Réseau unique : Dissipons les malentendus !

21 03 2011

Suite aux  réactions suscitées par  nos deux derniers articles sur la nécessité d’un réseau unique et  sur l’ «aménageur » THD dans les territoires ruraux et par nos prises de position en faveur d’une scission de France Télécom en deux entités tant sur différents blogs qu’à la radio ici  et  il m’a paru bon de dissiper des malentendus sur ce que l’on entend exactement par « réseau unique »

Renseignements pris auprès de « gens qui savent » je vous propose dans ce nouvel article de tenter de définir non point « le » réseau mais les différentes couches d’un réseau de télécommunications et d’expliciter ce que nous entendons par « réseau unique »

 Les trois « couches » d’un réseau THD en fibre optique

1-Couche Infrastructure : équipements  matériels ou immatériels (bases de données) constituant le« squelette » du réseau. Infrastructure passive c’est à dire tout le réseau sans électronique, c’est à dire ce qui a une durée de vie de 30 à 60 ans ou plus:

-les fourreaux / conduites, les chambres de tirage, les lignes aériennes, les bâtiments abritant les centraux / NRO (Noeux de raccordement optiques), les boîtiers d’épissures, les armoires de rue

-les réseaux de câbles (cuivre ou optique). Aujourd’hui rien n’est encore prévu en laboratoire pour pouvoir remplacer la fibre optique. D’où l’utilisation certaine pendant des décennies de la fibre qui sera installée sans qu’il soit utile de la remplacer. De plus sa capacité de transmission est telle qu’il ne sera pas utile de la remplace pendant des décennies. On peut juste s’interroger sur la nécessité de mettre une ou 2 fibres par abonné, non pas pour le débit mais plus pour pouvoir distinguer totalement 2 supports en fonction des applications qui ne manqueront pas de se développer à savoir d’un côté tout ce qui est « telecom » et de l’autre tout ce qui est « télémonitoring / contrôle / surveillance ».

2- Couche Infostructure : équipement actif qui va généralement aux 2 extrémités du réseau  passif et qui généralement a une durée de vie entre 5 et 15 ans. Cette durée de vie est bien plus courte que celle des infrastructures car l’électronique continue à faire de grands progrès, en particulier grâce aux nanotechnologies. De ce fait, en 5 ans des équipements électroniques peuvent être dépassés. Mais comme ils sont aux 2 extrémités de l’infrastructure passive, ils peuvent assez facilement être remplacés. Ils continueront à fonctionner sans problème sur le réseau pérenne à base de fibres optiques qui aura été mis en place.

3- Couche Services : c’est tout ce qu’il est possible de faire passer sur la Couche Infrastructure + Couche Infostructure . La couche services évoluera en permanence, en particulier si la couche infrastructure a une capacité quasi illimitées: cette  durée de vie est extrêmement variable car majoritairement basée sur du logiciel à évolution permanente.

  Le réseau unique ne concerne, à notre avis, que la première couche, la couche « infrastructures », véritable « fondation » du réseau :

Pour les 2 autres couches les problèmes sont  très différents étant donné qu’on peut changer facilement les équipements actifs et les fournisseurs de services. Par contre la couche infrastructures doit respecter un certain nombre de points clés 

1-réseau unique bien structuré, pensé et conçu pour une durée de vie de 30 à 60 ans: donc certainement réseau Point à Point (P2P) , voire à 2 fibres par abonné. Un réseau P2P supporte tout type de système: GPON, EPON, P2P, … 

 2-réseau homogène: c’est fondamental pour le futur : cartographies précises et détaillées,maintenance pendant 60 ans,extension de réseaux sur 60 ans,reconstitution rapide de réseaux endommagés par une catastrophe qui peut intervenir dans 2 ans …ou dans 30 ans !… regroupement de réseaux

L’infrastructure passive c’est un réseau structurant d’aménagement du territoire , donc un réseau « unique » public ouvert de façon non discriminatoire à tous les opérateurs

 Cette infrastructure passive est si fondamentale qu’elle ne peut pas être gérée sans vision globale, sans vision d’état..  Il faut en effet éviter à tout prix les patchworks, véritable « catastrophe » qui,de  plus,est prévisible à 10 ou 20 ans. ! La France ne peut pas s’offrir le luxe d’investissements en ordre dispersé. !

Sans la couche infrastructure passive, les 2 autres couches ne pourront pas se développer.

Ce qui intéresse très majoritairement (à 90%) les abonnés, c’est la Couche Services : prestations fournies aux utilisateurs finaux. Donc le « peuple » ne peut pas avoir un avis sur ce qu’il convient de faire en infrastructure de réseau passif.

 Vive la concurrence ! ….sur les services !

 Pour ça

1-’il faut un réseau unique au moins  dans les campagnes où aucun opérateur ne se laissera guider par la « main invisible du marché » ! 2-ce réseau doit être neutre, indépendant et ouvert équitablement à la concurrence 3-FT est sûrement le mieux placé pour etre le cœur de l’entreprise chargé de sa construction mais d’autres opérateurs peuvent « contribuer »;-) 4- pour son financement, outre les recettes de sa location aux opérateurs de services, le parlement doit voter un FONDS de PERQUATION comme ce fut le cas pour la construction des autres réseaux. Une proposition de loi   sur le sujet dort dans les tiroirs du président de l’assemblée nationale 

 En résumé ce n’est pas la « main invisible » du marché qui aménagera la Lozère et, plus globalement, tous les territoires ruraux ! »

Mobilisation génrale !

 Yves Rome, président de l’AVICCA, déclarait récemment à propos de la « séparation fonctionnelle de France Télécom envisagée par l’autorité de la concurrence : « Si le régulateur doit étudier le scénario de la séparation fonctionnelle, pour la concurrence, le Gouvernement et le Parlement doivent étudier celui de la séparation structurelle, dans tous ses aspects »…

Le temps n’est-il pas venu pour que, ENSEMBLE, associations de citoyens et d’élus ( ARF , ADF , AMRF etc…)  nous disions d’une seule voix « la parole est aux parlementaires » pour voter le principe d’un réseau « unique » et l’indispensable dispositif de péréquation pour le financer « concomittament dans les territoires urbains et les territoirers ruraux » ainsi que le souhaitait Michel Mercier lorsqu’il était ministre de l’espace rural et de l’aménagement du territoire ! Vous avez dit « aménagement du territoire » ??

Pierre Ygrié

21 mars 2011

Advertisements

Actions

Information

36 responses

21 03 2011
Claude Boissiere Webs48

l’Europe affiche clairement qu’il s’agit de faire un réseau de communication qui soit le lien qui permettra l’émergence d’une société solidaire , dépassant ainsi le seul aspect mercantile même si toutes les fonctions utiles aux hommes sont à prendre en compte . Dés lors que la mission de ce réseau est de cet ordre là ,on se doit de le construire et de le gérer en conséquence , un réseau unique sera le signe de la solidarité exprimée dans les principes.

21 03 2011
Bernard GARRIGUES

Je passe. C’est (presque) exactement le contraire de ce que j’ai découvert en travaillant sur l’idée « comment utiliser internet comme moteur de développement local ».

24 03 2011
websdugevaudan

Pierre Morel à l’Huissier dans le « top 20 » des députés « les plus sérieux » d’après l’enquête de l’Expansion qui vient de paraître . http://lexpansion.lexpress.fr/economie/le-top-20-des-deputes-les-plus-serieux_251118.html
Il a d’autant plus de mérite que la Lozère n’est pas dotée des moyens de transport modernes dont bénéficient bon nombre de ses collègues (avion, TGV…). Mais si nous ne pouvons pas déplacer les montagnes en Lozère nos représentants à l’assemblée peuvent donner à ce département et à tous les territoires ruraux les moyens financiers de se désenclaver numériquement. Nos deux députés lozériens se battent pour le désenclavement numérique . Pierre Morel, pour ce qui le concerne, demande à ses collègues de voter une loi de « solidarité numérique » ! mais si j’en juge par le peu de soutien sur sa proposition de loi qui dort dans les tiroirs de l’assemblée nationale (http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion2891.asp ) ce « combat » pour le très haut débit en zones rurales intéresse peu ses collègues !!!

Les Webs du Gévaudan, qui soutiennent ce combat depuis plus de 10 ans, demandent à tous les collègues des députés lozériens d’ouvrir un large débat sur l’aménagement numérique du territoire que, paradoxalement, le programme national très haut débit a plutôt tendance à freiner (1) !!! …Notre association demande instamment au parlement de voter une loi pour alimenter régulièrement le fonds de solidarité numérique et non ponctuellement comme c’est le cas avec le grand emprunt . https://websdugevaudan.wordpress.com/2010/09/02/tres-haut-debit-la-parole-est-aux-parlementaires/#comments

(1)cf sur ce point précis le dernier article de Numericus http://numericuss.com/2011/03/23/le-programme-national-tres-haut-debit-marque-t-il-la-fin-de-l%E2%80%99amenagement-numerique-des-territoires/

Pour ce qui me concerne, si ça vous dit, ce dimanche 27 mars à 9h30, je « cause » dans le poste d’une radio « de terroir », radio Margeride , radio associative créée en 1981 par un agriculteur,Jacques Viala, et qui , si j’en crois le bouche à oreille, est de plus en plus écoutée dans la région et, depuis peu, dans le monde entier !! http://www.radio-home.net/ecouter-radio-en-direct.php?radio=Radio%20Margeride&pays=FRANCE&lang=FR

26 08 2011
FTTH Rural : Mobilisation générale ! « Les webs du Gévaudan

[…] d’un réseau unique , du moins à la campagne en prenant bien soin de dissiper toutes les ambiguïtés d’une telle « appellation » . -l’impossibilité d’atteindre cet objectif sans un « pilote dans l’avion » et, […]

28 08 2011
obinou

Bonjour !

Je réagis à ce (relativement) ancien article car, au gré de mes études sur les réseaux, il y a des choses avec lesquelles je ne suis radicalement pas d’accord.

D’abord je suis d’accord avec votre découpage en couches: Il est indispensable de séparer fermement le support physique des services, et surtout de la technologie d’allumage (ce que vous appelez « Infostructure »). Ceci permet un modèle de dégroupage, qui est un vrai succès.
Pour moi il n’est pas exclu par contre que l’opérateur qui pose les fibres propose aux FAI, *en option*, en plus, un service de « fibre allumé », selon une technologie la plus neutre possible, une sorte de service « bitstream ».
Car le dégroupage de tous les NRO pourrait être, au départ, difficile pour les FAI. La transition vers le modèle de dégroupage devra être anticipé et planifié, tant techniquement (place dans les armoires, connecteurs, …) que juridiquement et administrativement.

Là ou je ne suis décidément pas d’accord, c’est
1) Pour dire qu’il faut, sur TOUT le territoire, une technologie de déploiement unique.
D’abord, ce n’est pas vraiment nécessaire: Le principe d’internet est justement de savoir interconnecter des réseaux de types différents, de technologie différentes.
Selon la géographie des régions, les sociétés locales, la main d’œuvre locale… a partir du moment ou la fibre est posée, c’est le plus important.
Par contre je suis *POUR* imposer des règles sur ces déploiements. Par exemple, imposer ou bannir certains types de fibres optiques, imposer certains types de connecteurs, imposer de documenter le déploiement dans un système de géolocalisation GIS, et de publier ces données dans un format standard et ouvert.
Par contre les déploiements eux-même peuvent êtres fait de plusieurs manières: Aériens, souterrains (et dans plusieurs types de conduites), avec différentes tailles de points de mutualisation, …
Or, avoir un acteur unique qui « centralise » toute ces techniques, c’est prendre le risque qu’il choisisse UNE façon de faire et la réplique sur tout le territoire indifféremment quelque soit les conditions économiques.
Il n’y a pas de modèle « one size fits all », dans ce domaine.

Et ça m’amène à mon 2):
France Télécom est sans doute la dernière société à choisir pour ce type de projet: Le problème est qu’elle est tellement grosse que le moindre projet de déploiement deviens un gouffre financier, de part l’énorme poids des process et des sous-traitances engagés.
Si les grandes villes peuvent supporter de tels coûts (et peut-être les nécessitent, à cause en particulier des problèmes légaux et administratifs engendrés par le passage en domaine public et privé), dans des petits villages, c’est très simple: Ils préféreront ne pas venir du tout, quelque soit les subventions: Tout simplement parce que leurs process ne sont pas adaptés. Rien qu’en études préalables, ils dépenseront autant qu’en déploiement… et les villages ne peuvent financer un tel gaspillage.

En exemple je peux citer le refus de FT d’utiliser le génie civil aérien pour le FTTH, le fait qu’ils refusent d’utiliser le moindre fourreau qui ne leur appartient pas et l’absence totale de coordination avec les services de voirie (ce qui implique énormément de génie civil coûteux dans les routes de nos campagnes), l’absence de collecte pour relier les villages aux dorsales télécom. Il y a aussi les problèmes des règles d’ingénieurie qui n’ont pas de sens, comme par exemple faire des points de mutualisation de plus de 1000 lignes, même si ça implique de tirer des torons de fibres de 40km en souterrain le long des routes, ouvertes pour l’occasion, et de passer en GPON sur ces zones (Une technologie qui empêche tout dégroupage).

Mais plus globalement, le problème majeur est que, comme dans toute les grosses sociétés, ils ont leurs sous-traitants attitrés, et qu’ils ne traitent JAMAIS avec les locaux: Ils préfèrent faire venir une équipe entière de Paris, qui couchera 3 mois à l’hôtel pour tirer des fibres dans un département, plutôt que d’employer la main-d’œuvre locale, pour s’éviter une nouvelle entrée dans la base de donnée ‘sous-traitants’. Le surcoût ils s’en fichent: Ce sont les régions qui payent, de toute façon.

Au contraire dans les pays nordiques, chaque ville, chaque région a déployé, en autonome, son propre réseau, qu’ils louent aux FAI (services) et donc (indirectement) aux abonnés. Ils rentrent ainsi dans leurs frais. Peu importe que ce ne soit pas le même acteur qui ai déployé partout: La seule règle est de déployer avec une offre standardisé pour que les FAI puissent venir partout.
Une autre règle qui me paraîtrait intéressante à promulguer, c’est de diminuer au maximum les barrières à l’entré sur le réseau. A l’heure actuelle le réseau de France Télécom est très très mauvais pour cela: Il est extrêmement difficile, pour un opérateur, de dégrouper un NRA, et la situation est pire sur les NRO. Et chez les autres opérateurs c’est pire, puisqu’il est obligatoire de dégrouper toute une région, ce qui engendre des coûts inaccessibles pour les petites boites (ce qui est le but recherché, d’ailleurs). Voir par exemple Numéricable ou Opalys)

L’exemple des pays nordiques nous montre la bonne méthode: Des tas de petits réseaux physiques, interconnectés entre eux en bonne intelligence via une gestion publique et par des acteurs *locaux*.
Sur cette infrastructure, des FAI locaux peuvent venir se déployer, soit en bitstream, soit en dégroupage, et en prenant en compte leurs désidératas *dès le départ* du projet (par exemple: Nécessité du multicast pour la TV).
Tous les FAI doivent être les bienvenus, qu’ils soient locaux ou nationaux, quitte à, pour les nationaux, proposer un système de « plaques » régionales pour l’accès aux abonnés en fibre noires.

La dernière chose pourrait être la possibilité de décorréler, pour les abonnés, les différents services:
Par exemple, pourquoi ne pourrait-on pas prendre le bouquet de chaîne chez Orange parce qu’on préfère ces chaînes (il y a le foot…) avec l’accès Internet chez Free ? Aujourd’hui, il y a une forme de vente lié sur ces services, qui n’aura plus vraiment de raison d’être, avec la fibre…

C’est aussi tout cela qui stimulerais l’économie locale dans le domaine du numérique, avec dans 10 ans des métiers qui n’existent même pas encore.

3 09 2011
Vivre au pays ! « Les webs du Gévaudan

[…] à plusieurs reprises insisté sur cette autre « évidence » tout en tentant de dissiper toutes les ambiguïtés d’une telle « appellation »  Tout le monde reconnaît aujourd’hui que la concurrence par les infrastructures n’a […]

7 09 2011
PNTHD : Changer de cap ! « Les webs du Gévaudan

[…] (Opérateur National « Unique »), qu’elle qu’en soit la forme, pour équiper la France du réseau d’infrastructures passives-unique-dont elle a impérativement besoin pour permettre à la vraie concurrence , celle sur les services, […]

15 09 2011
Le Très Haut Débit pour les Nuls ! « Les webs du Gévaudan

[…] partenariats publics privés (Finlande),concessions…Quelle que soit la solution retenue pour un réseau homogène irriguant le territoire il faut « institutionnaliser » les pouvoirs publics nationaux et […]

24 09 2011
Campagnes intelligentes ! « Les webs du Gévaudan

[…] d’ailleurs des « amis » des Webs , sur la nécessité d’une sorte d’ « ONU » des télécoms  Opérateur National Unique) au moins pour les campagnes, sur la nécessaire mobilisation des […]

5 10 2011
Très haut débit : l’urgence de Vrais débats ! « Les webs du Gévaudan

[…] que soit la solution retenue pour un réseau homogène irriguant le territoire il faut, selon moi,  « institutionnaliser » les pouvoirs publics […]

21 03 2012
Le changement (numérique) c’est maintenant…pour une France (numérique) forte ! « Les webs du Gévaudan

[…] une structure indépendante, créée, par exemple, au sein de France Telecom, comme nous le suggérions ICI et […]

5 04 2012
Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle « Les webs du Gévaudan

[…] partir de la “base FT réseaux” d’un établissement”public” pour construire des réseaux communicants et interopérables, deux “qualités” de base que ne favorise pas la […]

5 04 2012
Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle « Les webs du Gévaudan

[…] partir de la “base FT réseaux” d’un établissement “public” pour construire des réseaux communicants et interopérables, deux “qualités” de base que ne favorise pas la […]

25 04 2012
Plus que quelques jours pour mettre le très haut débit à la campagne dans la campagne présidentielle ! « Les webs du Gévaudan

[…] partir de la “base FT réseaux” d’un  pôle public pour construire des réseaux communicants et interopérables, deux “qualités” de base que ne favorise pas la dispersion […]

4 05 2012
Numérique : l’urgence d’initiatives pérennes ! « Les webs du Gévaudan

[…] en son temps 2-création, à partir de la “base FT réseaux” d’un  pôle public pour construire des réseaux communicants et interopérables, deux “qualités” de base que ne favorise pas la dispersion […]

21 05 2012
Très haut débit : l’Appel de Honk Kong « Les webs du Gévaudan

[…] partir de la “base FT réseaux” d’un  pôle public pour construire des réseaux communicants et interopérables, deux “qualités” de base que ne favorise pas la dispersion […]

26 05 2012
De Hong Kong à la Lozère « Les webs du Gévaudan

[…] en son temps 2-la création, à partir de la“base FT réseaux” d’un  pôle public pour construire des réseaux communicants et interopérables, deux “qualités” de base que ne favorise pas la dispersion […]

4 07 2012
Très haut débit:Les « appels » se multiplient ! « Les webs du Gévaudan

[…] partir de la “base FT réseaux” d’un  pôle public pour construire des réseaux communicants et interopérables, deux “qualités” de base que ne favorise pas la dispersion […]

5 07 2012
Très haut débit: les “appels”se multiplient ! « Les webs du Gévaudan

[…] partir de la “base FT réseaux” d’un  pôle public pour construire des réseaux communicants et interopérables, deux “qualités” de base que ne favorise pas la dispersion […]

7 07 2012
Très haut débit : Les Appels à un changement de cap se multiplient ! « Les webs du Gévaudan

[…] partir de la “base FT réseaux” d’un  pôle public pour construire des réseaux communicants et interopérables, deux “qualités” de base que ne favorise pas la dispersion […]

25 08 2012
26 05 2013
26 05 2013
17 09 2013
Très haut débit : le mouvement est engagé dans les territoires ruraux | Les webs du Gévaudan

[…] Réseau unique : Dissipons les malentendus ! 2011 […]

25 11 2013
Très haut débit : Attention (feuille de) route glissante | Les webs du Gévaudan

[…] construire un réseau national dans le cadre d’une tout autre organisation avec, entre autres, un opérateur national unique, solution soutenue depuis toujours par les Webs du Gévaudan..Ce choix, qui aurait dû, selon nous, […]

1 12 2013
Très haut débit : routes « verglacées » en montagne ! | Les webs du Gévaudan

[…] de la réorienter pour les zones rurales. Le gouvernement n’a pas retenu la solution d’un opérateur national  Dont acte. Il est encore temps de prévoir, pour la feuille de route, un […]

1 12 2013
Très haut débit: routes«verglacée»en montagne ! | Les webs du Gévaudan

[…] de la réorienter pour les zones rurales. Le gouvernement n’a pas retenu la solution d’un opérateur national  Dont acte. Il est encore temps de prévoir, pour la feuille de route, un […]

10 07 2014
Numérique : Audace citoyens ! | Les webs du Gévaudan

[…] nous parait de plus en plus « glissante » !   il est peut-etre encore temps de (re) poser les ( vieilles) questions qui fâchent  Les infrastructures sont un élément clé des « fondations » de l’écosystème à […]

29 08 2014
Aur(x)illac sur web ! | Les webs du Gévaudan

[…] , dans le cadre de cette expérimentation ? Tant il est vrai que la Lozère a besoin d’un RESEAU UNIQUE pour libérer la VRAIE CONCURRENCE, la concurrence sur les SERVICES.  Cette petite idée, pas du tout innovante mais « évidente » […]

14 09 2014
L’ hyper-ruralité « dans » la future loi numérique ! | Les webs du Gévaudan

[…] pour l’opérateur historique (dont l’Etat détient plus de1/4 du capital) de mutualiser en un RESEAU UNIQUE son propre réseau (existant) et celui construit par la collectivité nterritoriale dans le cadre […]

9 11 2014
Lozériens, c’est le moment de «bouger » ! | Les webs du Gévaudan

[…] Réseau unique : Dissipons les malentendus ! […]

5 02 2015
wedding dj gold coast

wedding dj gold coast

Réseau unique : Dissipons les malentendus ! | Les webs du Gévaudan

11 04 2015
soldat de métier

Transmissions militaires, quid des nouvelles technologies ?

Dans l’armée de Terre on les appelle les SIC. Les systèmes d’information et de communication ont fait évoluer les transmissions, qui demeurent le talon d’Achille des forces armées… La capacité d’une unité en opération à rendre compte de la situation, e…

25 03 2016
Numérique et Ruralité : la loi de la dernière chance ? | Les webs du Gévaudan

[…] Selon moi l’ « absurdité » de départ (la concurrence par les infrastructures) , que nous avons toujours dénoncée , a entrainé, même si elle a été « corrigée » depuis, une cascade de dérives. Nous […]

7 07 2016
Très haut débit : (in) égalité d’accès pour tous ! | Les webs du Gévaudan

[…] et 30 milliards d’euros aurait été possible si les gouvernements successifs avaient eu une VISION COHERENTE d’aménagement numérique du territoire  et pris les décisions qui s’imposaient , dont […]

26 08 2016
Campagnes Intelligentes au Maroc

[…] ce que confirment d’ailleurs des « amis » des Webs , sur la nécessité d’une sorte d’ « ONU » des télécoms Opérateur National Unique) au moins pour les campagnes, sur la nécessaire mobilisation des […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :