Assises numériques:l’urgence de la concertation !

2 10 2009

 

« Le Contenu des assises fera partie des travaux du gouvernement » avait déclaré Nathalie Kosciusko Morizet en ouvrant (à distance pour raisons familiales) les assises numériques du 1er Octobre à l’université Paris Dauphine.

Le contenu fut en effet très dense mais la parole ne fut pas à mon sens suffisamment donnée à la salle en dépit des promesses d’interactivité, impossibles à tenir dans la pratique compte tenu du nombre d’intervenants sur le plateau et de la densité du programme.

 Du « contenu » des assises j’ai retenu essentiellement :

  – l’engagement fort de Michel Mercier en faveur de la fibre optique. Extraits : « la fibre optique va remplacer le cuivre… une vraie révolution qui ne fait que commencer…. Exigence d’équité territoriale… la couverture numérique fixe et mobile est vitale… on sait avec certitude qu’on aura besoin de fibre optique… le maillage des territoires en fibre optique est à mes yeux un impératif… j’ai soutenu le principe d’une solidarité nationale… je fais du très haut débit la priorité … etc… » propos en droite ligne avec le « discours » récurrent des Webs du Gévaudan qui militent depuis 10 ans pour amener la fibre au plus près de l’abonné et avoir,à défaut de FTTH dans l’immédiat du FTTH rural (Fiber To The Hameau) ! 

– les témoignages des ministres (ou ancien ministre) : André Santini pour ses nombreuses  réalisations dans tous les domaines (de la crèche aux maisons de retraite) à Issy les Moulineaux et Luc Chatel qui a présenté les axes de son plan « Orsec » sur l’école en soulignant « la situation inédite de l’histoire de l’humanité où l’on voit la première génération avoir davantage accès à l’information que leurs parents »

– les interventions de tous les parlementaires en faveur du très haut débit : Yves Censi, Bruneau Retailleau (dans son rapport il y a « tout » !), Vincent Descoeur, Patrick Martin Lalande, Jean Michel Fourgous, Jean Dionis du Séjour.

– le lancement de concertations régionales (cf lettre aux préfets du 31 juillet 2009) avec les services de l’Etat et les collectivités territoriales avec pour objectif de « faire remonter » d’ici la fin de l’année des « projets territoriaux d’innovation »

– l’intervention de Gabrielle Gauthey « nous sommes à l’aube d’une révolution avec la fibre »… révolution soulignée ensuite par tous les participants

– la nécessaire modestie dans l’approche des usages car,autant pour les grands domaines (santé, éducation… ) on commence à avoir une « petite idée » autant, pour Bruno Retailleau, « on ne soupçonne pas aujourd’hui les usages de demain pour le citoyen ». Quand on sait que 2/3 du trafic en 2008 était de la vidéo on imagine la bande passante nécessaire pour véhiculer les informations de demain nécessairement symétriques.

-nécessaire intervention de la puissance publique tant au niveau gouvernemental que parlementaire (cf débat au parlement le 13 octobre)

 J’y ajoute quelques commentaires personnels qui auraient fait l’objet de questions si j’avais eu l’occasion de les poser sur deux points récurrents tout au long de la journée : la mutualisation et le financement :

 La mutualisation :

 –des opérateurs : cf le « papier » écrit après le salon Odébit des 22 et 23 septembre « Au commencement étaient les infrastructures » dans lequel je posais la question de la pertinence de la concurrence sur les infrastructures et sur l’opportunité (la nécessité selon moi) d’un réseau unique neutre , indépendant et ouvert à la concurrence, même dans les zones denses, pour éviter des gaspillages et libérer les investissements des opérateurs

 –des collectivités : dans quel périmètre peut se concrétiser l’aide de l’Etat aux collectivités pour les inciter à travailler ensemble ? la communauté de communes ? le département ? La région ? des projets interrégionaux comme l’A75 autoroute du télétravail qui supposerait de mettre autour d’une même table des élus de 3 régions différentes ?

 –de la réflexion : Je suggère que soient invitées à la démarche régionale d’ « expression de projets territoriaux d’innovation » les associations citoyennes de promotion de l’Internet. Je pense que cette « invitation » aurait un double avantage : recueillir les idées des citoyens de base, le plus souvent plus informés que beaucoup d’élus locaux dans ce domaine qui reste nouveau voire « terra incognita » pour certains, et stimuler ces mêmes élus locaux à participer à ces réunions de concertation.

 Le financement :

 La question du financement ne doit à mon avis être posée qu’après avoir répondu à trois questions :

 – que peut apporter le très haut débit à la France ?  la réponse est claire, et nous nous en réjouissons, pour les gouvernants de ce pays et les participants aux différents colloques sur le sujet auquel est d’ailleurs de plus en plus associé, et c’est heureux, le développement durable. Reste aux médias à démultiplier l’information !

 -que peut apporter le très haut débit à la ruralité ? là aussi la réponse est claire, les apports du très haut débit dans les domaines clés (santé, éducation, travail collaboratif à distance… ) étant encore plus cruciaux,voire vitaux, à la campagne qu’à la ville

 –que pourrait apporter une ruralité numérique à très haut débit à la France et aux Français ? Cette question restera « pendante » tant qu’une vraie réflexion n’aura pas été engagée sur ce sujet avec les « habitants du pays ». Je salue certes la présence aux assises de parlementaires ruraux voisins de la Lozère (Yves Censi, Vincent Descoeur) mais il nous faut aller,à mon avis, beaucoup plus loin dans la réflexion. Comment intégrer dans la démarche en cours une réflexion concertée avec des citoyens sur les « apports » de la ruralité en termes économiques (création d’emplois directs et indirects, la matière première de l’économie de la connaissance étant potentiellement disponible n’importe où) , sociaux (on vit mieux et… on  réfléchit mieux à la campagne !) , environnementaux (suppression des mobilités « nuisibles »).La France a un atout considérable : son Espace ! cette évidence mérite à tout le moins, selon moi,  une réflexion spécifique

 Ces n’est qu’après avoir correctement répondu à ces trois questions que l’on pourra se poser la question du financement car, selon moi, quand on est convaincu de la nécessité de faire une chose on trouve toujours l’argent pour le faire !

 Ces quelques lignes ne prétendent pas rendre compte de la journée des assises numériques du 1er octobre. Tout en saluant cette importante initiative (bravo aux organisateurs !) je tenais simplement à faire part « à chaud » de mes impressions et dire que les citoyens aussi ont leur mot à dire mais ils n’en ont pas souvent l’occasion ! La démarche de concertation en cours est une excellente « fenètre d’opportunité » pour leur donner la parole !

 @suivre…

 Pierre Ygrié  2 octobre 2009

Advertisements

Actions

Information

3 responses

7 10 2009
Liénard

Où l’on voit que l’idée avance, au moins dans les têtes.
Faire comprendre que le maillage fibre optique de notre territoire, jusqu’au plus loin est une nécessité économique.
En période de crise et de forte hausse du chomage, ce pourrait être l’idée d’un formidable « atelier national ».

9 10 2009
COLLON Olivier

Nous allons enfin savoir !!!
Le 13 octobre se joue une étape cruciale pour la réduction de la fracture numérique: l’examen du texte à l’assemblée nationale.
Nous sommes en attente d’un service équitable: que peut-on faire avec du très bas débit ? La réponse est très rapide et ne nécessite pas de développement: rien, même, pas les mises à jour…
La double peine: c’est ce à quoi nous sommes condamnés: un abonnement téléphonique plus un abonnement internet pour le service le moins performant. Coluche l’a dit autrement: moins tu peux payer… plus tu paies.
Fin 2011, nous n’aurons plus de réception télé analogique, et la place nous aurons….. Qu’aurons nous exactement ???? La TNT pour environ 80 % des lozériens, et rien du tout pour les 20 % restants, tout un programme.
Et si, au lieu de créer de nouveaux émetteurs (entre 25 et 100 000 € d’investissement et de 35 à 50 000 € d’entretien annuel), on mettait de la fibre optique ? Avantages: pas d’ondes supplémentaires, un meilleur service, plus d’abonnement téléphonique à 16 € TTC par mois, un sentiment plus égalitaire sur tout le terrotoire français….
Le 13 octobre, Mesdames, Messieurs les Députés nous penserons à vous en souhaitant vivement que les déceptions ne soient pas aussi importantes que les immenses espoirs qui nous habitent.

17 09 2013
Très haut débit : le mouvement est engagé dans les territoires ruraux | Les webs du Gévaudan

[…] Fibre France » cherche architecte….désespérément ! ! 2012 ) demandé une large concertation (Assises numériques:l’urgence de la concertation ! 2009, Très haut débit : l’urgence d’un Vrai Débat ! 2011) et un plan VIF ! (Très haut […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :