Lozère: Un désert numérique malgré des promesses d’ « oasis » !

10 01 2010

Le lendemain du lancement des premières assises numériques le 31 mai 2009 Libération titrait: «En Lozère, le désert français en quête d’oasis numérique».

Plus d’un an plus tard la page Trois du Monde consacrée à notre département faisait le même constat en titrant « Le débit du Web reste tari en Lozère».

Lors de la seconde édition des assises du numérique le 1er octobre 2009 nous appelions de nos vœux une vraie réflexion sur le numérique et la ruralité.

Pour « enfoncer le clou » de ce que nous disions une semaine avant lors du salon Odébit.

Lors des assises des territoires ruraux nous demandions un plan Orsec pour la Lozère.

En ce début d’année 2010 Caroline Caldier, journaliste à France Info, invitée par les Webs du Gévaudan, met les choses à plat dans un excellent reportage en ligne.

Je vous invite à le découvrir et, si vous le voulez bien, à nous aider, par vos commentaires, à défendre la cause du département symbole de la ruralité et, plus globalement, celle de tous les territoires ruraux qui ne peuvent se contenter de « sentences » de type « le mieux est l’ennemi du bien»

Plusieurs amis des Webs du Gévaudan ont déjà commenté ce reportage sur leur site. On peut ainsi citer, entre autres Zevillage, le site du télétravail et Michel Lebon mais pour avoir un « panorama complet » il suffit de taper « France info Lozère fracture numérique » sur google !

Les « 2 mégas » promis en 2011 dans nos (nombreuses) zones d’ombre lozériennes alors que plus  de  85% des Français ont dés aujourd’hui plus de 2 mégas et que les Finlandais prévoient du 100 mégas pour tous en 2015 ne peuvent que nous conforter dans notre conviction que « si le mieux est l’ennemi du bien » le (presque) caduc qu’on nous propose pour les zones blanches (la majorité du territoire lozérien !) est assurément l’ennemi du futur !

Merci d’avance de votre contribution pour aider la Lozère à irriguer la totalité de son « désert numérique » et pas seulement les privilégiés qui pourront profiter de la proximité de la fibre optique.

Si les Lozériens ne font pas entendre leur voix au plus haut niveau ce n’est pas de « fracture numérique » que nous parlerons demain mais de « gouffre numérique »dans un département privilégie et totalement disponible, suprême paradoxe, pour l’économie de la connaissance car (encore une évidence !) on réfléchit mieux à la campagne 😉

La Lozère se veut exemplaire en développement durable. Elle en a tous les atouts… sauf le numérique !

Qui  dit « développement durable » dit « invention du changement » . Or quelle est la « matière première » de cette necessaire invention si ce n’est une information fluide et abondante que seules peuvent nous procurer des infrastructures de trés haut débit sur l’ensemble du territoire lozérien… et aveyronnais ! (cf l’interview du maire de Millau dans le reportage de France Info)

Pierre Ygrié, le 10 janvier 2010





L’A75 « autoroute du télétravail » ?

8 02 2009
Viaduc de Millau sur l'autoroute A75 (photo de Dufspix dans Flickr)

Viaduc de Millau sur l’autoroute A75 (photo de Dufspix dans Flickr)

Proposition de structuration d’un territoire exceptionnel, riche de sa biodiversité, de ses paysages et de son agriculture de qualité en « construisant des ponts » entre les territoires lozériens et aveyronnais et entre le terroir et l’Internet !

1-L’économie de la connaissance est en marche

  • l’économie de la connaissance se développe de plus en plus ;c’est elle qui « tire » la croissance : 25 à 50% de la croissance française est directement liée au numérique (source iEurope) et 1 premier embauché de plus de 25 ans sur 3 travaille spécifiquement sur le numérique (source : Pierre Audouin Conseil) Lire le reste de cette entrée »