20 ans déjà… et on n’a encore rien vu !

2 12 2019

Les Webs du Gévaudan que j’ai créés en 2000 en revenant chez moi à la retraite ont d’abord été une association de promotion de l’internet très haut débit en Lozère, puis un « outil de lobbying » pour l’ensemble du monde rural .Aujourd’hui , ce n’est plus qu’un blog personnel sur lequel il m’arrive de « déborder » des seuls sujets numériques (cf derniers billets sur l’Europe) et dans lequel j’interviens de moins en moins en raison de graves problèmes de vue . Mais les ressources numériques « orales » sont telles que je ne m’interdis pas de continuer à réfléchir à ce qui est dés maintenant notre « double vie » : notre vie biologique dont l’écosystème (air,eau…) est public et note vie numérique dont l’ écosystème est privé (GAFAM, BATX) . Le papier ci-dessous n’a d’autre objet que de tenter de récapituler par rubrique les quelques billets des Webs du Gévaudan écrits jusqu’ici (avec de nombreuses redondances!) et de jeter des pistes de réflexions pour l’avenir .

LE PASSE

Egalité https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=egalite

Santé https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=sante

Agriculture https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=agriculture

Lozère https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=lozere

Services publics https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=services+publics

Fracture https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=fracture

Intelligence artificielle https://websdugevaudan.wordpress.com/

?s=INTELLIGENCE+ARTIFICIELLE

Europe https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=europe

Infrastructures https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=infrastructures

Usages https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=usages

Ruralité https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=ruralite

Télétravail https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=teletravail

Combat https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=combat

Bonne année https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=bonne+ann%C3%A9e

Ethique https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=ethique

Mon village https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=mon+village

L’AVENIR

« On n’a encore rien vu » déclarait Xavier Dalloz en ouvrant la conférence de Webs du Gévaudan en 2000 à Marvejols . 20 ans plus tard nous pouvons reprendre cette formule prémonitoire !

De nombreuses vidéos sont autant de « matière à réfléchir » pour nous aider à y voir clair.

J’en ai retenu trois :

– vers une dictature numérique https://www.youtube.com/watch?v=BTE56jX5ixE&t=141s

– camisole numérique https://www.youtube.com/watch?v=V4yf3HOEHPk&t=2709s

regards croisés sur 2 façons divergentes de voir l’avenir https://www.youtube.com/watch?v=3HJ4wKTRi4k . Le seul point d’accord des protagonistes porte sur l’EDUCATION  arme absolue contre le fléau de tous les temps : l’IGNORANCE . Dès le 12 ième siécle Avéroès philosophe arabe déclarait : «  L’ ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine, la haine conduit à la violence : voilà l »équation ».

La première pose l’immense question de ce que nous ferons de l’exploitation de milliards milliards de DONNEES désormais à notre disposition grâce au numérique .

A l’instar du pétrole, source de confort inédit dans l’humanité mais aussi destructeur de l’environnement les données pétrole du 21ème siècle peuvent permettre des avancées fabuleuses dans de nombreux domaines à commencer par celui de la santé mais aussi participer monstrueusement à sa déshumanisation .Telle la langue d’Esope le numérique, à l’avenir, peut s’avérer être la meilleure et la pire des choses , y compris la destruction de l’environnement https://www.youtube.com/watch?v=cN__PwhX2WY

La seconde insiste sur l’URGENCE pour la France et l’Europe de « faire le numérique » au lieu de le subir .

La troisième peuvent être une bonne base de réflexion .

Le numérique fait désormais partie de notre « triple vie » (biologique, numérique,spirituelle) IL EST INCONTOURNABLE : la seule question, selon moi, est de savoir si , nous citoyens, sauront le maîtriser ou s’il sera le futur instrument de domination des transnationales voire des Etats , ce qui ne serait pas mieux s’il s’agissait d’Etats non démocratiques .

La MOBILISATION des CITOYENS pour COMPRENDRE le NUMERIQUE est urgente si ne voulons pas donner raison à Galilée lorsqu’il écrivait il y a plus de 400 ans :

« vous découvrirez peut-être avec le temps tout ce qu’on peut découvrir mais votre progrès ne sera qu’une progression qui vous éloignera de l’humanité. L’abîme entre elle et vous pourrait alors devenir si grand qu’à tout cri de joie devant quelque nouvelle découverte pourrait répondre un cri d’horreur universel »

Informons nous encore et encore et cultivons le « techno discernement »  qui jusqu’ici n’a pas été notre qualité première..

Bonne année 2020 !

Auxillac le 2 décembre 2019 .

Pierre Ygrié





L’EUROPE DIGITALE ? OUI…MAIS PAS QUE !

8 04 2018

OUI à L’EUROPE « DIGITALE » !

La nécessité d’une Europe numérique a toujours été dans l’Adn des Webs du Gévaudan ! Le 17 mai 2014, quelques jours avant les élections européennes , j’écrivais « Votons pour une Europe numérique » / .Au lendemain des élections j’avais écrit aux députés européens récemment élus pour…. les féliciter….et leur demander de «  monter des projets communs dans des domaines porteurs d’avenir et où les souverainetés nationales n’ont pas encore eu le temps de s’affirmer ! C’est le cas du NUMERIQUE où l’Europe qui se voulait le continent le plus compétitif de l’économie de la connaissance (cf traité de Lisbonne) est aujourd’hui un nain numérique ».

Deux mois plus tard, le 14 juillet, dans un papier intitulé symboliquement « A la Bastille !» j’insistais sur l’importance de « penser »la France numérique dans une perspective européenne « La bataille se gagnera à minima au niveau européen. »

Un an plus tard ,dans un papier  « l’Europenumérique n’est pas pour demain » j’émettais de sérieux doutes sur les mesures prises par la commission !

L’Europe est un vrai sujet « politique  » au sens noble du terme .Les arrières pensées politiciennes ne doivent pas interférer sur une réflexion sérieuse de l’ensemble des citoyens . C’est dans cet esprit , hors de toute idéologie , que je soutiens les initiatives du président Macron en faveur de la construction d’une Europe numérique.Sa proposition de « créer une agence européenne pour l’innovation de rupture » doit être,selon moi, soutenue par tous les citoyens , quelles que soient leurs opinions politiques par ailleurs, tant les problèmes à résoudre sont énormes et dépassent largement le cadre national dans tous les domaines : taxation de la valeur créée là où elle est produite, protection des données , création de grandes plateformes numériques si nous ne voulons pas devenir (nous le sommes déjà!) des colonies numériques des GAFA (Etats unis) et BATX (chinois). Le développement de l’intelligence artificielle dont nous avons abondamment parlé ICI et, indirectement,LA / est un DEFI que la France entend relever dans une perspective européenne . Si elle comporte des risques elle offre aussi des opportunités .Dans tous les cas elle est moins dangereuse que l’ « ignorance naturelle » ! La France (moins de 1%du PIB mondial) ne peut à l’évidence relever ce défi que dans le cadre d’une EUROPE NUMERIQUE !

MAIS PAS QUE !

La nécessite , difficilement contestable, de créer une Europe numérique, pourrait-elle nous faire prendre conscience de la nécessité de créer une Europe tout court ? Pour ma part je le souhaite de plus en plus. Si mon rêve de jeunesse à été brisé (L’Europe actuelle n’est pas, et de loin, celle que j’avais imaginée ) il reste de « bons débris »:Erasmus (4 millions d’étudiants!), monnaie commune etc…

Au lendemain de l’élection de Donald Trump j’avais noté quelques idées dans un papier intitulé « EUROPEFIRST » en réaction au slogan « AMERICA FIRST » ! J’avais posté ce papier sur un blog perso dont c’est le seul article !

On est loin de « l’EUROPE FIRST » mais les élections européennes de 12019 ne sont-elles pas l’occasion deréactiver ce vieux rêve ne serait-ce que pour prendre conscience qu’après 70 ans de guerre (1870,1914,1940) nous avons eu 70 ans de paix !!!

La question n’est plus de savoir s’il nous faut une Europe politique pour « gouverner » cette Europe du « tout marché » ? La réponse est oui ET, en même temps (!) cette NOUVELLE EUROPE doit etre créé à partir des aspirations des citoyens, ce qui implique une vraie (dé) marche !

Balaruc les bains le 8 avril 2018

Pierre Ygrié





Bonne année 2018…. »intelligente » !

