Très haut débit : un plan « V.I.F » ?

15 12 2012

Le remplacement du réseau cuivre  par un réseau optique a toujours été une évidence pour quelques initiés. Cette évidence sera-t-elle bientôt partagée par tous ? OUI si les premières indications données par Fleur Pellerin et Antoine Darodes sur la feuille de route THD débouchent sur un plan d’action gouvernemental clarifiant une fois pour toutes la Vision à dix ans et les deux grands moyens pour la traduire en actes, l’Investissementet son financement et la Formation .

Les travaux de la mission très haut débit créée récemment par le gouvernement ont déjà permis de clarifier les choses. Son directeur, Antoine Darodes de Tailly, comparant le défi à relever au voyage sur la lune, ne déclarait-il pas lors du congrès de la FNCCR du 12 décembre « il y a aujourd’hui de la fumée dans la fusée, dans les prochains jours il y aura des lueurs …et elle décollera au printemps » ! En clair concertation dès la semaine prochaine, adoption à l’issue du séminaire gouvernemental fin février…. et projet de loi au printemps !  Selon les premières orientations les collectivités territoriales auront un rôle déterminant à jouer dans la mise en place du très haut débit sur leurs territoires. Elles ont donc le plus grand intérêt à s’y préparer dès maintenant.

Tout laisse à penser que ce plan sera « VIF »bien qu’il reste à date beaucoup de questions en suspens !

V ision !

La fibre optique pour tous dans 10 ans ? Pourquoi ce rêve « impossible » hier, ne se concrétiserait-il pas demain ? « L’orientation du gouvernement doit être non équivoque et le calendrier précis »déclare Antoine Darodes, qui ajoute « si l’on veut le FTTH pour tous il faudra poser la question de l’extinction du réseau cuivre au début de la prochaine décennie ». Un tabou est tombé !  Si le gouvernement acte ce cap , les Webs du Gévaudan auront la réponse à la question qu’ils se posaient sur le sujet encore tout récemment !

Mais si , pour Antoine Darodes, « cette clarté de l’objectif fera gagner du temps et de l’argent » les choses sont loin d’être simples . Se posent en particulier deux problèmes : le fonctionnement des services aujourd’hui portés par le cuivre ( téléphone, internet mais aussi services de santé, éducation etc…) et qui fonctionnent même en cas de coupure d’électricité, ce qui n’est pas le cas avec la fibre, et la valorisation du réseau cuivre pour dédommager France Télécom. La réponse à ces problèmes dépend de la qualité du dialogue avec l’opérateur historique…dont l’Etat, actionnaire important, pourrait, à l’occasion, reprendre l’argumentation de Philippe Leroy, sénateur UMP de la Moselle ! « … Evidemment, le réseau cuivre, ça a de la valeur. Mais ceux qui exploitent les réseaux actuels ne les ont pas payés trop cher, puisqu’on les leur a donnés ! Il faut trouver des solutions juridiques, mais il ne faut pas qu’ils viennent nous raconter qu’ils ont investi beaucoup d’argent dans le fil de cuivre ». La prise de conscience que déclencherait une décision politique forte faciliterait certainement les « négociations » avec l’opérateur historique !

L’importance de l’enjeu a été soulignée par tous les participants au congrès FNCCR . Pour Gérard Fauveau  du réseau Pau Pyrénées qui n’a encore que 12000 abonnés FTTH pour 55000 prises installées « le FTTH ne décollera qu’à la condition que l’Etat arrête une date de fin de vie du réseau cuivre, l’une des principales conditions à l’apparition de nouveaux usages ». Mais quand Fleur Pellerin , consciente du problème , annonce que les modalités et le calendrier d’une extinction progressive du réseau cuivre seront précisés après l’expérience de 18 mois à Palaiseau,  Pascal Sokoloff, directeur de la FNCCR , répond « Trop tard, trop restreint, les expérimentations ne doivent pas être limitées à Palaiseau » ! Et comme Fleur Pellerin elle-même estime que « les zones rurales les plus enclavées devront bénéficier du très haut débit pour profiter à plein de l’existence de services distants »je suggère qu’une expérimentation « rurale » soit faite à La Canourgue, en Lozère, siège des Webs du Gévaudan et d’entreprises innovantes telles que Bienmanger.com,  village symbole du « mariage » du terroir et de l’internet alors qu’il est connu par ailleurs pour sa célèbre foire aux célibataires ! Outre les retombées économiques une telle expérimentation permettrait de tester un indicateur d’égalité des territoires, le juste accès aux services publics électroniques !

Tout doit être fait pour accélérer la construction d’un réseau optique permettant à chaque foyer de s’abonner à l’ « énergie numérique » comme il s’abonne aujourd’hui à l’énergie électrique . La base FTTH installée est aujourd’hui trop faible pour que les créateurs de nouveaux services, potentiellement nombreux dans notre pays, soient prêts à se lancer dans l’aventure.La construction des « fondations » de la future France numérique n’en est qu’aux balbutiements ! La France numérique de demain ressemble à un immeuble dont le nombre d’étages et d’appartements (usages) est inconnu et …infini ! Les fondations d’un tel immeuble doivent donc être très solides ! et sa construction est urgente pour la croissance et pour l’emploi ! Outre les nombreux emplois de services induits n’oublions pas en effet que, pour la seule construction du réseau, 80% des couts sont de la main d’œuvre non délocalisable !

 I nvestissement !

Pour Philippe Leroy, dont le département, la Moselle, est l’un des pionniers en matière de RIP « Quand on voit le nombre d’emplois créés, la richesse créé, les usages révélés, la nouvelle chance que ça constitue pour les zones rurales, ce n’est rien du tout l’investissement dans la fibre. Il faut se battre pour dire que c’est formidable et que ce n’est pas cher. »Ces constats étant avérés comment se fait-il dès lors que les choses avancent aussi lentement ?

Un état des lieux préoccupant :

Chez les opérateurs privés :  Alors que l’atteinte en 10 ans de l’objectif fixé supposerait un investissement annuel de 2 à 3 milliards d’euros l’investissement actuel ne dépasse pas 500 millions d’euros selon Stéphane Lelux , président de Tactis. Les opérateurs s’étaient pourtant engagés à investir près de 15 milliards répartis en 7 milliards sur les zones AMI (Appel à Manifestation d’Intentions – zones denses-) et 7 à 8 milliards ailleurs où ils étaient prêts, semble-t-il, à prendre à leur compte 400 à 500 euros par prise soit, sur la base de 17 millions de prises,  7 à 8 milliards , le reste étant à la charge des collectivités territoriales. La non contractualisation de ces engagements est la principale raison explicative de ces « écarts » mais ce n’est pas la seule !: il faut y ajouter un manque de visibilité , donc de confiance dans des investissements fibre (v/s rentabilité avérée de la  « vache à lait » cuivre !), fragmentation du marché (trop d’opérateurs ?), perte de marges….

Chez les opérateurs publics (collectivités locales): manque de moyens, hétérogénéité des situations territoriales, tant sur le plan des moyens que du niveau  d’implication : certains territoires « échappent » encore aux SDAN et même pour ceux qui en ont bénéficié on peut dans certains cas se poser la question de leur pertinence , l’objectif de ces SDAN n’ayant jamais été jusqu’ici, du moins pour les territoires ruraux, le FTTH pour tous !

Le financement et la sécurisation des (nécessaires) investissements publics et privés, clés de voute de la réussite du plan

Annonce d’un objectif clair et daté indiquant pour la 1ere fois et sans ambiguïté le cap : l’extinction du cuivre et le FTTH pour tous en 10 ans

-Collaboration public/privé matérialisée par la contractualisation : il s’agirait de contrats tripartites entre l’Etat, les collectivités territoriales et les opérateurs pour garantir les investissements et le calendrier. Pour Antoine Darodes « Un contrat dans lequel un seul s’engage est un mauvais contrat. ». Ces contrats matérialiseraient des partenariats plus exigeants avec des engagements clairs aussi bien pour les opérateurs que pour les collectivités territoriales et  porteraient sur tout le territoire, zones AMI comprises. L’Etat aurait un rôle  de -stratège d’arbitre et de tiers de confiance dans le cadre de conventions de déploiement entre opérateurs privés et collectivités territoriales…. chef d’orchestre, guide, partenaire et arbitre ? un équilibre pas facile à trouver ! d’où l’idée de créer un « observatoire national » en charge du contrôle du déploiement.

Péréquation : Le principe est acté par Fleur Pellerin ( « Il faut une péréquation pour réduire la fracture numérique ») L’outil existe (FANT) depuis 2009 mais c’est une coquille vide . Cela étant de nombreux problèmes restent en suspens, à commencer par la fixation du périmètre de la péréquation : le département ? la région ? la nation ? Je suis personnellement favorable à la proposition de la FNCCR qui milite pour que le FANT soit géré par une agence nationale « Il faut un dispositif pérenne qui donne une visibilité aux investisseurs publics et privés très rapidement » estime son directeur Pascal Sokoloff. Et même si cette proposition n’était pas retenue, ce que je ne souhaite pas,  et que la solution « département », qui parait tenir la corde actuellement, devienne la « règle », l’exception à cette règle pourrait être la Lozère, département atypique tant sur le plan de la population (76000 habitants) que de son appartenance administrative (région Languedoc Roussillon)

Reste le nœud du problème, le financement . Sous réserve de communiquer très largement ( cause nationale ?) la clarification de l’objectif et des modalités de déploiement permettrait de démontrer les énormes avantages pour tous les Français de construire les réseau de télécommunications du 21 ème siècle et d’attirer les investisseurs, à commencer par les épargnants ( le taux d’épargne n’a jamais été aussi élevé depuis 1983 !). Dés lors l’appel à l’emprunt tant par les opérateurs que par les collectivités territoriales serait largement facilité !

F ormation

Le mot « Formation » recouvre ici deux choses différentes

La communication: L’appropriation du plan par tous les citoyens est un élément essentiel de sa réussite . Elle devra être faite tant au niveau national qu’au niveau local par les services de l’Etat sous des formes diverses et complémentaires : presse, réunions décentralisées etc…Pour l’invention de nouveaux usages la généralisation de réunions décentralisées participatives où les gens seraient invités à « apporter leurs idées » est un outil à privilégier ! La construction des nouveaux mondes numériques ne peut pas se faire sans les « habitants » de ces nouveaux mondes que nous sommes tous !

La formation proprement dite :

Vaste chantier qui englobe tant la formation des équipes des opérateurs privés et publics que celle des services décentralisés de l’Etat . L’ingénierie numérique doit irriguer tous les partenaires sur l’ensemble du territoire

En conclusion, depuis le 25 aout, date à laquelle j’avais écrit un papier « Très haut débit Alerte rouge »les choses ont indiscutablement avancé dans le bon sens. Il me reste néanmoins quelques inquiétudes inquiétudes …et une suggestion

Inquiétudes sur : -la qualité et l’hétérogénéité des réseaux déjà construits, la qualité et la nécessaire homogénéité des réseaux à construire ; le bon dimensionnement du fibrage de chaque foyer ; la pertinence, pour construire un réseau public activé, de la concurrence par les infrastructures lorsqu’on sait  qu’elle augmente sensiblement les couts de déploiement ;  la stratégie européenne et sur l’opportunité pour la France de la faire évoluer à l’occasion de son nouveau plan Très haut débit ? …et bien d’autres qu’il serait trop long de détailler !

Suggestion : Clarifier la présentation de la feuille de route en séparant  deux sujets certes liés mais indépendants et justiciables de traitements différents :1 un plan de rattrapage haut débit pour procurer à chaque français , victime de la fracture numérique un débit correct en prenant soin que les investissements réalisés pour ce plan ne pénalisent pas le développement du plan très haut débit- 2un plan national très haut débit pour anticiper le « gouffre numérique » (FO/Adsl)et installer un « service public de très haut débit« .

La préparation de la feuille de route gouvernementale est bien engagée. N’hésitons pas, tant qu’il en est encore temps, à faire connaitre notre point de vue !

Auxillac le 15 décembre 2012

Pierre Ygrié


Actions

Information

24 responses

16 12 2012
websdugevaudan

Dans « La Canourgue, en Lozère, siège des Webs du Gévaudan et d’entreprises innovantes telles que Bienmanger.com, » je reprends le lien Bienmanger.com, en clair
http://www.youtube.com/watch?v=-kMzkgMBGKc&feature=youtu.be
au cas où l’information qu’il cachait ne soit pas arrivée jusqu’à vous😉

16 12 2012
michel12

Merci aux webs du Gévaudan pour tous ces éfforts fait pour faire comprendre l’intérêt du déploiement de la fibre.
J’espère que les autorités, etat, collectivitées, Fai, vont nous entendre.
Il y à actuellement une injustice criante et inadmissible entre les internautes.
Est-il normal que 300 000 foyers soient encore en bas débit 20 Kbits/S et 800 000 autres qui ont étés jetés aux solutions alternatives hertziennes Satellite, Wimax etc… une honte quand on voit que certains départements seront obligés d’utiliser ces moyens avec un taux de 20 à 30 %.
Pourquoi nous ne voulons pas de ces solutions alternatives:
1-Prix exorbitant prix le double que les solutions filaires!!
2- Installation trop onéreuses des coûts d’installation de l’ordre de 500 Euros à 1000 Euros.
3-Des quotas de volumes pour le satellite.
4-Une trés mauvaise couverture du territoire pour ce qui concerne le Wimax La fréquence employé est trop Haute 3.5Ghz trés directif et portée trés réduite.
On à tout faux!!
5-L’Hertzien n’a aucun avenir pour internet fixe montée en trés haut débit rapidement limité on doit partager la bandes passante.
6-Ces liaisons Hertziennes sont trés loin d’avoir la sécurité et la fiabilité d’une liaison par fibre.
Alors réservons ces solutions pour les mobiles ils en auront besoin.
Pour internet fixe la seule solution est la fibre pour tous et surtout en premier les zones rurales qui sont nombreuse à être encore en zone blanche ou zones tarifaires rouges à cause de ces moyens hertziens.

Cependant la fibre ne va pas être déployé si vite que cela, alors il est absolument impératif que ces millons de foyers soient équipés d’urgence par les solutions filaires optiques NRA-(MeD ) du moins jusqu’au SRA de leur villages.
Cela ne retardera pas du tout le programme fibre optique pour tous mais bien au contraire puisque il permettra de dimensionner lignes et foureaux pour les fibres à venir.

16 12 2012
websdugevaudan

Merci Michel pour cette intervention argumentée qui conforte, me semblet-il, ma proposition de clarifier la la feuille de route en séparant :1 -un plan de rattrapage haut débit pour procurer à chaque français , victime de la fracture numérique un débit correct en prenant soin que les investissements réalisés pour ce plan ne pénalisent pas le développement du plan très haut débit- 2-un plan national très haut débit pour anticiper le « gouffre numérique » (FO/Adsl)et installer un « service public de très haut débit« .

16 12 2012
michel12

L’autre jour le ministre de l’éducation nationale à parlé du developpement du numérique pour l’enseignement.
On ne peut que l’approuver vivement, d’autant que dans ce cas là le trés haut débit devient obligatoire.
L’enseignement est une priorité, le déploiement de la fibre doit être également une priorité.
Le savoir, l’instruction, l’éducation sont des investissements trés rentables alors donnons à tous ces jeunes les moyens de pouvoir apprendre ou qu’ils soient, zones urbaines ou rurales, ils nous le rendrons au quintuple.

16 12 2012
websdugevaudan

Le très haut débit arrive à Cherbourg
http://www.lamanchelibre.fr/cherbourg/actualite-40366-le-tres-haut-debit-arrive-a-cherbourg.html
Gageons que le « débarquement » du FTTH en Normandie sera un excellent présage pour libérer les prisonniers de la fracture numérique de la France entière !
Faut dire que les élus du département s’occupent de la question depuis un certain temps😉

17 12 2012
websdugevaudan

A l’heure où l’on parle de plus en plus de numérique porteur de croissance et d’emplois, pour suivre la longue marche vers le très haut débit n’oubliez pas
le livre http://numericuss.com/2012/08/16/louvrage-territoires-et-numerique-le-cles-dune-nouvelle-croissance-vient-de-sortir/
et le blog http://numericuss.com/
d’un ami la « bête » qui connait la question mieux que personne !
Notre cause commence à être largement partagée , y compris au plus haut niveau. La « bête » n’ayant peur de rien, « crie » tous azimuts…et elle est entendue par plusieurs personnalités dont Jean Paul Delevoye (« En termes de numérique je priorise l’Éducation, la Santé et l’Économie« ) et Jacques Attali (« Oui ! Vous avez raison. Ces connexions sont des enjeux essentiels » ) sans parler de certains élus français ou européens qui répondent régulièrement à ses courriels : peu nombreux et toujours les mêmes…d’où l’effort de pédagogie à faire et auquel nous pouvons tous participer !
Go on;-)

17 12 2012
Jean-François

Bravo Pierre et Merci Michel pour tes précisions frappées au coin du bon sens. Moi qui habite dans un village qui vient tout juste d’être équipé d’un relais téléphonie mobile et qui ne dispose que du 512, je mesure tous les jours le handicap incommensurable que peut constituer la fracture numérique. Outre ses atouts naturels qui ne peuvent pas suffire à conforter une dynamique, il est indispensable que la Lozère soit dans la locomotive numérique. C’est la condition sine qua non de l’attractivité dans l’hyper ruralité.

17 12 2012
websdugevaudan

Merci pour ces encouragements, Jean François
La fin des états d’âme c’est maintenant !
Devant certains doutes émis ici ou là ( pas sur le blog des Webs !) je me dis qu’il est plus que temps de mettre les états d’âme au vestiaire et de regarder ce qui se passe ailleurs dans des pays beaucoup moins avances que nous : Portugal (où bientôt 50%de la population aura du FTTH), Slovénie. etc… Pour une fois qu’un chargé de mission THD dit des choses jamais dites jusqu’ici (programmation de la fin du cuivre) soutenons le pour l’aider à faire des propositions encore plus audacieuses si l’on veut que les belles intentions se traduisent en obligation d’actions formalisées par une vraie loi actant, entre autres, une PEREQUATION efficace pour les zones rurales…dont le pays de la « bête » qui se bat depuis 12 ans pour un objectif clair : mettre de la fibre optique partout où il y a du cuivre !
ll faut tout faire pour que les préorientations gouvernementales se traduisent en décisions , si on les trouve bonnes, comme c’est le cas du sénateur UMP Philippe Leroy qui trouve que les choses vont dans le bon sens et qu’il est prêt à aider : il l’a dit en public lors des assises du numérique et au congrès FNCCR . Il aurait pourtant des raisons, lui, d’avoir de l’amertume ( proposition de loi Maurey/Leroy rejetée ! ) ) ; ce n’est pas le cas et c’est tout à son honneur ! on n’avancera qu’avec ce type d’attitude .
La fin des états d’âme et la mobilisation des citoyens pour demander un vrai plan d’action c’est maintenant😉

18 12 2012
websdugevaudan

L’Europe aurait-elle aussi des états d’âme ?

Lors du Digiword de l’Idate en novembre certains intervenants n’ont pas été tendres avec les institutions européennes qu’ils ont « accusées » d’avoir fait prendre beaucoup de retard dans le passage à l’ère numérique. Pour eux l’Europe numérique s’est trop reposée sur les réseaux cuivre, il est vrai performants, et n’a pas su voir venir l’ère de la fibre contrairement à d’autres pays moins « avancés »…. à l’ époque !
Elle essaie de se rattraper depuis mais ,selon moi, encore beaucoup trop timidement. Les deux dernièrs signes sont pour moi révélateurs :

Sa définition du très haut débit entretient des ambigüités qui ne peuvent que freiner le développement de la fibre . Parler de très haut débit à 30 mégas en laissant donc la porte ouverte à un mix technologique est ambigu. Le très haut débit, c’est , dans chaque foyer, une prise optique où chacun pourra puiser l’énergie numérique dont il aura besoin en faisant évoluer son abonnement en fonction de ses besoins . Les infrastructures de réseaux très haut débit constituent un socle indispensable au développement à venir des usages, services et applications numériques, qu’ils soient fixes, nomades ou mobiles.
Elles seules pourront répondre à l’explosion à venir du trafic internet et des nouveaux usages numériques Le gouvernement parle toujours de THD dans 10 ans. J’espère que la définition du THD qu’il retiendra ne sera pas celle de l’Europe. Le très haut débit, c’est la fibre, point😉 https://websdugevaudan.wordpress.com/2011/09/15/le-tres-haut-debit-pour-les-nuls/

Laisser perdurer la concurrence par les infrastructures est, pour les zones rurales une entrave à la vraie concurrence, celle sur les services…. Ailleurs, comme nous l’a clairement démontré Laurent Benzoni, lors du dernier congrès FNCCR, c’est un facteur d’augmentation des couts. Il est temps d’abandonner l’idéologie de la concurrence pour la « localiser »là où elle doit être, les services !

la France ( 1er producteur européen de fibres optiques) et l’Europe ont l’occasion de soutenir et développer leur industrie tout en préservant leur indépendance technologique Ce secteur industriel est stratégique , il s’agit de réseau du futur

Lorsque l’humanité, ( après la fin du monde !) va rentrer dans une nouvelle ère les états d’âme ne sont plus de mise. En Gévaudan la « bête » nous prévient…gentiment à sa façon😉

19 12 2012
websdugevaudan

Tiens tiens ! Les commentaires se sont calmés ! Auriez vous peur de la fin du monde ? En Lozère, nous, on ne craint rien ! on investit sur l’avenir avec nos petits moyens…et lorsqu’on en aura beaucoup, je ne vous raconte pas😉
http://www.midilibre.fr/2012/11/29/le-tres-haut-debit-deploye-pour-les-entreprises-et-collectivites,602953.php
http://www.degroupnews.com/actualite/n8233-lozere-tres_haut_debit-entreprise-deploiement-altitude_infrastructure.html
http://www.francebleu.fr/sciences/internet/le-tres-haut-debit-deploye-en-lozere-157485

19 12 2012
michel12

La fibre se developpe en lozère tant mieux, je remarque quand même sur l’article que sur une commune 20% des internautes sont jetés aux solutions alternatives quelle déception pour ces gens qui payeront le double pour un service moindre!
Dans l’Aveyron c’est pire 24 % du territoire jeté en pature aux (satellites et Wimax) comme si ces gens là etaient banis d’internet et devaient payer plus! alors qu’ils payent leurs impôts comme tout le monde.
On sait qu’un trés faible pourcentage de ces gens devront se contenter de ces solutions mais alors qu’on leur donne un internet gratuit vu le piètre service que présentent ces solutions se serait justice non?.

La solution la plus juste amener la fibre pour tous comme c’est le cas pour l’électricité.
Merci aux webs du gévaudan pour votre aide.

20 12 2012
websdugevaudan

Et si la relance de notre économie reposait sur les start-up ?
http://www.atelier.net/trends/chronicles/relance-de-economie-reposait-start

20 12 2012
websdugevaudan

Un exemple de nouveaux usages: Santé : surveiller ses signes vitaux via un capteur couplé à un iPhone
http://www.zdnet.fr/actualites/sante-surveiller-ses-signes-vitaux-via-un-capteur-couple-a-un-iphone-39785661.htm#xtor=EPR-100

22 12 2012
websdugevaudan

Internet en Europe ?
Si la France est en queue de peloton pour le très haut débit , elle est plutôt bien placée pour le haut débit
http://www.pcworld.fr/internet/actualites,internet-haut-debit-europe,534383,1.htm

23 12 2012
websdugevaudan

Le très haut débit en haute montagne ?
Exemple de ce qu’un département peut faire dans le cadre du plan actuel http://www.zdnet.fr/actualites/haute-savoie-le-tres-haut-debit-va-arriver-aussi-en-montagne-39785702.htm
Le nouveau plan ne pourra qu’améliorer la situation …et viser le Mont Blanc ???

23 12 2012
websdugevaudan

« On a démocratisé l’information, on peut démocratiser l’énergie aujourd’hui avec l’internet »Jérémy Rifkin …un penseur dont je ne dirai jamais combien la lecture de ses ouvrages (que je n’ai fait qu’éfleurer » redonne un peu d’espoir…et Dieu sait si on en a besoin
http://www.franceinter.fr/personne-jeremy-rifkin

27 12 2012
websdugevaudan
28 12 2012
websdugevaudan
29 12 2012
websdugevaudan

http://www.numerama.com/magazine/24623-le-gouvernement-veut-fournir-un-34bon-debit34-pour-tous-d-ici-5-ans.html
Bon débit ?? Notion toute relative lorsqu’on pense à l’explosion de ce qui passe dans les tuyaux !
A suivre de très près😉

30 12 2012
Pierre Ygrié

Egalité des territoires ? Une interview dans Midi libre de notre ministre aveyronnaise
http://www.midilibre.fr/2012/12/29/le-credo-republicain-d-anne-marie-escoffier,619328.php

2 01 2013
Bonne année « lumineuse » ! « Les webs du Gévaudan

[…] de voter…pour la fibre ! Pour 2013, ils demandent au gouvernement de proposer au parlement un projet de loi audacieux qui rende enfin possible l’équité territoriale et au parlement de le voter pour permettre […]

12 02 2013
La fin d’un tabou …et le retour de la confiance ? « Les webs du Gévaudan

[…] notre article du 15 décembre 2012 appelant à un plan « VIF » ( Vision Investissement Formation)  le projet de feuille de route sur le très haut débit a été […]

17 09 2013
Très haut débit : le mouvement est engagé dans les territoires ruraux | Les webs du Gévaudan

[…] 2009, Très haut débit : l’urgence d’un Vrai Débat ! 2011) et un plan VIF ! (Très haut débit : un plan « V.I.F » ? 2012), lancé des alertes (PNTHD : Changer de cap !2011 ; Numérique : l’urgence […]

9 11 2014
Lozériens, c’est le moment de «bouger » ! | Les webs du Gévaudan

[…] Très haut débit : un plan « V.I.F » ? […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :