L’A75 « autoroute du télétravail » ? une idée qui fait son chemin …

2 11 2011

L’idée de faire des territoires irrigués par l’A75 des territoires de très haut débit pour attirer des télétravailleurs n’est pas nouvelle. Lancée en 2008 par les Webs du Gévaudan elle est reprise aujourd’hui par Macéo, association  pour le développement économique du Massif central. Mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres ! L’environnement est favorable, les atouts des territoires traversés par cette autoroute sont nombreux …mais les freins également !  Les nouvelles façons de travailler   n’en sont encore qu’aux balbutiements .

Quant à l’apport d’une ruralité en très haut débit à la France la question n’a pas encore, à notre connaissance,  été réellement posée ! Si elle l’avait été nous n’entendrions plus le discours redondant sur l’« énormité » des investissements nécessaires au fibrage du territoire !

Qu’entend-t-on par télétravail et très haut débit ?

Le télétravail  désigne de manière générale toutes les formes de « travail à distance »( domicile, télécentres etc…) c’est-à-dire les formes d’organisation et/ou de réalisation du travail rendues possibles par les moyens de télécommunication et l’Internet . On distingue deux grandes catégories de télétravailleurs : 1-les salariés d’entreprises ou associations : ce sont des employés d’entreprises ou collectivités dont l’organisation leur permet de travailler à distance, tout ou partie de leur temps de travail. 2- les prestataires indépendants de services : ce sont des freelances (travailleurs indépendants) ou des petites entreprises proposant leurs services.

Seul le télétravail salarié a fait l’objet d’une règlementation particulière, ( à laquelle a d’ailleurs largement pris part un député lozérien ) , suite à l’accord cadre européen du 16 juillet 2002, transposé en France sous la forme d’un accord national interprofessionnel (ANI) signé en 2005. Il se définit comme « une forme d’organisation et/ou de réalisation du travail, utilisant les technologies de l’information dans le cadre d’un contrat de travail et dans laquelle un travail, qui aurait également pu être réalisé dans les locaux de l’employeur, est effectué hors de ces locaux de façon régulière »

Pour télétravailler il faut impérativement du haut débit et, de plus en plus, du très haut débit.Tout laisse à penser que la puissance des réseaux très haut débit fera enfin décoller ,dans les territoires qui en disposeront, ce mode de travail découvert il y a 40 ans et qui a eu, jusqu’ici, du mal à s’imposer, particulièrement en France.

Les avantages du télétravail sont pourtant évidents. En 1973, lorsque Jack Nilles, ancien ingénieur en télécommunications à la NASA,  étudia pour la première fois la possibilité d’utiliser l’électronique pour travailler à distance, il fut impressionné pars tous les avantages potentiels que cela représentait.

-Le très haut débit = le réseau le plus performant de transport d’informations ! De l’avis de tous les experts ce réseau est un réseau de fibre optique jusqu’à l’abonné dit FTTH (Fiber To The Home ou « fibre à la maison »   ). « La fibre optique est « la » technologie du très haut débit …..aucune solution alternative à la fibre n’apportera une qualité de service comparable. Il convient de le mentionner explicitement pour éviter toute ambiguïté » (Sénateur Maurey dans son rapport remis au gouvernement en octobre 2010 . Sur ce point capital l’opérateur historique  et les opérateurs alternatifs  sont d’accord !

Un environnement favorable :

L’ A75 irrigue un territoire exceptionnel encore trop méconnu et dont l’attractivité peut être largement « boostée » par la généralisation du très haut débit : paysages magnifiques, symboles forts tant de la ruralité (Lozère) que de la modernité(viaduc de Millau), qualité de vie reconnue par tous, emplacement idéal à relative proximité des capitales du Languedoc Roussillon et de l’Auvergne ,ce qui, entre autres, peut  permettre  à des salariés d’entreprises de ces villes souhaitant habiter la campagne de garder un pied dans l’entreprise grâce à la rapidité des déplacements , agriculture bien « placée » sur l’« échelle écologique » et que l’on doit encourager à aller encore plus loin dans le respect de l’environnement,  nœud d’échanges à (peut-être ?) fort potentiel à Séverac le Château ..etc…Qui plus est, cette autoroute physique est doublée d’une autoroute numérique dont il ne reste plus qu’à construire les prolongements au cœur des territoires pour en faire des territoires exemplaires de l’économie de la connaissance !

L’économie de la connaissance est une chance historique pour des « campagnes intelligentes »  : dans cette économie, la seule dont la « matière première »(l’information) est potentiellement disponible n’importe où, la notion de  lieu de travail perd son sens habituel .L’outil de travail étant l’ordinateur, le « lieu de travail » est « là où est l’ordinateur » et comme celui-ci est de plus en plus portable le lieu de travail peut-être partout ! L’Internet change l’espace dans lequel nous évoluons ! Nos façons de travailler vont s’en trouver radicalement modifiées : sous l’étiquette, à mon sens trop réductrice, de « télétravail »,vont se développer diverses façons de travailler et donc de vivre : travail à domicile v/s travail dans des « maisons de bureaux » ou télé centres, travail individuel v/s travail collaboratif à distance , travail indépendant v/s travail salarié ,télétravail à plein temps v/s travail mixte ( partie à distance, partie « physique » dans l’entreprise) etc…  D’ici une quinzaine d’années, le monde du travail aura radicalement changé.  Chaque territoire, et plus particulièrement le nôtre, doit se préparer à réfléchir à tous les bénéfices qu’apportera ce changement !

Le très haut débit est aujourd’hui la priorité no 1 des maires ruraux   qui souhaitent en faire une grande cause nationale !  rejoignant en cela les préoccupations des Webs du Gévaudan

Les besoins spécifiques de la Lozère :

Notre département est particulièrement concerné. Nous avons besoin d’augmenter sensiblement la population permanente et pas simplement touristique .Quand on connaît la structure de la population de la Lozère (27,4 % de plus 60 ans chez nous contre 25,1 dans la région et 21,3% en France ! ) on comprend mieux la question posée par le sénateur Trégouet dans un rapport de 2007   « Y aura-t-il suffisamment d’actifs dans 10 ans pour s’occuper de nos anciens et maintenir un niveau correct de services publics ? ». Accueillir des télétravailleurs aurait non seulement pour effet d’ « installer » les territoires lozériens dans l’économie de la connaissance mais aussi de dynamiser tous les secteurs traditionnels . De par leur profil les nouveaux arrivants seraient en effet demandeurs de qualité dans tous les domaines ( alimentation, habitat… ) et donc  porteurs de « croissance écologique » ! Qui plus est, un territoire A75 de télétravail constituerait , pour peu que l’on communique sur les atouts spécifiques de notre département , une « rampe de lancement » pour toute la Lozère ! Accueillir des télétravailleurs doit être aujourd’hui une priorité lozérienne !

Les « freins » :

Les freins techniques ( territoires non encore irrigués en très haut débit). Ils existent certes mais beaucoup moins que dans d’autres territoires ruraux. La fibre optique est présente tout au long de l’A75, il ne reste plus qu’à la « pousser » jusque dans les villes et villages environnants. Techniquement c’est possible, la preuve en a été faite à Issoire et à Aumont Aubrac, deux localités pilotes en FTTH , une chance quand on réalise que sur les 6 sites pilotes retenus pour toute la France 2 sont sur l’A75 !

Les freins financiers sont réels mais peuvent être « surmontés » par une collaboration volontariste et sans faille des décideurs des territoires traversés

Les vrais freins sont des freins culturels !

-vis-à-vis du télétravail . Malgré des avancées certaines, il n’est pas encore « installé » dans le paysage hexagonal

– dans tous les domaines. L’apprentissage du travail en groupe n’a jamais été une spécialité française ! Si l’on ajoute à cette culture individualiste le « mille feuilles » administratif  il ne faut pas s’étonner que les collaborations interterritoriales ( dont les inter départementales et inter régionales) ne soient pas encore une pratique très répandue ! Or, sur cet espace A75, on doit penser différemment pour faire du développement rural car le pire est de considérer ces micro territoires comme « fermés » alors qu’ils sont, grâce au lien A75, interdépendants! Pour peu que l’on anticipe les futurs  territoires de l’économie de la connaissance doivent être pensés dés aujourd’hui en transcendant les limites administratives et les contraintes bureaucratiques actuelles.

Les 3 « piliers » de la future Autoroute du télétravail (hors les métropoles du Nord et du Sud)

1-Millau, une « ville à la campagne » mondialement connue, bien placée pour fédérer des territoires et créer des solidarités

Le développement du numérique dans  nos territoires sera d’autant plus facilité que sa ville « phare », Millau, donnera l’exemple. L’une des façons de donner l’exemple pourrait être de transposer sur Internet les modèles actuels de services de proximité voire d’inventer de nouveaux modèles ; de la même façon que les collectivités ont « cadastré physiquement » leur territoire ,de la même façon elles peuvent aujourd’hui le « cadastrer virtuellement » et y installer des services de proximité qui font la vie des gens, donc accessibles par tous ,y compris par les « analphanets » ! C’est en organisant sur Internet des services de proximité réalisés par des responsables de la « vraie vie » qu’ils connaissent et en qui ils ont confiance que l’on « sortira » Internet de son statut d’écosystème fermé pour internautes aguerris pour en faire un outil de tous les jours au même titre que l’eau et l’électricité . Il deviendra alors  un service municipal ! Encore faut-il que les citoyens  soient étroitement associés à cette nouvelle démarche ; pour ce faire rien de tel que l’organisation de réunions « citoyennes »   pour « récolter » les besoins des habitants .Quel beau challenge à relever pour les millavois, élus et citoyens réunis !! mais, comme les conseilleurs ne sont pas les payeurs, à ce stade ce n’est qu’une idée d’un « conseilleur » un peu millavois mais surtout lozérien !

2-Le Cantal, terre de télétravail

En 2007, la Communauté de commune de Murat crée le premier télécentre (bureaux équipés d’outils informatiques et mis à la disposition de télétravailleurs ) du département . Le département dispose aujourd’hui de 7 télécentres et , demain, de 10 avec l’ouverture de 3 nouveaux en 2012. Chaque télécentre a une spécificité particulière pour sensibiliser aux usages du télétravail dans divers secteurs : agriculture, santé, TIC et homeshoring (centres d’appels dans des télécentres). Le télécentre de Murat intègre également un cursus de formation ; depuis 2007, 450 personnes se sont inscrites aux cycles de formation. Parmi ces candidats 30% d’entre eux ont créé leur activité. Par ailleurs, selon Fabien Miedzianowski, responsable du projet Cybercantal,  le conseil général du Cantal vient de boucler un projet pilote de télétravail pour ses agents (2 ou 3 jours/semaine à domicile ou dans les télécentres publics ou locaux déconcentrés du conseil général) qu’il est en train de généraliser à tous ses salariés. Rappelons également que le Cantal organise tous les ans le colloque Ruralitic qui fait aujourd’hui référence…et auquel participent régulièrement les Webs du Gévaudan !    

3-La Lozère, département symbole de la ruralité moderne ? 

De très loin dernier département français en termes de population et, de ce fait, symbole de la ruralité, la Lozère peut nourrir la légitime ambition de devenir le symbole de la ruralité moderne, « mariage » du terroir et de l’internet ! Outre ses atouts agricoles et patrimoniaux bien connus notre département possède plusieurs atouts « numériques » : le conseil général a fait du très haut débit sa priorité no 1, l’un de ses députés, Pierre Morel à l’Huissier,est devenu le parlementaire spécialisé en télétravail, le président du conseil général est également président du syndicat mixte A75 numérique, les 9 plateformes décentralisées de la Maison de l’Emploi et de la Cohésion Sociale de Lozère (MDECS )  connaissent un développement prometteur, idem pour le pole lozérien d’économie numérique (POLeN) que nous envient d’autres départements , la télémédecine commence à s’implanter etc…

L’Union fait la force !

Derniers exemples récents de collaboration :

Solozère ! « Le réseau pour télétravailler en Lozère ». Né d’une convention signée par le centre de Ressources en Technologies Numériques de POLeN, animé par Lozère Développement, et la MDECS, Solozère  a été lancé officiellement lors des rencontres nationales du télétravail organisées à Aumont Aubrac le 28 octobre. Son principal objectif est de créer un annuaire des télétravailleurs liés à la Lozère. Solozère deviendra, après ce lancement officiel, l’espace communautaire ou se retrouveront les entreprises et les télétravailleurs, salariés ou indépendants, pour mieux se connaitre, se faire connaitre, échanger et collaborer sur des problématiques communes.

Macéo : l’association Macéo  est le rapprochement des réseaux et associations intervenant à l’échelle du Massif central : l’ ADIMAC ( association de développement industriel du Massif central) , l’APAMAC (réseau des chambres de métiers et de l’artisanat du Massif central), SIDAM (réseau des chambres d’agriculture du Massif central) et UCCIMAC(réseau des chambre de commerce et d’industrie du Massif central) .

A nos méninges !

Comme nous l’écrivions en introduction, Macéo , qui vient de réaliser une étude sur le télétravail , souhaite engager une réflexion sur « l’A75 autoroute du télétravail ». Cette initiative de Macéo doit être l’occasion pour les décideurs et les citoyens du sud du massif central  de montrer que fédérer les décideurs de 3 régions et de tous les départements irrigués par l’A75 pour monter un projet  commun c’est possible ! Si trop souvent « les hommes préfèrent construire des murs que des ponts » (Isaac Newton), chez nous ils ont su construire des viaducs en « retournant » des opinions hostiles ! Toute idée innovante chemine en trois étapes selon Schopenhauer « 1-elle est ridiculisée 2-elle subit une forte opposition 3-c’est une évidence pour tout le monde »  Pour certains l’histoire du viaduc de Millau n’a pas échappé à cette « règle » . Puisse l’idée d’A75 autoroute du télétravail suivre le même chemin !

Cher internaute  qui avez pris la peine de lire cet article n’hésitez pas à nous faire part de vos critiques …et à « apporter vos idées » …même si vous n’habitez pas notre (belle) région ! Un grand Merci d’avance !

Auxillac le 2 novembre 2011

Pierre Ygrié

NB : cet article sera publié intégralement ou en partie dans la revue trimestrielle « Lou Païs » en vente dans toutes les bonnes librairies lozériennes 😉


Actions

Information

94 responses

3 11 2011
Laurent MARTIN

Merci à Pierre pour cette belle synthèse exhaustive.
Pierre, à ta disposition, aujourd’hui encore plus qu’hier, pour nourrir le projet et les idées autour du télétravail. Hélas, ou heureusement, les 2 expérimentations FTTH retenues autour de l’A75 ont été rendues essentiellement possibles grâce à l’investissement privé des opérateurs nationaux (Issoire) et des subventions publiques et privées (Aumont-Aubrac), sans quoi la rentabilité économique de ces 2 opérations se serait avérée critique, à court terme. Et je ne pourrai pas toujours, comme c’est par exemple le cas pour Aumont-Aubrac, offrir la gratuité d’un lien 500 Mbps sur toute l’année 2011 pour offrir l’Internet aux abonnés dans des conditions de prix acceptables par l’utilisateur final, et en complément des importantes subventions publiques.
Comme tu dis que « Les freins financiers sont réels mais peuvent être « surmontés » par une collaboration volontariste et sans faille des décideurs des territoires traversés », je pense que toute la problématique est posée et que c’est à partir de ce seul constat qu’il nous faut tous réfléchir. Le travail d’évengélisation est conséquent, mais j’espère bien voir un jour le haut-débit arriver jusque ma petite maison de campagne de Rieumal, sur la route de Finiel après le Pont-de-Montvert… Les lozériens comprendront de quoi il retourne… 😉
Laurent MARTIN
Directeur A75 Networks

3 11 2011
Pierre Ygrié

Merci Laurent. La démarche de « réflexion collective »est lancée !
J’en ajoute une « couche » même si elle n’est pas directement opérationnelle et davantage futuriste en vous signalant le dernier article de Jean Pierre Jambes « Web et plate-formes de proximités augmentées à inventer »

http://numericuss.com/2011/11/02/web-et-plate-formes-de-proximites-augmentees-a-inventer/

Dans le droit fil de ce que j’ai écrit sur Millau (L’une des façons de donner l’exemple pourrait être de transposer sur Internet les modèles actuels de services de proximité voire d’inventer de nouveaux modèles ) cette « matière à réfléchir » sera utile !

Jean Pierre ouvre, à mon avis, des horizons ….de réflexion pour inventer des services de proximité …sur les territoires de l’A75 lorsqu’ils seront équipés en très haut débit !

4 11 2011
Pascal RASSAT

Voilà un très bon article de mobilisation. Juste un petit complément : les projets pourraient concerner tous les territoires intéressés de l’Hérault jusqu’au Puy-de-Dôme.

A retenir aussi que MACEO a lancé un appel à contributions non seulement autour de l’A75 mais aussi autour de l’A20 et de l’A89 pour conforter la place du télétravail sur les territoires du Massif central. C’est le moment pour les territoires de proposer des contributions ou simplement de faire part de leur intérêt avec l’objectif de mettre en place des groupes de travail autour des axes qui auront réunis le plus de propositions.
Déposez vos contributions sur http://www.teletravail-massif-central.com/index.php?option=com_ckforms&view=ckforms&id=1&Itemid=59. Vous y trouverez aussi tous les documents de restitution de l’étude menée par MACEO entre avril 2010 et août 2011.

Pascal Rassat
Consultant en charge de l’étude MACEO pour le cabinet CITICA

4 11 2011
Pierre Ygrié

Merci Pascal pour ce « petit complément » qui précise bien les territoires concernés ( du Puy de Dôme à l’Hérault) alors que je n’avais mis l’accent que sur les départements très « ruraux » et qui élargit la réflexion aux autres territoires du massif central .

C’est vraiment le moment pour nous citoyens ruraux de profiter de l’appui de MACEO pour dire fermement ce que nous voulons :
du télétravail ….et les conditions nécessaires au développement des vraies télé activités de demain :
du très haut débit http://www.zevillage.net/2011/10/10/a-quoi-sert-le-tres-haut-debit-zeclin-doeil-du-10-10-2011/?utm_source=Zevillage&utm_campaign=4a585a71e8-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email
et du cloud de proximité ! http://www.jailafibre.eu/index.php/video/detail?newsId=542&_newsletterjob=10886679

Aux actes citoyens ! http://billaut.typepad.com/jm/2011/10/connaissez-vous-andr%C3%A9-yves-portnoff-from-paris-.html

4 11 2011
Marc Duchesne

Je signale l’initiative menée par Olivier Zablocki, aka @zablo, quelque part sur l’A75, à St-Germain Lembron : un hôtel numérique, dédié TechShop, FabLab, CoWorking. et Nomadisme. Sur le mode DIY cher à nos camarades britanniques, qui réussissent à construire des réseaux THD ruraux avec leurs petites mains…

5 11 2011
Bernard GARRIGUES

Nous savons tous qu’il est difficile (à moins de génie) de faire passer des processus complexes sous forme d’idée simple. Par contre si tu choisis un seul aspect du processus (voire une préconception qui ne repose sur rien de robuste) comme le principe européen de la « concurrence libre et non faussée » tu peux faire une belle synthèse comme celle du sénateur Hervé MAUREY et chipoter si le THD pour tous, c’est 95% ou 90%, avec un petit taquet à 80% par commune paumée : pour habiter une commune paumée, faut être taré : un taré n’as pas besoin du THD, ni même du HD.
Le principe du très haut débit pour tous, est un principe fort et merveilleux (merveilleux parce qu’il permet aux 7 milliards de couillons de la lune qui peuplent notre terre de participer à la création de richesses selon ses besoins) ; mais c’est un principe de biens publics. Et nous venons de vivre, nous français, un épisode qui dure depuis près de 40 ans dans lequel tous les pouvoirs politiques qui se succédèrent tentèrent de nous faire accroire que les biens publics seraient bien mieux gérés par les intérêts privés. Il suffit de comparer les caractéristiques des biens publics et ceux des biens privés pour être certains a priori que, logiquement, il s’agit d’une idée fausse. Ce qui s’est passé en Californie et en Angleterre nous en ont apporté la preuve.
À ma connaissance l’A75 numérique a été inauguré au mois de Mai 2008 (donc depuis 42 mois) avec un nombre conséquent de sorties facilement activables (en moyenne, une tous les 7 kms) : combien d’abonnements grand public ont été servis en Lozère ? ZÉRO. Il y a quelque chose qui cloche quelque part dans l’autoroute du télétravail.
Les génies de COVAGE, ils savent mieux que nous que c’est la puissance du réseau sur lequel repose le potentiel création de richesse d’internet. Ce qui leur manque, c’est le mode d’emploi pour faire du pognon avec cette évidence ; sans se faire tancer par Silicani comme Manche Numérique, et sans se retrouver en petit culotte dans le blizzard. Forcément, depuis que l’humanité est ce qu’elle est, s’il avait existé un moyen de marchandiser un bien public dans l’intérêt public, nous aurions trouvé le truc et cela se saurait.
Je suis sérieusement fatigué de ce combat morbide en tenaille entre les politiques suffisants et ignorants qui engagent des deniers publics sans obligation de résultats et les industriels du net qui exploitent jusqu’à l’os le réseau voix financé comme biens public par ceux qui nous précédèrent. Les techniques existent ; elles sont nettement moins coûteuses que ce que prétendent les industriels du net (en tous les cas moins coûteuses que le réseau cuivre avec ses grosses machines électromécaniques de routage) et à vrai dire à la portée de n’importe quelle petit communauté qui sait ce qu’elle veut. Les seules difficultés qui existent sont politiques. Personne ne sait vraiment comment cela marche mais nous commençons à savoir que cela marche ; qu’un nouveau cycle de développement est ouvert. Une bifurcation comme nous disons dans notre jargon ; nous savons que certains l’emprunteront et exploreront toutes les possibilités (les bonnes et les mauvaises) de ces territoires immatériels ; que d’autres préféreront persister sur l’ancienne voie avec l’équation emplois + produits (ou services) = économie industrielle (ou marchande). Prendre conscience que tant que nous accepterons de discuter « marché » nous sommes blousés a priori : marché, cela veut dire: « si tu veux jouer avec moi, il faut que tu me garantisses 30% de bénéfice ».
J’habite un village cévenol (j’en ai, aussi, marre de la pluie) qui est entouré de 8 villages (comme tous les villages) situés à une distance entre 1 km à 4 kms à vol d’oiseau et des dénivelés entre quelques dizaines de mètres et mille mètres : tous ces villages sont réunis à tous les autres par des chemins, dont certains sont pavés (ici, nous disons caladés) : donc des chemins dont le coût (au prix du marché) représente cent ou mille fois celui d’un faisceau de Fibre Optique sur le même parcours. Ce réseau de chemin a été construit et entretenu par les habitants de ces villages, sans aide de l’État, de la commune ou du département durant des siècles. Il leur a aussi permis de faire réseau, que les acquis des uns profitent à tous, etc … Il y a quelque chose qui cloche quelque part dans le déploiement de la fibre optique sur le territoire.

5 11 2011
Pierre Ygrié

Eh ben dis donc, Bernard nous secoue les neurones ! Il y a effectivement « quelque chose qui cloche la dedans … » comme le chantait si bien Serge Regiani
http://www.dailymotion.com/video/xdwrsb_serge-reggiani-la-java-des-bombes-a_music «

« J’y retourne immédiatement » …pour rappeler 7 « évidences » :
1-Plus les services physiques sont faibles ou absents plus les services électroniques doivent être performants. En matière d’installation du très haut débit les ruraux devraient donc être prioritaires 2-Les ruraux ne pourront jamais être prioritaires dans le cadre actuel de la stratégie de concurrence par les infrastructures même en y apportant des améliorations ! Il faut donc changer de cap
3-A l’instar de l’électricité en son temps le fibrage des campagnes ne sera pas possible sans le vote d’une loi de péréquation nationale
4-La Solidarité s’arrête là où le haut débit s’arrête
5-il faut les mêmes infrastructures partout pour les mêmes services partout
6-La société industrielle avait dépeuplé les campagnes, la société numérique peut aider à les repeupler !
7-une ruralité moderne peut beaucoup apporter à la France !!

Avanti !!

PS : Pour info ce samedi matin de 9 à 10 dans l’émission « On n’arrête pas l’éco » un reportage sur le télétravail à Murat
Les gens qui comptent
Un reportage de Véronique Julia
non encore en ligne ! le sera-t-il un jour ? Si vous vous le procurez n’hésitez pas !

5 11 2011
Bernard GARRIGUES

Millau est un très bel exemple de validation de l’article de Pierre. L’A75 numérique comporte deux sorties passives au droit de Millau : une à l’entrée du viaduc, l’autre à la sortie (passives la dernière fois que j’ai eu accès à ces données). Une bretelle d’accès autoroutière à Millau a été aménagée au nord du viaduc : personne n’a pu ou voulu me dire si un faisceau FO (ou au moins un fourreau vide) avait été déployé en même temps qu’était calibré la bretelle d’accès. Par contre, aux dernières nouvelles, aucun abonné normal de Millau n’avait accès au THD. Il y a quelque chose qui cloche dans l’appropriation par le territoire de la ressource internet.

5 11 2011
Bernard GARRIGUES

Pour faire écho à l’info de Marc : il me paraît inconcevable en 2011, dans un pays comme la France, qui produit des institutions depuis 2 000 ans, toutes plus géniales et ad hoc les unes que les autres, que l’ARCEP ait été incapable de proposer une institution capable de porter la prise en charge et la gouvernance par les citoyens de leur sous-boucle locale soit en adaptant une institution existante (par exemple Association Syndicale Autorisée) ; soit en en créant une nouvelle (par exemple : Section de Commune Numérique) ; soit en préconisant la communalisation des réseaux de distribution.

5 11 2011
Pascal RASSAT

Deux remarques :
– En France, on réfléchit beaucoup « infrastructures » mais on zappe généralement l’étape « Usages ». En parallèle de la réflexion THD, commençons pas mettre en place de véritables usages personnels et professionnels.
– il ne faut d’ailleurs surtout pas conditionner le télétravail à l’accès très haut débit. Je comprend que le débat passionne mais la plupart des télétravailleurs fonctionnent aujourd’hui très bien avec une connexion HD.

5 11 2011
websdugevaudan

Vous avez raison Pascal …bien sur qu’on peut télétravailler sans très haut débit . Si c’était le cas nous n’aurions pratiquement pas de télétravailleurs en France ! Nous n’en avons pas beaucoup certes mais ils travaillent pratiquement tous en haut débit et non en très haut débit…
Cela étant je puis vous assurer que les rares qui travaillent en très haut débit voient la différence. A Murat j’ai déjeuné avec une télétrravailleuse en FTTH (l’exception qui confirme la règle !) et pour elle il n’y a pas photo entre le FTTH et l’Adsl !

Infrastructures et usages c’est la poule et l’œuf . Il faut commencer par…les deux ! Les deux combats sont complémentaires, il faut les mener de front simultanément car, si le haut débit est suffisant pour les usages d’aujourd’hui il risque d’être « juste » pour les usages de demain qui demanderont de la symétrie et de la puissance . L’infrastructure crée de la valeur. Personnellement je crois que la télé présence modifiera sensiblement nos façons de travailler, de nous soigner, de nous cultiver, nous éduquer etc….et nous ne l’aurons pas vraiment sans réseaux optiques
Pour ce qui me concerne, le hasard a fait que j’ai pris conscience de ce phénomène il y a près de 20 ans en 1991 au Futuroscope dans les locaux de France Télécom où était organisée une vidéoconférence. Se retrouver nez à nez avec des personnes présentes physiquement dans quelques grandes villes françaises dont j’ai oublié le nom ( établissements de FT reliés en optique) n’est pas un souvenir anodin ! Cet« incroyable effet de présence obtenu par la fluidité parfaite de l’image et surtout l’échange des regards, comme dans une rencontre réelle » m’a profondément marqué. Près de 20 ans plus tard, avec la commercialisation déjà amorcée d’outils collaboratifs permettant le travail à distance j’ai l’intuition que les réseaux optiques seront très précieux pour les usages de demain

Celà étant Pascal a raison sur le « parent pauvre » Usages . J’ai écrit quelque part (je ne me rappelle plus où?)que l’on devrait demander aux collectivités territoriales non seulement des schémas directeurs très haut débit mais aussi des shémas directeurs services et usages !

En résumé je dirais ..à la louche :
-télétravail d’aujourd’hui=haut débit
-télétravail de demain = très haut débit
Mais je suis ouvert à toutes réflexions et contradictions !

La démarche « A75 autoroute du télétravail », compte tenu de la présence de la fibre optique sur l’autoroute me parait etre une bonne occasion de réfléchir sur les deux, surtout si on élargit l’ensemble de la réflexion à toutes les téléactivités ( dont le télétravail) . L’apport du très haut débit est alors avéré http://www.zevillage.net/2011/10/10/a-quoi-sert-le-tres-haut-debit-zeclin-doeil-du-10-10-2011/?utm_source=Zevillage&utm_campaign=4a585a71e8-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

5 11 2011
Pierre Ygrié

Première interview d’un président de conseil général dans le billautshow !Je vous laisse découvrir de qui il s’agit

http://billaut.typepad.com/jm/2011/11/my-entry-1.html#comments

Comme il dit à peu près les mèmes choses que les Webs du Gévaudan, à savoir « les ruraux d’abord</

la « bète » est contente….et est décidée à multiplier ses « cris » pour l’aider à aller jusqu’au bout de »notre ambition commune 😉

5 11 2011
Bernard GARRIGUES

Jean-Paul POURQUIER toujours égal à lui-même : ses approximations décrédibilisent, à la fois la Lozère, et ce que les webs du Gévaudan sont parvenus à faire rentrer dans son testou.

Je suis complètement d’accord avec Pascal : le vrai potentiel d’internet ce sont les usages qu’en feront les intelligences individuelles et collectives. À l’oublier trop souvent, nous raterons le train : »Demain, il fera jour avec des enfants qui ne seront les nôtres. » écrivait Henry de Montherlant, il y a 70 ans.

5 11 2011
Bernard GARRIGUES

Il a dit :

« Plusieurs études ont montré que 10% de pénétration de haut débit rapportent au moins 1% de PIB supplémentaire. Et 1000 connexions haut débit correspondent à 80 emplois créés ». – Hans Vestberg, président directeur-général d’Ericsson.

6 11 2011
Pierre Ygrié

Sur l’A75 il faut du très haut débit et des datas centers !
http://www.e-alsace.net/index.php/video/detail?newsId=537&_newsletterjob=11012663
Où en est celui de la Tieule dont les élus s’enorgueillissaient à juste titre il n’y a pas si longtemps ?
http://www.lozere-developpement.com/simplanter-en-lozere/les-zones-dactivites/la-tieule.html
Apparemment c’est le calme plat ! Où sont les « difficultés » ?

Comme le dit Jean Pierre Jambes
L’invention de nouveaux services s’impose d’évidence comme le premier des chantiers trop oubliés à lancerhttp://numericuss.com/2011/10/03/amenagement-numerique-du-territoire-quelques-details-qui-n%e2%80%99en-sont-pas/
Les plate formes de proximité restent à inventer !
http://numericuss.com/2011/11/02/web-et-plate-formes-de-proximites-augmentees-a-inventer/ !

et comme l’infrastructure est créatrice de valeur il faut ouvrir deux « chantiers » d’urgence : les usages et le très haut débit ! La poule et l’œuf;-)

6 11 2011
Bernard GARRIGUES

Faudrait peut-être que les clercs (dont je fais partie) règlent une fois pour toutes leurs comptes sémantiques entre usage et service. Prenons l’exemple de l’e-médecine :

1/ Si l’e-médecine, c’est un service qui permet de marchandiser au prix maximum les connaissances médicales, c’est un casse-gueule logiciel de première magnitude qui entraînera une régression de la santé publique rapide.
2/ Si l’e-médecine, c’est un usage d’internet qui permet à l’intelligence des médecins (des acteurs de santé) de valoriser au mieux les connaissances médicales universelles, il y a quelques chances d’améliorer les protocoles médicaux et, peut-être, la santé publique.

Pour l’expérience, les clercs n’ont pas su régler les comptes sémantique entre croissance et développement : le champ du développement est resté en friche et nous avons dévoré non seulement la rente des ressources mais encore les ressources de la croissance elles-même jusqu’à l’os.

6 11 2011
Bernard GARRIGUES

Pour l’A75 numérique, le truc que je propose :

1/ Un GIX gratuit à La Canourgue (pour des motifs géographiques) ;
2/ Un nuage local ad hoc qui proximalise les connaissances universelles avec les intelligences (individuelles et collectives) locale.
3/ Un département qui dégroupe tous les NRA.
4/ Nous arrêtons de discutailler avec ceux qui veulent faire du pognon avec internet et mettons en place un groupe de travail ouvert à toute l’intelligence locale.

6 11 2011
Pierre Ygrié

Mettre en place un groupe de travail ouvert à toute l’intelligence locale ? Chiche ! mais comment ?

Jusqu’ici je n’ai jamais su (pu) faire !! et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé !
Dés l’ouverture du 1er blog, en 2004, (alors que les Webs existent depuis 2000) j’appelais de mes vœux de larges débats citoyens en profitant d’une spécificité de notre département découlant de la faiblesse de la population : la PROXIMITE !
Dans nos vœux de 2005 nous souhaitions « que s’instaure en 2005 un large débat avec les Lozériens , les services de l’Etat et l’ensemble des décideurs du département et de la région pour tenter de construire ensemble la Lozère dont nous rêvons pour nos enfants ! »
Quelques mois plus tard j’en remettais une « couche » avec une proposition concrète « créer un pole d’expertise départemental chargé précisément de susciter les besoins des populations .L’une des missions d’une telle structure ,demandée depuis des années par les Webs du Gévaudan, serait , à notre avis, l’animation dans chaque commune de réunions regroupant élus et citoyens ; c’est en effet au plus près du terrain que s’exprimeront le mieux les besoins dans tous les domaines :santé, éducation, vie quotidienne, services publics . S’agissant d’un domaine vital pour notre avenir nous ne pouvons pas « laisser à l’abandon » les élus locaux comme nous l’avons fait à l’occasion de la sortie fin 2004 du guide « haut débit pour toUs » qui leur était pourtant destiné ! »
J’ai proposé à plusieurs reprises au conseil général de <strong>recruter un Monsieur (ou Madame !) Développement Lozère qui aurait pour mission de :
1- organiser des réunions décentralisées pour élaborer progressivement, à partir du « terrain » un vrai projet de développement du département
2- « vendre » la Lozère à l’extérieur lors des colloques sur le numérique (ce que les Webs du Gévaudan essaient de faire comme ils peuvent !)
La dernière fois en janvier 2007
Faisant partie du CA du pays Gévaudan j’ai proposé, sans succès, d’en faire la priorité des travaux de cette structure tant l’avenir du territoire de ce pays me parait lié au numérique
Je considère comme mon plus grand échec le fait de ne pas avoir réussi à convaincre les élus de mettre en place cette démarche participative dans laquelle citoyens, élus et représentants de l’Etat auraient élaboré ensemble un vrai projet de Lozère laboratoire en très haut débit. Utopique me disait-on à l’époque et me dit-on toujours dans certains milieux. Au vu
de l’expérience des réunions organisées par l’association de 2000 à 2005 ( réunions terrain fréquentées par du grand public, des élus et des représentants de l’Etat !) j’ai toujours « prétendu » que c’était possible … Quel autre département que le nôtre aurait-il été capable de faire ça ?

Mais redescendons sur terre et regardons l’avenir ! Nous avons la chance que Macéo, organisme fédérateur qui a déjà fait la preuve qu’il pouvait faire aboutir des projets ambitieux (type autoroute numérique A75) « recrute » des bonnes volontés pour organiser un groupe de travail . Si nous nous sentons concernés, je vous propose :

1-De s’inscrire au groupe A75 http://www.teletravail-massif-central.com/index.php?option=com_ckforms&view=ckforms&id=1&Itemid=59
2-De convaincre les élus des territoires de l’A75 de s’inscrire , eux aussi , je dirais même eux surtout !

Pour ce qui me concerne c’est fait mais je ne suis pas décideur et nous avons besoin de décideurs !

Le cadre de réflexion de ce groupe serait bien évidemment basé sur le télétravail, préoccupation de toujours des Webs du Gévaudan
http://www.lozere-online.com/websdugevaudan/index.php?2005/03
http://www.lozere-online.com/websdugevaudan/index.php?2005/04
http://www.lozere-online.com/websdugevaudan/index.php?2005/06
http://www.lozere-online.com/websdugevaudan/index.php?2005/09/15/34-quels-tele-travailleurs-pour-la-lozere

mais il faut ELARGIR la REFLEXION au très haut débit !
Usages et très haut débit même combat ! Qu’on se le dise !

Et n’oubliez pas !
http://www.teletravail-massif-central.com/index.php?option=com_ckforms&view=ckforms&id=1&Itemid=59

pour nous préparer à accueillir ceux qui ont « la folie des grands espaces » et qui aimeraient bien venir chez nous comme télétravailleurs …ou agriculteurs 😉
http://www.youtube.com/watch?v=ynWl6dVKTOE

6 11 2011
Boissiere claude

Bonjour à tous, je vais ajouter mon petit mot même si presque tout a été dit!!

-A75 autoroute du télétravail c’est stratégique pour au moins deux raison ça crée un lien territorial car ..n’oublions pas que les travailleurs sont souvent des travailleurs pendulaires: ils vont de temps en temps revoir leur entreprise pour tout un tas de raisons que vous connaissez ( en plus de la nécessité professionnelle) et ça c’est fondamental pour qui appartiennent à l’entreprise.Par ailleurs A75 c’est un collecteur pour Clermont ferrand , Montpellier et Toulouse ( on sait que ce sera à 2*2 voies à terme on a déja largement commencé Albi/Rodez) ça c’est aussi fondamental.

– Un autre aspect qu’il faut rappeler c’est pourquoi le besoin en débit ; je peux citer Serge ABITEBOUL chercheur en informatique ( directeur de recherche INRIA et Collège de France) ( les Echos mensuel de novembre page 96) qui dit :de tout temps les sociétés humaines ont produit des données, des informations, des connaissances, et elles les ont stockées et échangées. La nouveauté c’est que ces données sont souvent numériques, stockées dans des ordinateurs et échangées via des réseaux informatiques.Pour donner un ordre de grandeur la quantité d’informations stockées de maniére numérique double à peu prés tous les 18 mois .En 2012 il devrait circuler sur internet un demi- zettaoctets( zetta = 10 puissance 21octet) cela équivaut à environ1 million de fois plus que la quantité d’informations correspondant à toutes les phrases qui ont été prononcées depuis l’apparition de langage!!!!!!!!!!!!.
Ce chercheur travaille sur le Web sémantique WEB 3.0 ??l’idée étant que l’ordinateur est plus à l’aise avec des connaissances qu’avec du texte en langue naturelle , il faut donc construire des bases de connaissances ce qui n’est pas le plus naturel pour l’usager( plus long). Alors pour trier tout ça il faut faire évoluer notre Web .

Rappel: quand on donne du sens aux données on a des informations et ainsi on obtient ensuite des connaissances. Aprés il faut chercher dans des masses considérables d’info numérique.
Ce chercheur a un blog vous pouvez poursuivre ….le savoir

6 11 2011
Bernard GARRIGUES

1/ Je n’arrive pas à cerner la logique de MACEO (au vu du site que tu as signalé). Autant la logique de la téléactivité me paraît devenir de plus en plus claire et possiblement porteuse d’un avenir ; autant la logique du télétravail me semble un avatar que la puissance du net pourrait nous éviter d’avoir à subir. Faut passer à la grille de Noam CHOMSKY pour voir ce que cela donne.
2/ Si nous voulons faire du pognon avec internet, nous partons perdant.
3/ Je ne crois pas au web 3.0. Non pas que ce soit impossible mais parce que c’est inacceptablement trop compliqué face au processus heuristique de base : une (des) intelligence + des connaissances + des difficultés à lever = 10 mille possibles. Le web n’est pas une application du net humainement neutre. Personne n’a jamais vu un livre sur la taille de la pierre casser des cailloux. Ni d’ailleurs un singe conduire un cheval.

7 11 2011
Pierre Ygrié

Le télétravail est la composante économique des téléactivtés. A partir du moment où le massif central est à la pointe du télétravail en France il est normal que l’on élargisse la réflexion sur le sujet

La meilleure façon d’échanger et de dire qu’on est d’accord ou pas sur tel ou tel point c’est peut-etre de s’inscrire pour constituer un groupe de travail ?

http://www.teletravail-massif-central.com/index.php?option=com_ckforms&view=ckforms&id=1&Itemid

Jusqu’ici on n’a jamais réussi à constituer un groupe de travail avec élus et citoyens sur l’A75
Pour une fois qu’on nous en propose un ne faisons pas la fine bouche;-)

7 11 2011
Bernard GARRIGUES

Le télétravail est la (UNE) composante économique (?) des téléactivités (OUI). A partir du moment où le massif central est à la pointe du télétravail en France, il est normal que l’on élargisse la réflexion sur le sujet

La meilleure façon d’échanger et de dire qu’on est d’accord ou pas sur tel ou tel point c’est peut-etre de s’inscrire pour constituer un groupe de travail ? (OUI : A VOIR A L’USAGE)

http://www.teletravail-massif-central.com/index.php?option=com_ckforms&view=ckforms&id=1&Itemid

Jusqu’ici on n’a jamais réussi à constituer un groupe de travail avec élus et citoyens sur l’A75 (BIEN SÛR : LE POUVOIR N’AIME LES CONCURRENTS
Pour une fois qu’on nous en propose un ne faisons pas la fine bouche;- (CE N’EST PAS LA PREMIÈRE FOIS : J’AI PARTICIPÉ A TOUTES : TOUTES FURENT DES MANIPULATIONS PLUS OU MOINS CRIANTES)

7 11 2011
Pierre Ygrié

So what Bernard ?
A notre age nous sommes peut-etre assez grands pour ne pas nous faire manipuler !
Pout ce qui me concerne j’essaie de participer à tout ce que je peux tant que je peux;-)
Je pars à Marseille pour une réunion puis à Synod pour un autre forum
http://fr-emict-forum.typepad.com/emict/
Allez, bonne journée 😉

7 11 2011
Laurent MARTIN

Bonjour,
Un droit de réponse aux remarques de Bernard GARRIGUES, dont je ne doute pas des compétences et connaissances sur le sujet du THD.
La délégation de service public confiée par le Syndicat Mixte de l’Autoroute Numérique A75 (présidé par Jean-Paul POURQUIER) a été inaugurée le 17 juin 2009, et non en mai 2008.
Les différentes sorties sont des chambres de raccordement passives situées de part et d’autre du linéaire autoroutier.
Il n’y a que pour M. GARRIGUES qu’il apparait comme « une évidence » que faire « du pognon » avec la puissance de ce réseau – dont j’ai l’entière responsabilité technique et commerciale – relève d’un mode d’emploi qui me serait inconnu. S’il était aussi bien informé que le sujet le nécessite avant d’asséner ses vérités, il saurait que :

1) Pour ce qui est des chambres de sortie, elles ne sont pas espacées tous les 7 km, mais tous les 400 mètres environ. Ce qui nous amène à plus de 1000 chambres de raccordement le long de l’axe Clermont – Béziers. Faites votre choix…

2) La mission de DSP précise que le délégataire (COVAGE) n’est pas habilité à réaliser du génie-civil pour aller connecter des clients. En d’autres termes, nous exploitons les fibres de l’autoroute mais au contraire d’une DSP « classique » ou nous créons les derniers mètres de réseau pour chaque entreprise qui souhaite se connecter, nous n’y sommes pas autorisés sur l’A75. Et pour cause, l’axe autoroutier traverse des départements (Lozère, Aveyron) sur lesquels il existe déjà une DSP qui dispose légitimement de l’exclusivité de la commercialisation des infrastructures très haut-débit.
Le rôle de COVAGE est donc limité à la commercialisation des fibres sous l’autoroute, jusqu’en limite du domaine autoroutier. L’A75 est donc un réseau de transport, plutôt qu’un réseau de collecte. On fait ce que l’on peut avec ce que l’on a.

3) COVAGE est opérateur d’opérateurs, ce qui veut dire (sauf cas exceptionnel) que nous nous appuyons sur un écosystème d’opérateurs partenaires (Bouygues, SFR, etc. ou n’importe quel petit opérateur local) pour commercialiser les offres de services. Nous travaillons en mode de vente indirecte, c’est notre business model et notre cadre de travail juridique.
C’est à ces opérateurs d’imaginer (avec nous) le business model pour apporter la fibre à l’entreprise, car je rappelle que pour l’instant nous n’avons aucune vocation à servir le particulier… Sans faire appel à un opérateur grand public. Nous fournissons la puissance du tuyau, mais nous n’apportons aucun service permettant de créer l’usage. Ce point relève du catalogue de service des opérateurs de télécommunication.

4) Si aucun abonné de Millau n’a encore le très haut-débit, c’est qu’aucun opérateur n’a jugé opportun d’investir, faute de rentabilité. Solutions fibre de bout-en-bout, ou relai WiMax en sortie de bretelle d’autoroute pour irriguer la ville en contrebas, tout est possible mais ne relève absolument pas du périmètre technique de COVAGE. Passée la chambre de raccordement à l’extrémité du Viaduc, nous ne sommes pas autorisés à intervenir.

5) Jean-Paul POURQUIER, si tant est que vous connaissiez en détail ses positions sur le THD, est loin d’avoir décrédibilisé la Lozère, et je ne suis pas sûr qu’en France chaque département ait la chance d’avoir à sa tête un élu constructif, ouvert, et plein de bon sens sur le THD.

Ces rectifications apportées, je remercie chacun pour sa réflexion personnelle et les éléments apportés au débat, même si on frise parfois la thèse de doctorat et qu’on se demande s’il s’agit d’une démonstration stérile d’un savoir universitaire porté par une belle syntaxe ou bien d’une réelle volonté de faire avancer les choses. Dans le dernier cas, je reste à votre écoute.

Laurent MARTIN
Directeur A75 Networks (filiale de COVAGE)

7 11 2011
Bernard GARRIGUES

Merci à Laurent MARTIN de ses informations : faut que je réorganise ma position au vu de ces infos.

(Je suis un scientifique (technicien de formation d’origine) : ma position, c’est toujours les données que je possède + mes préconceptions.)

7 11 2011
Bernard GARRIGUES

J’ai besoin que Laurent MARTIN m’explique un truc : il y avait pas mal de temps que j’avais compris comment fonctionnait la cellule de base du réseau internet (disons, la sous-boucle locale) ; par contre, je ne parvenais pas à comprendre comment ces cellules de base pouvaient s’imbriquer les unes dans les autres le long d’un backbone comme celui de Covage. Je suis certain que ce sont les gens de Covage qui m’ont fait comprendre par ce qu’ils disaient comment cela pouvait marcher et ont levé ma difficulté. Dois-je croire que nous ne parlions pas de la même chose ?

Pour JPP, (cela n’influe pas sur le raisonnement mais) j’avoue ne pas l’estimer a priori parce qu’il est UMP et je suis né et ai tété le lait de la gauche radicale. J’ai passé le stade d’apprécier un homme politique à ce qu’il disait publiquement sur un sujet ; je le juge sur la cohérence entre ses actes et ses discours ; puis sur l’humanité de ses propositions. J’ai été complètement choqué de son cirage des pompes de SARKO à la fin de son interview par JM BILLAULT.

7 11 2011
Laurent MARTIN

Bernard, j’ai du mal à saisir le 1er paragraphe, mais si j’ai bien compris la question : COVAGE est titulaire d’une quinzaine de réseaux de délégation de service public (DSP) sur le territoire français (nous officions à l’échelle européenne). Ces DSP sont toutes interconnectées entre elles via notre propre réseau de transport national (backbone), lui-même connecté au monde de l’Internet dans les principaux datacenter (TH2, Global Switch, etc.) en région parisienne et depuis lesquels nous nous approvisionnons en transit IP (pour founir l’accès Internet).
Ceci étant dit, chaque DSP est localement connectée avec les points de présence (POP, local technique) de nos opérateurs clients. Par exemple, lorsque nous connectons des clients pour le compte de SFR sur Clermont-Ferrand, nous rappatrions les flux à quelques kilomètres dans le POP SFR de Clermont-Ferrand, puis les données intègrent ensuite le backbone de SFR et notre prestation s’arrête là. Le schéma est le même (ou presque) avec les autres opérateurs nationaux. Une vue d’ensemble: http://www.covage.com/page/le-reseau-national-de-transmission-14.html

Pour le 2ème paragraphe, pas de commentaire particulier. Pour le (très) peu que je le connais, j’apprécie JPP et son « bon sens paysan », avec toute la noblesse que j’accorde à l’expression. La politique n’est qu’une partie de son métier, à ce que je connais de lui, en la matière il est infiniment plus éclairé que moi et il n’est pas nouveau que l’UMP a ses adeptes en Lozère (comme partout ailleurs, puisque si Nicolas Sarkozy est président de la république c’est bien qu’il ne représente pas une minorité de pestiférés mais la large majorité des électeurs qui ont voté pour lui, de leur plein gré dans notre belle démocratie). Quant à son « cirage de pompes », je n’ai pas vu l’interview et pour tout dire, je pense que nous nous égarons un peu… Ce n’est ni notre président actuel, ni son successeur (et encore moins la gauche radicale…), qui changera quoi que ce soit au sort du THD en territoire rural. 😉

7 11 2011
Pierre Ygrié (@PYgrie)

« Ce n’est ni notre président actuel, ni son successeur (et encore moins la gauche radicale…), qui changera quoi que ce soit au sort du THD en territoire rural « çà c’ est ben vrai çà » aurait dit la mère Denis (seuls les anciens comprendront je pense)
La plupart des politiques , droite et gauche confondus, ne s’intéressent guère à la rurailté. Ceux qui s’y intéressent vraiment (l’exception!) ont , je crois, l’intelligence de dépasser les clivages traditionnels.Deux exemples récents: 1-le débat du 12 oct où 15 sénateurs, de droite et de gauche, sont montés au créneau pour dire au ministre à peu près la même chose,2-l’appel des 7 collectivités

Pour ce qui concerne notre « projet » (A75 autoroute du télétravail), tos les élus doivent se mobiliser ! or, à ma connaissance, jusqu’ici du moins, à part JP Pourquierr je n’ai pas vu beaucoup de maires de l’A75 s’intéresser à la question !
Alors, de grâce, puisqu’il est président du syndicat mixte numérique aidons le à mobiliser ses collègues du territoire de l’A75 et, au delà, puisqu’il est un fervent partisan d’un Facé des télécoms, un maximum de parlementaires !
Avanti…ENSEMBLE :,

7 11 2011
Bernard GARRIGUES

(fermons la parenthèse JPP : les relations internet sont trop faibles pour (1) transporter de jugements de valeur ; (2) sortir de la stricte bienveillance dans la forme). Par contre, nous sommes en démocratie : lorsque se crée un noeud gordien (qu’il soit d’origine morale, technique, juridique, etc…), il appartient au politique de le trancher, sinon c’est la révolte, la jacquerie, la guerre … Si personne ne crois même plus cela, nous ne sommes pas sorti de l’auberge et il ne sert à rien de se battre.

8 11 2011
Bernard GARRIGUES

Laurent,

Je comprends qu’existe un malentendu. Ce n’est pas grave. J’expliquerais le truc lors d’une prochaine rencontre. C’est un peu complexe mais bien à la portée de quelqu’un qui pratique du réseau social formaté par un réseau physique et qui a quelque teinture de la logique de la théorie des graphes. (je n’explique plus rien sur internet depuis que je me suis aperçu que FT plaçait dans ses contrats des clauses attentatoire à la neutralité du net au fur et à mesure qu’émergaient les bonnes idées : exemple au mois de juillet l’interdiction d’interconnecter les sous boucles qui bénéficieront des contrats de montée en débit.