18 12 2017

Face aux menaces visibles (géopolitiques)ou plus sounoises (intelligence artificielle) il est urgent, pour ne pas sombrer individuellement et collectivement, de REFLECHIR ! Tout en étant conscient de la difficulté de l’exercice ! Henry Ford disait naguère « les hommes préfèrent mourir que réfléchir ». Faisons le mentir en faisant de 2018 une année ….de REFLEXION sur L’INTELLIGENCE ! Intelligence biologique contre intelligence artificielle ? La guerre desintelligences est engagée !

Nous avons déjà évoqué l’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA) à deux reprises: Des NTIC aux NBIC et Santé et Education l’urgence d’un débat public 

La sortie récente du dernier livre de Laurent Alexandre, la guerre desintelligences et l’annonce du rapport, prévu en début d’année, du député mathématicien Cédric Villani sont deux occasions d’essayer de mieux comprendre cet immense sujet de l’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA) ou plus exactement du « zoo » des intelligences artificielles tant elles sont nombreuses, variées et en développement exponentiel

Lesgéants du web (GAFA aux Etas Unis,,BATX en Chine)  investissent tous MASSIVEMENT des milliards dans l’IA, rachètent des start-ups, recrutent les meilleurs experts du monde en informatique et en neurosciences! L’IA est déjà parmi nous , avec notre smartphone nous l’utilisons tous les jours sans le savoir.

L’IA ? L’intelligence artificielle ou plutôt les intelligences artificielles , ce sont des mécanismes proches du fonctionnement du cerveau humain….Dispositifs imitant ou remplaçant l’humain dans certaines des mises en œuvre de ses capacités cognitives ,ce sont des techniques qui permettent d’atteindre les mnèmes résultats que l’intelligence humaine mais ce n’est pas ( j’espère que ce ne le sera jamais ?) une réplique à l’identique du cerveau humain. L’artificiel, ce n’est pas du naturel !.Lorsqu’on fabrique un avion on crée du vol artificiel. Réplique t-on pour autant les mécanismes de fonctionnement d’un oiseau s’interroge Stéphane Mallard? Non mais on s’inspiredes principes de la physique et de la biodynamique (tout en utilisant des matériaux non biologique) pour atteindre le même résultat : voler ! Même démarche pour l’IA !

L’IA se développe pour 3 raisons :

une meilleure connaissance des mécanismes de notre cerveau grâce aux neurosciences . Nous connaissons mieux notre cerveau , nous savons mieux analyser ses capacités : capàcité à faire des corrélations en permanence, capacité d’exploration à l’infini, à faire des hypothèses, à mémoriser, c à identifier des éléments très simples ,à les grouper pour en créer des concepts plus globaux , à imiter, à répéter (base de l’apprentissage !), à s’entraîner pour améliorer ses performances …..

doublement tous les ans de la puissance de calcul des machines. Avec notre smarthone nous avons aujourd’hui dans notre poche plus de puissance que tous les ordinateurs de la NASA réunis lorsqu’ils ont envoyé le 1er homme sur la lune !!

capacité à créer des algorithmes qui fonctionnement de plus en plus comme notre cerveau ! La grosse révolution, c’est le le deep learning  ou «  « apprentissage profond » :  ensemble de méthodes d’apprentissage automatique.Nous n’en sommes qu’au début mais , sous ce lien vous pouvez avoir une petite idée de ce qui existe et surtout de ce qui se prépare !…
L’IA nous lance un DEFI ! Aurons nous la sagesse, en 2018, de nous informer, de discuter, d’échanger sur ce « tsunami » pour tenter d’en comprendre les RISQUES ….et les OPPORTUNITES ? Les risques sont évidents, certaines opportunités aussi : rapidité, efficacité, meilleure pertinence pour la guérison de maladies etc…y compris dans des domaines auxquels on ne pense pas comme laprévention des crimes ? 
L’IA est un DEFI dont personne n’imagine les conséquences dans tous les domaines :économique, social, sociétal, environnemental etc…) Aurons nous en France la VOLONTE politique à la hauteur de cet immense défi ?

L’IA …..un DEFI !

Data

 Data ou plutôt « BigData » ! Ces termes signifient mégadonnées, grosses données ou encore données massives .Ce mot est en passe de devenir le maître mot de notre monde ! « Les humains produisent chaque jour plus de données qu’il n’en a été créé entre les débuts de l’humanité et l’an 2000 ». Notre terre est devenue une « Terra Data » !Terra Data, c’est justement le titre d’une exposition qui se tient à la cité des sciences de la Vilette jusqu’au 18 janvier 2018 .On y apprend ce que sont les données, comment on les traite et ce que ça change

On traite les données à l’aide d’ outils mathématiques appelés algorithmes. Les Le algorithmes fonctionnent un peu comme notre cerveau : ils décomposent en étapes élémentaires (un peu comme nous quand nous apprenons à conduire !) sauf qu’ils vont énormément plus vite que nous et qu’ils peuvent, grace à la puissance des ordinateurs faire des calculs immensément plus compliqués que nous ne pourrons jamais en faire ! pas plus que les systèmes d’information classique d’ailleurs ! Le big data c’est un ensemble très volumineux de données qu’aucun outil classique de gestion de base de données ou de gestion de l’information ne peut vraiment travailler.

Les algorithmes, outils techniques, sont aussi, d’une certaine façon, des outils « politiques » . La façon dont ils sont fabriqués, le choix des données qu’ils traitent, n’est pas neutre. Au services de personnes porteuses de valeurs différentes des nôtres leur « intelligence »pose des questions ethiques importantes pouvant aller jusqu’à celle de la survie deb l’humanitéb telle que nous la connaissons

Ethique

Le sujet est tellement sensible que même Google, dont certains dirigeants sont pourtant des transhumanismes s’intéresse à la question !LaurentAlexandre, lui, « évangéliste » de l’IA, pose 3 lignes rouges 1-garder le réel , garder un corps : Nous devons sauver le réel !2 -défendre notre autonomie, nousz devons pouvoir sortir de la matrice. Refuser la fusion entre le silicium et le neurone3-garder le hasard ! Une société d’IA pure ,totalement prédictive avec selection embryonnaire des enfants supprimerait le hasard. Le hasard doit être sauvé car le hasard c’est la vie. Quand tout est écrit il n’y a plus de vie. Une société algorithmique où tout serait écrit serait un cauchemar

L’avènement d’une société de la connaissance où l’intelligence artificielle est abondante pose de nombreuses questions éthiques et politiques abordés, sousce lien, par Laurent Alexandre  et sous cet autre débattus avec deux autres interlocuteurs 

Formation

Formation à l’école et formation tout au long de la vie sont les deux piliers permettant la nécessaire co-évolution, chez chacun d’entre nous, entre l’intelligence biologique et l’intelligence artificielle

La formation c’est d’abord l’école ! Les Echos titraient récemment « L’intelligenceartificielle, un séisme pour l’éducation » ! Extraits: L’IA de 2017 est toujours totalement inintelligible : reconnaître un chat dans une image, une phrase dictée à un smartphone ou même une tumeur dans un fichier d’imagerie médicale est certes impressionnant mais cela reste cantonné à des usages très spécifiques. La vraie nouveauté, promise par le deep learning , c’est que les machines ont appris à apprendre  ; « désormais les ordinateurs s’éduqueront plus qu’ils ne se programmeront .Et cela ferait passer les élèves les plus acharnés pour de poussifs cancres... »Quelles conclusions en tirer ? Revoir entièrement notre système d’éducation nationale centré sur l’égalité et qui n’a jamais produit autant d’inégalités ! Revoir ce système en s’inspirant d’une réflexion de bon sens : on paye des millions de dollars des « éducateurs » de cerveaux artificiels et des « cacahuètes » les éducateurs de nos enfants .On paie 100 fois plus les éducateurs de cerveaux de silicium que nos instituteurs ! Le cerveau humain se développe à partir d’interactions sociales .700 à 1000 nouvelles connexions par seconde se créent pendants les 5 premières année ; plus ces interactions se développent, plus elles sont de qualité, mieux l’enfant sera éduqué , c’est à dire plus apte à affronter la vie. On devrait confier l’éducation de ces cerveaux, ceux de nos enfants, à des « bac+10 et les payer en conséquence . Cette revalorisation de l’enseignement est indispensable dans tous les pays européens, devenus des nains numériques par manque d’anticipation mais plus particulièrement en France, l’un des pays qui paye le moins les enseignants ! Les deux urgences actuelles, selon moi, sont de mieux former lesenseignants et de mieux les payer !

La formation tout au long de la vie, quant à elle, est une évidence sur laquelle je ne m’appesantirai pas ; la vraie question est « Comment réussir le mariage de l’intelligence artificielle et de la formation continue ? » « Une question d’intelligence »répond cet article que je vous laisse découvrir si ça vous dit ? 

Dés l’école et tout au long de la vie on va devoir former des gens qui « arrivent à travailler dans le zoo des différentes intelligences et être complémentaires des differentes IA et à gérer notre pouvoir demiurgique sur le cerveau ! »

Espérons que la prochaine loi sur la formation donnera des éléments de réponse à cette question vitale !

Innovation

Les IA sont en train de nous rattraper sur nos capacités cognitives. Elles nous remplaceront donc progressivement dans toutes les activités actuelles où elles sont meilleures que nous et en créeront de nouvelles auxquelles nous ne pensons pas aujourd’hui . Dés maintenant , nous pouvons citer, parmi les innovations majeures le stockage de données avec les data centers et les clés usb , la créationde musique , la prédictionde risques d’autisme  de maladies cardiaques,: on peut même évaluer un livre par sa seule couverture! Demain tous les secteurs seront touchés : santé, finances, droit, moyens de transport, terrestre et aérien, robots, etc…

Les IA vont (continuer à !) détruire des emplois et en créer d’autres. La « balance » entre les destructions et les créations sera-t-elle équilibrée ? Rien n’est moins sur. la bataille entre pessimistes et optimistes fait rage .Coté pessimiste Moshe Vardi, spécialiste américain de l’informatique.Pour lui »nous approchons d’une époque où les machines pourront surpasser les hommes dans presque toutes les tâches ». D’autres, au contraire, estiment que ces nouvelles IA vont stimuler la capacité créatrice des êtres humains et qu’apparaîtront de nouvelles activités auxquelles personne ne pense aujourd’hui . « Là où le digital a jusqu’à présent surtout détruit des emplois par l’automatisation, l’Intelligence Artificielle va jouer plutôt en multiplication des emplois ».pouvait-on lire récemment dans un article des Echos. Pour son auteur l’IA va révéler en chacun de nous des potentialités insoupçonnées : « Elle peut apporter des savoir-faire à ceux qui n’en ont pas, ou qui n’ont pas les bons, et permettre ainsi une montée en capacité des personnes dont on jugeait les compétences trop faibles dans le monde précédent »

L’IA …..une VOLONTE ?

Cerveau biologique contre cerveau articiel ? Intelligence de la tète contre intelligence du cœur? Aurons nous une la volonté de relever ces énormes défis ?

Jusqu’ici pas vraiment ….et pas seulement en France. L’Europe est encore un nain numérique. Jusqu’ici nous nous contentions de consommer du « coca cola numérique ».Mais il y a pire ! « On a créé une société de la connaissance sans réfléchir aux conséquences, car les écarts dans le monde digital sont plus importants que dans le monde physique »..

Aujourd’hui y a t-il une réelle volonté politique pour faire changer les choses? A écouter Emmanuel Macron , MounirMahjoubi, secrétaire d’Etat du numérique et Cédric Villani, mathématicien de renom aujourd’hui député  la réponse ne fait aucun doute ….c’est oui ! Il y a aujourd’hui chez ces dirigeants une vraie volonté politique pour faire de l’intelligence artificielle une priorité . Mais la route sera très longue pour « évangéliser » l’ensemble du personnel politique, les autres gouvernements européens …..et les citoyens !

A notre niveau que pouvons nous faire, nous, simples citoyens ? « Penser plus plutôt que « Penser moins » ! concrètement s’informer, identifier les métiers où l’IA sera plus forte que nous, ne serait-ce que pour ne pas y orienter nos enfants, surveiller la « frontière » entre l’intelligence artificielle et nous

La question n’est plus de savoir s’il faut aller ou pas dans le monde de l’intelligence artificielle ?. Nous y sommes, nous sommes dans le train,un train en pilotage automatique qui accroche de nouveaux wagons à chaque station et roule vers l’inconnu ! Notre seul pouvoir est de lui indiquer la direction (le bien commun de l’humanité) et de de l’arrêter avant la destination finale que certains voudraient l’amener, le transhumanisme ! Tout se passe comme s’il y avait 4 stations sur la voie , c’est à dire 4 ages dans l’intelligence artificielle : 1-le transistor. Depuis son invention il y a 70 ans sa capacité de a été multipliée par 93 000 000 de milliards ! 2- le deep learning, dont les premières recherches remontent aux années 1980, trouve ses premiers accomplissements dans les technologies de reconnaissance visuelle 3-l’intelligence contextuelle. C’est la capacité d’analyser et d’agir à partir de données disparates et parcellaires ; facultés aujourd’hui proprement humaine 4-la conscience artificielle !
L’interaction entre l’homme et l’IA devient une question centrale. Il est essentiel de mieux connaître l’IA pour mieux profiter des opportunités qu’elle offre ….et pour mieux la combattre lorsqu’elle dépasse les limites entre ce qu’elle peut faire et ce qu’elle a le droit de faire..Sachons voir les dangers mais aussi les opportunités des « bataillons » aujourd’hui, des régiments demain ,d’intelligences artificielles ! Faisons en sorte que notre CONSCIENCE nous épargne à tout jamais le cauchemar de la conscience artificielle! . Informons nous, aiguisons notre esprit critique , soyons « intelligents » !

La guerre des intelligences a commencé ! Pour avoir la moindre chance de gagner cette guerre nous devons nous armer ! Nos armes sont la CONNAISSANCE ! La connaissance s’acquiert de mille et une façons livresques, sur le terrain mais d’abord à l’école et par la formation continue tout au long de la vie

Bonne année 2018 « intelligente » !

Auxillac le18 décembre 2017

Pierre Ygrié





Santé et Education : l’urgence d’un débat public !

26 03 2017

Le 21 mars, dans l’indifférence générale, a été présenté, sous le nom de FRANCE IA, un rapport dont feraient bien de s’inspirer nos candidats https://www.sciencesetavenir.fr/high-tech/intelligence-artificielle/avec-france-ia-le-gouvernement-expose-son-plan-pour-l-intelligence-artificielle_111473 Il nous fait réfléchir sur notre responsabilité dans la maitrise (ou l’abandon à d’autres?) de l’inévitable transformation numérique qui va changer en profondeur notre société, à commencer par ses seux piliers : la Santé et l’Education !

Il y a dix ans, le grenelle de l’environnement , en dépit de ses défauts et de la (relative?) faiblesse de ses résultats , avait eu le grand mérite de mettre autour d’une même table des gens qui, au mieux s’ignoraient, au pire s’invectivaient dans des termes peu compatibles avec une vraie démocratie. Faire dialoguer des gens porteurs d’opinions ( parfois de sectarismes idéologiques) apparemment inconciliables constituait en soi un petit exploit !
Dix ans plus tard pourquoi ne pas adopter ce type de démarche dans deux domaines vitaux dont la dégradation est patente et qui, comme tous les autres domaines d’ailleurs, vont être impactés par les nouvelles technologies et plus spécialement par ce qu’il est convenu d’appeler l’Intelligence Artificielle (IA). Le lancement du Plan « France IA » ( https://www.franceculture.fr/emissions/le-numerique-et-nous/intelligence-artificielle-la-france-expose-sa-strategie ) doit etre, selon moi, une occasion d’interpeller les candidats sur deux petites idées utopiques mais necessaires : le lancement de deux « grenelles » : un grenelle de la santé et un grenelle de l’éducation ! Une telle démarche dans laquelle seraient impliqués des professionnels, des citoyens ,des administrations et des élus permettrait de faire un
état des lieux et de faire émerger des idéees nouvelles pour définir la trame des futures politiques publiques dans ces deux domaines vitaux
La demande citoyenne est si forte que les gouvernements pourront difficilement à l’avenir se permettre de faire l’impasse sur ce type d’action !

Etat des lieux

-Accès inégalitaire tant pour l’éducation (à tous les niveaux et en particulier dans l’enseignement supérieur) ) que pour la santé tant pour des raisons d’offre de soins( ( déserts médicaux, délais d’obtention de rendez vous inacceptables etc) que pour des raisons financières (prise en compte insuffisante de certaines pathologies),
-Reconnaissance insuffisante de la plupart des professionnels tant sur le plan financier que sur celui de la charge de travail ( burn out)
-Très grande faiblesse de l’intégration des nouvelles technologies tant dans l’éducation ( résistances culturelles qui freinent toute initiative) que dans la santé malgré de nombreuses initiatives en télésanté. Dans ce dernier domaine, les bonnes pratiques (thème du dernier colloque d’une association http://www.catelvisio.fr/conference.html ) se développent mais ont du mal à se coordonner dans le cadre d’une stratégie santé affirmée et cohérente d’accès
-Inégalité d’accés, pour les ruraux, au monde numérique . Ce dernier point est le « coeur » du combat des Webs du Gévaudan depuis près de 20 ans !

Transformation numérique de ces deux domaines

Santé et Education seront en 1ere ligne de l’inévitable transformation numérique ! Dés lors la seule question qui se pose est de savoir si nous aurons la MAITRISE de cette transformation ou si nous laisserons ces deux grands services publics se glisser subrepticement dans les algorithmes des géants de l’internet américains et chinois et, ce faisant, nous imprégner à notre insu d’une culture qui, dans certains cas, est à l’opposé de nos valeurs ?. Le discours de Laurent Alexandre, dont je m’étais inspiré pour écrire le papier « des NTIC aux NBIC »est on ne peut plus clair quant à l’urgence de nous « réveiller » ! En matière de santé il pointe la naïveté de nos concitoyens (50% des Français dont 68% de jeunes sont prêts à confier leurs données santé aux GAFA!).La médecine personnalisée va dépasser le médecin. Le pouvoir médical va passer vers les algorithmes .Quand à l’éducation « il faut qu’on se batte jour et nuit, en réformant l’éducation et le système professionnel, pour assurer la complémentarité des travailleurs quel que soit leu niveau d’application avec l’IA faible (x) …si non on va vers un suicide collectif</em> »
(x) Ia faible = machine ou système incapable d’éprouver une impression d’une réelle conscience de soi, de « vrais sentiments », et « une compréhension de ses propres raisonnements » bref un système non humain

FFRANCE IA « déclic originel » pour une refondation de l’école et une optimisation du système de santé ?

Les faiblesses « numériques » de notre pays, sont, pour faire court, les mêmes que celles des autres pays européens. Nous l’avons écrit à maintes reprises sur ce blog : L’Europe est aujourd’hui un nain numérique et les européens sont essentiellement des consommateurs de « coca-cola numérique ».La France n’en a pas moins des atouts .La qualité de ses chercheurs ne laisse pas indifférents les géants américains qui viennent les recruter pour leurs laboratoires US voire pour leur confier des responsabilités mondiales ( recrutement du français Yann Lecoeur comme directeur mondial de la division IA de Facebook ) ou encore , toujours pour Facebook, installer à Paris un de leurs trois laboratoires IA mondiaux

Si j’en juge par la qualité des travaux préparatoires à son lancement et plus particulièrement ceux que j’ai suivis, à distance, lors d’un colloque sur le sujet au sénat le 20 janvier, FRANCE IA constituera un outil précieux pour le futur président pour peu que celui ci s’en empare . Dans la continuité du PLAN IA ( travaux réservés aux professionnels), il pourrait élargisse la réflexion à l’ensemble des citoyens dans le cadre d’une démarche de type « grenelle ». Le choix de ces deux domaines n’est pas neutre car les orientations éthiques retenues (Dieu sait si l’IA pose des problèmes ethiques) et les politiques publiques définies dessineront le modèle de société dans laquelle nous voulons vivre !
Ce faisant, la France impulserait à l’Europe, véritable « terrain de jeu » pour tous les défis (numérique, énergie etc…) une dynamique à laquelle, en ce jour de 60eme anniversaire du traité de Romme les Webs du Gévaudan participent .. à leur façon !

Pour ceux qui souhaitent aller plus loin …

Intervention de Laurent Alexandre au sénat ( vidéo qui a fait le tour du web!) : A voir absolument … si je peux me permettre ?
https://www.youtube.com/watch?v=rJowm24piM4
Tables rondes au colloque du 20 janvier au sénat http://videos.senat.fr/video.303157_5880bb6877f24.reunion-pleniere-opecst et /ou Totalité du colloque
https://www.publicsenat.fr/emission/les-matins-de-la-presidentielle/table-ronde-intelligence-artificielle-51796

Bonne écoute à tous les visiteurs de ce blog …et (pourquoi pas ???) aux candidats qui, s’ils s’intéressaient vraiment à la Santé et à l’Education, s’intéresseraient un peu plus qu’ild ne l’ont fait jusqu’ici à la TRANSFORMATION NUMERIQUE de ces deux piliers de la société que sont la Santé et l’Education https://fr.news.yahoo.com/num%C3%A9rique-nint%C3%A9resse-gu%C3%A8re-candidats-cest-bien-dommage-183325108.html Il leur reste un mois pour se rattraper !

Auxillac le 25 mars 2017

Pierre Ygrié





Bonne annéé 2019 !

14 12 2018

En relisant le message que j’avais adressé il y a un an pour les vœux 2018 , je réalise qu’il n’a rien perdu de son actualité .Je me permets donc d’en faire un copier coller ci-dessous

J’ajoute simplement que la concertation que j’appelais de mes vœux est d’autant plus nécessaire qu’elle est difficile en raison de l’actualité et de l’importance prise par les réseaux sociaux , réseaux dont il est urgent de comprendre la logique intellectuelle et qui ont une vraie responsabilité sur l’évoltion de nos sociétés

Le numérique , comme la langue d’Esope, peut être la meilleure ou la pire des choses selon l’usage qu’on en fait .On peut très bien savoir utiliser l’outll pour consommer du « coca cola numérique » tout en étant un « illettré » dans le sens de la compréhension de cette révolution dont on n’a encore rien vu .La fracture numérique a encore de beaux jours devant elle ! 

J’espère que d’autres que les Webs du Gévaudan, qui vont fêter leur vingtième (et peut-être dernière) année, prendront le relais pour vous faire vivre les nouvelles fractures qui nous attendent et l’importance ,pour les nouvelles générations, de se former non seulement à l’utilisation du numérique mais à sa bonne « COMPREHENSION ». Investir sur la formation au numérique pour éviter ses pièges et en saisir toutes les opportunités ET sur la RECHERCHE que ce formidable outil autorise désormais est une urgence absolue si nous ne voulons pas que la France devienne le « Zimbabwe » du 21eme siècle !  

———————————————————————————————————————-

Voeux 2018 : « Les Webs du Gévaudan (x) vous adressent leurs meilleurs vœux pour 2018 ! Que l’année nouvelle soit pour nous tous, élus et citoyens, une année de RÉFLEXION ET DE CONCERTATION​ sur la transformation numérique tant à l’échelon local qu’à l’échelon ​global​ 1-en global le développement exponentiel de l’intelligence artificielles mérite que les citoyens s’emparent de ce sujet à mon avis trop peu connu jusqu’ici 2 -au niveau local,profiter de la dynamique impulsée par le l’annonce du fibrage du  pour lancer une une large CONCERTATION sur les usages »

————————————————————————-

Bonnes fêtes et bonne année 2019

Balaruc les bains le 14 décembre 2018

Pierre Ygrié





Numérique:une fracture peut en cacher une autre !

2 12 2018

Depuis leur création il y a près de 20 ans (1ére manifestation à Marvejols en avril 1999) les Webs du Gévaudan se battent pour résorber la fracture numérique entre les villes et les campagnes. « Apôtres » de la ruralité moderne faite du mariage du numérique et d’une agriculture respectueuse de l’environnement il leur est même arrivé,comme dans leur dernier article (chat échaudé craint même l’eau froide) de faire des « incursions » dans le domaine des pesticides et autres pollutions à l’origine de nouvelles maladies et pour lesquelles il serait peut-être utile de créer dans les facultés de médecine une chaire de « santé environnementale » !

Aujourd’hui recentrons- nous sur le numérique en focalisant sur deux fractures, l’une, sur les infrastructures, en train (péniblement !)  de se résorber, l’autre, sur les usages, en train de se creuser !

1-La fracture sur les infrastructures 

Les infrastructures , ce sont les supports du numérique ( jusqu’ici le cuivre,demain la fibre optique pour les réseaux fixes, les 3G,4G,5Gpour l’accès mobile).  Nous avons tout dit ou presque sur ce sujet dans nos différents articles . En dépit de progrès significatifs il reste encore beaucoup à faire ….et pas que dans les campagnes !( un ami de Balaruc les bains me disait encore hier soir qu’il lui arrivait de passer des week-ends sans internet !) ./ Vigilance donc même si , dans ce domaine clé s’il en est ( le 1er des services est l’accès aux services) , on avance . Cela étant ,même  lorsque ces supports couvriront l’intégralité du territoire sans aucune discrimination (égalité républicaine oblige!), lorsque la fracture numérique au sens où on l’entend habituellement (couverture égalitaire du territoire en réseaux de télécommunications)  sera derrière nous  une autre fracture , plus insidieuse et bien plus ravageuse, apparaîtra (est déjà là!) la fracture sur les USAGES .

2-La fracture sur les usages 

Les usages se développent à une vitesse exponentielle . « On n’a encore rien vu » ! Je reprends à mon compte ce « message » de Xavier Dalloz en ouverture de  la 2ème édition de M@rvejols sur web en 2000.! Avec le développement de l’intelligence artificielle ce « message » de près de 20 ans est de plus en plus d’actualité !

Plus les usages se développeront plus s’agrandira le fossé entre ceux qui auront « appris » le numérique et les illettrés du numérique. Cet illettrisme aggravera  encore la fracture sociale et les inégalités, causes des mots actuels et grandissants de notre monde!

« les exclus du numérique sont à peu près les mêmes que les exclus de la société » écrivions nous en 2010 dans un papier intitulé « internet solidaire« . Ce constat de plus de 8 ans est encore plus vrai aujourd’hui où, contrairement à l’époque, chaque français peut disposer d’un support d’accès au numérique .

a) L’illétrisme numérique des français (illectronisme) 

Selon un sondage récent 1/4 des français serai sent des illettrés du numérique et contrairement à une opinion assez répandue cet illétrisme  ne concerne pas seulement les personnes âgées (les séniors peuvent aussi être des « geeks »! ) . Il atteint toutes les couches de la société, y compris les jeunes souvent qualifiés de « digital natives ». Un excellent article du journal Libération nous alerte sur ce constat potentiellement dramatique pour l’avenir d’une partie de notre jeunesse. Le smarthone, ange gardien de tous les jeunes aujourd’hui (et pas que!) est-il un poison ou un remède ?

Celà étant, pour peu que l’on donne au mot « illétrisme numérique » un sens plus large de « compréhension » du monde numérique et de ses dérives dont la Chine commence à nous sonner quelques exemples nous pouvons dire que même initiés, nous sommes tous numériquement fragiles et que le numérique doit être non seulement un sujet de compréhension technique mais de REFLEXION sur la SOCIETE que nous préparons à nos enfants ! Les opportunités du numérique sont évidentes mais son utilisation démiurgique pourrait être très dangereuse pour l’humanité !

b) L’illétrisme numérique des dirigeants ?

En dépit de progrès évidents nos députés restent relativement « illettrés »! Rien d’étonnant dés lors de voir la France occuper la peu enviable 18 ème place dans l’Europe numérique . En tant que citoyen « lambda » je n’ai cessé de pointer le décalage entre la réalité numérique de notre pays et es grands discours de ses dirigeants depuis plus de 20 ans !

Quand on sait que l’Europe est aujourd’hui une « colonie américaine » on a des soucis à se faire quant à l’adaptation de ses peuples à la concurrence mondiale ! Cela étant, si nous savons faire un état des lieux sans concession et saisir les opportunités du numérique dans deux domaines vitaux,  la santé et l’éducation, tous les espoirs sont permis

Encore faut-il ouvrir les yeux pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays ! La désespérance qu’expriment de de nombreux français avec les « gilets jaunes » a des racines profondes .Laurent Alexandre,auquel nous faisons souvent référence dans ce blog, a , sur ce sujet une analyse qui devrait nous faire REFLECHIR ! « REFLECHIR »? Il y a un an je (nous) souhaitais une « bonne année intelligente ». Je reconduis ces voeux pour 2019. C’est à mon avis la première URGENCE tant pour les problèmes de fin du mois que de fin du monde !

 

Balaruc les bains le 2 décembre 2018

Pierre Ygrié





Nous sommes tous agriculteurs !

17 03 2018

Les agriculteurs cultivent et élèvent les produits que nous mangeons, ils entretiennent les paysages de nos vacances . Pour notre santé et pour nos loisirs nous les voudrions heureux dans des campagnes vivantes ! Est-ce le cas ? De moins en moins . Mal rémunérés, obligés d’employer des méthodes douteuses (pesticides…) pour (sur) vivre, isolés physiquement et psychologiquement ils se sentent d’autant plus désemparés qu’ils sont aussi des sous-citoyens de la société numérique . L’explosion de l’internet était une chance historique d’attirer dans la ruralité des citadins en mal de campagne . Seules des campagnes« intelligentes » auraient permis d’attirer massivement les nouvelles populations nécessaires pour procurer à leurs habitants et plus particulièrement aux agriculteurs une vie sociale épanouissante. Encore eut-il fallu commencer à procurer du très haut débit à ceux qui en avaient le plus besoin, les ruraux !C’est l’inverse qui a été fait !

La ruralité est en crise : nous avons besoin d’agriculteurs heureux .Nous devons les aider à changer de modèle de production et de vie. Nous sommes tous agriculteurs !
Dans un papier de juin 2010 « Une ruralité en très haut débit pourquoifaire ? »j’écrivais « l’homme de demain devra rechercher un équilibre entre deux modes de « connexion » 1-une « connexion » naturelle et « transparente » (sans contraintes techniques) à la société de l’information , source d’épanouissement personnel et de « business » professionnel 2-une « connexion » permanente à la nature dont il fait partie (on l’a un peu oublié en occident !), qu’il doit donc impérativement protéger et qui lui apportera le bien être qu’il trouve de moins en moins dans les agglomérations. »

Deux ans plus tard ( février 2012) , dans« Agricultureet Très Haut Débit : les deux « mamelles » de la Ruralité du 21ème siècle ! »j’insistais sur l’importance d » « un réseau optique pour des campagnes intelligentes »ET d’une « agriculture respectueuse de l’environnement » en fustigeant tout à la fois la lenteur des pouvoirs publics dans la couverture numérique du territoire ET les dégâts de l’agriculture industrielle tant sur l’environnement que sur la santé

 

Où en sont aujourd’hui ces deux « piliers » de la ruralité moderne ?

TRÈS HAUT DEBIT

Des progrès incontestables ont été réalisés en matière de couverture numérique du territoire . Le nouveau gouvernement a pris des engagements fermes (2020 : bon débit pour tous 2022 : très haut débit pour tous ;,2025 : fibre pour tous ) . Certains départements,comme la Lozère, ont même « promis » de fibrer tous les foyers dés 2022

Mais plusieurs indices nous incitent à être VIGILANTS !

-les leçons du passé : pour faire court, je dénonçais récemment, dans un « coupde gueule » improvisé !, l’absence depuis 20 ans de véritable stratégie numérique,absence qui s’est traduite,entre autres, dans les zones rurales par la non compensation par des services publics électroniques de qualité de la perte des services publics physiques, autre pilier de la ruralité !; une véritable stratégie aurait permis en particulier de mettre en place en amont toute une politique d’accompagnement des populations dont on commence à réaliser l’importance . Que de temps perdu ! Que n’avons nous écouté en son temps les « apôtres » de la transformation numérique ! Nous l’aurions sans doute mieux « digérée » plutot que de la subir !

-les avertissements, pour l’avenir, des parlementaires qui connaissent le mieux les territoires : les sénateurs . Dans une proposition de loi récente lesénat déplore l’insuccès du plan France très haut débit de 2013, pointe l’incapacité des opérateurs à tenir leurs engagements et lance un avertissement « On ne peut imaginer la fibre pour les villes, et des technologies dégradées pour les champs » !

Quant à «  la société de l’information , source d’épanouissement personnel et de « business » professionne », aujourd’hui, 8 ans plus tard, avec les défis éthiques lancés par le développement exponentiel de l’intelligence artificielle, sujet que nous avons tenté d’aborder dans le papier « Bonne année 2018intelligente » / il y aurait beaucoup à dire mais ne confondons pas la necessité d’un ACCES EGALITAIRE au numérique de l’USAGE éclairé que doit en faire chaque citoyen !

 

AGRICULTURE

Les choses ont-elles vraiment changé depuis 2012 quand j’écrivais « L’agriculture industrielle ne  « respecte » rien : les sols : (considérablement appauvris) l’environnement ( pollution des eaux et de l’air..), les animaux,(rendement des vaches laitières a multiplié par quatre …mais espérance de vie divisée par deux ! »), agriculteurs , consommateurs » ?

OUI et NON !

OUI culturellement dans la prise de conscience des dégâts des perturbateurs endocriniens (dans lesquels les pesticides ont une large part) sur notre santé . Devant les actions conjuguées des médias  , des experts indépendants (malheureusement trop peu nombreux ), des associations et des professionnels de santé les lobbies résistent et continuent à entretenir le doute, suivant en cela, près de 50 ans après, les « conseils » d’un grand patron de Philip Morris déclarant cyniquement en 1969 « notre industrie est celle du doute car le doute est la meilleure façon de faire concurrence aux faits qui existent dans l’esprit du public, c’est aussi le meilleur moyen de créer une controverse ». Aujourd’hui le doute n’est plus permis lorsqu’on écoute ceux qui sont au plus près des personnes touchées par ces maladies « environnementales », tels que les professeurs Sultan , Belpomme et bien d’autres . Pour Charles Sultan il faut abolir l’utilisation des pesticides « nous sommes à l’aube d’un véritable scandale sanitaire »
NON (ou très peu) dans les faits !

-le développement de l’agriculture biologique, significatif depuis quelques années, pourrait etre beaucoup plus important si on se décidait à réorienter les aides après suppression progressive si non radicale du « subventionnement de la pollution » !

-la lutte contre les pesticides en reste au stade des incantations. Le plan Eco phyto 1 qui prévoyait une réduction de 50%des pesticides sur la période 2009:2018 est un échec total ; sous la presion d’associations comme Générations Futures  des progrès ont été réalisés en matière de réglementation mais il reste beaucoup à faire !

-l’incapacité des politiques à faire changer les choses ! La puissance des lobbies est inimaginable .Les politiques de bonne foi, de loin les plus nombreux, le reconnaissent eux mèmes mais ils ont besoin de la « pression » des citoyens ! Berny Senders, candidat malheureux aux primaires démocrates américaines, ne déclarait-il pas «  Si demain vous souhaitez de voter pour moi soyez prèt , si je suis éli, à descendre dans la rue dans queques annéees pour faire pression sur moi pour m’obliger à tenir mes promesses car je serai soumis à des pressions inverses pour me faire renoncer à ces promesses venant du monde de la finance, du monde politique …Soyez prêt à prolonger votre vote par un engagement de tous les instants » Plus récemment, en France, il suffit de se rappeler l’interpellationdu président de la république au salon de l’agriculture par des céréaliers 
Le défi agricole !

L’agriculture de demain dépendra en grande partie de la réponse qui sera donnée à une question simple mais vitale : continuerons nous à laisser les produits agricoles aux mains des marchés mondiaux et à leurs dérives spéculatives ou considérerons nous ces produits comme des produits « à part »devant faire l’objet de réglementations « protectrices » avec pour unique objectif la SANTE des consommateur ? Le modèle agricole actuel est triplement néfaste : pour les consommateurs ( santé), pour les agriculteurs ( précarité, sucides, maladies) et pour l’emploi (6%des surfaces et 11%des emplois ). Il est est à revoir complètement et ceci à un niveau pertinent, idéalement le monde, à défaut l’Europe. Dans ce domaine comme dans d’autres le repli sur soi est suicidaire, l’Europe est donc « necessire » mais « difficile » car c’est là que se concentrent les lobbies ! En avoir conscience est déjà le commencement, si non de la sagesse, du moins de la MOBILISATION des CITOYENS à ce niveau

La mobilisation des citoyens

Cette mobilisation est indispensable à tous les niveaux

européen : en « testant » l’implication des candidats sur ce sujet à l’occasion des élections européennes de 2019 …..mais aussi, en attendant, en profitant de toutes les opportunités comme la création récente d’une commission pesticides au parlement européen ?. Un français,Eric Andrieu, préside cette commission .N’hésitons pas à lui écrire …tout simplement !(eric.andrieu@europarl.europa.eu et/ou ericandrieu.permanence@orange.fr )

-national : le plan d’action pour réduire lesproduits phytopharmaceutiques dans l’agriculture sera finalisé fin mars, à l’issue de la concertation de toutes les parties prenantes. La Fnsaelle même, puissant syndicat agricole très lié aux industries chimiques alimentaires y a fait des propositions !. Quant à la loi surl’alimentation ,  premier volet de la stratégie de réforme du secteur agro alimentaire, il faudrait, à mon sens, avant la finalisation du projet de loi, ouvrir une plate forme citoyenne pour recueillir un maximum d’avis. Cette procédure a été expérimentée avec succès pour la loi numérique. Ce que nous avons dans notre assiette serait-il moins important que le numérique ? Là encore, véhiculons cette petite idée ! Pour ma part je l’ai fait en écrivant aux 577 députés !

-local :soutien aux initiatives locales, aux groupements de petits producteurs , au circuit court, au bio local, aux « combats » pour l’étiquetage des produits ( pour pouvoir choisir en toute connaissance de cause il faudrait aujourd’hui etre polytechnicien ou faire ses courses avec un « traducteur » d’étiquettes » !. L’ouverture ) etc…

-individuel : l’alimentation a représenté, en 2014, 20,4 % des dépenses de consommation des Français, contre 34,6 % en 1960.e constat mérite à tout le moins une réflexion sur nospriorités de consommation!!

En conclusion : la crise de la ruralité dont l’agriculture est le pilier central nous concerne tous . Les agriculteurs, passionnés par leur métier, sont désemparés : mal rémunérés (1/3 gagnent moins de 350 euros par mois ), esclaves d’une agriculture industrielle destructrice, près à être des citoyens numériques part entière(grands utilisateurs d’internet) si on leur en donne les moyens, ils ont besoin de NOTRE AIDE .

SOYONS TOUS AGRICULTEURS !

Balaruc les bains le 17 mars 2018

Pierre Ygrié

Pierre Ygrié





Coup de gueule et coup de chapeau !

29 09 2017

L’actualité récente (rapport flash des députés Eric Bothorel et Laure de la Raudière, marchandage Etat/opérateurs, effets d’annonce du gouvernement) réveille, au fin fond du Gévaudan et de la France profonde ,les laissés pour compte du haut débit (promis par le président Chirac pour2007!) et du très haut débit (promis pour 2025 par le président Sarkozy et pour 2022 par le président Hollande!). Le constat est impitoyable : 20 ans après avoir entendu à un colloque à Villepinte des intervenants comme Shimon Peres,Bill Gates et quelques autres, évangéliser les participants aux NTIC, le constat est impitoyable « 7,5 millions de Français ne disposent pas d’une connexion de qualité minimale à l’Internet fixe. Pire : 500 000 n’ont aucun accès à Internet, »(Ufc/Que choisir)

Coup de gueule ! https://www.youtube.com/watch?v=DDyQWDhKWg4

 L’absence évidente de stratégie numérique ,il y a 20 ans, a des conséquences catastrophiques tant sur le plan des usages que sur celui des infrastructures

-usages : les européens, et pas seulement les français, sont devenus des consommateurs de « coca cola numérique » ! Les maîtres du monde numérique sont américains et asiatiques. Les « poumons » de notre vie numérique sont les algorithmes des multinationales américaines aujourd’hui, chinoises demain. Ces multinationales dominent non seulement le monde « ancien » des NTIC (Nouvelles technologies de l’information et de la communication) mais aussi le monde nouveau des NBIC ( Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives ).Alors que les NTIC changent le monde « extérieur »,les NBIC, elles, ont le pouvoir de changer le monde à l’intérieur de nous même, c’est à dire notre corps, notre esprit, notre cerveau ! Allons nous laisser à des algorithmes américains et chinois ce pouvoir de contrôler nos corps et nos esprits et d’améliorer nos capacités physique et cognitives ? Cette « industrie du siècle à venir » va poser des problèmes économiques et éthiques dont il est urgent de s’emparer !

-infrastructures : « La fibre est une priorité politique » déclarait récemment Laure de la Raudière, l’une des rares élues qui ait anticipé depuis bien longtemps le tsunami numérique ! Le 25 mars 2010 elle déclarait, en ouverture d’un colloque à l’assemblée nationale«  « nous ne sommes qu’au début de cette révolution à la fois technologique, industrielle et sociale qui changera en profondeur nos façons de nous former, de nous soigner…».Elle insistait à l’époque sur les niveaux d’inégalités sur lesquels il fallait travailler pour être fidèles aux principes d’équité territoriale et d’équité sociale !
La fibre priorité politique ? Que ne l’a-t-on décidé il y a 20 ans ? Q’u
on ne nous dise pas qu’on ne pouvait pas prévoir ! Quand on avait eu la chance, comme moi, d’écouter le « message » de Villepinte de 1997, quand on avait participé, dans les années 90, à des débats avec des pionniers de l’internet comme Jean Michel Billaut, le sénateur René Trégouet et bien d’autres , on savait que le réseau de cuivre ne résisterait pas à l’explosion des usages et qu’il faudrait le remplacer par un réseau optique. On aurait pu (du) alors mettre en place une vraie politique d’aménagement du territoire basée sur un objectif clair ( égalité de traitement de chaque citoyen dans l’accès aux services numériques à venir) et des moyens adaptés ( un réseau national optique où pourrait se développer une vraie concurrence , la concurrence sur les services) et des décisions de bon sens (pas de travaux de voirie sans fourreaux , formation de poseurs de fibre etc… )
Une politique d’aménagement numérique du territoire aurait pu s’appuyer sur deux atouts de notre pays : premier fabricant de fibre optique européen ….et important espace rural . Le numérique était une chance historique pour participer, dans une logique de développement durable, à un certain rééquilibrage de la population pour perrmettre à des citadins en mal de campagne (de plus en plus nombreux) de choisir le coin de territoire où ils souhaitent vivre…et travailler …dans des campagnes « intelligentes » , c’est à dire des campagnes que l’on aurait fibrées en priorité compte tenu de la vétusté de leur réseau de cuivre, contrairement aux grandes agglomérations . C’est le contraire qui a été fait . Il n’est donc pas question aujourd’hui de faire payer aux ruraux des erreurs de stratégie que les belles paroles ne suffiront pas à cacher !

Coup de chapeau!

Usages : Coup de chapeau au président Macron pour son engagement numérique tant français ( plateformisation de l’Etat, intelligence artificielle, télémédecine, tpe/pme …) qu’européen (seul niveau pertinent pour concurrencer les géants américains et asiatiques)

Infrastructures : Coup de chapeau aux députés Eric Bothorel et Laure de la Raudière qui ,dans leur rapport flash Très haut débit publié le 27 septembre, demandent que l’ensemble des logements soient connectés en fibre d’ici 2025…. de quoi suivre la « Gigabit Society » voulue par la Commission européenne….. « Dans ce rapport, Mme Laure de La Raudière et M. Éric Bothorel mettent en avant le risque que des solutions technologiques transitoires ne finissent par devenir une réalité pérenne pour une partie des citoyens, pour lesquels l’arrivée de la fibre optique deviendrait illusoire. Cette situation ne serait pas acceptable dès lors que les besoins en très haut débit – à qualité de service identique – sont les mêmes quels que soient les territoires. Il faut désormais que l’État garantisse que la fibre optique sera bien accessible à 100 % des Français à l’horizon de 2025 »Pour les co-auteurs du rapport « La France a été capable d’amener l’eau potable et l’électricité partout. En 2017, si nous ne sommes pas capables de raccorder tout le pays en fibre en huit ans, je veux bien des explications. Nous ne partons pas d’une feuille blanche » Aucun des nombreux acteurs publics et privés auditionnés depuis juillet n’avait d’argument concret contre cet objectif. Des 20 propositions du rapport, toutes pertinentes, je me permets de focaliser sur la 1 ( tous les français fibrés en 2025) la 7 (transparence des déploiements de réseaux) et la 20 ( nécessite d’une contrepartie réglementaire aux nouveaux engagements)
Certains s’étonneront peut-être qu’il faille attendre 2025 pour être enfin égaux dans l’accès à une société numérique dont on nous dit par ailleurs, à juste titre, qu’elle va tout transformer ? Nous ne reviendrons pas sur les absurdités qui ont conduit à un tel retard et nous contenterons d’appuyer les propositions du rapport des deux députés tout en y ajoutant un codicille : inscrire un droit à la fibre dans la loi et acter l’extinction du réseau cuivre en 2025 .

Pour la nième fois je me permets de répéter que l’avenir de la France repose sur deux piliers : des agglomérations compétitives ET des campagnes intelligentes. On a parfois posé la question de savoir ce que le très haut débit pourrait rapporter à la ruralité mais on n’a jamais « retourné »cette question  : que pourraient apporter à la France et aux Français des territoires ruraux en très haut débit ? Il est plus que temps de poser cette question simple…..et d’y répondre ! Les ruraux ne supporteront plus d’entendre que l’objectif fibre pour tous en 2025 est inatteignable. Qu’on se le dise !

Auxillac le 29 septembre 2017

Pierre Ygrié

—————————————————————————

Rapport flash sur le très haut débit : http://www2.assemblee-nationale.fr/documents/notice/15/rap-info/i0213/(index)/rapports-information





Couverture numérique : Tous égaux …. en 2025 !

23 09 2017

Deux articles récents nous confortent dans l’idée qu’en 2025 chaque citoyen, quelle que soit sa place « physique » sur le territoire , aurait la même « PLACE NUMERIQUE » !….une demande de près de 20 ans des Webs du Gévaudan !
Nos représentants, les députés de la république, paraissent enfin prendre les choses en main dans le bon sens….celui de l’égalité des citoyens dans la « république numérique », égalité qui jalonne de nombreux discours depuis des années mais qui n’a jamais été concrétisée dans les faits et même dans les lois ! Même la loi numérique de 2016,n’a pas acté cette nécessaire égalité républicaine …un comble pour une loi dite « pour une république numérique » !
Certains s’étonneront peut-être qu’il faille attendre 2025 pour être enfin égaux dans l’accès à une société numérique dont on nous dit par ailleurs, à juste titre, qu’elle va tout transformer ? Nous ne reviendrons pas sur les atermoiements et l’absence de stratégie globale d’aménagement numérique du territoire qui ont conduit à cette « anomalie » et nous contenterons de saluer ici la volonté, tardive mais réelle, de nos représentants ….tout en apportant notre petite contribution pour vérifier que cette volonté se traduira bien dans les faits !

1- Ce que veulent nos députés

Le rapport complet de la mission d’information très haut débit sera rendu public le 27 septembre. Mais dés maintenant nous savons que
-les députés veulent le 100% fibre dès 2025
https://www.degroupnews.com/breves/mission-information-thd-parlementaires-veulent-100-fibre-2025
-le rapport comporte 20 propositions dont deux ambitions majeures :
.sur le fixe :l’engagement ferme de déployer la fibre optique sur 100% du territoire à l’horizon 2025”
.sur le mobile : le renforcement des obligations des opérateurs” pour arriver au plus vite à une couverture voix/SMS totale du territoire, ainsi que “l’exigence d’un accès rapide au très haut débit mobile via la 4G à l’horizon 2020”.
http://www.universfreebox.com/article/40730/Mission-Flash-THD-20-propositions-a-venir-et-deja-deux-ambitions-mises-en-lumiere

2- Notre (modeste mais ferme!) contribution

Comme je l’écrivais récemment (x) à Eric Bothorel (qui m’a vait répondu),co-rapporteur avec Laure de la Raudière,nous demandons que soient actés un droit à la fibre et une date d’extinction du réseau cuivre. .

(x) Courriel à Eric Bothorel (avec copie aux 577 députés !)

Monsieur le député

Citoyen engagé depuis près de 20 ans dans la lutte contre la fracture numérique et plus précisément pour la généralisation de la fibre optique dans les campagnes, https://www.youtube.com/watch?v=J6kM32vndsk , territoires qui en auront le plus besoin en particulier pour l’accès aux services vitaux j’ai écouté avec beaucoup d’intérêt votre débat sur BFM avec Pierre Michel Attali et Nathalie Dirand

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/le-reseau-tres-haut-debit-en-france-est-il-assez-dense-pour-assurer-la-transformation-des-entreprises-0909-979261.html

Ce débat, centré sur le très haut débit dans les entreprises mais qui, comme tous les participants l’ont souligné, concerne tout autant les particuliers, manifeste une vraie dynamique tout en révélant, en creux, une absence de stratégie fibre historique !

Votre constat , que je partage, sur les faiblesses « techniques » de déploiement opérationnel de la fibre ( manque de ressources humaines, formation, pénurie de métiers spécifiques etc…) révèle un manque d’anticipation évident ! Quand on sait que la voirie représente près de 80% du coût de la fibre la règle « pas de travaux sans fourreaux » devrait etre appliquée depuis…..20 ans ! Il ne faut pas s’étonner dés lors que la France disparaisse du top 50 des débits au moment où l’UE cible le gigabit pour tous en 2025 !

J’ai également apprécié votre « insistance » pour une égalité de traitement de tous les citoyens . Votre réponse à la question ‘saugrenue!) « limiter certains usages à certains territoires ? » était parfaite !

N’empêche ! En retardant la généralisation de la fibre dans tous les foyers à une date ultérieure (sans préciser laquelle?) on est en train de faire payer aux zones rurales

Aussi, je me permets de vous suggérer de noter dans le rapport en cours de rédaction sur la couverture numérique, un droit à la fibre et une date d’extinction du réseau cuivre .

Lors du vote de la loi numérique , en dépit de nombreuses interventions,nous n’avons pas obtenu un droit à la fibre, ou, traduit en termes non techniques, un droit d’accès à deux réseaux , un réseau filaire (aujourd’hui en cuivre demain en fibre optique) et un réseau mobile.

Dans un papier du 16 décembre 2016 sur l’EGALITE nous comptions sur les élections présidentielles … mais, sur la place de la fibre dans la couverture numérique,les déclarations du président Macron, dont je salue par ailleurs l’implication sur le numérique ( accompagnement des tpe/pme, plateformisation de l’Etat, intelligence artificielle….) me laissent perplexe !

En 2011, dans un papier « les réseaux vont-ils exploser » nous préconisions le remplacement du réseau cuivre par un réseau optique . Il est plus que temps d’essayer de rattraper le retard . Nos deux suggestions (acter un droit à la fibre et une date d’extinction du réseau cuivre pour son remplacement partout en France avant 2025 ) constitueraient deux indicateurs « minima » pour tenter de rétablir un minimum de confiance dans les zones rurales . En tout état de cause ils constitueraient pour tous une « ardente obligation » !

Il est plus que temps que la fibre devienne une priorité politique ! 

Merci de votre soutien et de celui de tous vos collègues de l’assemblée nationale, que je me permets de mettre en copie

Attendons avec intérêt le 27 septembre pour le rapport complet…. et soyons vigilants !

Auxillac le 23 septembre 2017

Pierre Ygrié





Déserts numériques et déserts médicaux : Lozère terre d’expérimentation ?

30 07 2017

Département hors du temps, hors de l’espace, département d’ « ailleurs », la Lozère est un département qui fait rêver mais qui, pour l’instant, n’attire pas un nombre d’habitants suffisant pour lui permettre d’atteindre ses ambitions maintes fois affirmées ici : devenir le symbole de la ruralité moderne. Encore faut-il qu’elle ne reste pas, malgré les efforts déployés ces derniers temps, un désert numérique et un désert médical ….comme bien d’autres départements d’ailleurs ! . En ce début de quinquennat « numérique »la Lozère doit saisir toutes les les opportunités d’expérimentation dans ces deux domaines clés et étroitement liés.

Ces derniers jours de juillet deux informations importantes sur le numérique et la ruralité méritent une attention particulière
– la déclaration du président Macron lors de la conférence nationale des territoires du 18 juillet . A un article intitulé «   Au Sénat, Emmanuel Macron « disrupte » le mythe de l’égalité des territoires » je postais le commentaire suivant « Je ne suis pas convaincu Monsieur le président ! Le principe d’égalité ne se discute pas . Ce que vous proposez résout un problème de court terme et c’est très bien MAIS ce ne doit etre qu’une étape ! ». Je faisais référence , dans ce commentaire, aux INFRASTRUCTURES d’ACCES au numérique qui,selon moi, ne doivent en aucun cas etre discriminatoires
-la présentation le 25 juillet par Jacques Mézard de la feuille de route pour la couverture numérique et les déserts médicaux. Je faisais alors la suggestion suivante « Pour optimiser la réflexion sur le rôle de la e-santé dans les déserts médicaux je suggère l’expérimentation d’un « grenelle de la e-santé » dans le département symbole de la ruralité (76.000 habitants), la Lozère »

1-En matière d’infrastructures d’accès au numérique l’égalité n’est pas un mythe, c’est un principe républicain !

Depuis la plus haute antiquité les infrastructures terrestres et maritimes, puis aériennes,ont été à la base de tout développement. La faiblesse ou l’absence de ces infrastructures dans certains territoires reculés explique le moindre développement de ces territoires et le fait que certains se sentent aujoyrd’hui abandonnés. Pour ces territoires le numérique était une chance historique de donner à chacun la véritable « égalité des chances »chère à notre président.Cette chance n’a pas été saisie jusqu’ici, bien au contraire, une nouvelle fracture entre « fibrés » et non « fibrés » prenant peu à peu le relais de la fracture traditionnelle « bas débit/adsl ». Or les dernières déclarations du président ( lever le pied sur la fibre pour « bouster » d’autres technologies) nous inquiètent . Je ne fais ici aucun procès d’intention au président . Je salue au contraire ses priorités numériques (PME /TPE 100% numériques, intelligence artificielle,n plateformisation de l’Etat ….) toutes nécessaires à la transformation de la société mais la couverture numérique, déjà parent pauvre de la loi numérique, me paraît rester le point faible de la feuille de route gouvernementale actuelle.Certes le président veut accélérer le plan France très haut débit en avançant à 2020 l’échéance fixée par François Hollande (2022) qui avait lui même surenchéri sur celle proposée par Nicolas Sarkozy (2025) . Tout ceci n’est pas très sérieux ! Emmanuel Macron , conscient que l’échéance de 2022 pour la fibre était intenable, a préféré abandonner l’objectif du 100 % fibre en offrant du « bon débit » à tous les Français en 2020. Il a raison de vouloir connecter convenablement et rapidement tous les Français. Mais l’échéance de 2020 ne doit etre qu’une étape dans la route vers l’objectif final : remplacer le réseau de cuivre, à l’agonie (et pas qu’en Lozère!) par un réseau optique . Vouloir obloger Orange à l’entrtetenir est certes necessaire mais c’est, à mon avis, un combat d’arrière garde qui ne prépare pas l’avenir.
Dans un papier du 4 juin 2017 « Lozère, la raison du plus faible »
je proposais d’expérimenter en Lozère le fibrage d’un territoire rural symbolique. Si le cadre réglementaire actuel ne le permet pas il faut expérimenter un changement de cadre ! Une telle proposition n’est pas nouvelle ! l y a 10 ans dans un article du 1er mars2007, une éternité à l’heure de l’internet, je siggérais de faire de notre département un territoire pilote en développement durable; j’écrivais alors « Persuadé que pour compenser ses faiblesses naturelles en infrastructures physiques (absence d’aérien et de fluvial, faiblesse du rail, inégalités dans la répartition des routes),la Lozère devait être dotée d’infrastructures numériques d’exception. »

2-La e-santé doit être largement débattue avec les citoyens

Dans un papier du 30 mars 2014 « e-santé, une révolution en marche avec les citoyens », je proposais la création de maisons de santé « augmentées ».J’écrivais alors « Au cœur du territoire les maisons pluridisciplinaires de santé . devront intégrer des salles de téléconsultation  pour permettre au médecin traitant, pivot du système, de faire appel, en tant que de besoin, à des ressources distantes dans tous les domaines (ophtalmologie, dermatologie, cardiologie, pneumologie,  cancérologie etc…) . Ces maisons de santé « augmentées » constitueront le « nœud de soins » de proximité , des mini « smart hôpitaux » en quelque sorte ».

Plus récemment(23 juillet 2017)je proposais le lancement d’un grenelle de la e-santé expérimental en Lozère pour réfléchir ENSDEMBLE (grand public, professionnels de santé, élus…) aux solutions de mise en réseau du domicile, (premier « lieu » de soins) , des professionnels de santé de proximité ( de plus en plus regroupés en maisons de santé) , des centres hospitaliers, des Ehpad etc…

Ces deux suggestions, certes insuffisantes mais en ligne avec la feuille de route du gouvernement et avec l’ « ADN » de la République en marche , peuvent, selon moi, constituer les piliers d’un projet expérimental « Santé Lozère »

Lorsque le président Macron fustige l’égalité qui crée de l’uniformité et qu’il veut la remplacer par une égalité des chances des territoires il a raison …. sauf que, à l’aube d’une transformation radicale de la France par le numérique les INFRASTRUCTURES,« fondations » de cette nouvelle société numérique doivent être encore plus solides à la campagne qu’ailleurs .
Nous affirmons cette évidence depuis la création des Webs du Gévaudan en 2000 . Dans un papier de 2012 « Services publics tous égaux » nous écrivions « la télé présence sera au cœur des services électroniques de demain » . Parmi ces services, la santé aura besoin peut-etre plus que d’autres secteurs, de réseaux optiques, seuls en mesire de procurer tout à la fois la symétrie, l’instantanéité et la sécurité

Expérimenter le fibrage d’un département symbolique et un grenelle de la e-santé ….. deux idéees pour aider à « libérer la ruralité » !

Auxillac le 30 juillet 2017

Pierre Ygrié