Agriculture et Très Haut Débit : les deux « mamelles » de la Ruralité du 21 ème siècle !

29 02 2012

Les mots choisis il y a 12 ans pour identifier notre association étaient déjà porteurs d’une « alliance » du terroir ( Gévaudan) et de l’internet (Webs) . Depuis nous avons surtout insisté sur l’aspect « internet » et moins sur le terroir sauf exception comme ICI dans un article « anticipatif » sur la Lozère de demain !

A l’occasion du salon de l’agriculture, des campagnes électorales nationales et du débat sur la PAC au parlement européen  (débat en cours jusqu’à fin 2012 pour, en 2013, approbation des différentes réglementations et des actes d’application avant entrée en vigueur de la nouvelle PAC le 1er janvier 2014il m’a paru utile de repositionner notre  « combat » pour le très haut débit dans une réflexion plus large sur la ruralité moderne dont les deux piliers sont, selon moi : 1-une agriculture respectueuse de l’environnement et des hommes 2- l’internet très haut débit.

1-Une agriculture « respectueuse »

L’agriculture industrielle ne  « respecte » rien :

les sols : les sols se sont considérablement appauvris depuis le lancement de la PAC dont les objectifs fort louables lors de son lancement en 1962 ont été sensiblement dévoyés   .Aujourd’hui les rendements plafonnent en dépit de tous les intrants pour « enrichir » les sols

l’environnement :  pollution des eaux et de l’air  On trouve même des pesticides chez les Inuits du pôle nord !

Les animaux : le rendement des vaches laitières a été multiplié par quatre …mais leur espérance de vie divisée par deux !

Les agriculteurs : Ouvriers ( d’aucuns disent même « esclaves »)  de l’industrie agro alimentaire ils risquent de perdre la confiance du grand public pour peu que des « catastrophes alimentaires » (vache folle etc…) se reproduisent. Le paradoxe est qu’ ils en sont pourtant les premières victimes ! Plus récemment ils prennent conscience que les produits qu’ils utilisent depuis des dizaines d’années sont dangereux pour leur santé .  Le malaise est grand dans cette pop)ulation où le taux de suicide est trois fois supérieur à celui des cadres

les consommateurs : Les citoyens commencent à s’interroger sur la qualité de leur assiette ! Il leur reste à s’organiser en soutenant des mouvements citoyens comme le MDRGF par exemple !

La nouvelle PAC pourrait changer la donne mais les citoyens doivent être très vigilants car ils sont les premiers concernés

Les deux « visions » de l’agriculture : Schématiquement on peut distinguer : 1- l’agriculture industrielle (celle de la PAC actuelle en caricaturant à peine !) faite de grandes exploitations, de monoculture, d’utilisation d’intrants chimiques et de spécialisation à tel point que l’on assiste insensiblement à une rupture entre deux « mondes » chez les agriculteurs : les céréaliers et les éleveurs 2-l’agriculture familiale (pour simplifier l’agriculture de nos ancêtres avec les outils d’aujourd’hui ) faite de fermes à taille humaine que l’on voit timidement « réapparaitre » mais qui ne bénéficient jusqu’ici d’aucun soutien spécifique significatif

Ces deux visions sont au cœur des débats actuels du parlement européen : Une « partie » importante se joue actuellement à Bruxelles. Pour la première fois dans l’histoire européenne les représentants des citoyens européens ( les députés européens) sont co -décisionaires. Une première « bataille » a été perdue, celle de l’appellation de la PAC . La proposition de  transformer la PAC en PAAC (politique agricole et alimentaire commune ) n’a pas été retenue. Ce changement d’appellation aurait eu pourtant , à mon avis, un poids symbolique fort  car tout un chacun aurait mieux perçu  la vraie finalité de l’agriculture européenne : nourrir sainement tous les européens et pas seulement les agriculteurs ! Les agriculteurs sont inquiets, voire désespérés pour certains, quant à leur avenir professionnel, les citoyens sont de plus en plus inquiets, eux, sur le prix et la qualité de leur assiette. Finalement nous sommes tous « agriculteurs » ! Une deuxième « bataille »paraissait bien engagée avec le premier rapport que Dacian Ciolos, commissaire européen à l’agriculture avait rédigé en 2010. Ce rapport reprenait, pour l’essentiel, les demandes des citoyens européens telles qu’elles ressortaient d’une enquête qu’il avait lui même  lancée en avril 2010  : « 1- une offre alimentaire saine et sure 2-la garantie d’une utilisation durable des terres 3-des activités qui soutiendraient les communautés et les régions rurales 4-la sécurité de l’approvisionnement alimentaire » .Il prévoyait, entre autres, le soutien aux petites fermes, la dégressivité des aides pour rééquilibrer leur répartition, le plafonnement des subventions, la rotation des cultures etc…

Malheureusement lespropositions législatives présentées le 12 octobre 2011  ne sont, aux dires des spécialistes, malgré les apparences ( l’ « habillage », dans lequel on insiste sur le « verdissement »  est attractif ) ,  qu’un pâle reflet du premier rapport. On n’y retrouve plus, entre autres, le « soutien aux petites fermes chères à Dacian Ciolos et vitales pour le tissu rural » sauf à considérer que ce qui est proposé (500 à 1000 euros par an) est de nature à faire basculer l’agriculture industrielle vers une agriculture familiale !! Entre ces deux dates la « pression » feutrée mais efficace des lobbies avait fait son œuvre ! On n’imagine pas la puissance des lobbies de  l’industrie agroalimentaire. Je ne résiste pas à vous faire part d’une anecdote vécue : en 2007 j’assistais à Perpignan à un atelier « santé » du grenelle de l’environnement ; lors des débats une intervention remarquée et presque convaincante avait « innocenté » les pesticides. L’intervenant avait simplement oublié de se présenter ! il s’agissait d’un patron de l’industrie phytosanitaire, que j’ai « démasqué » devant une assistance médusée !  un « détail » certes par rapport à ce qui est en jeu à Bruxelles mais le diable ne se loge-t-il pas dans les détails ? 

 Comment les citoyens peuvent-ils intervenir et pour dire quoi ?

Le sujet est complexe et seuls les initiés peuvent  l’appréhender dans sa globalité. 9 régions d’Europe , jugeant les propositions législatives de la commission inadaptées, ont donné récemment leur point de vue sur les orientations générales de la nouvelle PAC.

Bien que non spécialiste chaque citoyen  est néanmoins concerné au premier chef . S’agissant du premier besoin « vital » ( l’alimentation) nous devrions nous sentir tous « agriculteurs » !  Or ,comme le montre une enquête récente TNS Sofres sur l’agriculture et l’alimentation   notre méconnaissance du sujet est abyssale ! Il est difficile, dans ces conditions,  d’établir un « constat collectif, partagé par l’opinion et qui reflèterait la réalité de la situation du monde agricole, ses enjeux, ses évolutions majeures ». Tout au plus pouvons nous « accrocher » à quelques réflexions de bon sens : En « tuant » la polyculture-élevage le productivisme a mis fin à un mode agricole qui portait depuis la nuit des temps une « écologie territoriale » tout en maintenant dans nos villages un minimum d’emplois agricoles et, de ce fait, un « dialogue » salutaire entre producteurs et consommateurs. Il n’est certes pas question de faire du catastrophisme mais de poser simplement des questions jusqu’ici « tabous » posées depuis longtemps par des « lanceurs d’alerte »  et qui commencent à émerger dans le grand public grace à l’action constante et tenace de mouvements citoyens

En définitive, la question à poser à nos élus pourrait être simplifiée au maximum : «  Etes vous partisan d’une agriculture familiale ? Si non pourquoi ? Si oui, comment ? »

2-Un réseau en fibre optique pour des campagnes « intelligentes »

Depuis 12 ans  les Webs du Gévaudan et leurs amis affirment quelques « évidences »

1-Plus les services physiques sont faibles ou absents plus les services électroniques doivent être performants. En matière d’installation du très haut débit les ruraux devraient doncêtre prioritaires 

2-Les ruraux ne pourront jamais être prioritaires dans le cadre actuel de la stratégie de concurrence par les infrastructures même en y apportant des améliorations ! Il faut donc changer de cap

3-A l’instar de l’électricité en son temps le fibrage des campagnes ne sera pas possible sans le vote d’une loi de péréquation nationale

4-La Solidarité s’arrête là où le haut débit s’arrête !

5-il faut les mêmes infrastructures partout pour les mêmes services partout

6-Laisser perdurer la concurrence par les infrastructures constitue, dans les zones rurales, une entrave à la vraie concurrence, celle sur les services ! Pour marteler encore une fois cette évidence il faut d’urgence  un vrai débat

7une ruralité moderne peut beaucoup apporter à la France !!

En début d’année 2012 , nous avons tenté, sans grand succès jusqu’ici, de mettre le très haut débit à la campagne « dans » la campagne électorale en demandant aux candidats, de fibrer la France dans les 5 ans et non en 2025 ! Avec l’augmentation exponentielle  des contenus les réseaux actuels vont exploser

L’association des maires ruraux de France a des demandes similaires, elle qui proposait, dés 2011, de faire du très haut débit sur tout le territoire une grande cause nationale

Le sénat a de son coté voté récemment une proposition de loi permettant aux collectivités locales de participer plus activement à l’aménagement numérique du territoire, proposition décriée par les opérateurs …et le gouvernement !

En Lozère un parlementaire me disait récemment « On a 5 ans pour fibrer la France !  Si en 5 ans on n’a pas fibré la France on a perdu toute attractivité. La réponse à l’attractivité de la France, c’est le très haut débit ! tout passe par là …recherche, industrialisation etc…avec , en priorité les zones rurales ! » .

Si la France veut avoir une place productrice et pas seulement consommatrice dans les révolutions numériques (économique, sociale, sociétale, environnementale) elle doit parier dès maintenant sur l’intelligence de tous ses habitants (ruraux et urbains) en leur permettant d’élaborer les outils nécessaires à la libération des talents et à la participation des citoyens. Dans la réindustrialisation de la France souhaitée par tous les candidats à la présidence de la république l’industrialisassion numérique devrait être prioritaire puisque le numérique est, aux dires de tous, le principal vecteur de croissance!!

Comme pour l’agriculture  la question à poser à nos élus pourrait être simplifiée au maximum : «  Vous engagez vous à fibrer concomitamment les villes et les campagnes  ? Si non pourquoi ? Si oui, comment ? »

L’industrialisation de l’agriculture a fortement contribué à déserter les campagnes . Pour les repeupler nous avons deux outils, tous deux inscrits dans une démarche de développement durable : une agriculture familiale et une industrialisation numérique. Que ceux d’entre vous qui sont d’accord avec ces propositions n’hésitent pas à le faire savoir à leurs élus locaux, nationaux et européens ( adresses électroniques facilement accessibles sur les sites des parlements) et aux candidats à l’élection présidentielle ! Mais il faut faire vite car la « fenêtre de tir » est de plus en plus étroite !

Auxillac le 29 février 2012

Pierre Ygrié





Citoyens et Elus : Le temps est venu de nous « réinventer » ENSEMBLE !

12 05 2020

Pour des raisons que je laisse aux historiens le soin d’analyser et qu’explique en partie la dernière tribune de Gaël Giraud dans la revue Esprit :

https://esprit.presse.fr/article/gael-giraud/le-nihilisme-de-l-apres-petrole-gael-giraud-37783 :

nos gouvernements successifs ont voulu faire jouer à la France et l’Europe le « jeu » de la mondialisation libérale dont les règles sont : concurrence, compétition, libre échange, délocalisation … Avec le temps dans un jeu mortifère, nous avons marqué des buts contre notre camp : celui de la vie.

La France , pays de la Résistance , doit impérativement donner un HORIZON qui permette de sortir progressivement de ce jeu et ce faisant jeter les bases d’une Europe « altermondialiste :

https://websdugevaudan.wordpress.com/2019/05/31/pour-une-europe-altermondialiste/

Axes d’investissements prioritaires :

I inégalités (fiscalité juste)

T ransition ( pacte vert européen)

D émocratie (participation des citoyens à la vie démocratique)

Secteur porteurs d’emploi s :

R énovation des batiments ( 1ere SOURCE D42CONOMIE D4ENERGIE ET CR2TRICE D4EMPLOIS°

M obilité, fer, voiture électrique, mobilité douce…)

A griculture ( réorientation radicale de la PAC vers une agriculture respectueuse de l’environnement et créatrice d’emplois) dans un cazdre européen ».

https://www.franceinter.fr/personnes/raphael-glucksmann .

Souverainetés européennes :

N umérique ( Europe absente du seul secteur « boosté » par la crise ! )

A griculture ( la vocation de l’agriculture européenne est de nourrir « sainement » les européens, pas d’expoter dans des pays du tiers monde dont on détruit l’agriculture vivrière)

S ante ( relocalsation urgente!)

E conomie verte ( zéro euro d’argent public à l’économie « grise »!)

Pourquoi se réinventer :

Nous le savons tous aujourd’hui , c’est juste une question de vie ou, à terme, de mort

la « bourse ou la vie » en quelque sorte !

J ‘invite ceux qui ne seraient pas encore convaincus à écouter :

Nicolas Hulo

G aêl Giraud

Aurélien Barrau

Domonique Bourg

Bruno Latour

Pierre Laroturou

Valérie Martin

Delphine Batto

et bien d’autres

et à respecter les gestes barrière contre l »infovirus » !

Changer notre comportement de consommateurs et de citoyens

Consommateurs :

– alimentaire :

– loisirs apprendre à s’évader sans aller au bout du monde ! l’avion pas cher nous apparaîtra un jour comme un « accident de l’histoire » !

– informations cf les « gestes barrière ».

CitoyenS :

-pérenniser les leçons du confinement : recentrage sur l’essentiel les liens plutôt que les biens . Changer le regard sur l’image traditionnelle de la réussite : biens matériels, argent, pouvoir.

Voter ! Sauf à préférer l’anarchie ou la dictature c’est le minimum vital pou de la démocratie représentative : mais c’est loin d’être suffisant.

S’engager :

Engagements collectifs : partis politiques, associations, soutien au. Participation à des manifestations et en particulier celles du « climat » pour soutenir nos jeunes :

https://www.youtube.com/watch?v=-rgE2yqDSwk&t=76s :

– engagements individuels, pétitions.

– Interpellations de nos élus .

– élus locaux Les élections en cours sont une occasion de leur faire signer un pacte pour la transition comme cela a été fait à l’occasion du 1er tour:

https://websdugevaudan.wordpress.com/2020/03./04/pacte-pour-la-transition-des-engagements-au-service-dune-reflexion-citoyenne/

– élus nationaux

J’écris régulièrement aux députés nationaux et européens avec l’espoir peut-être naïf (mais je persiste et signe!) que c’est un petit grain de sable pour revivifier la démocratie représentative qui en a bien besoin !Qui plus est, dans la période « impensable que nous traversons cette interpellation des élus peut- être une façon utile de préparer Le jour d’après .

https://websdugevaudan.wordpress.com/2020/04/12/le-jour-dapres/

Des citoyens célèbres montent au créneau soit collectivement (cf l’appel des 200 ) soit individuellement :

A chaque citoyen  ordinaire  d’apporter sa propre contribution  pour aider nos politiques à se réinventer.

Balaruc les bains de l2 mai 2020

Pierre Ygrié .





PACTE POUR LA TRANSITION, des engagements au service d’une réflexion citoyenne

4 03 2020

Logo Pacte pour la transition

Lors des élections municipales de 2020, des collectifs citoyens et des candidats ont signé un « Pacte pour la transition ». Les candidats s’engageaient sur les principes du pacte et sur au moins 10 mesures sur les 32 proposées.

Bien que centré sur le numérique, ce blog s’est intéressé directement ou indirectement à l’écologie à plusieurs reprises ici et .

J’ai donc profité de la création du collectif citoyen « Sète et Bassin de Thau » pour « interpeller » les candidats de Balaruc-les-Bains, ma seconde patrie. Ils ont répondu présents et, fin février, Balaruc-les-Bains était la première commune du Bassin de Thau dont tous les candidats avaient signé le Pacte. Ainsi, Balaruc-les-Bains crée une dynamique parmi sa population, et j’espère, plus largement, dans toutes les communes du territoire de Thau.

Au-delà des engagements pris, j’y vois un symbole pour lancer une dynamique de réflexion générale entre les élus et les citoyens. Ce pacte est une opportunité d’échange entre les citoyens. Ces échanges mènent à la connaissance, condition indispensable pour modifier ses propres comportements et agir pour tenter de modifier les comportements collectifs.

Les défis inédits que nous avons à relever au niveau local, certes, mais surtout au niveau national et au niveau international supposent que nous accumulions un maximum de vraies connaissances.

Les réseaux sociaux, dont l’objectif principal est de faire du business, mélangent allègrement les opinions et les faits scientifiquement avérés, les vérités et les fake news. Il est donc temps de nous informer aux bonnes sources.

Ce papier n’a d’autre objectif que de tenter de repérer ces sources. Pour ma part, je posterai en commentaire les vidéos qui, pour ce qui me concerne, aident à REFLECHIR.

J’espère qu’elles vous seront aussi utiles.

Préparons ensemble l’avenir de nos enfants !

Balaruc-les-Bains, le 4 mars 2020

Pierre Ygrié





20 ans déjà… et on n’a encore rien vu !

2 12 2019

Les Webs du Gévaudan que j’ai créés en 2000 en revenant chez moi à la retraite ont d’abord été une association de promotion de l’internet très haut débit en Lozère, puis un « outil de lobbying » pour l’ensemble du monde rural .Aujourd’hui , ce n’est plus qu’un blog personnel sur lequel il m’arrive de « déborder » des seuls sujets numériques (cf derniers billets sur l’Europe) et dans lequel j’interviens de moins en moins en raison de graves problèmes de vue . Mais les ressources numériques « orales » sont telles que je ne m’interdis pas de continuer à réfléchir à ce qui est dés maintenant notre « double vie » : notre vie biologique dont l’écosystème (air,eau…) est public et note vie numérique dont l’ écosystème est privé (GAFAM, BATX) . Le papier ci-dessous n’a d’autre objet que de tenter de récapituler par rubrique les quelques billets des Webs du Gévaudan écrits jusqu’ici (avec de nombreuses redondances!) et de jeter des pistes de réflexions pour l’avenir .

LE PASSE

Egalité https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=egalite

Santé https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=sante

Agriculture https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=agriculture

Lozère https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=lozere

Services publics https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=services+publics

Fracture https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=fracture

Intelligence artificielle https://websdugevaudan.wordpress.com/

?s=INTELLIGENCE+ARTIFICIELLE

Europe https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=europe

Infrastructures https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=infrastructures

Usages https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=usages

Ruralité https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=ruralite

Télétravail https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=teletravail

Combat https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=combat

Bonne année https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=bonne+ann%C3%A9e

Ethique https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=ethique

Mon village https://websdugevaudan.wordpress.com/?s=mon+village

L’AVENIR

« On n’a encore rien vu » déclarait Xavier Dalloz en ouvrant la conférence de Webs du Gévaudan en 2000 à Marvejols . 20 ans plus tard nous pouvons reprendre cette formule prémonitoire !

De nombreuses vidéos sont autant de « matière à réfléchir » pour nous aider à y voir clair.

J’en ai retenu trois :

– vers une dictature numérique https://www.youtube.com/watch?v=BTE56jX5ixE&t=141s

– camisole numérique https://www.youtube.com/watch?v=V4yf3HOEHPk&t=2709s

regards croisés sur 2 façons divergentes de voir l’avenir https://www.youtube.com/watch?v=3HJ4wKTRi4k . Le seul point d’accord des protagonistes porte sur l’EDUCATION  arme absolue contre le fléau de tous les temps : l’IGNORANCE . Dès le 12 ième siécle Avéroès philosophe arabe déclarait : «  L’ ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine, la haine conduit à la violence : voilà l »équation ».

La première pose l’immense question de ce que nous ferons de l’exploitation de milliards milliards de DONNEES désormais à notre disposition grâce au numérique .

A l’instar du pétrole, source de confort inédit dans l’humanité mais aussi destructeur de l’environnement les données pétrole du 21ème siècle peuvent permettre des avancées fabuleuses dans de nombreux domaines à commencer par celui de la santé mais aussi participer monstrueusement à sa déshumanisation .Telle la langue d’Esope le numérique, à l’avenir, peut s’avérer être la meilleure et la pire des choses , y compris la destruction de l’environnement https://www.youtube.com/watch?v=cN__PwhX2WY

La seconde insiste sur l’URGENCE pour la France et l’Europe de « faire le numérique » au lieu de le subir .

La troisième peuvent être une bonne base de réflexion .

Le numérique fait désormais partie de notre « triple vie » (biologique, numérique,spirituelle) IL EST INCONTOURNABLE : la seule question, selon moi, est de savoir si , nous citoyens, sauront le maîtriser ou s’il sera le futur instrument de domination des transnationales voire des Etats , ce qui ne serait pas mieux s’il s’agissait d’Etats non démocratiques .

La MOBILISATION des CITOYENS pour COMPRENDRE le NUMERIQUE est urgente si ne voulons pas donner raison à Galilée lorsqu’il écrivait il y a plus de 400 ans :

« vous découvrirez peut-être avec le temps tout ce qu’on peut découvrir mais votre progrès ne sera qu’une progression qui vous éloignera de l’humanité. L’abîme entre elle et vous pourrait alors devenir si grand qu’à tout cri de joie devant quelque nouvelle découverte pourrait répondre un cri d’horreur universel »

Informons nous encore et encore et cultivons le « techno discernement »  qui jusqu’ici n’a pas été notre qualité première..

Bonne année 2020 !

Auxillac le 2 décembre 2019 .

Pierre Ygrié





Numérique:une fracture peut en cacher une autre !

2 12 2018

Depuis leur création il y a près de 20 ans (1ére manifestation à Marvejols en avril 1999) les Webs du Gévaudan se battent pour résorber la fracture numérique entre les villes et les campagnes. « Apôtres » de la ruralité moderne faite du mariage du numérique et d’une agriculture respectueuse de l’environnement il leur est même arrivé,comme dans leur dernier article (chat échaudé craint même l’eau froide) de faire des « incursions » dans le domaine des pesticides et autres pollutions à l’origine de nouvelles maladies et pour lesquelles il serait peut-être utile de créer dans les facultés de médecine une chaire de « santé environnementale » !

Aujourd’hui recentrons- nous sur le numérique en focalisant sur deux fractures, l’une, sur les infrastructures, en train (péniblement !)  de se résorber, l’autre, sur les usages, en train de se creuser !

1-La fracture sur les infrastructures 

Les infrastructures , ce sont les supports du numérique ( jusqu’ici le cuivre,demain la fibre optique pour les réseaux fixes, les 3G,4G,5Gpour l’accès mobile).  Nous avons tout dit ou presque sur ce sujet dans nos différents articles . En dépit de progrès significatifs il reste encore beaucoup à faire ….et pas que dans les campagnes !( un ami de Balaruc les bains me disait encore hier soir qu’il lui arrivait de passer des week-ends sans internet !) ./ Vigilance donc même si , dans ce domaine clé s’il en est ( le 1er des services est l’accès aux services) , on avance . Cela étant ,même  lorsque ces supports couvriront l’intégralité du territoire sans aucune discrimination (égalité républicaine oblige!), lorsque la fracture numérique au sens où on l’entend habituellement (couverture égalitaire du territoire en réseaux de télécommunications)  sera derrière nous  une autre fracture , plus insidieuse et bien plus ravageuse, apparaîtra (est déjà là!) la fracture sur les USAGES .

2-La fracture sur les usages 

Les usages se développent à une vitesse exponentielle . « On n’a encore rien vu » ! Je reprends à mon compte ce « message » de Xavier Dalloz en ouverture de  la 2ème édition de M@rvejols sur web en 2000.! Avec le développement de l’intelligence artificielle ce « message » de près de 20 ans est de plus en plus d’actualité !

Plus les usages se développeront plus s’agrandira le fossé entre ceux qui auront « appris » le numérique et les illettrés du numérique. Cet illettrisme aggravera  encore la fracture sociale et les inégalités, causes des mots actuels et grandissants de notre monde!

« les exclus du numérique sont à peu près les mêmes que les exclus de la société » écrivions nous en 2010 dans un papier intitulé « internet solidaire« . Ce constat de plus de 8 ans est encore plus vrai aujourd’hui où, contrairement à l’époque, chaque français peut disposer d’un support d’accès au numérique .

a) L’illétrisme numérique des français (illectronisme) 

Selon un sondage récent 1/4 des français serai sent des illettrés du numérique et contrairement à une opinion assez répandue cet illétrisme  ne concerne pas seulement les personnes âgées (les séniors peuvent aussi être des « geeks »! ) . Il atteint toutes les couches de la société, y compris les jeunes souvent qualifiés de « digital natives ». Un excellent article du journal Libération nous alerte sur ce constat potentiellement dramatique pour l’avenir d’une partie de notre jeunesse. Le smarthone, ange gardien de tous les jeunes aujourd’hui (et pas que!) est-il un poison ou un remède ?

Celà étant, pour peu que l’on donne au mot « illétrisme numérique » un sens plus large de « compréhension » du monde numérique et de ses dérives dont la Chine commence à nous sonner quelques exemples nous pouvons dire que même initiés, nous sommes tous numériquement fragiles et que le numérique doit être non seulement un sujet de compréhension technique mais de REFLEXION sur la SOCIETE que nous préparons à nos enfants ! Les opportunités du numérique sont évidentes mais son utilisation démiurgique pourrait être très dangereuse pour l’humanité !

b) L’illétrisme numérique des dirigeants ?

En dépit de progrès évidents nos députés restent relativement « illettrés »! Rien d’étonnant dés lors de voir la France occuper la peu enviable 18 ème place dans l’Europe numérique . En tant que citoyen « lambda » je n’ai cessé de pointer le décalage entre la réalité numérique de notre pays et es grands discours de ses dirigeants depuis plus de 20 ans !

Quand on sait que l’Europe est aujourd’hui une « colonie américaine » on a des soucis à se faire quant à l’adaptation de ses peuples à la concurrence mondiale ! Cela étant, si nous savons faire un état des lieux sans concession et saisir les opportunités du numérique dans deux domaines vitaux,  la santé et l’éducation, tous les espoirs sont permis

Encore faut-il ouvrir les yeux pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays ! La désespérance qu’expriment de de nombreux français avec les « gilets jaunes » a des racines profondes .Laurent Alexandre,auquel nous faisons souvent référence dans ce blog, a , sur ce sujet une analyse qui devrait nous faire REFLECHIR ! « REFLECHIR »? Il y a un an je (nous) souhaitais une « bonne année intelligente ». Je reconduis ces voeux pour 2019. C’est à mon avis la première URGENCE tant pour les problèmes de fin du mois que de fin du monde !

 

Balaruc les bains le 2 décembre 2018

Pierre Ygrié





chat échaudé craint même l’eau froide !

8 06 2018

« En matière contractuelle, la liberté asservit, la loi libère » !

Deux refus d’inscrire dans la loi deux points chers aux Webs du Gévaudan doivent nous inciter à la plus grande VIGILANCE envers

-un droit à la fibre optique pour tous, raison d’être des Webs du Gévaudan depuis prèsde 20 ans ! .

-l’interdiction du glyphosate dans 3 ans

Ces deux « obligations », non inscrites dans la loi (loi numérique de 2016 malgré de multiples interventions  et loi alimentation en cours  ) ,sont deux « ingrédients » essentiels d’une ruralité moderne. 

Agriculturerespectueuse de l’environnement et très haut débit …..les deux mamelles de la ruralité du 21 ème siècle ?.Les choses ont(elles radicalement changé depuis 2012 ? Le plan Eco phyto 1 est un échec retentissant.Quant au vrai très haut débit il a encore, pour certains, du mal à être correctement défini  !

1-LA FIBRE OPTIQUE (pas) POU TOUS !

Sous le titre « la Fibre pour tous…..une question deConfiance »j’écrivais récemment« La confiance que nous avions mise dans le gouvernement actuel sur sa volonté de couverture numérique « républicaine » (la fibre pour tous en 2025) serait-elle érodée ? »  /

Dans un premier temps le gouvernement avait paru accepter l’idée de la fibre pour tous en 2025, puis, devant les difficultés de financement , avait fait marche arrière soit indirectement ( cet objectif ne figure pas dans la feuille de route du ministre Jacques Mézard,) soit directement . Le débat du 20 février 2018 , pour peu qu’on lise entre les lignes, est on ne peut plus clair :

-pas d’engagement formel de fibrage de tous les français en 2025 

-pas de plan de financement ,au delà de 2022, de la société du gigabit dont la fibre est le point d’entrée obligatoire . Est-ce à dire que, dés maintenant, on prépare,sans le dire, deux nouvelles fractures territoriales : la fracture entre fibrés et non fibrés et la fracture entre 4G (promise pour 2022) et la 5G ( impossible sans la fibre) ? Et qu’on exclue de facto l’accès aux usages de demain ,en particulier pour les services vitaux, ceux qui en ont le plus besoin, les ruraux ?

L’accès à la fibre seul gage de l’égalité territoriale ! Le sénateur Hervé Maurey l’écrivait déjà dans un rapport au président Sarkozy en 2010. 8ans plus tard les députés Laure de La Raudière et Eric Bothorel le (re) disent avec force 

« les usages sont les mêmes, que l’on habite à Paris ou à la campagne tant pour les particuliers que pour les entreprises……la promesse de la télémédecine nécessite d’avoir une connectivité de très grande qualité dans les zones rurales etc….…... »

Les deux rapporteurs, l’une LR (Laure de la Raudière) ,l’autre En Marche(Eric Bothorel) sont formels :« il fautcompléter le plan très haut débit par un plan fibre pour tous »

En 2011, dans un article intitulé « PNTHD : changer decap ! /» je manifestais une certaine  méfiance vis à vis du plan national très haut débit ( PNTHD) . Depuis, le PNTHD  a été remplacé par un plan , plus ambitieux « France très haut débit » mais la méfiance est toujours là et je partage en tous points les conclusions des deux députés 

En janvier 2018 le gouvernement a signé un accord avec les opérateurs pour atteindre les objectifs 2020 (bon débit pour tous) et 2022 (très haut débit pour tous) mais outre le fait qu’il faut faire preuve de la plus grande vigilance (Eric Bothorel soulignait le fossé entre les engagements passés des opérateurs et ce que vivent les gens sur le terrain » ce « contrat » ne suffira pas à faire entrer tous les français dans la société du gigabit indispensable si les Européens ne veulent pas devenir une colonie numérique américaine aujourd’hui, chinoise demain. 

Dernier point,rarement évoqué : l’influence des ondes sur la santé .Avec la fibre la question ne se pose pas !

2- GLYPHOSATE (pas) INTERDIT !  

Le sujet a été traité sous tous les angles , y compris sur ce blog dans « NOUS SOMMES TOUS AGRICULTEURS » 

Je me conterai de poser deux questions :

1-Comment se fait-il que l’on considère que l’affaire est définitivement bouclée alors que le sénat n’a pas encore donné son avis ?

Pour ma part j’ai adressé aux sénateurs le courriel ci-dessous

« Devant l’échec de la loi alimentation pour protéger la SANTE de nos concitoyens , à commencer par les agriculteurs eux-mèmes, deux anciennes ministres, Delphine Batho et Corinne Lepage  demandent aux citoyens de s’engager

Citoyen engagé, depuis ma retraite en 200, pour une ruralité moderne j’ai tenté , en vain jusqu’ici, d’alerter vos collègues députés à 3 reprises en écrivant aux 577 députés les 24, 29 et 30 mai .

 Après ce vote par un nombre très faible de présents la plupart des députés se disent pourtant aujourd’hui contre le glyphosate! « Non au glyphosat, Oui à un vrai débat » postait, sur sa pagefacebbok, le député de la Lozère Pierre Morel à l’Huissier qui argumentait sur sa non participation au vote « nous assistons à une dérive du système parlementaire avec des débats techniques survolés en moins de 5 minutes à plus d’1h du matin. S’agissant du glyphosate, je suis contre ce produit nocif pour la santé et la biodiversité, mais cette problématique mérite un vrai débat digne de ce nom ». 

Je n’ose pas imaginer en effet qu’à la suite d’un vrai débat nos parlementaires privibilégient les intérêts économiques à la santé de leurs mandants  ! Qu’une loi sur l’alimentation s’intéresse aussi peu à ce qu’on nous met tous les jours dans notre assiette interpelle tous les citoyens de ce pays,quelle que soit leur sensibilité politique ….mais si j’en juge par les réactions à mes courriels certaines « sensibilités » sont plus « sensibles » que d’autres !

Les arguments de non inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate (et de la non prise en compte d’autres amendements tels que l’étiquetage, les modes d’élevage …) ne sont pas recevables . Je ne suis pas convaincu, comme la quasi totalité des français je pense, par l‘argumentation officielle .  On enverrait, parait-il, un symbole négatif aux agriculteurs ? Quels agriculteurs? Ceux qui ont déjà banni ce produit se verraient au contraIre confortés dans leur choix . Les autres, la majorité, seraient peut-être choqués mais aussi interpellés car ils sont eux aussi touchés de plus en plus par les effets négatifs des produits qu’ils sont obligés d’utiliser . Quoiqu’il en soit, a-t-on pensé au symbole négatif envoyé à la quasi totalité de la population? A t’on pensé au symbole négatif envoyé à l’UE par un pays organisateur de la Cop 21 et qui affiche des ambitions fortes, pour l’Europe, en matière de développement durable alors que des pays moins « européens » ont des positions plus fermes  ? 

Les pratiques inacceptables tant à l’agence européenne de sécuritéalimentaire européen qu’àl’assemblée nationale française  plaident pour l’urgence de SYMBOLES FORTS donnés au monde par le pays des droits de l’homme . «  On endort le public avec des pilules à base de semi- vérités » disaitRachel Carson en1962 ! Depuis ces pilules sont devenues beaucoup plus amères ! Combien de tempsaccepterons nous de les avaler ? Pourquoi sommes nous moins attentifs à des personnes de la société civile qui nous alertent depuis longtemps ,comme lors de l’Appel de Paris en 2004,sur les dangers des produits chimiques, responsables de la plupart des pandémies actuelles h ?

Peu-on faire encore confiance à des industriels dont la stratégie est, d’abord de créer le doute puis, lorsque le doute n’est plus permis, de gagner du temps pour trouver des alternatives alors qu’ils ont eu plus de 50 ans pour en chercher depuis que Rachel Carson, en 1962, leur a dit que leurs produits étaient dangereux? ?

La démocratie souffre d’un manque de CONFIANCE envers les élus . S’agissant d’un domaine essentiel, notre SANTE les français ne sont plus disposés à « avaler des couleuvres »  (désolé pour ce langage mais le président lui même est contre la langue de bois)

Il est URGENT d’avoir un VRAI DEBAT ….sauf à débaptiser la loi qui ne mériterait plus dés lors son nom d’ « alimentation » ! Il est urgent d’avoir un vrai débat si l’on veut éviter un scandale que prévoient déjà des personnes un peu « informées »: Charles Sultan, Corinne Lepage, Delphine Batho et bien d’autres….et même, indirectement, le président de la république qui veut pouvoir regarder les français dans les yeux après l’éradication du glyphosate dans 3 ans !  

Les citoyens comptent sur les « sages de la république » pour organiser ce débat !

2-De quels moyens disposeront les citoyens pour vérifier que les engagements pris par l’industrie et la FNSEA seront tenus ? Comment faire confiance en effet à des organismes dont la santé des consommateurs n’ pas été jusqu’ici le principal souci

———————————————————————————————-

On n’a jamais autant parlé d’EGALITE lors du vote de la loi numérique et de QUALITE dans les débats sur la loi alimentation (la mal nommée?)

EGALITE , QUALITE seraient-ils devenus des mots creux ?

Chat échaudé craint même l’eau froide …..et devient très VIGILANT !

Balaruc les bains le 8 juin 2018

Pierre Ygrié





Nous sommes tous agriculteurs !

17 03 2018

Les agriculteurs cultivent et élèvent les produits que nous mangeons, ils entretiennent les paysages de nos vacances . Pour notre santé et pour nos loisirs nous les voudrions heureux dans des campagnes vivantes ! Est-ce le cas ? De moins en moins . Mal rémunérés, obligés d’employer des méthodes douteuses (pesticides…) pour (sur) vivre, isolés physiquement et psychologiquement ils se sentent d’autant plus désemparés qu’ils sont aussi des sous-citoyens de la société numérique . L’explosion de l’internet était une chance historique d’attirer dans la ruralité des citadins en mal de campagne . Seules des campagnes« intelligentes » auraient permis d’attirer massivement les nouvelles populations nécessaires pour procurer à leurs habitants et plus particulièrement aux agriculteurs une vie sociale épanouissante. Encore eut-il fallu commencer à procurer du très haut débit à ceux qui en avaient le plus besoin, les ruraux !C’est l’inverse qui a été fait !

La ruralité est en crise : nous avons besoin d’agriculteurs heureux .Nous devons les aider à changer de modèle de production et de vie. Nous sommes tous agriculteurs !
Dans un papier de juin 2010 « Une ruralité en très haut débit pourquoifaire ? »j’écrivais « l’homme de demain devra rechercher un équilibre entre deux modes de « connexion » 1-une « connexion » naturelle et « transparente » (sans contraintes techniques) à la société de l’information , source d’épanouissement personnel et de « business » professionnel 2-une « connexion » permanente à la nature dont il fait partie (on l’a un peu oublié en occident !), qu’il doit donc impérativement protéger et qui lui apportera le bien être qu’il trouve de moins en moins dans les agglomérations. »

Deux ans plus tard ( février 2012) , dans« Agricultureet Très Haut Débit : les deux « mamelles » de la Ruralité du 21ème siècle ! »j’insistais sur l’importance d » « un réseau optique pour des campagnes intelligentes »ET d’une « agriculture respectueuse de l’environnement » en fustigeant tout à la fois la lenteur des pouvoirs publics dans la couverture numérique du territoire ET les dégâts de l’agriculture industrielle tant sur l’environnement que sur la santé

 

Où en sont aujourd’hui ces deux « piliers » de la ruralité moderne ?

TRÈS HAUT DEBIT

Des progrès incontestables ont été réalisés en matière de couverture numérique du territoire . Le nouveau gouvernement a pris des engagements fermes (2020 : bon débit pour tous 2022 : très haut débit pour tous ;,2025 : fibre pour tous ) . Certains départements,comme la Lozère, ont même « promis » de fibrer tous les foyers dés 2022

Mais plusieurs indices nous incitent à être VIGILANTS !

-les leçons du passé : pour faire court, je dénonçais récemment, dans un « coupde gueule » improvisé !, l’absence depuis 20 ans de véritable stratégie numérique,absence qui s’est traduite,entre autres, dans les zones rurales par la non compensation par des services publics électroniques de qualité de la perte des services publics physiques, autre pilier de la ruralité !; une véritable stratégie aurait permis en particulier de mettre en place en amont toute une politique d’accompagnement des populations dont on commence à réaliser l’importance . Que de temps perdu ! Que n’avons nous écouté en son temps les « apôtres » de la transformation numérique ! Nous l’aurions sans doute mieux « digérée » plutot que de la subir !

-les avertissements, pour l’avenir, des parlementaires qui connaissent le mieux les territoires : les sénateurs . Dans une proposition de loi récente lesénat déplore l’insuccès du plan France très haut débit de 2013, pointe l’incapacité des opérateurs à tenir leurs engagements et lance un avertissement « On ne peut imaginer la fibre pour les villes, et des technologies dégradées pour les champs » !

Quant à «  la société de l’information , source d’épanouissement personnel et de « business » professionne », aujourd’hui, 8 ans plus tard, avec les défis éthiques lancés par le développement exponentiel de l’intelligence artificielle, sujet que nous avons tenté d’aborder dans le papier « Bonne année 2018intelligente » / il y aurait beaucoup à dire mais ne confondons pas la necessité d’un ACCES EGALITAIRE au numérique de l’USAGE éclairé que doit en faire chaque citoyen !

 

AGRICULTURE

Les choses ont-elles vraiment changé depuis 2012 quand j’écrivais « L’agriculture industrielle ne  « respecte » rien : les sols : (considérablement appauvris) l’environnement ( pollution des eaux et de l’air..), les animaux,(rendement des vaches laitières a multiplié par quatre …mais espérance de vie divisée par deux ! »), agriculteurs , consommateurs » ?

OUI et NON !

OUI culturellement dans la prise de conscience des dégâts des perturbateurs endocriniens (dans lesquels les pesticides ont une large part) sur notre santé . Devant les actions conjuguées des médias  , des experts indépendants (malheureusement trop peu nombreux ), des associations et des professionnels de santé les lobbies résistent et continuent à entretenir le doute, suivant en cela, près de 50 ans après, les « conseils » d’un grand patron de Philip Morris déclarant cyniquement en 1969 « notre industrie est celle du doute car le doute est la meilleure façon de faire concurrence aux faits qui existent dans l’esprit du public, c’est aussi le meilleur moyen de créer une controverse ». Aujourd’hui le doute n’est plus permis lorsqu’on écoute ceux qui sont au plus près des personnes touchées par ces maladies « environnementales », tels que les professeurs Sultan , Belpomme et bien d’autres . Pour Charles Sultan il faut abolir l’utilisation des pesticides « nous sommes à l’aube d’un véritable scandale sanitaire »
NON (ou très peu) dans les faits !

-le développement de l’agriculture biologique, significatif depuis quelques années, pourrait etre beaucoup plus important si on se décidait à réorienter les aides après suppression progressive si non radicale du « subventionnement de la pollution » !

-la lutte contre les pesticides en reste au stade des incantations. Le plan Eco phyto 1 qui prévoyait une réduction de 50%des pesticides sur la période 2009:2018 est un échec total ; sous la presion d’associations comme Générations Futures  des progrès ont été réalisés en matière de réglementation mais il reste beaucoup à faire !

-l’incapacité des politiques à faire changer les choses ! La puissance des lobbies est inimaginable .Les politiques de bonne foi, de loin les plus nombreux, le reconnaissent eux mèmes mais ils ont besoin de la « pression » des citoyens ! Berny Senders, candidat malheureux aux primaires démocrates américaines, ne déclarait-il pas «  Si demain vous souhaitez de voter pour moi soyez prèt , si je suis éli, à descendre dans la rue dans queques annéees pour faire pression sur moi pour m’obliger à tenir mes promesses car je serai soumis à des pressions inverses pour me faire renoncer à ces promesses venant du monde de la finance, du monde politique …Soyez prêt à prolonger votre vote par un engagement de tous les instants » Plus récemment, en France, il suffit de se rappeler l’interpellationdu président de la république au salon de l’agriculture par des céréaliers 
Le défi agricole !

L’agriculture de demain dépendra en grande partie de la réponse qui sera donnée à une question simple mais vitale : continuerons nous à laisser les produits agricoles aux mains des marchés mondiaux et à leurs dérives spéculatives ou considérerons nous ces produits comme des produits « à part »devant faire l’objet de réglementations « protectrices » avec pour unique objectif la SANTE des consommateur ? Le modèle agricole actuel est triplement néfaste : pour les consommateurs ( santé), pour les agriculteurs ( précarité, sucides, maladies) et pour l’emploi (6%des surfaces et 11%des emplois ). Il est est à revoir complètement et ceci à un niveau pertinent, idéalement le monde, à défaut l’Europe. Dans ce domaine comme dans d’autres le repli sur soi est suicidaire, l’Europe est donc « necessire » mais « difficile » car c’est là que se concentrent les lobbies ! En avoir conscience est déjà le commencement, si non de la sagesse, du moins de la MOBILISATION des CITOYENS à ce niveau

La mobilisation des citoyens

Cette mobilisation est indispensable à tous les niveaux

européen : en « testant » l’implication des candidats sur ce sujet à l’occasion des élections européennes de 2019 …..mais aussi, en attendant, en profitant de toutes les opportunités comme la création récente d’une commission pesticides au parlement européen ?. Un français,Eric Andrieu, préside cette commission .N’hésitons pas à lui écrire …tout simplement !(eric.andrieu@europarl.europa.eu et/ou ericandrieu.permanence@orange.fr )

-national : le plan d’action pour réduire lesproduits phytopharmaceutiques dans l’agriculture sera finalisé fin mars, à l’issue de la concertation de toutes les parties prenantes. La Fnsaelle même, puissant syndicat agricole très lié aux industries chimiques alimentaires y a fait des propositions !. Quant à la loi surl’alimentation ,  premier volet de la stratégie de réforme du secteur agro alimentaire, il faudrait, à mon sens, avant la finalisation du projet de loi, ouvrir une plate forme citoyenne pour recueillir un maximum d’avis. Cette procédure a été expérimentée avec succès pour la loi numérique. Ce que nous avons dans notre assiette serait-il moins important que le numérique ? Là encore, véhiculons cette petite idée ! Pour ma part je l’ai fait en écrivant aux 577 députés !

-local :soutien aux initiatives locales, aux groupements de petits producteurs , au circuit court, au bio local, aux « combats » pour l’étiquetage des produits ( pour pouvoir choisir en toute connaissance de cause il faudrait aujourd’hui etre polytechnicien ou faire ses courses avec un « traducteur » d’étiquettes » !. L’ouverture ) etc…

-individuel : l’alimentation a représenté, en 2014, 20,4 % des dépenses de consommation des Français, contre 34,6 % en 1960.e constat mérite à tout le moins une réflexion sur nospriorités de consommation!!

En conclusion : la crise de la ruralité dont l’agriculture est le pilier central nous concerne tous . Les agriculteurs, passionnés par leur métier, sont désemparés : mal rémunérés (1/3 gagnent moins de 350 euros par mois ), esclaves d’une agriculture industrielle destructrice, près à être des citoyens numériques part entière(grands utilisateurs d’internet) si on leur en donne les moyens, ils ont besoin de NOTRE AIDE .

SOYONS TOUS AGRICULTEURS !

Balaruc les bains le 17 mars 2018

Pierre Ygrié

Pierre Ygrié





Un grenelle de la e-santé en Lozère 

23 07 2017

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé prépare un nouveau plan de lutte contre les déserts médicaux.Les médecins libéraux, consultés sur le sujet,ont déjà fait des propositions dans plusieurs domaines (formation des étudiants, accueil des familles des médecins etc…) ; En ce qui concerne la e-santé, chère aux Webs du Gévaudan, leur principal syndicat, la CSMF, « n’est pas hostile au développement de la télémédecine – que le chef de l’Etat prévoit de « déverrouiller massivement »-, mais sous réserve que les médecins bénéficient d’une aide en matière d’équipement et que les actes accomplis en télémédecine soient rémunérés par l’assurance maladie »

Cette annonce gouvernementale est, selon moi, une opportunité d’élargir la concertation à l’ensemble des citoyens et d’organiser une sorte de grenelle de la santé ou plus précisément de la e-santé, l’utilisation des nouvelles technologies étant incontournable en zone rurale. Il faut savoir tirer les conséquences d’une évidence pointée par la CSMF elle même : « ll n’y aura pas un praticien « au pied de chaque clocher » »

S’il est quasiment impossible d’organiser, dans des délais acceptables, un grenelle de la e-santé dans tous les territoires ruraux, on peut, à tout le moins, faire cette expérimentation dans le département symbole de la ruralité, la Lozère !

1-Une « vieille idée» des Webs du Gévaudan

La e-santé a toujours été au cœur des préoccupations des Webs du Gévaudan

-Dés le début des années 2000 nous avons toujours suivi avec beaucoup d’intérêt les initiatives du regretté docteur Roche à Langogne, pionnier de la télémédecine en Lozère

-Depuis nous n’avons cessé de nous intéresser au sujet

En 2013 , dans le livre « Télé santé, espoir du monde,sous le titre « Témoignage « prospectif d’un octogénaire en 2020 ! » je mettais l’accent sur l’importance d’anticiper les besoins des personnes âgées (dont je fais partie aujourd’hui ! ).En 2014 , dans un papier «  e-santé une révolution en marche  avec les citoyens » j’insistais sur l’importance et l’urgence de faire participer les citoyens à une large réflexion sur le sujet .En 2017 , en droite ligne avec l’urgence, enfin reconnue, d’une large réflexion sur l ‘intelligence artificielle, je préconisais un large débat citoyen sur la santé (et l’éducation) « Santé et Education seront en 1ere ligne de l’inévitable transformation numérique ! Il y a dix ans, le grenelle de l’environnement , en dépit de ses défauts et de la (relative?) faiblesse de ses résultats , avait eu le grand mérite de mettre autour d’une même table des gens qui, au mieux s’ignoraient, au pire s’invectivaient dans des termes peu compatibles avec une vraie démocratie. Faire dialoguer des gens porteurs d’opinions ( parfois de sectarismes idéologiques) apparemment inconciliables constituait en soi un petit exploit !
Dix ans plus tard pourquoi ne pas adopter ce type de démarche dans deux domaines vitaux dont la dégradation est patente »

2-Un territoire idéal pour les expérimentations

Naguère territoire d’expérimentation pour la bonne utilisation des fonds européens, la Lozère est disponible pour des expérimentations dans de nombreux domaines : développement durable ( cf Notre projet pour la Lozère de 2007 ! ) fibre optique (cf l’article la raison du plus faible)

3-Un environnement politique favorable

Dans un article récent consacré à la visite du président Macron au salon Vivatechnologies un journaliste écrivait « Viva tech est pour Macron ce qu’était le salon de l’agriculture pour Chirac »Tout est dit !

4- Un grenelle de la e-santé ?

Un grand mot pour une idée toute simple facile à conceptualiser mais plus difficile à concrétiser sans une volonté politique forte

Un grenelle de la e-santé c’est tout simplement une série de réunions par chef lieu de canton regroupant du grand public, des professionnels de santé et des élus

Chaque réunion, animée par un animateur de haut niveau , comporterait, selon moi ; deux parties : une partie informative sur l’état des lieux de la e-santé en France et dans le monde, puis, une partie « productive » où les participants devraient s’exprimer librement, sans tabou / Cette partie, la plus importante, implique d’excellents qualités d’animation pour faire se confronter des inévitables oppositions

L’objectif d’une telle démarche devraitt etre clairements exposé dés le départ : FAIRE DIALOGUER ENSEMBLE sur un sujet vital des personnes qui n’ont jamais eu l’occasion de le faire pour mieux percevoir les véritables BESOINS des populations et esquisser des pistes de réflexion pour voir comment le numérique peut aider à satisfaire ces besoins . Ce doit etre positionné comme un exercice de large « brainstorming »et non comme une démarche apportant des solutions miracles !

Les freins à une telle démarche ne seront pas financiers , les principales dépenses étant le recrutement d’un (très bon) animateur et la rémunération d’un chef de projet’ recrutement interne dans les services du conseil départemental) . Les freins ne pourraient etre que culturels d’où l’importance d’une VOLONTE POLITIQUE FORTE

La volonté nationale ne ferait pour moi aucun doute tant un tel projet à base d’ECHANGES et de DEBATS est dans l’Adn du nouveau gouvernement

Reste la volonté politique locale !

Auxillac le 23 juillet 2017

Pierre Ygrié

Télé santé, espoir du monde rural

https://websdugevaudan.wordpress.com/2013/08/27/telesante-espoir-du-monde-rural/

E-santé une révolution en marche avec les citoyens https://websdugevaudan.wordpress.com/2014/03/30/e-sante-une-revolution-en-marche-avec-les-citoyens/

Santé et éducation : l’urgence d’un vrai débat https://websdugevaudan.wordpress.com/2017/03/26/sante-et-education-lurgence-dun-debat-public/

la raison du plus faible https://websdugevaudan.wordpress.com/2017/06/04/lozere-la-raison-du-plus-faible/

Notre projet pour la Lozère de 2007 ! https://websdugevaudan.wordpress.com/projet-pour-la-lozere/





Numérique et Ruralité : la loi de la dernière chance ?

25 03 2016

La loi numérique a été votée en première lecture en janvier par l’assemblée nationale. Elle sera en discussion au sénat en avril. A date cette loi ne prévoit pas, en dépit des innombrables « discours » sur le sujet,  une égalité territoriale dans l’accès au numérique , un comble pour une loi qui se veut être la loi de la « république numérique »

1-Vivre au pays  !

Vivre au pays de son choix ? C’est le rève de tous les français ! Et ils seraient de plus en plus nombreux à vouloir vivre à la campagne si les territoires ruraux étaient prèts à les accueillir

-Moins de stress : à Paris (j’y ai vécu près de 40 ans) où c’est « boulot /métro /dodo » ,  à la campagne « boulot /rando ou vélo /dodo »

-Plus de « vraie vie » pour ceux, de plus en plus nombreux, qui cherchent à allier activité professionnelle et qualité de vie . En 2007 (bientôt 10 ans!) , dans le papier « Notre projet pour la Lozère » j’écrivais « L’homme de demain recherchera de plus en plus un équilibre entre deux modes de « connexion » 1-une « connexion » naturelle et « transparente » (sans contraintes techniques) à la société de l’information ,source d’épanouissement personnel et de « business » professionnel 2-une « connexion » permanente à la nature dont il fait partie (on l’a un peu oublié en occident !), qu’il doit donc impérativement protéger et qui lui apportera le bien être qu’il trouve de moins en moins dans les agglomérations. L’homme de demain sera un homme « connecté » qui recherchera ,pour s’épanouir, des liens plutôt que des biens »

MAIS, pour attirer dans nos villages les « citadins en mal de campagne » il faut 2 conditions : de l’emploi et les services publics de base : la santé et l’éducation . Or on assiste à une dégradation progressive de ces deux services vitaux (désert médical, fermeture de classes… )…. l’inverse de ce qu’il faudrait faire !

-Avec l’explosion du numérique et l’abolition des distances l’implantation dans les territoires ruraux de services publics numériques performants aurait pu compenser ces handicaps. La performance de ces services étant directement liée à la qualité des infrastructures qui les véhiculent on aurait donc du, dans la démarche chaotique mais inévitable de remplacement du réseau de cuivre par un réseau optique commencer par « fibrer » les campagnes !

2-Le numérique « sang » de la ruralité moderne !

Les Webs du Gévaudan ne cessent de « marteler » que, si les deux piliers de la France de demain doivent être des métropoles compétitives ET des campagnes intelligentes le , les deux piliers de la ruralité moderne doivent être l’agriculture ET le numérique

Les témoignages de l’« intelligence » des rares campagnes équipées en très haut débit ne se comptent plus ! Je me conterai d’en citer un, de chez moi, à La Canourgue (Lozère)où deux jeunes lozériens ont fait le pari fou, il y a 15 ans, de vendre des produits du terroir sur internet . Bienmanger.com (nom de la société) emploie aujourd’hui 50 personnes !  . Mais c’est surtout pour les services publics, et singulièrement dans le secteur santé que les ruraux auront impérativement besoin d’ECHANGES SECURISES, SYMETRIQUES et INSTANTANES, qualités que seule la FIBRE OPTIQUE peut procurer. Avec l’augmentation des malades et la diminution des médecins la SANTE va inexorablement vers un changement de modèle . La conjonction de l’ouverture des données et de l’explosion des objets connectés donnera au numérique une place inédite. Dans les domaines vitaux que sont la Santé , l’Education et les Services de proximité (S.E.S ruralité!) le très haut débit deviendra demain le sang des territoires ruraux !

3-Les « difficultés » et les dérives des différents plans très haut débit

Nous ne reviendrons pas sur la longue et cahoteuse histoire de l’aménagement numérique du territoire que nous suivons à notre façon . Les lecteurs intéressés pourront se reporter, ci-dessous, aux différents articles écrits depuis la création de ce blog en 2007 ( ceux de l’ancien blog ont malencontreusement disparu!). Selon moi l’ « absurdité » de départ (la concurrence par les infrastructures) , que nous avons toujours dénoncée , a entrainé, même si elle a été « corrigée » depuis, une cascade de dérives. Nous n’avons cessé d’appeler l’attention des décideurs sur cette erreur « initiale » . En 2013 les routes étaient glissantes voire verglacées ! Elles le sont toujours aujourd’hui ! Nous pointions à l’époque les risques de confusion, de sous investissement, d’implication insuffisante des opérateurs nationaux, de balkanisation des réseaux …Le plan France très haut débit est toujours en attente de validation européenne  et l’implication des opérateurs nationaux n’est toujours pas au rendez vous ! 

4-Les espoirs déçus de la loi pour une république numérique en cours de vote

Persuadés depuis toujours du rôle « fondateur » de la loi pour espérer un aménagement équilibré du territoire nous attendions beaucoup de la loi numérique. Force est de constater que les articles 35 à 39 traitant le sujet s’inscrivent tous dans la logique du plan France très haut débit et n’apportent pas à chaque citoyen l’égalité d’accès qu’il est en droit d’attendre d’une république numérique !Une loi n’est pas faite seulement pour réduire les défaillances d’un plan dont chacun constate le coté « usine à gaz » mais pour acter de vrais droits. La façon dont ont été traités les articles du titre 3 (titre le plus important pour les ruraux, ) démontre s’il en était besoin que l’accès non discriminatoire aux réseaux n’est pas la priorité de la loi ! La question écrite , sans réponse à ce jour, posée par le député Hervé Féron, est suffisamment éloquente à cet égard !

Cette loi, avec le retrait de « NOE » était pourtant la loi de la dernière chance pour acter cette égalité

5-Comment traduire un necessaire « droit à la fibre » dans une loi ?

Lors de la consultation citoyenne nous avons proposé à maintes reprises un DROIT à la FIBRE https://www.google.fr/#q=DROIT+0+LA+FIBRE+WEBS+DU+GEVAUDAN

Ce droit n’a pas été acté, ce qui peut se comprendre, une loi n’étant peut-etre pas faite pour une technique  ? Dont acte !

Reste donc à formuler sous une autre forme le droit dont bénéficieront les citoyens des zones « rentables » et dont sont exclus, à date, les autres, qu’il s’agisse de territoires « RIP » ( cf proposition Hervé Féron) ou, pire, les territoires qui, lorsque le réseau cuivre aura disparu ( les dernières décisions d’Orange sont suffisamment explicites à cet égard) n’auront plus de réseau fixe et seront définitivement des sous citoyens numériques !

En premier « jet » je propose une rédaction de type ci-dessous

Amendement : droit pour tout citoyen , quelle que soit sa place « physique » sur le territoire, d’avoir la même « place numérique », ce qui implique un « droit de connexion » à deux réseaux de télécommunications, un fixe et un mobile, garantissant un accès égalitaire et non discriminatoire à tous les services proposés par les opérateurs nationaux et locaux

mais je suis preneur de toute suggestion ….Merci d’avance aux « contributeurs » 😉

Auxillac le 25 mars 2016

Pierre Ygrié

 

 






Le « combat » des Webs du Gévaudan !

25 03 2016
Articles les plus lus en mars 2016
Page d’accueil / Archives
Auxillac…mon village !
Le réseau cuivre est(presque…)mort ! Vive la fibre !
Réseau unique : Dissipons les malentendus !
Notre projet pour la Lozère
Le Très Haut Débit pour les Nuls !
La loi numérique au sénat : PRIORITE au titre 3 : l’ACCES !
Services publics: tous égaux !
Soleil « numérique » sur l’étang de Thau ?
Une ruralité en très haut débit pourquoi faire ?
Mesdames et Messieurs les députés…à vous de jouer !
Boucle locale et montée en débit !
Très haut débit: les Ruraux d’abord !
e-santé, une révolution en marche….avec les citoyens ?
L’A75 « autoroute du télétravail » ? une idée qui fait son chemin …
Un « référent numérique » dans chaque conseil municipal ?
Energie numérique …et transition énergétique !
Le changement…de réseau, c’est en 2022 ? 2025 ? 20.. ?
Très haut débit : Attention (feuille de) route glissante
L’ hyper-ruralité « dans » la future loi numérique !
Lozère: Un désert numérique malgré des promesses d’ « oasis » !
Agriculture et Très Haut Débit : les deux « mamelles » de la Ruralité du 21 ème siècle !
Qui sommes-nous
PNTHD : Changer de cap !
Très haut débit : un Réseau Unique pour libérer la (vraie) concurrence ?
L’A75 « autoroute du télétravail » ?
Les oubliés du très haut débit !
La couverture numérique parent pauvre de la loi numérioque !
Aveyron Lozère : les raisons de notre mobilisation !
Les Webs du Gévaudan proposent un « droit à la fibre » !
Fracture numérique :une proposition de loi enfin !
Le très haut débit « maillon faible » de la chaîne collaborative de santé
THD rural cherche « aménageur »…désespérément !
Télésanté espoir du monde rural ?
Villes lumineuses …et campagnes obscures ?
Très haut débit : un plan « V.I.F » ?
la Santé….porte d’entrée du très haut débit en zone rurale !
Numérique : La « lanterne rouge » sur le podium ?
Y-a-t-il un pilote dans l’avion ?
Vivre au pays !
FTTH Rural : Mobilisation générale !
Très haut débit: les Ruraux d’abord !
Bonne année « lumineuse » !
Inscrire les investissements dans une démarche de montée en débit vers le trés haut débit en Lozère !
« La ruralité est l’avenir de la France » !
Lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle
Très haut débit : le mouvement (n’)est (pas)engagé dans les territoires ruraux
Internet solidaire ?
Très haut débit : Les Appels à un changement de cap se multiplient !
Le changement (numérique) c’est maintenant…pour une France (numérique) forte !
Campagnes intelligentes !
Ambition numérique ! pour qui ?
Loi numérique:On attend quoi pour participer ?
Témoignages sans frontières !
Numérique : A la Bastille !
Très haut débit: routes«verglacées»en montagne !
Au commencement étaient …les infrastructures !
Aur(x)illac sur web !
Bonne année « numérique »solidaire !
Fracture électrique autrefois, fracture numérique aujourd’hui… même combat !
Un village de Lozère pilote en FTTH !
Ce DEBIT, on vous le sert comment : bas ? haut ? très haut ?
Pourquoi la Lozère a-t-elle besoin de très haut débit ?
Fonds d’amortissement très haut débit…Lettre ouverte …..
Les réseaux vont-ils exploser ?
Très Haut Débit : Alerte rouge !
FAQ
Législatives 2012: A la recherche des candidats du numérique ?
Vers un « bouclier numérique » rural ?
Lozériens, c’est le moment de «bouger » !
Très Haut Débit : l’erreur est toujours « initiale » !
Un plan « Orsec » pour la Lozère ?
Votons pour ….une Europe numérique !
Quand la presse nationale s’intéresse aux Webs du Gévaudan !
Loi numérique : la Lozère s’est bien battue. Attendons la suite !
Adhésion à l’association
Financement public des réseaux en Europe ?
Très Haut Débit : la parole est aux parlementaires !
La fin d’un tabou …et le retour de la confiance ?

?