Du FTTH (Fiber To The Hameau) au FTTH (Fiber To The Home) ?

23 09 2016

« L’Europe numérique bouge. Bruxelles vient de lancer le projet « Gibabit Society ». Son objectif ? Stimuler le déploiement de solutions d’accès à Internet permettant des débits déclinés en Gigabits….Réjouissantes perspectives. Mais la France s’est-elle donnée les moyens de tenir cette direction partout et pour tous ?

Dans son dernier papier « La France prépare-t-elle vraiment l’ère du gigabit »  » Jean Pierre Jambes lance le débat !

A la question « Le plan France Très haut débit dessine-t-il la voie vers la Gibabit Society ? » il répond, « Dans la majorité des espaces métropolitains, on peut le croire. Pour les autres, le doute est permis ».

Je partage oh combien ce « doute » ! Dans les espaces métropolitains aucun problème, le très haut débit, c’est la fibre et la fibre a des capacités infinies. Ailleurs on nous amuse avec la définition du très haut débit ! Pour la France c’est 30 mégabits, pour l’Europe « « tous les foyers européens, ruraux ou urbains, devraient avoir accès (en 2025) à une connexion offrant une vitesse de téléchargement d’au moins 100 Mbit/s susceptible d’être convertie en une connexion gigabit »…. Il y a 5 ans, jour pour jour, dans un papier « le très haut débit pour les nuls »  » nous dénoncions déjà cette ambiguïté en affirmant : « le très haut débit, c’est la fibre optique, point ! ». Cette ambiguïté congénitale pose tout le problème de l’égalité d’accès des citoyens ! Sachant qu’« entre 30 Mbps et 1 Gbps, il y a un monde ; celui du passage du réseau cuivre, et de ses déclinaisons Montée en Débit (MED), au profit d’infrastructures optiques »et que le réseau de cuivre disparaitra à court/moyen terme, si l’on tient à l’EGALITE d’ACCES pour tous les citoyens la question n’est pas de savoir si tous les Français devront avoir une prise optique à la maison (Fiber To The Home) ? La réponse est OUI ! Les seules vraies questions sont Quand et Comment ?

Fiber ToThe Home « direct » !

C’est déjà le cas pour près de la moitié de la population qui dispose d’une prise optique. Pour autant tous les « fibrés » n’ont pas encore un abonnement fibre mais le mouvement s’accélère. Lorsque le décret instituant un statut pour les zones fibrées sera signé le réseau cuivre sera fermé progressivement et tous ceux qui souhaiteront disposer d’un réseau filaire auront un abonnement optique. Ce sera aussi le cas pour les habitants des territoires bénéficiant de programmes de fibrage par les oprateurs (zones AMI) et par les collectivités locales (RIP)

Tous ces « privilégiés» pourront rêver de la « Gibabit Society » et de ses apports, inimaginables à date, en particulier dans le domaine des services vitaux (Santé Education Services de proximité) qui exigeront de plus en plus la sécurité, la symétrie et l’instantanéité qu’apporte la fibre optique. Les autres, ceux qui n’auront pas la chance de disposer d’une prise optique, ne pourront que constater l’élargissement de la fracture du numérique (un gouffre numérique!). En Lozère par exemple le plan très haut débit du département prévoit 13500 abonnés FTTH hors Mende (Orange) ; 35 communes sont concernées sur 185 (un peu moins avec les fusions envisagées) qu’en compte la Lozère !

L’avantage du FTTH direct est de permettre à la plus grande partie de la population d’avoir les mêmes prestations de services électroniques que les citadins et l’inconvénient de laisser sur le bord de la route ceux qui ont le plus besoin de ces services, les habitants des petits villages et hameaux (2000 en Lozère!)

Y a t-il une alternative ? Le FTTH « rural » peut-il constituer une solution d’attente ?

Fiber ToThe Home via Fiber To The Hameau ?

Si la fibre à la maison est l’idéal, la fibre au plus près de la maison est une solution d’attente acceptable . En optimisant le support relais du point fibre à la maison (cuivre, radio, satellite… ) la fibre au hameau prendrait bien compte les besoins actuels des ruraux. Dès 2009 nous posions le problème de boucles locales optiques .En 2010 nous lancions l’idée de FiberToThe Hameau .Plus récemment  j’insistais, à propos des 150 communes lozériennes laissées pour compte,sur la nécessité de fibrer tous les sous répartiteurs pour « obtenir du vrai haut débit tout de suite pour du vrai très haut débit demain » . J’ajoutais alors « Toute autre solution, outre du gaspillage d’argent public, serait en décalage total avec le remplacement du réseau cuivre dont nous disions déjà en 2011 qu’il exploserait inévitablement un jour ou l’autre et ce n’est pas l’émission de France 2 sur le sujet ni l’intervention régulière du sous traitant d’Orange que nous voyons de plus en plus sur le terrain qui vont nous rassurer ! »

Outre un câblage bien dimensionné en nombre de fibres pour supporter le futur FTTH ( et la 5G!) cette solution implique de profondes modifications des conditions de montée en débit du plan France très haut débit.

Jean Pierre Jambes est formel « Les conditions contractuelles du financement public de la Montée en Débit ne donnent pas les moyens aux investisseurs publics d’en faire la première étape des futurs réseaux FttH » . Pour lui « les conditions minimales de maîtrise des infrastructures indispensables à l’opticalisation des sous-répartiteurs ne sont pas réunies »…et, si les choses ne sont pas rapidement clarifiées, « dans quelques années, les Collectivités pourraient bien avoir à financer une seconde fois des tronçons de réseaux optiques déjà payés »

Pour tenir les objectifs THD, le projet de Bruxelles s’appuie sur une révision de la réglementation télécom. Ce qui est valable à Bruxelles doit bien l’être à Paris, non ?

En attendant, Mesdames et Messieurs les sénateurs, en introduisant le 27 septembre, un article donnant un « droit d’accès républicain »à chaque citoyen , en donnant aux hyper ruraux l’espoir qu’ils auront un jour la fibre via un FTTH « rural »vous donneriez un signal fort pour DYNAMISER les inévitables modifications règlementaires à effectuer pour CLARIFIER la situation actuelle et permettre à la France d’intégrer un jour la « Gigabit Society » !

Auxillac le 23 septembre 2016

Pierre Ygrié


Actions

Information

14 responses

24 09 2016
Bernard GARRIGUES

Marc DUCHESNE explique sur Numéricuss comment les FAI ont perverti les techniques fibres afin de maximiser les revenus de leurs péages. Actuellement en Lozère le fixe rapporte plus que les abonnements internet … le mobile rapporte plus que le fixe … internet sur mobile rapporte plus que le fixe et le mobile sec ; ça permet de justifier le non entretien du réseau cuivre.
La bagarre est sur un réseau télécom d’intérêt public en Lozère, par sur la fibre à l’abonné.

25 09 2016
websdugevaudan

Illustration de l’importance des RESEAUX de demain : le stockage des énergies renouvelables http://www.rtflash.fr/stocker-l-energie-dans-reseaux-nouveau-defi-mondial/article
mais pour ça il faudra du réseau électrique et numérique https://websdugevaudan.wordpress.com/2013/03/14/energie-numerique-et-transition-energetique/#comment-5838

25 09 2016
26 09 2016
26 09 2016
Bernard GARRIGUES

Pierre,

En travaillant sur l’économie de la connaissance, je suis tombé sur cette note : Économie de la connaissance Idriss J. Aberkane. Bien que de source néolibérale, elle permet d’expliquer, mieux que je n’ai su le faire, mon point de vue d’universitaire/technicien/praticien sur internet et le web.
Elle devrait te permettre de situer à sa juste place la technique FO dans l’environnement réel du développement.

26 09 2016
websdugevaudan

et le lien de la note Bernard ?😉

26 09 2016
Bernard GARRIGUES

Il existe aussi un moyen de stockage de l’énergie électrique sous forme d’aluminium ou de magnésium.

26 09 2016
Bernard GARRIGUES

Intéressante intervention de Nicolas COLIN, mais la solution politique est de créer un statut moyen d’indépendant plus favorable que celui moyen de salarié ; pas de rabaisser la situation de salarié en dessous de celle des indépendant autoentrepreneur. La mesure politique la plus urgente dans cette perspective est le Salaire Maximum Interprofessionnel Limite.

26 09 2016
Bernard GARRIGUES

Le problème de l’administration numérique est, bien sûr, l’inégalité des citoyens devant la loi sur deux points : (1) l’accès à un débit symétrique utile ; (2) la saturation de la bande passante par les débits descendants plus ou moins toxiques. Faut être furieux pour mettre un service public à la merci de la concurrence libre et non faussée.

26 09 2016
Bernard GARRIGUES

Utile et garanti à tous les citoyens, dont la mamé du Cantal …

26 09 2016
Bernard GARRIGUES
27 09 2016
websdugevaudan

Avec cet article de Xavier de Mazenod HACKONS la RURALITE ! http://www.adverbe.com/2016/09/27/hackons-la-ruralite-avec-le-numerique-pour-sauver-les-territoires/
Que voilà de la bonne « nourriture » pour la bête😉

28 09 2016
websdugevaudan

« la plus belle promesse numérique c’est notre santé »http://www.atlantico.fr/decryptage/plus-belle-promesse-numerique-est-notre-sante-laure-raudiere-2831282.html
un article plein d’espoirs… et de questions techniques … et éthiques😉

28 09 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :