !!

Auxillac le 1er mai 2016

Pierre Ygrié


Articles du blog récents

Les ruraux s’impatientent

La fracture numérique

La loi de la dernière chance

Deux réseaux pour un même droit :

Le réseau cuivre est presque mort

Priorité au titre 3:l’Accès

Villes lumineuses et campagnes obscures 

L’hyper-ruralité dans la loi numérique


 


 





Internet : 2 réseaux pour un même droit !

29 04 2016

2 réseaux ( un réseau filaire et un réseau aérien) pour un même droit (un accès égalitaire aux services internet) !

La loi numérique actuellement en discussion au sénat  est une loi exemplaire à plusieurs titres : consultation des citoyens (une grande première !), importantes avancées, dont deux dans deux domaines essentiels, l’ouverture des données ( le pétrole du 21 eme siècle!) et la protection de la vie privée.  Elle n’en comporte pas moins, en l’état actuel de sa rédaction, une grave lacune : l’accès non discriminatoire des citoyens aux réseaux internet de demain n’est pas garanti . Si l’on ne profite pas de la loi pour acter cette égalité républicaine elle ne se concrétisera pas dans les faits sur l’ensemble du territoire national .

Demain chaque internaute doit pouvoir bénéficier des mêmes services !

Ce n’est pas le cas aujourd’hui : le réseau cuivre est limité ( Adsl impossible partout) et vieillissant. Ce peut (et ce doit!) être le cas demain , la fibre optique pouvant s’adapter à toutes les évolutions (même exponentielles) de contenus. Or ces contenus qui ont déjà fortement augmenté, vont exploser demain, en particulier pour les services vitaux que nous avons coutume de résumer en S.E.S. ( Santé Education Services de proximité)

Les ruraux auront davantage besoin de ces services que les citadins

Les services publics électroniques vont progressivement remplacer les services physiques, lesquels seront toujours présents en ville mais (presque) plus à la campagne. La télé présence, à défaut de la présence, sera le seul moyen d’échanges entre les citoyens et les professionnels. Pour que cette télé présence se rapproche le plus possible de la présence (autant que faire se peut!) les échanges devront avoir 3 qualités: la sécurité, l’instantanéité, la symétrie. Seule la fibre optique autorise des échanges sécurisés , instantanés et symétriques

A la campagne le remplacement du réseau cuivre par un réseau optique est encore plus urgent qu’en ville !

C’est la seule façon de remettre un minimum d’égalité entre ruraux et citadins. Dans un article de 2012 « Services publics tous égaux » , nous écrivions « la télé présence est au cœur des services publics électroniques de demain ». Nous écrivions à l’époque « Ces services, encore embryonnaires, sont appelés à se développer de façon exponentielle. Il faut donc prévoir dés maintenant des réseaux suffisamment puissants pour prendre en compte la masse d’informations attendue et permettre des échanges instantanés, symétriques et sécurisés. De l’avis de tous les experts indépendants, seule la fibre optique prend en compte l’instantanéité, la symétrie et la sécurité. Les réseaux porteurs des services publics numériques de demain devront donc être des réseaux en fibre optique. Ce n’est qu’à cette condition que l’on pourra parler d’égalité de traitement dans l’accès aux services publics électroniques de demain et que l’on pourra enfin dire « Services publics (électroniques) : tous égaux ! » . Quatre ans plus tard, avec la poursuite de la dégradation des services publics physiques et le développement des services électroniques ( que d’aucuns ont du mal à appeler « services » !) cet article n’a rien perdu de son actualité .

Clarté, loyauté, transparence !

Maitres mots des débats en cours au sénat, ces trois principes doivent trouver un ancrage dans la loi par un amendement garantissant un accès égalitaire aux services de demain , c’est à dire, quelle que soit son appellation juridique, un droit à la fibre, droit pour lequel la Lozère s’est bien battue lors de la consultation citoyenne !! https://websdugevaudan.wordpress.com/2015/10/19/loi-numerique-la-lozere-sest-bien-battue-attendons-la-suite/

Dans un souci de clarté, de loyauté et de transparence, les ambiguïtés, savamment entretenues, sur les performances des différents supports d’accès à internet doivent être levées. Déjà en 2010, dans un rapport remis au gouvernement de l’époque le sénateur Hervé Maurey écrivait « La fibre optique est la technologie du très haut débit …..aucune solution alternative à la fibre n’apportera une qualité de service comparable. Il convient de le mentionner explicitement pour éviter toute ambiguïté » .Six ans plus tard son collègue Philippe Leroy, ne disait rien d’autre le 26 avril dernier en s’adressant au gouvernement actuel « Vous évoquez l’égalité des territoires. En fait, vous préférez dans les zones rurales des technologies moins coûteuses que la fibre optique. On prétend que le numérique, c’est très cher. On propose, dans certaines zones, le numérique via des postes de radio à galène ! Mais comparez le coût de la fibre à celui de l’assainissement etc…»

Les évidences ne sont ni de droite ni de gauche, elles ne sont que des évidences …..qu’il est parfois utile de rappeler !

Mesdames et Messieurs les parlementaires ne manquez pas l’occasion de faire inscrire dans la loi pour la république numérique une véritable égalité républicaine !

Auxillac le 29 avril 2016

Pierre Ygrié


 

 





Hyper-ruralité : Aux actes citoyens !!

17 04 2016

L’hyper-ruralité doit être dans la loi numérique !

1-Le réseau fixe de télécommunications (réseau de cuivre, support de l’Adsl) dont disposent aujourd’hui les Français va «  mourir » dans les années à venir ! Mort « obligatoire » dans les territoires « fibrés » , « mort naturelle » dans les autres par extinction du réseau téléphonique commuté dans les 5 ans et non entretien par son propriétaire, ce dernier se lançant délibérément dans la conctruction d’un réseau optique. Les territoires hyper-ruraux , en l’état actuel de la législation et du plan France très haut débit, n’auront pas la fibre, leurs habitants n’auront donc plus de réseau fixe !

2- L’absence de réseau fixe pénaliserait ceux qui en ont le plus besoin, les ruraux !

Le réseau fixe optique est essentiel pour des échanges sécurisés, simultanés et symétriques .C’est le cas dans les services vitaux, à commencer par la santé ! Avec le remplacement du réseau cuivre par un réseau optique la grande majorité de Français disposeront de deux réseaux , un réseau principal ( appelé à « digérer » l’explosion des contenus que nous prévoyions déjà il y a 5 ans ) et un réseau complémentaire « aérien » , la connexion permanente faisant désormais partie de la vie de nombreux Français. Les ruraux sont des citoyens à part entière et devraient même, pour compenser leur éloignement des services physiques, être des « sur-citoyens numériques » ! Ils ont donc impérativement besoin des deux réseaux !!!
3- La loi numérique en discussion au sénat doit acter ce droit aux deux réseaux . Ce n’est pas le cas….pour l’instant ! Pourtant nos sénateurs travaillent activement sur le projet de loi . Le 12 avril ils avaient déposé 29 amendements , le 17 ils en sont à 61 Le délai limite pour le dépôt des amendements est le 25 avril. Il y a donc de l’espoir … pour peu que les citoyens les soutiennent ! Faisons leur confiance pour trouver une solution juridique pour acter ce droit dans la loi . Parmi les pistes possibles …. celle de la neutralité du net, c’est à dire un net accessible par tous sans limitations « ii faut qu’on ait tous accès au même internet » ! (Sébastien Soriano, président de l’Arcep, le 16 avril sur France culture)
4- Les Webs du Gévaudan apportent leur « contribution » mais ils ont impérativement besoin de soutien !
Depuis toujours comme ici en  ils tentent de sensibiliser à l’atout que constitueraient pour la France des campagnes en très haut débit  … et les risques déjà évident à l’époque d’agrandissements de la fracture numérique
Dés la parution en septembre 2015 de l’avant projet de loi ils ont alerté sur la faiblesse du titre 3 (couverture numérique), continué, depuis, à poser la question de l’inscription d’un droit à deux réseaux dans tous leurs articles et en particulier ceux de ce début 2016

https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/04/12/loi-numerique-au-senat-les-ruraux-simpatientent-4/https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/04/07/la-fracture-numerique-va-saggraver-dans-les-zones-rurales-sauf-si-3/ https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/03/25/numerique-et-ruralite-la-loi-de-la-derniere-chance/ https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/02/18/le-reseau-cuivre-estpresque-mort-vive-la-fibre/https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/02/11/villes-lumineuses-et-campagnes-obscures/https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/01/27/la-loi-numerique-au-senat-priorite-au-titre-3-lacces/ https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/01/25/la-couverture-numerique-parent-pauvre-de-la-loi-numerioque/https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/01/01/mesdames-et-messieurs-les-deputes-a-vous-de-jouer/

En 2014 nous affirmions « l’hyper ruralité doit être dans la loi numérique »

Nous le redisons aujourd’hui tant qu’il en est encore temps !!

Auxillac le 17 avril 2016

Pierre Ygrié

—————————————————————–

 

 








Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.