8 11 2011
websdugevaudan
8 11 2011
10 11 2011
ronald

Bonjour à tous,

Voici un lien qui va certainement raviver la question de la fibre sur l’axe de l’A75, et je l’espère dans l’ensemble des régions qui en ont besoin :
http://www.altitudeinfrastructure.fr/images/stories/contenu/111108-AumontAubrac.pdf

En gros :
– ça peut coûter moins cher que prévu
– ça marche mieux qu’en milieu citadin (déjà 74% d’utilisation)
– ils sont prêts à développer ça ailleurs (La Canourgue ? ;))

10 11 2011
Bernard GARRIGUES

Laurent MARTIN (11:27:03) :
Bonjour,
Un droit de réponse aux remarques de Bernard GARRIGUES, dont je ne doute pas des compétences et connaissances sur le sujet du THD.
La délégation de service public confiée par le Syndicat Mixte de l’Autoroute Numérique A75 (présidé par Jean-Paul POURQUIER) a été inaugurée le 17 juin 2009, et non en mai 2008.
Les différentes sorties sont des chambres de raccordement passives situées de part et d’autre du linéaire autoroutier. Il n’y a que pour M. GARRIGUES qu’il apparait comme « une évidence » que faire « du pognon » avec la puissance de ce réseau – dont j’ai l’entière responsabilité technique et commerciale – relève d’un mode d’emploi qui me serait inconnu. S’il était aussi bien informé que le sujet le nécessite avant d’asséner ses vérités, il saurait que :

BG. Je n’ai aucune compétence spéciale THD : j’interviens à titre de chercheur (géographe) du développement local pour la simple raison que mes recherches me conduisent à penser qu’internet dispose d’un potentiel développement local remarquable. Le THD m’apparaît comme un objectif synthétique susceptible de mettre ce potentiel rapidement à disposition des acteurs locaux. Cela n’étonnera personne si j’affirme qu’une des clés du développement local est la manière dont fonctionnent les acteurs locaux entre eux en réseau social ; encore moins si j’affirme que les réseaux sociaux peuvent être formatés par les réseaux physiques qu’ils utilisent. Je me prends pour un spécialiste des réseaux et un (petit) connaisseur de la théorie des graphes : juste ce dont j’ai besoin pour vérifier hypothèses et conclusions. Ce que je recherche, en faisant un peu de provoc sur internet, c’est les données qui permettent d’aboutir une hypothèse et recouper les informations : il y en a beaucoup sur internet mais elles ne sont pas forcements justes et forcements cohérentes entre elles. Ceci dit, ce n’est pas moi qui dis la messe : plus les systèmes sont complexes, plus ils offrent des possibles. Chacun sait que le meilleur mix (1) est un compromis ; (2) par débat entre tous les intérêts et toutes compétences.

10 11 2011
Bernard GARRIGUES

LM : 1) Pour ce qui est des chambres de sortie, elles ne sont pas espacées tous les 7 km, mais tous les 400 mètres environ. Ce qui nous amène à plus de 1000 chambres de raccordement le long de l’axe Clermont – Béziers. Faites votre choix…
BG :Ça c’est une bonne nouvelle : elle a pour conséquence que faisceau A75 numérique peut fibrer économiquement tous les sous-répartiteurs (dont celui d’Auxillac) au droit de l’autoroute entre Clermont Ferrand et Pézenas. (J’entends par économiquement : à moins de 660 € par prise). Pour ma défense, je ne dispose pour raisonner que de la carte publiée (par Covage, il me semble) du réseau A75 numérique : elle fait état que d’une sortie passive (en général) en moyenne tous les 7 kms : en pratique ne sont notées que les sorties passives lorsqu’existe une sortie de l’autoroute. En toute logique, ceux qui déploient des faisceaux FO ont la possibilité, pas très onéreuse, d’établir une sortie à chaque bout de bobine.

10 11 2011
Bernard GARRIGUES

LM : 2) La mission de DSP précise que le délégataire (COVAGE) n’est pas habilité à réaliser du génie-civil pour aller connecter des clients. En d’autres termes, nous exploitons les fibres de l’autoroute mais au contraire d’une DSP « classique » ou nous créons les derniers mètres de réseau pour chaque entreprise qui souhaite se connecter, nous n’y sommes pas autorisés sur l’A75. Et pour cause, l’axe autoroutier traverse des départements (Lozère, Aveyron) sur lesquels il existe déjà une DSP qui dispose légitimement de l’exclusivité de la commercialisation des infrastructures très haut-débit.
Le rôle de COVAGE est donc limité à la commercialisation des fibres sous l’autoroute, jusqu’en limite du domaine autoroutier. L’A75 est donc un réseau de transport, plutôt qu’un réseau de collecte. On fait ce que l’on peut avec ce que l’on a.
BG : Pierre YGRIÉ (je crois) m’a communiqué, il y a pas mal de temps, ce contrat de DSP : à l’époque, j’avais comparé l’A75 numérique à un pont sans culée ni route d’accès. La DSP avec COVAGE doit comprendre a minima la desserte de tous les citoyens à moins de 4000 mètres de l’autoroute. A titre personnel, je crois que COVAGE devrait disposer de la possibilité d’établir les GIX nécessaires à la maîtrise par chaque département de ses flux : c’eut été malin en logique de développement local. La DSP est un contrat public dans lequel l’administration met en œuvre ses prérogatives de puissance publique : il fait partie de ces prérogatives de faire évoluer le contrat en fonction des intérêts publics qui apparaissent. Les six départements de l’A75 numérique furent, pour le moins, léger et peut comptable de l’intérêt public d’établir une convention qui ne prévoient pas un résultat en nombre de prises activables à court terme au THD à un coût qui ne dépasse pas le prix de gros de FT. POSTULAT PERSO : Quels que soient le nom des bénéficiaires, l’exclusivité de la commercialisation n’est ni légitime ni même licite.

10 11 2011
Bernard GARRIGUES

Pour commenter Ronald :

Je trouve gonflé de la part d’Altitude Infra de prétendre que 1500 € la prise, c’est un coût « moins cher que prévu » : 11000 mètres divisé par 619 prises = 18 mètres de fibre par prise : à ce prix-là il doit être possible à FT de tirer un paire en or pour remplace la paire cuivre.

À Aumont, nous sommes dans une configuration de réseau plus favorable qu’une zone urbaine très dense.

Si l’ARCEP valide et permet la généralisation du « modèle » Altitude Infra, c’est le moment de créer sa startup opérateur d’opérateurs.

11 11 2011
Bernard GARRIGUES

LM : 3) COVAGE est opérateur d’opérateurs, ce qui veut dire (sauf cas exceptionnel) que nous nous appuyons sur un écosystème d’opérateurs partenaires (Bouygues, SFR, etc. ou n’importe quel petit opérateur local) pour commercialiser les offres de services. Nous travaillons en mode de vente indirecte, c’est notre business model et notre cadre de travail juridique. 
C’est à ces opérateurs d’imaginer (avec nous) le business model pour apporter la fibre à l’entreprise, car je rappelle que pour l’instant nous n’avons aucune vocation à servir le particulier… Sans faire appel à un opérateur grand public. Nous fournissons la puissance du tuyau, mais nous n’apportons aucun service permettant de créer l’usage. Ce point relève du catalogue de service des opérateurs de télécommunication.

BG : (mon laïus original n’abordait pas ce point) Il me semble que, pour le citoyen lozérien, Covage est (uniquement) le délégataire choisi par le département afin de leur apporter le service public dont ils ont besoin ; apporter le THD ou, plus exactement, la bande passante, uniquement aux entreprises ne me paraît relever ni d’un contrat de DSP ni du service public : notre Constitution nous garantit l’égalité d’accès des citoyens aux services publics. (J’ai bien sûr constaté que cette logique faisait partie des approximations lourdes des discours de JPP). En plus, cette DSP a un objectif qui avait été « pris en charge » par une déclaration du directeur régional de FT, au mois de décembre 2006 : ce monsieur a déclaré que FT était en capacité de délivrer 100 M/s à toute entreprise lozérienne qui en ferait la demande. Il me paraît très choquant qu’un département ait pu avoir une telle idée sans assumer les fonctions d’opérateur et sans dégrouper, au moins, les NRA fibrés.

11 11 2011
Bernard GARRIGUES

LM : 4) Si aucun abonné de Millau n’a encore le très haut-débit, c’est qu’aucun opérateur n’a jugé opportun d’investir, faute de rentabilité. Solutions fibre de bout-en-bout, ou relai WiMax en sortie de bretelle d’autoroute pour irriguer la ville en contrebas, tout est possible mais ne relève absolument pas du périmètre technique de COVAGE. Passée la chambre de raccordement à l’extrémité du Viaduc, nous ne sommes pas autorisés à intervenir.

BG : Si j’ai cité le cas, c’est pour son caractère caricatural. Comme le dit Laurent MARTIN : « Aucun opérateur n’a jugé OPPORTUN d’investir, faute de rentabilité. » Pourquoi la communauté millavoise, qui a les caractéristiques d’une zone dense (donc a priori susceptible de dégager les 35% de marge que Silicani préconise) n’a pris aucune disposition afin de pallier ? Il est grand le mystère du déploiement du THD en France. Le cas de Millau peut être étendu, mutatis mutandis, à presque tous les bourgs desservis par l’A75, comme l’a montré in vivo, l’expérience d’Aumont Aubrac : 20 mètres de FO en moyenne par prise. Bien entendu, COVAGE n’a aucune responsabilité dans cette situation : j’eusse souhaité seulement d’en explorer les possibles.

11 11 2011
Bernard GARRIGUES

LM : 5) Jean-Paul POURQUIER, si tant est que vous connaissiez en détail ses positions sur le THD, est loin d’avoir décrédibilisé la Lozère, et je ne suis pas sûr qu’en France chaque département ait la chance d’avoir à sa tête un élu constructif, ouvert, et plein de bon sens sur le THD.

BG : Je suis citoyen d’un département : la Lozère, et, comme tout citoyen, je ne juge pas un élu sur son ramage. Je le juge sur la cohérence entre son discours public et ses actes publics. En Lozère, il y a environ 60 000 lignes fixes ; si la volonté politique est de les fibrer toutes en cinq ans, cela fait 12 000 mille lignes par an, soit mille par mois. La question est : « Est-ce que l’A75 numérique permettrait d’atteindre cet objectif ? ». J’ai lu avec attention le SDANT de la Lozère (c’est plutôt celui de l’IDATE) : la réponse paraît être non. En plus, au vu de l’offre de montée en débit des sous-répartiteur de FT, il apparaît que le rythme supportable pour l’opérateur historique, c’est le fibrage en 60 ans de tous les sous-répartiteurs de la Lozère ; disons donc de 1000 lignes par an si les collectivités accepte le prix prohibitif et les conditions léonines de l’opérateur historique. À ce rythme atone là, depuis le 17 juin 2009, il devrait y avoir au minimum 2400 lignes normales en Lozère éligible au THD au 11 novembre 2011: nous en sommes à 0. Je veux bien qu’un élu soit qualifié de constructif ; où est sa construction ?

11 11 2011
Bernard GARRIGUES

LM : Ces rectifications apportées, je remercie chacun pour sa réflexion personnelle et les éléments apportés au débat, même si on frise parfois la thèse de doctorat et qu’on se demande s’il s’agit d’une démonstration stérile d’un savoir universitaire porté par une belle syntaxe ou bien d’une réelle volonté de faire avancer les choses. Dans le dernier cas, je reste à votre écoute.

BG : En tant que scientifique patenté, je suis en capacité d’expliquer les conclusions de ma thèse et d’accepter sans aucun problème d’ego qu’elles soient réfutées. J’observe avec attention les discours et les représentations des différents acteurs du territoire. Je nourris un certaine sympathie pour COVAGE : il n’y a aucune once de moquerie lorsque je parle des « génies de COVAGE » : j’ai tendance depuis mon enfance à admirer ce qui savent faire ce que je ne sais pas. Je confirme que le potentiel développement local d’internet repose sur la puissance de la sous-boucle locale : je sais montrer et démontrer cela. Avec comme corolaire qu’il y a beaucoup à gagner à travailler à cette montée en puissance et beaucoup à perdre à poursuivre la chimère qu’il existe un modèle économique pour faire 35% de marge en installant des péages sur les flux d’informations et l’encrassement des tuyaux.

Et bien sûr, toujours disponible afin d’expliquer à Laurent MARTIN mes élucubrations et le chemin afin que l’A75 devienne le concurrent direct de google.

11 11 2011
Bernard GARRIGUES

… A75 numérique …

11 11 2011
Pierre Ygrié (@PierreYgrie)

http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion3898.asp

une proposition de loi présentée par Vincent Descoeur (pt cg Cantal) plusieurs députés dont au moins 4 de territoires de l' »autoroute du télétravail » ! Francis St Léger et Pierre Morel (Lozère) et Alain Marc et Yves Censi (Aveyron …) .et j’en ai peut-etre oublié ? …tous UMP apparement (à verifier) ….
une occasion de « mettre le très haut débit à la campagne dans la campagne electorale »

Dans la propositions il y a un « truc » qui m’échappe ..si on est capable de fournir du 30 mégas ( « Un service téléphonique de qualité ainsi qu’un accès à internet à très haut débit minimal à trente mégabits/seconde symétrique. » ) je ne vois pas pouqoui on ne pourrait pas fournir 100 mégas ? à moins que l’on envisage une technologie de subsitution??….
@suivre…de près 😉

)

11 11 2011
Bernard GARRIGUES

Rappelle toi que, en décembre 2006, le directeur régional de FT a déclaré, à Mende, qu’il détenait les moyens de fournir toutes les entreprises lozériennes en 100 M/s symétrique.

Si tu lis le rapport de l’ARCEP sur la Corée du Sud, tu verras que les techniques majoritaires utilisées sont des mix : LAN et HFC. Par contre, pas de télé par internet : c’est complètement idiot de bouffer de la bande passante pour se faire gaver de télé.

À mon avis, il est très possible et peu coûteux de mettre tous les français à 30 M/s symétriques dans un délai de 3 ans. La proposition de loi manque d’un article sur le fonds d’amortissement (transfert de la compétence maître d’ouvrage aux communes) et sans doute d’un autre sur la mutualisation de la bande passante entre voisins.

12 11 2011
Bernard GARRIGUES

Message à Pierre MOREL A L’HUISSIER, Député de la Lozère :

Monsieur le Député,

M’est communiqué la proposition de loi N°3898.

Il me semble favorable à l’accélération des opérations d’ajouter un article créant un fonds d’amortissement abondé par un part des dotations aux amortissement des différents propriétaires de réseau. L’objectif de ce fonds est de transfèrer la maîtrise d’ouvrage du Très Haut Débit des propriétaires de réseau aux communes demandeuses de THD.

Va y avoir du lobbying.

Avec mes remerciements (bernard garrigues)

(Je souhaiterais aussi que le principe de mutualisation de la bande passante entre voisins (abonnés au même sous-répartiteur) soit inscrit dans la loi ; mais c’est un peu plus compliqué parce qu’il s’agit de droits civils individuels.
Par exemple, il faut éviter que quelqu’un puisse saturer la bande passante, sinon il n’existe plus rien à mutualiser.

15 11 2011
Pierre Ygrié (@PYgrie)

« La concurrence par les infrastructures n’a plus aucun sens »
mème en ville ??
Il n’y a pas que nous qui le disons ! et certains même en font une bonne démonstration !
http://alainbaritault.wordpress.com/2011/11/14/telcite-connecte-les-entreprises-a-leurs-datacenters-en-region-parisienne/

15 11 2011
Pierre Ygrié (@PYgrie)

Forum du très haut débit à Cergy Pontoise
http://www.forum-thd.com/2011/co/1-Editorial.html

après une journée « services » à Marseille, que j’avais appréciée 😉
http://www.open-territorial.com/2011/co/accueil.html

17 11 2011
websdugevaudan

Hier, au Digital Summit de l’Idate j’ai entendu un discours « officiel »plutôt optimiste !. Pour Joelle Toledano de l’Arcep  » le mélange « régulation/concurrence/politiques publiques » est la base du succès de la France » Bruno Loutrel, lui, résume: »1-régulation symétrique 2-implication forte du gouvernement 3-investissements publics déclencheurs d’investissements privés  »

Aujourd’hui je n’y étais pas mais apparemment le président de l’Arcep confirme !
« Le modèle retenu par le législateur etprécisé par l’ARCEP est, comme je viens de le dire, original mais il est adaptéà l’organisation du secteur des télécoms en France ….la France dispose d’un cadre réglementaire original mais complet » ..
http://www.arcep.fr/index.php?id=8571&tx_gsactualite_pi1%5buid%5d=1447&tx_gsactualite_pi1%5bbackID%5d=1&cHash=a5f84d550f

Hier pourtant un représentant des Pays Bas avait dit » en Europe la réglementation est inextricable  » !

Le même avait dit des choses qui m’avaient bien plu, du type » la question n’est pas de savoir si on est en retard mais où allons nous ? qu’est ce qu’on vise? »…ou encore » les gens fibrés changent les usages… télé-présence…il faut inclure la télé-présence dans les soins de santé ! …quant au télétravail 25% des hollandais travaillent à domicile un jour par semaine … »

Hier encore à l’Idate tous saluaient l’accord Orange / SFR
Voici ce qu’en pense l’Avicca
http://www.avicca.org/L-Etat-doit-il-donner-sa.html

Quant aux sones rurales Jean Michel Soulier (Covage) a eu beau dire « les besoins les plus forts sont dans les zones rurales » et ma pomme ajouter que dans les rares territoires ruraux où la fibre est présente les taux d’abonnement sont très élevés contrairement aux villes
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5j9g44EzwN5gxlmjkTLK4JQhN4HPQ?docId=CNG.9417b2897378a99ce197c770a80c87df.31

Personne parmi tous ces décideurs optimistes n’entend nos voix…c’est peut-être qu’elles ne sont pas assez fortes ?

 » Dans quelle approche politique on se pose sachant que la fibre optique est l’infrastructure de l’économie de demain ?  » s’est demandé Jean Michel Soulier ? Que voilà une bonne question !

18 11 2011
websdugevaudan

Tiens tiens ! les taxes ne seraient plus « tabou » chez les sénateurs ?
http://www.agefi.fr/articles/Une-commission-Senat-adopte-taxe-Tobin-1200419.html
Si ça pouvait leur donner l’idée de proposer des taxes pour alimenter un fonds de péréquation pour le très haut débit en zones rurales ???

19 11 2011
websdugevaudan

La fibre optique pour tous les foyers ….de la côte fleurie !
http://www.dslvalley.com/la+fibre+optique+pour+tous+les+foyers+de+la+cote+fleurie-18-11-2011.html

19 11 2011
Bernard GARRIGUES

L’ARCEP a dégradé le note du déploiement de la fibre de 25 à 21 milliards (dont 2 déjà engagés) : peu à peu, la mutualisation nationale devient plus intéressante pour FT que les opérations au coup par coup : va y avoir des changements de stratégie. (Pierre doit commencer à jubiler).

Pour la proposition de loi des sénateurs (en plus qu’elle n’est pas (encore) référencée, je crains le pire venant d’Hervé MAUREY : un élu qui a pondu la proposition de loi sur la spoliation des biens sectionaux, il y a quelques semaines, ne peut être foncièrement bon. J’ai trouvé ses deux rapports assez tordus : je peux argumenter.

La proposition de loi des députés (même si l’on peut regretter qu’aucun élu de gauche ne l’ai signée) me paraît plus expéditive et nettement mieux motivée.

19 11 2011
Bernard GARRIGUES

Le projet de la Côte Fleurie valide, a priori, SDANT de Manche Numérique.

A posteriori, le projet du département de la Mayenne (c’est le département du 1er sinistre) de fibrer tous ses NRA-ZO montre, à peine deux ans après les cocoricos sur cette technique loufoque, combien ceux prétendaient que le fibrage de SR était moins coûteux et plus efficace avaient vu juste. Si nous prenons les chiffres du département de la Mayenne, le fibrage coûterait 4 fois moins cher pour une montée en débit potentielle 4 à 5 000 fois supérieures.

19 11 2011
Bernard GARRIGUES

… ceux qui prétendaient …

19 11 2011
websdugevaudan

Deux papiers intéressants

Un « local » sur un point d’étape à Aumont Aubrac, localité située, rappelons le, sur l’A75
http://www.degroupnews.com/actualite/n6988-tres_haut_debit-deploiement-altitude_infrastructure-aumont_aubrac-fibre_optique.html

l’autre général mais qui pose une fois de plus la nécessité du renforcement de l’outil législatif , une « évidence » martelée par les Webs du Gévaudan depuis…toujours !
http://www.lagazettedescommunes.com/85550/plan-national-tres-haut-debit-france-telecom-orange-et-l%E2%80%99arcep-veulent-rassurer-les-rip/#comment-224596

19 11 2011
Bernard GARRIGUES

Assez impressionnant de constater qu’Altitude Infra qui apparaissait, il y a seulement une dizaine de mois, comme une boite qui surfait sur la créativité se retrouve plombée pour avoir participé à ce projet foireux d’Aumont-Aubrac. Il y a de la ressource mais … J’ai rencontré une infirmière, au début de ma carrière, qui naviguait (à l’époque) autour de 90 ans : elle venait discuter et me racontait volontiers que la virginité, ça repoussait. C’était, il y a quarante ans ; je n’y croyais pas (faut écouter respectueusement les vieilles personnes charmantes) : je n’y crois toujours pas.

Déployer de la fibre pour faire passer de la télé et de la pub, c’est (très) court. Que JPP décridibilisait la Lozère est un simple constat ; peut-être que la Région, une nouvelle fois, rattrapera le coup : c’est loin d’être sûr.

20 11 2011
websdugevaudan

Neelie Kroes, Commissaire européenne en charge de la société numérique « L’Europe veut des « champions digitaux….
« Il serait également nécessaire que les pays de l’Union se dotent de ministres dédiés à cette problématique »
http://www.linformaticien.com/actualites/id/22041/l-europe-veut-des-champions-digitaux.aspx
En voilà une idée qu’elle est bonne !

20 11 2011
Bernard GARRIGUES

Les choses avancent : l’Europe commence à comprendre que « la concurrence libre et non faussée » n’est pas le bon processus pour l’utilisation géniale du net.

22 11 2011
websdugevaudan
24 11 2011
24 11 2011
websdugevaudan

Très haut débit : Deux nouvelles :
– 1-La proposition de loi Maurey/Leroy est en ligne
http://www.senat.fr/leg/ppl11-118.html
– 2-Lancement d’un appel à contribution de François Hollande !http://www.rue89.com/rue89-eco/2011/11/24/2012-appel-contributions-pour-la-politique-numerique-de-hollande-226856
A vos claviers !

25 11 2011
Bernard GARRIGUES

Merci pour la proposition de loi n°118 et l’appel de Hollande

25 11 2011
websdugevaudan

Pour la fibre l’argent chinois au secours du gouvernement ….au Mali !
http://www.maliweb.net/category.php?NID=83700&intr=

25 11 2011
Bernard GARRIGUES

L’ARCEP publie le résultat de la consultation sur le coût de la FTTH. Pas un seul chiffre mais un remarque sybilline : »La Caisse des dépôts attire l’attention sur le fait que les coûts unitaires fournis par les opérateurs peuvent être surestimés du fait de l’intérêt d’afficher des coûts élevés pour les opérateurs candidats aux projets RIP et de la baisse future des coûts grâce au progrès technique. » Nous ne sommes pas sortie de l’auberge.

26 11 2011
websdugevaudan

« C’est par la qualité, la créativité, la qualification, l’innovation, et l’investissement que l’on dope la compétitivité » ….dit Alain Madelin dans… l’Humanité en réponse aux propositions de l’UMP
http://www.humanite.fr/politique/presidentielles-2012-alain-madelin-ereinte-le-programme-economique-de-lump-484574

Vous avez raison, Monsieur Madelin …et comme le très haut débit généralisé est selon moi une condition incontournable pour procurer de la « matière à réfléchir » à chaque Français poussez donc le raisonnement jusqu’au bout en demandant que soit enfin décidé un vaste programme d’investissements pour rendre nos campagnes « intelligentes » https://websdugevaudan.wordpress.com/2011/09/24/campagnes-intelligentes/ et donc susciter de la créativité chez chaque français !!

26 11 2011
websdugevaudan

Zut alors ! le président a failli emprunter l’autoroute du télétravail;-)
http://www.midilibre.fr/2011/11/25/sarkozy-annule-aumont,421928.php

29 11 2011
websdugevaudan

Europe numérique … Ordre et contre ordre !
« Finalement, la Commission européenne ne va pas garantir à chaque habitant d’un État membre un débit Internet minimum »
http://www.pcworld.fr/2011/11/28/internet/bruxelles-debit-internet-minimum-europe/521967/
« Bruxelles estime qu’une telle décision entraînerait des coûts trop importants pour les États membres, et préfère laisser à chacun la liberté d’instaurer au non ce genre de règles ».
Donc la France peut faire ce qu’elle veut ?? Mais que veut-elle exactement ? vraiment j’entends ! avec des moyens en adéquation avec les discours

29 11 2011
websdugevaudan

http://www.itespresso.fr/deutsche-telekom-une-filiale-pour-fibrer-l-allemagne-45403.html
Si quelqu’un passe à Dresde il peut toujours aller visiter une maison témoin à 1 Gbit/s…et nous donner ses impressions 😉

29 11 2011
Bernard GARRIGUES

A vu de nez, le portail d’orange doit s’afficher en 15/1000ème de seconde sur ton ordi à 1 G/s, au lieu de 30 seconde à 512 k/s.

J’avoue, que je ne parviens plus comprendre ce qu’il se passe en matière d’internet en France, et maintenant en Europe.

2 12 2011
2 12 2011
Bernard GARRIGUES

Belle phrase :

« Si le pays a comblé son retard dans le numérique, c’est grâce à la libéralisation et grâce à la concurrence régulée par une autorité indépendante qui s’est révélée extrêmement compétente ».- François Fillon, Premier ministre, aux Assises du numérique.

Nous devons pas être sur le même bateau.

9 12 2011
websdugevaudan

Effectivemet nous ne sommes pas sur le mème bateau
Il n’ira quand mème pas jusqu’à nous dire que la France est en avance sur le téléttravail !
http://teletravail29.fr/2011/03/10/le-teletravail-dans-le-monde-le-teletravail-en-france/

2 01 2012
Tips Cara Hidup Sehat

I truly learned about almost all of this, but with that in mind, I still assumed it was useful. Excellent job!

2 01 2012
websdugevaudan

Many thanks 😉

Pour le lancement du très haut débit à la campagne dans la campagne électorale !
j’ai trouvé la fanfare, c’est déjà ça ! http://www.audepicault.com/fanfare/fanfare.htm

Bonne année ! http://www.youtube.com/watch?v=c56Z3bdJYkM

24 02 2012
websdugevaudan

et si l’on réfléchissait non seulement à l’autoroute du télétravail mais aussi au train du télétravail ?
http://www.midilibre.fr/2012/02/21/mobilisation-generale-pour-le-chemin-de-fer,460896.php

6 03 2012
websdugevaudan

Télétravail : http://www.gizmodo.fr/2012/03/05/tout-ca-pour-allumer-un-ordinateur-%E2%80%A6.html#comment-413720
Citadins en mal de campagne venez vivre chez nous !

5 04 2012
Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle « Les webs du Gévaudan

[…]  L’A75 « autoroute du télétravail » ? une idée qui fait son chemin … […]

4 09 2012
1 10 2012
26 01 2013
websdugevaudan

et pourqoui pas demain le « train du télétravail » sur nos territoires?
Le rail AUSSI est un facteur essentiel de promotion de nos territoires !
http://www.midilibre.fr/2013/01/25/les-guichets-sncf-menaces-le-week-end,632913.php

14 03 2013
Energie numérique …et transition énergétique ! | Les webs du Gévaudan

[…] d’avenir. Pour leur part les Webs du Gévaudan, dans une première note de 2008  complétée par une seconde de 2011 ont bien tenté de lancer le débat sur la nécessité d’une approche globale pour équiper en […]

30 05 2013
websdugevaudan

Croisons les doigts pour que la réforme ferroviaire soit favorable à la ligne Clermont Béziers !
Frédéric Cuvillier présente une réforme ferroviaire sans surprise
http://www.lemoniteur.fr/147-transport-et-infrastructures/article/actualite/21392034-frederic-cuvillier-presente-une-reforme-ferroviaire-sans-surprise

On pourrait alors, en révant un peu (beaucoup!), avoir sur nos territoires non seulement une autoroute du télétravail mais aussi un train du télétravail !!

17 09 2013
Très haut débit : le mouvement est engagé dans les territoires ruraux | Les webs du Gévaudan

[…] L’A75 « autoroute du télétravail » ? une idée qui fait son chemin …2011 […]

18 09 2013
Pierre Ygrié

Ne parlons pas de la 2ème « autoroute » ! Va falloir attendre…un temps certain !!! http://www.midilibre.fr/2013/09/17/20-ans-de-non-a-la-2-e-autoroute,758467.php

18 09 2013
Pierre Ygrié

Non à la 88à 2×2 voies ! Suite de mon commentaire précédent : http://www.midilibre.fr/2013/09/17/20-ans-de-non-a-la-2-e-autoroute,758467.php
Puis je me permettre de demander aux membres de cette association, que je connais , que je respecte et avec qui je ne demande qu’à dialoguer , quelle est leur VISION de l’AVENIR de la Lozère ? Pour ce qui me concerne j’avais tenté de formuler une « vision écologique » en 2007 !https://websdugevaudan.wordpress.com/projet-pour-la-lozere/ , papier sous tendu par une recherche de l’augmentation de l’attractivité pour attirer de nouvelles populations….qui ne pourront venir dans toute une partie de la Lozère que si elle est désenclavée !!! Cette question de l’AVENIR est cruciale si l’on veut que nos enfants et petits enfants puissent un jour vivre au pays !
Fer+Route+Numérique = même combat !!! Sauf à vouloir « rester entre nous » ( sans nos enfants qui ne trouveront pas de travail en Lozère !) nous devons UNIR nos efforts pour DESENCLAVER notre département :
-Par la route « Oui à la 2×2 voies !
-Par le numérique :https://websdugevaudan.wordpress.com/2013/09/17/tres-haut-debit-le-mouvement-est-engage-dans-les-territoires-ruraux/
-Par le fer: je rêve de ressusciter » nos lignes, dont la mienne (http://www.dailymotion.com/video/xd5epq_auxillac-montjezieu_shortfilms) pour qu’y circule un jour un train spécialement aménagé en télécentre mobile ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Télécentre ) permettant à des télétravailleurs de se déplacer sur Paris sans perte de temps ! petite idée « utopique » donc utile à « cultiver » !
A la remarque d’un commentateur « A vue de nez, la moyenne d’âge des 4 personnes sur la photo : + de 60 ans, retraités, plus besoin de travailler Ceci explique peut être cela » » je réponds qu’.
on peut avoir plus de 60 ans , vouloir que ses enfants et petits enfants puissent choisir un jour la Lozère s’ils le souhaitent pour y vivre et essayer de faciliter ce choix en travaillant pour son désenclavement routier, ferroviaire et numérique . C’est ce que, modestement, j’essaie de faire à (beaucoup plus que) 60 ans (http://www.youtube.com/watch?v=J6kM32vndsk )Et j’essaie aussi d’être « écolo » à ma façon 😉 https://websdugevaudan.wordpress.com/2012/02/29/agriculture-et-tres-haut-debit-les-deux-mamelles-de-la-ruralite-du-21-eme-siecle/

1 12 2013
Très haut débit : routes « verglacées » en montagne ! | Les webs du Gévaudan

[…] Dès 2008  nous avions tenté de recenser les atouts de cette autoroute physique et numérique , papierréactualisé en 2011 . Le temps est venu pour ces deux départements de conjuguer leurs efforts pour préparer un […]

1 12 2013
Très haut débit: routes«verglacée»en montagne ! | Les webs du Gévaudan

[…] Dès 2008  nous avions tenté de recenser les atouts de cette autoroute physique et numérique , papierréactualisé en 2011 . Le temps est venu pour ces deux départements de conjuguer leurs efforts pour préparer un […]

26 03 2014
Un « référent numérique » dans chaque conseil municipal ? | Les webs du Gévaudan

[…] L’A75 « autoroute du télétravail » ? une idée qui fait son chemin … ; Campagnes […]

4 09 2014
9 11 2014
Lozériens, c’est le moment de «bouger » ! | Les webs du Gévaudan

[…] L’A75 « autoroute du télétravail » ? une idée qui fait son chemin … […]

1 12 2014
Equipe assistants virtuels

Une télésecrétaire n’est pas seulement une secrétaire à domicile, une télésecrétaire gère un projet, elle n’est pas une exécutante, elle est acteur à part entière.

1 12 2014
websdugevaudan

Tout à fait d’accord 😉

9 01 2015
wedding djs melbourne

wedding djs melbourne

blog topic

27 01 2015
dj hire perth

dj hire perth

blog topic

3 02 2015
dj hire perth

dj hire perth

L’A75 « autoroute du télétravail » ? une idée qui fait son chemin … | Les webs du Gévaudan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :