La fracture numérique va s’aggraver dans les zones rurales…sauf si ?

9 12 2009

    Autant, par ces temps de crise, le gouvernement parait avoir pris conscience de l’importance des réseaux en fibre optique, autant il n’est pas allé jusqu’au bout du raisonnement pour en faire bénéficier tous les Français

Dés février 2008 nous mettions l’accent sur l’importance d’un droit à l’information pour tous

 http://www.village-justice.com/articles/droit-information-Pierre-Ygrie,3292.html

Depuis nous ne cessons de « marteler » le droit des ruraux à disposer demain des deux réseaux modernes de télécommunications : le réseau principal en fibre optique et un réseau complémentaire (aérien) pour la mobilité.

Lors des assises du numérique du premier octobre

 http://www.dailymotion.com/video/xap0x8_pierre-ygrie-assises-du-numerique-2_news

 nous posions une question simple

 « Que peuvent apporter à la France des territoires ruraux en très haut débit ? »

 Cette question, différente et complémentaire de la « question traditionnelle » (que peut apporter le très haut débit aux territoires ruraux ?) n’a jamais été abordée dans une vraie démarche de développement durable. C’est pourtant, à notre point de vue, une question centrale qui,jusqu’ici ne fait l’objet que d’ « incantations citoyennes » comme ici au salon Odébit

 http://techtoc.tv/event/342/infrastructures/salon-odebit/point-complet-sur-les-enjeux-du-tres-haut-debit-dans-les-territoires-ruraux-avec-pierre-ygrie

 mais,jusqu’ici du moins, d’aucun débat alors que nous sommes en plein débat parlementaire sur la fracture numérique !

 Et pourtant l’atout « Espace » de la France peut-être considérablement exploité par les solutions de télé présence dans tous les domaines : Télétravail (limitation des déplacements, réduction des espaces de travail, réunions à distance, voyages d’affaires virtuels, travail collaboratif à distance etc…, Education ( classes virtuelles, espaces numériques de travail , suivi individuel de cours à distance etc…,Santé :(assistance aux populations fragilisées générant de plus en plus des activités telles que la téléassistance et l’e-inclusion sociale :télésurveillance médicale, téléconsultation (consultation, diagnostic et suivi du patient à distance, téléexpertise (demande d’un deuxième avis à un médecin expert), téléassistance à domicile(téléalarme pour personnes âgées, les handicapés, les femmes enceintes) , télémédico-social (encadrement du patient maintenu à domicile), dématérialisation des échanges de toutes sortes :factures,documents commerciaux,documents logistiques … mise en relation à distance entre usagers et prestataires de services publics (Anpe,Caf,Assedic… ) par visio guichet

 Pour peu que l’on anticipe l’évolution des usages et des infrastructures nécessaires ( usages et infrastructures sont intimement liés contrairement à ce que l’on peut entendre ici ou là) ,pour peu que l’on prenne conscience

 Les besoins en « bande passante » vont augmenter considérablement dans les années à venir :

 La demande de débit pour l’accès aux services d’Internet ne cesse d’augmenter : 50 kbit/s à la fin des années 1990, 1 à 2 Mbit/s vers 2004, 10 Mbit/s aujourd’hui. Si cette tendance se prolonge, et il n’y a aucune raison pour que ce ne soit pas le cas à court (voir moyen) terme, il faudra offrir 100 Mbit/s vers 2015 pour que chacun puisse profiter dans des conditions satisfaisantes aux services qui s’annoncent.

 Les mesures proposées aux zones rurales tant au niveau national qu’au niveau local ne sont pas à la hauteur des enjeux :

 –Au national le plan numérique 2012 doit permettre à cinq millions de foyers, d’ici 2012 d’accéder à Internet vis des réseaux en fibre optique. Ce plan ne concerne que les grandes agglomérations, là où le marché peut s’exercer. La concurrence par les infrastructures est la règle et chaque opérateur déploie son réseau dans les zones très denses.
Mais rien n’est prévu à ce jour pour les zones moins denses. Dans les zones moyennement denses, des appels à projets devraient être lancés. Dans les zones peu denses, les déclarations gouvernementales  privilégient actuellement les solutions par satellites ou par radio. Tout sa passe comme si, implicitement , « à l’insu de leur plein gré » nous décidions pour nos enfants qu’ils n’auraient pas droit au réseau principal de communication de demain !

 -A local nous avons tout dit ou presque dans l’article précédent où nous proposons un plan Orsec pour la Lozère https://websdugevaudan.wordpress.com/2009/12/02/un-plan-%c2%ab-orsec-%c2%bb-pour-la-lozere/#comments

 Si nous appelons « fracture numérique » l’écart entre le bas débit et l’Adsl et « gouffre numérique »l’écart entre l’Adsl (ou solution hertzienne ou satellitaire équivalente) et le FTTH, le label haut débit va peut-être réduire la fracture numérique au sens étroit du terme  mais laissera béant un gouffre numérique dont nous ne percevons que les signes avant-coureurs.

 Si nous avons conscience du « pas en avant »vers un gouffre numérique qui se prépare nous nous mobiliserons tous pour demander

-à nos parlementaires de poser les « questions qui fâchent » et de trouver des solutions pour les zones rurales !

-aux décideurs locaux de ne pas « se laisser endormir » par des propositions qui ne s’inscriraient pas dans une indispensable démarche de « montée en débit ».Si le vrai FTTH, qui propose du 100 mégas (cf Pau,St Lo, Valenciennes etc…) n’est pas pour tout de suite dans toutes nos campagnes que l’on « ouvre au moins la porte » au véritable réseau de communications de demain en adoptant, à minima, une démarche vers du FTTH rural (Fiber To The Hameau), «étape ultime vers le vrai FTTH dont disposeront demain les citadins 

 Le problème n’est pas technique mais uniquement politique. Il ne faut pas dépenser l’argent public pour des solutions illusoires. Tout décideur, national et/ou local doit orienter les actions dans l’objectif du FTTH pour tous. Même si cet objectif parait encore lointain pour certains d’entre nous qu’il soit au moins clairement exprimé ! 

 Nous sommes contre un Internet des villes et un Internet des champs et

pour un Internet très haut débit « Ruri et Orbi » !

Publicités

Actions

Information

8 responses

10 12 2009
Bernard GARRIGUES

Depuis le dernier inventaire :

Le NRA de Chanac (CNL48) diffuse la TV par internet depuis le 7 décembre ; c’est donc le 3ème du département.

Pu repérer 27 NRA fibrés : qui veut la liste ?

12 12 2009
websdugevaudan

Le triple play à 19,90 !
http://www.edcom.fr/21896-l-offre-triple-play-a-19-90-annonce-en-septembre-2009-est-desormais-disponible-sur-numericable.html
Qui dit mieux ?

Je sens que quand on parle « sous », la fracture on la « voit » mieux:-)

12 12 2009
laurama

Tout ce que vous énumérez est une évidence mais « là haut, tout là haut » on écoute mais on entend pas. Si !! on vous pond le nouveau label haut-débit (adsl pour les villes, wimax et satellite pour les autres) ! J’ai l’impression d’entrendre nos chers élus du Limousin. Le satellite, la 3 et 4G va tout résoudre donc patientez encore un peu (voire beaucoup) pour être connectés. Et puis comme nous l’a dit un élu de la Région lors d’une campagne électorale : « mais enfin Mme, Mr vous habitez à la campagne !! Vous avez certainement autre chose à faire que de surfer sur internet ! la cueillette des champignons, le jardinage !! »
Alors pourquoi demander à corp et à cri l’internet haut-débit ! M’enfin…..!!!!

12 12 2009
websdugevaudan

Manifestement l’élu en question est un chaud partisan de l' »économie de la connaissance »…des champignons !

Le pb c’est qu’il va en falloir beaucoup …beaucoup …et encore davantage !….pour que ça impacte le PIB du territoire!

12 12 2009
Bernard GARRIGUES

En particulier du Tricholome des Landes.

Tout n’est pas perdu. L’ARCEP peut encore :

1/ Demander que l’offre FT soit conditionnéE comme une étape intermédiaire vers le THD ;
2/ Exiger que le Projet Numérique Régional soit mis en cohérence avec le projet lozèrien de l’A75 numérique, déjà financé et déployé jusqu’à Mende.

A mon avis, compte tenu de la fibre déjà déployée en Lozère, on doit pouvoir fibrer un paquet de SR pour un coût nettement inférieur à un NRA-ZO. Je pense aux SR situés à moins de deux kms de l’autouroute A75, des voies ferrées et de la fibre FT déjà déployé : ALES FLORAC MENDE, ALÈS LANGOGNE, LANGOGNE LA CANOURGUE MARVEJOLS,

Cela risque de faire rire à l’ARCEP que la région LR prétende dans un rapport qu’elle ne dispose pas des compétences techniques pour maîtriser le projet vers le haut débit de l’ensemble de la région ; mais aussi, cela constitue une ouverture pour l’ARCEP et le citoyen régional.

15 12 2009
Bernard GARRIGUES

Je tente d’intégrer rapidement le baratin (hier) de Sarko sur l’économie numérique en fonction 1/de l’état des lieux; 2/ des investissements départementaux ‘(A75 numérique) ; 3/ du projet numérique régional.

Le discours me paraît cohérent et a projet de financer, en même temps, réseau et services.

Il me semble qu’émerge une stratégie gagnante pour la Lozère :

1/ Négocier une convention avec FT pour la mise en oeuvre opérationnelle de son autoroute numérique A75 (plus la bretelle sur Mende) jusqu’à l’abonné. A mon avis, cela passe par le fibrage, TV comprise, des 62 RNA du département.
2/ À partir de cette situation (qui peut être acquise dans 6 mois), mettre sur papier un projet départemental sur les services avec l’objectif de « rentrer dans le nuage » comme acteur.
3/ Investir un rôle de FAI public et demander à FT le dégroupage des 62 RNA. Ce qui mettrait le département à la tête d’un backbone (d’une boucle FO) couvrant l’ensemble du département qui lui permettrait de pousser loin ses offres de services par internet.
4/ Pousser avec énergie le Projet Numérique Régional en négociant le fibrage de l’ensemble de SR du département. Dans cette logique, certains sous répartiteurs ont vocation à devenir répartiteur : ceux qui sont plus proches (en termes logistiques) du réseau FO que du répartiteur.
5/ Resterait à fibrer les usagers atténués à plus de 25 décibels à leur poste.
6/ Le département a vocation de boucher quelques trous en traitant avec Réseau Ferré de France : je pense au canton de Grandrieu, à la Vallée du Lot après les Ajustons, aux communes placées sur la ligne La Bastide Mende.
7/ Il est possible aussi de demander des comptes à KPN Qwest qui, à ma connaissance, a déployé son tuyau sur le domaine public national : l’emprise de la N88..

Si cela peut marcher, c’est très beau. Faudrait l’avis de Michel.

15 12 2009
Bernard GARRIGUES

J’ai réfléchi à partir de l’article L1425-1 du CGCT mais aussi, à partir de la nouvelle loi Pintat ; mais je ne suis pas très sûr d’être bon sur leurs dispositions.

25 01 2010
Les oubliés du très haut débit ! « Les webs du Gévaudan

[…] En conclusion, comme nous ne cessons de le dire, nous risquons à l’avenir de parler non plus de « fracture numérique » mais de « gouffre numérique » Sauf Si ???? […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :