Très haut débit : l’urgence dun Vrai Débat !

5 10 2011

 

 Toute idée innovante chemine en trois étapes selon Schopenhauer

1-elle est ridiculisée

2-elle subit une forte opposition

3-c’est une évidence pour tout le monde » 

 

Remplacer le réseau cuivre par un réseau optique est une idée « vieille » de plus de 10 ans innovante à l’époque .

D’abord ridiculisée ( mème si ce n’était pas toujours explicite) elle a fait progressivement un bout de chemin ! En 2006 , dans un article intitulé  » les 3 I du très haut débit »   nous insistions sur l’absolue nécessité d’Innover et proposions de tester un système de péréquation pour fibrer les zones rurales dont nous présentions la Lozère comme le symbole (elle l’est toujours !)

Depuis les choses ont heureusement bien changé. L’idée serait-elle pour autant en étape 3 ?  dans les discours peut-être ! dans les faits surement pas ! l’ « opposition » est invisible, elle se cache derrière de grands engagements et, du moins selon moi, de faux débats. Quand elle s’exprime, elle a comme principal argument le cout de l’investissement : 30 milliards c’est « énorme » entend-t-on ici et là ? … « énorme » par rapport à quoi ? aux centaines de milliards votés tous les ans pour d’autres infrastructures « sans émotion » comme le dit le sénateur Leroy ?« énorme » par rapport aux bénéfices incommensurables à terme d’une France en très haut débit ? Encore faudrait-il les avoir évalués ou du moins essayé car l’exercice n’est pas évident ! Aucune tentative de chiffrage n’a été faite, à ma connaissance, sur ce deuxième plateau  de la balance !. Les australiens, eux l’ont fait. La rentabilité à terme est un point essentiel de leur projet de réseau unique : celui-ci doit être rentable (on ne joue pas impunément avec les $ des « tax payers » dans la mentalité anglo-saxonne) et le sera : le projet prévoit un équilibre opérationnel à 8 ans !

Décidément sans un vrai débat à l’occasion des prochaines élections présidentielles nous ne sommes pas prêts de voir l’idée de « remplacer le réseau cuivre par un réseau optique » en étape 3 !

Tous les candidats insistent sur l’importance de l’INNOVATION et la nécessité d’avoir une VISION GLOBALE ! Avec un fibrage généralisé du territoire, chaque citoyen aurait un égal accès à l’économie de la connaissance  et pourrait donc, à son niveau, participer à cette innovation !

 Une France innovante ne se fera pas sans des campagnes « intelligentes » . Nous ne cessons de le répéter ICI  et LA .Encore faut-il que nous ne nous trompions pas de débats et que, si nous voulons changer de cap  nous fassions bien la différence entre les VRAIS DEBATS et les FAUX DEBATS  car l’erreur est toujours « initiale » !

1-Faux débats ?

Ce sont, pour faire « court » et (à peine) caricatural, les débats des colloques auxquels j’ai assisté jusqu’ici, non pas que ces débats ne soient pas intéressants car ils apportent tous des informations mais toujours dans le cadre de la stratégie décidée par le gouvernement .  Aucun intervenant, sauf exception, n’a la parole libre pour donner son opinion sur la stratégie ! Lors de ces colloques les hauts fonctionnaires nous expliquent dans le détail les évolutions de la règlementation , les opérateurs leurs projets ….tout ceci dans le cadre de la stratégie décidée, stratégie dans laquelle, selon le sénateur Maurey, « on a laissé les clés de la maison aux opérateurs » …et « on a choisi un modèle qui laisse France Télécom décider de tout »

Les débats du salon Odébit 2011 auquel je viens d’assister comme tous les ans depuis 2006  n’ont pas échappé à la règle.

Lesmotivations pour lesquelles les projets n’avancent pas ont été peu abordées , sauf par le sénateur Maurey et un groupement de collectivités locales récemment constitué.. J’ai le sentiment, mais je dois être « mauvaise langue »…ou mal informé, que tout se passe comme s’il y avait une convergence entre l’Etat/Gouvernement et les opérateurs avec des motivations différentes pour retarder les déploiements du très haut débit :

la profonde crise économique qui ne permet aucune marge de manœuvre financière et oblige à fixer des priorités dans les financements.

Les opérateurs n’ont aucun intérêt à déployer le THD sauf dans les zones ou il existe une concurrence nouvelle à l’ADSL avec le déploiement du FttLA (Câble).Le déploiement du FTTH dans les zones rentables n’apporte que peu de clients supplémentaires ; qui plus est, les abonnements HD et THD sont au même prix,  la différenciation des prix demandée par certains opérateurs vient de leur être refusée par le Gouvernement à ma connaissance

 Les opérateurs vont devoir investir plusieurs milliards d’euros avant fin 2011 pour l’achat des licences mobile 4G dont la consultation a été lancée précipitamment en juin pour faire entrer 2,5 à 3 milliards d’euros dans les caisses de l’état cette année. ce qui réduit d’autant leur capacité d’investissement dans le HD et le THD fixe

Il faut « préserver » au mieux la performance de France Télécom (prochainement en passe de devenir uniquement Orange « à l’insu de notre plein gré » ?)  qui reverse tous les ans 1 à 2 milliards d’euros de dividende à l’Etat 

77 % des foyers et même 87% selon l’ARCEP en tenant compte du satellite disposent d’un débit supérieur à 2 Mbit/s et plus de 50% plus de 8 Mbit/s. Pour un grand nombre d’utilisateurs ces débits sont suffisants pour les services actuels

Les débits insuffisants (< à 2 Mbit/s) pour une utilisation acceptable d’Internet concernent principalement les zones rurales, et la position du Gouvernement est, semble-t-il, une montée en débit de ces zones par le satellite.

La montée en débit filaire dans les zones rurales est sujet à débat entre ceux qui veulent aller directement au FTTH et les partisans d’une étape intermédiaire ; à ma connaissance ( je ne suis pas un spécialiste mais je me renseigne) les technologies de montée en débit ne sont pas définies clairement, le NRA MeD/VDSL2 vient juste d’être agrée par le comité d’expert à l’ARCEP, ADSL2 déport optique est en cours d’étude à petite vitesse. Pour l’anecdote je proposais naguère cette solution, à titre expérimental, dans mon petit village de Lozère !  

 Le modèle proposé est peu efficace : pléthore d’intervenants, responsabilité diluée, basé essentiellement sur la volonté des opérateurs, véritable « usine à gaz »aux dires de mes interlocuteurs ( procédures mises en place par l’ARCEP difficilement applicable sur le terrain en particulier pour les zones moins denses), financements du  FANT (Fonds d’aménagement numérique du territoire) non pérennisés, financement des opérations de montée en débit non prévus à date ; Qui plus est les SDTAN (Schémas directeurs territoriaux d’aménagement numérique ) ne sont pas obligatoires et ne prévoient pas explicitement l’étape de montée en débit dans certaines zones, de même que la complémentarité avec les réseaux mobiles 4G ; Les déclarations d’intention des opérateurs ne sont pas contractualisés, un délai de 5 ans est exigé pour débuter le déploiement au lieu de 3 ans dans le droit européen ;Il est recommandé mais pas imposé aux Collectivités territoriales d’examiner la possibilité de construire des infrastructures du THD lors de tous travaux de génie civil  sur leurs communes ; en l’absence d’arrêté technique, les dispositions pour les immeubles neufs qui doivent conformément à la loi avoir un câblage optique, ne sont pas appliquées.

La liste des dispositions qui posent problème est beaucoup plus longue. en un mot le modèle ne permet pas de dynamiser le déploiement du THD. Certaines collectivités se sont émues de ces dysfonctionnements et ont lancé récemment un mémorandum qui ne demande qu’à être « médiatisé » !

 2-Vrais débats ?

Les vrais débats devraient, à mes yeux, porter sur trois questions fondamentales :

– Pourquoi fibrer la France ? L’argumentation est facilitée par la réponse donnée par le sénateur Maurey « « La fibre optique est « la » technologie du très haut débit …..aucune solution alternative à la fibre n’apportera une qualité de service comparable. Il convient de le mentionner explicitement pour éviter toute ambiguïté »

Dans quel délai faut-il fibrer la France ? 2025 (Nicolas Sarkozy) ? 10 ans ( Pierre Morel à l’Huissier et d’autres) ? 5 ans (maires ruraux) ?

– Comment fibrer le territoire ?

1- les solutions possibles : elles sont listées dans le rapport Maurey du 6 juillet 2011 :  opérateur unique mutualisé ( acteur privé regroupant tous les opérateurs de télécommunications intéressés et des partenaires institutionnels), opérateur unique public (même principe de rationalisation que le précédent mais sur fonds publics-Australie-), partenariats publics privés (Finlande),concessions…

2- les moyens humains , règlementaires et  financiers. Pour ces derniers il est urgent de tordre le coup à l’idée que 30 milliards c’est « énorme » !

3-  la gouvernance qui ne peut à l’évidence qu’être publique, s’agissant d’aménagement du territoire

Autant de questions  qu’il faut, à mon point de vue, poser aussi simplement à  tous les candidats aux élections présidentielles en prenant toutefois une position qui me parait être une évidence : « Quelle que soit la solution retenue pour un réseau homogène irriguant le territoire il faut, selon moi,  « institutionnaliser » les pouvoirs publics nationaux et territoriaux comme pilotes de l’aménagement numérique du territoire, voter une loi de péréquation prévoyant les financements et lancer un  vaste programme de recrutement et de formation de personnel compétent tant dans les administrations centrales et locales que dans le secteur privé. »

La parole est aux candidats. Qu’on se le dise !

Auxillac le 5 octobre 2011

Pierre Ygrié

Publicités

Actions

Information

20 responses

5 10 2011
obinou

Merci de cet article étayé de chiffres: On manque cruellement de perspectives, dans ce débat…

Je voudrais ajouter une idée: Il faudrait chiffrer combien nous coûte l’hyper-centralisation dans les villes qui est actuellement en vigueur en France. Notamment en terme de :
– Transports en commun: Pannes et grèves à répétions dû au trop grand nombre de voyageurs quotidiens qui se rendent au boulot: L’entretien coûte une fortune, et sur nos impôts à tous car les revenus de la billetterie, malgré le prix de la carte orange à Paris, restent négligeables.
– Infrastructures routières: Temps perdu dans les transports, accidents (donc services d’urgence et hôpitaux),…
– Entretien & consommation (donc, dimensionnement) des équipements électrique, eau potable, stations d’épurations, …

Ceci à mettre en regard de:
– Fibrage des campagnes,
– Améliorer les TER (Des trains modernes et solides qui sont rarement en panne – les problèmes qu’il y a sont souvent humains)
– Favoriser partout où c’est possible le télétravail, donc le repeuplement des zones peu denses. Ca pourrais passer par des crédits d’impôts aux entreprises, ou mieux: des amendes importantes pour celles qui pourrais y avoir recours mais refusent de le faire.

Alors certes, beaucoup de gens parmi les plus riches ont énormément investis dans l’immobilier à Paris: Inciter au dépeuplement de Paris & des grandes villes signifie la baisse de la pression immobilière et donc la ruine des propriétaires de ces apparts (Qui sont souvent des sociétés de gestion…).
Or, les gens qui nous gouvernent dans les deux chambres, que croyez vous qu’ils aient fait, comme investissement, avec leurs émoluments…?

Quand on est à la fois juge et parti, c’est dur d’être innovant…

Après je suis d’accord sur le reste, sauf, comme je l’avais déjà précisé sur le principe d’un grand réseau unique avec un opérateur unique (même si cet opérateur ne vends pas aux particuliers):

Ceci ne peux marcher que dans un contexte de péréquation, donc avec une volonté de construction ou de reconstruction. Or à l’heure actuelle, on est dans une période économique en chute libre, où tout le monde tire la couverture à soi sans se préoccuper de son prochain, a fortiori « le paysan qui torche le cul des vaches »….
Et d’autre part, les traités européens rendent extrêmement problématique (donc extrêmement long) un tel opérateur : Les ennuis juridiques seraient innombrables avant même le 1er coup de pioche.

Après le passage de la crise, peut-être, une fois libéré du carcan des traités ?

Dans d’autres pays un montage fait d’un grand nombre de petits réseaux interconnectés a très bien marché, en suède par exemple, sur le modèle des RIP, autofinancé (à long terme) par les villes elles-même.

Alors certes l’inconvénient est de ne pas avoir une offre de service homogène sur tout le territoire, un abonné qui part de chez Free à Paris ne retrouvera pas sa box, son n° de téléphone et ses chaînes de TV chez Wibox en province. Et alors ? Justement, ne serait-il pas mieux de pouvoir changer de fournisseur au gré des envies, voire même pouvoir choisir un fournisseur de TV et un autre pour le net, et un troisième pour la téléphonie, si tel est l’envie ?
D’autant plus que dans le domaine des réseau, la prise en compte de la géographie des lieu est importante: On ne tire pas le même réseau dans le Jura que dans les Landes ou le Cantal: Un opérateur unique ne saura faire q’un, voire deux types d’infra: Sa lourdeur l’empêchera d’être adaptable, l’opérateur historique dans TOUS les pays est un exemple concret de ce principe.

Comme le disait un ami, et ça se vérifie chaque fois :
Gros réseaux, gros problèmes, petits réseaux, petits problèmes.

Internet, c’est sa force, permet justement d’interconnecter de multiples réseaux différents.
A l’époque de la construction du réseau de France Télécom après-guerre, on ne pouvais pas imaginer un réseau de télécommunication tel qu’Internet: Tout était basé sur la commutation de circuits, avec UN protocole, UNE signalisation, et UN organisme pour tout fédérer.
Cette idée a fait long feu, sauf dans les cerveaux fatigués de certains ingénieurs de Télécom Paris qui malheureusement interviennent encore en tant que « experts » dans les différents colloques de l’ARCEP…
( A lire, de Valerie Shafer: http://www.armand-colin.com/download_pdf.php?idd=0&cr=4&idr=21&idart=2669 )

5 10 2011
Pierre Ygrié

A défaut d’être lancé dans la campagne le débat, grace à Obinou, est lancé sur le blog de la « bête » 😉

« Combien nous coûte l’hypercentralisation dans les villes » ? En voilà une question qu’elle est bonne !
Mais il est vrai que « quand on est à la fois juge et parti, c’est dur d’être innovant » ! et pourtant ce sont bien eux qui chantent les vertus de l’innovation !

Sur le grand réseau unique avec un opérateur unique il y a effectivement matière à débat . Peut-être faut-il préciser qu’il y a 3 couches de réseau , (si je suis bien informé ?)
https://websdugevaudan.wordpress.com/2011/03/21/reseau-unique-dissipons-les-malentendus/
et que le réseau unique pourrait ne concerner que la première couche ? car je note bien cette réflexion « Gros réseaux, gros problèmes, petits réseaux, petits problèmes ».
Quoiqu’il en soit ça ne peut fonctionner qu’avec de la péréquation ; c’est cette idée « impossible » qu’il nous faut essayer de faire entrer dans les cerveaux !

J’ai commencé avec les candidats aux primaires citoyennes
Après les primaires, si la « mayonnaise prend »(on peut toujours rêver !), il faudra élargir le champ aux présidentielles !! une fenêtre d’opportunité à ne pas manquer !
Ci-dessous le type de mail envoyé à ces messieurs et dames…
type 1:
Qu’elles émanent de l’UMP ou du PS les propositions des grands partis sur le très haut débit ont été jusqu’ici bien timides. Martine Aubry a eu l’honnêteté de reconnaitre ses « faiblesses » sur le sujet (”Je ne suis pas née dedans, je vous avoue que je suis dépassée par la situation sur ce terrain là” ), les autres n’en parlent pas ou trop peu !
Ce « terrain là » est pourtant un terrain d’avenir dans tous les domaines, à commencer par les domaines « clés » de la santé et de l’éducation
Peut-être votre équipe trouvera-elle dans notre modeste blog (https://websdugevaudan.wordpress.com/ ) quelques arguments sur la nécessité d’un changement de cap et d’un vote par le parlement d’une loi de solidarité nationale pour la généralisation de la fibre optique dans les campagnes . Un gouvernement de gauche l’a fait pour l’ électricité en 1936. Pourquoi un (possible !) gouvernement de gauche ne le ferait-il pas en 2012 pour donner à chaque citoyen , quelle que soit sa « place physique », sur le territoire, une même « place numérique » ? Disposant d’un égal accès à l’économie de la connaissance, chaque citoyen pourrait dés lors participer à un vaste chantier d’INNOVATION pour la France !

type 2:
Demandons, via l’aménagement numérique du territoire le droit à l’information pour tous
http://www.village-justice.com/articles/droit-information-Pierre-Ygrie,3292.html
Nous ne construirons pas une France innovante sans des campagnes « intelligentes » !
https://websdugevaudan.wordpress.com/
Merci de mettre ce sujet « transversal » et porteur de croissance et de compétitivité « en haut de la pile » !

Wait & See…et lançons, si vous le voulez bien, une large « intrerpellation » des candidats avec en mémoire, pour nous auto-encourager, cette pensée de Sénèque » ce n’est pas parce que c’est difficile que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que c’est difficile »

6 10 2011
narvic

Bonjour

Est-ce que 30 milliards d’euros d’investissement c’est beaucoup? On peut comparer au 51,7 milliards d’euros qui forment la totalité de l’investissement des collectivités locales pour 2010 (et qui représentent les trois quarts de l’investissement public français total. Et oui, dans ce pays, ce n’est pas l’État qui investit, ce sont les communes, départements et régions!)

Donc 30 milliards, c’est – à la louche – moins de la moitié de l’investissement public français sur une année. Sur 5 ans, ça n’en fait plus que moins de 10%, et sur 10 ans moins de 5%.

Donc non, 30 milliards c’est important, mais ça n’est pas vertigineux.

A l’échelle locale de la Lozère, c’est peut-être un peu différent… Le schéma départemental d’aménagement numérique chiffre son « scénario 3 » de réseau de fibre complet (jusqu’à l’utilisateur) pour tout le département (hors agglo de Mende) à 164 millions d’euros. En 2010, le budget d’investissement total du département était de 42 millions d’euros. Donc 164 millions, c’est quatre fois la capacité annuelle d’investissement de la Lozère et non plus la moitié comme au niveau national (une différence de un à huit!). Là, c’est beaucoup. C’est même hors de portée pour le département seul.

6 10 2011
Pierre Ygrié

@narvic
d’où la necessité de faire voiter par le parlement une loi de péréquation nationale comme pour l’électricité en son temps …tout le reste est littérature;-)
http://numericuss.com/2011/09/02/mettre-le-thd-a-la-campagne-dans-la-campagne-pierre-ygrie-enfonce-le-clou/

7 10 2011
Pierre Ygrié

RURALITIC : La Solidarité s’arrête là où le haut débit s’arrête…
http://www.ruralitic.org/site/2011/10/ruralitic-en-vid%C3%A9o.html
Venez découvrir RURALITIC en image grâce au dossier vidéo réalisé par Jean-Louis Courleux, journaliste pour le Podscat Journal : Serge Pilicer Président-Fondateur de RURALITIC, Jean-Michel Billaut personnalité numérique de l’année, Vincent Descoeur député et président du conseil général du Cantal et Président de l’ANEM, Philippe Leroy Sénateur de Moselle, Pierre Ygrie, association de promotion de l’Internet très haut débit dans les territoires ruraux,Caroline Fel, directrice Thémis Network,Pascale Luciani-Boyer, maire adjoint Saint Maur des Fossés, lauréate des trophées… Tous s’expriment sur le haut débit et défendent la place de la ruralité dans la révolution numérique.

Pour voir les vidéos suivez ce lien

http://www.podcastjournal.net/DOSSIER-VIDEO-RURALITIC-La-solidarite-s-arrete-la-ou-le-haut-debit-s-arrete_a9603.html

La « bète » est économe ! le panneau « Webs du Gévaudan » que l’on voit ici date de « Marvejols sur Web 2002 » ! http://www.lozere-online.com/photos/p25_18.html

7 10 2011
8 10 2011
Pierre Ygrié

de la Lozère au Bas Rhin ..
.
http://www.parolesdelus.com/club/vos-projets-tic/hoenheim-en-visioconference

et voilà le début du commencement de quelque chose !!! On savait que ça existait, que certains (Manche) en faisaient mais si d’autres s’y mettent il faut le faire savoir !
Avec des infrastructures de qualité et un corps enseignant formé les zones rurales peuvent commencer à espérer…une prise de conscience générale de cette « évidence » : capter à l’extérieur des ressources qu’elles n’auront jamais chez elles ! c’est particulièrement vrai dans les secteurs clés de l’éducation et de la santé ! et quand cette « captation de resources » sera fluide et naturelle grace à des débits puissants et symétriques les territoires ruraux seront radicalement transformés …tout en conservant leur charme naturel …si nous avons la sagesse de protéger la nature !

8 10 2011
10 10 2011
Pierre Ygrié

Free met la pédale douce sur la fibre optique
http://www.macbidouille.com/news/2011/10/10/free-met-la-pedale-douce-sur-la-fibre-optique?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+macbidouille+%28MacBidouille.com%29

A ce rythme on finira peut-être par fibrer la France en 2125 !!

à moins que les candidats à la présidentielle ne s’emparent du sujet ? On peut toujours rêver, ce que je continue )à faire en postant le papier ci-dessous à l’émission de France 2 « Hollande:/Aubry » de mercredi :

« La gauche avait fait voter en son temps une loi de solidarité nationale pour installer l’électricité jusque dans le plus petit hameau de Lozère! Si elle arrive au pouvoir envisage-t-elle d’en faire autant pour fibrer l’ensemble du territoire pour permettre à chaque citoyen, quelle que soit sa place « physique », d’avoir une même « place numérique »? C’est la condition pour faire entrer à armes égales urbains et ruraux dans l’économie de la connaissance porteuse de croissance et d’emplois. Cette économie est particulièrement bien adaptée au monde rural puisque c’est la SEULE dont la « MATIERE PREMIERE » (l’information)est potentiellement disponible n’importe où ! La stratégie actuelle de concurrence par les infrastructures ne permettra jamais d’atteindre cet objectif de « justice numérique« 

11 10 2011
Pierre Ygrié

Magnifique discours de Steve Jobs en 2005
Je vous conseille sa lecture (ou son écoute si vous parlez anglais) jusqu’au bout
http://www.jailafibre.eu/index.php/smallnews/detail?newsId=8867&_newsletterjob=10222059

et un hommage de René Trégouet
http://www.rtflash.fr/steve-jobs-visionnaire-qui-rendu-technologie-desirable/article

11 10 2011
Pierre Ygrié

Depuis l’Orne l’ami Xavier me signale une vidéo intéressante pour ceux qui ne sauraient pas encore bien à quoi sert le très haut débit

http://www.zevillage.net/2011/10/10/a-quoi-sert-le-tres-haut-debit-zeclin-doeil-du-10-10-2011/?utm_source=Zevillage&utm_campaign=4a585a71e8-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

12 10 2011
« La ruralité est l’avenir de la France » ! « Les webs du Gévaudan

[…] la cas aujourd’hui ….mais, demain, si tous les ruraux (citoyens et élus) parviennent à « mettre le très haut débit à la campagne dans la campagne électorale » tous les espoirs sont (peut-être?) permis […]

4 12 2011
Les réseaux vont-ils exploser ? « Les webs du Gévaudan

[…] pour demander sur ce sujet vital pour le pays et plus particulièrement pour les zones rurales un VRAI DEBAT […]

29 02 2012
Agriculture et Très Haut Débit : les deux « mamelles » de la Ruralité du 21 ème siècle ! « Les webs du Gévaudan

[…] 6-Laisser perdurer la concurrence par les infrastructures constitue, dans les zones rurales, une entrave à la vraie concurrence, celle sur les services ! Pour marteler encore une fois cette évidence il faut d’urgence  un vrai débat […]

27 03 2012
websdugevaudan

Depuis que j’ai écrit cet article mon député, Pierre Morel à l’Huissier, lors d’une interview spécifique sur le sujet, s’est aligné sur la position des maires ruraux demandant le fibrage du pays en 5 ans et non 10 ans ! Pour ce faire il propose le lancement d’un emprunt spécialement dédié à l’aménagement numérique du territoire….mais, à ma connaissance, Nicolas Sarkozy n’a pas (encore?) repris cette (séduisante) proposition 😉

2 04 2012
Le très haut débit « maillon faible » de la chaîne collaborative de santé « Les webs du Gévaudan

[…] la déception croissante ,en particulier chez les ruraux, il y a urgence à lancer un vrai débat  et à demander à nos décideurs un changement de cap  en affirmant, période électorale […]

6 06 2012
25 08 2012
17 09 2013
Très haut débit : le mouvement est engagé dans les territoires ruraux | Les webs du Gévaudan

[…] 2012 ) demandé une large concertation (Assises numériques:l’urgence de la concertation ! 2009, Très haut débit : l’urgence d’un Vrai Débat ! 2011) et un plan VIF ! (Très haut débit : un plan « V.I.F » ? 2012), lancé des alertes […]

9 11 2014
Lozériens, c’est le moment de «bouger » ! | Les webs du Gévaudan

[…] Très haut débit : l’urgence dun Vrai Débat ! […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :