Le Numérique dans la présidentielle : demandez le programme !

15 03 2017

La France est en retard dans une Europe elle même en retard et on apprend quoi en écoutant les propositions des candidats (quand elles sont « audibles ») ? des grands discours sur l’égalité, la souveraineté numérique, l’importance des secteurs touchés (tous), l’ignorance des élus (pour celui qui a l’humilité de le reconnaître) mais pas, à mon avis, de véritable PROJET à la hauteur des enjeux .
Dans ce domaine comme dans d’autres et peut-être encore plus que dans d’autres, tant l’impact du « digital » (cf article Happy digital new year) va transformer notre vie il est essentiel de regarder le passé sans concession et de l’assumer , exactement comme dans la « lecture » de l’histoire de France, sachant qu’ici le passé ne porte que sur les 20 u 30 dernières années !. Dans les années 1990, lorsque la popularisation des fondements de l’Internet moderne passa par l’apparition du World Wide Web des les USA , pays de culture plus “entreprenariale, ont osé, ont pris des risques (qualité primordiale dans ce domaine) ! Ils ont aujourd’hui avance qu’il sera très difficile de rattraper. Et, si nous n’y prenons garde nous risquons de faire la mème rerreur avec les chinois !

Un CONSTAT INQUIETANT!
Ce manque de vision, “expliqué ”par une inculture quasi générale chez les élus nationaux et traduit par une absence de stratégie publique, a fait de nous essentiellement des consommateurs de “coca cola numérique” tant chez les particuliers que dans les entreprises et les administrations (éducation… et même défense !). Qui plus est, dans l’ACCES ( le premier des services, c’est l’accès aux services !) les INEGALITES sont criantes. Tout se passe comme si nous avions embarqué tant bien que mal dans un “océan numérique ”dont nous avons eu beaucoup de mal à comprendre la vraie dimension . Pour que l’”embarcation” française et au delà européenne dans la “haute mer numérique ”ne se transforment pas en radeau de la méduse il faudra prendre davantage conscience du tsunami qui nous attend et en tirer toutes les conséquences à l’échelon national … et à l’échelon européen car , pour la France ( 1%de la population mondiale) vouloir tenir tète toute seule aux géants américains et chinois ne serait pas très raisonnable !!

Une VOIX des CITOYENS INAUDIBLE!
C’est particulièrement vrai pour les ruraux, aujourd’hui sous-citoyens de la république numérique . Pour ce qui nous concerne , nous nous battons depuis près de 20 ans pour faire prendre conscience aux décideurs que les territoires ruraux , où souhaitent s’installer de plus en plus de citadins “en mal de campagne ”peuvent être, avec le numérique un ATOUT pour la France. Nous l’écrivons, nous le “crions” en toutes occasions !!
Quelques exemples :
2001 http://www.amilo.net/ygrie.htm
2006 http://billaut.typepad.com/jm/2006/09/odebit_2006_ygr.html
2009 http://www.dailymotion.com/video/xap0x8_pierre-ygrie-assises-du-numerique-2_news
2009 http://infopromotions.co/event/50/le-numerique-solidaire-et-responsable/conferences-du-salon-odebit/point-complet-sur-les-enjeux-du-tres-haut-debit-avec-pierre-ygrie–les-webs-du-gevaudan
2012 http://www.youtube.com/watch?v=J6kM32vndsk) ou là en 2011 (http://vimeo.com/28505688
2016 : https://www.youtube.com/watch?v=pJ0MyxsoFwI ( témoignage “sur le pouce ”sur une entreprise de mon village !)
Nous martelons depuis près de 20 ans que le réseau de cuivre doit être remplacé par un réseau optique ( le réseau du 21 ère siècle !) et que seule la fibre optique, “partout où il y a du cuivre”( nos anciens ont bien su amener le cuivre dans nos hameaux!) apportera l’ l’EGALITE CITOYENNE dont on nous rabat les oreilles ! Or quand je vois ,aujourd’hui, en mars 2017, le directeur de l’agence numérique déclarer, indirectement certes mais clairement, que 20% de la population ne sera pas couverte en fibre optique en 2022 ( http://www.lagazettedescommunes.com/494380/numerique-attirer-les-operateurs-sur-les-reseaux-dinitiative-publique/) et, qui plus est, que la perspective de cette “INEGALITE CITOYENNE ”ne se concrétiserait pas sans un supplément de 10 milliards je ne décolère pas
Aujourd’hui, en 2017, plus aucun doute, la voix des citoyens n’est pas audible !

Des PROGRAMMES INSUFFISANTS !
Benoit Hamon : http://www.universfreebox.com/article/38338/Programme-Numerique-Benoit-Hamon-veut-garder-le-cap-avec-le-plan-France-Tres-Haut-Debit
Emmanuel Macron http://www.universfreebox.com/article/38248/En-avant-premiere-le-programme-sur-le-numerique-et-sur-le-deploiement-de-la-fibre-dans-les-zones-rurales-d-Emmanuel-Macron
Nicolas Dupont Aignan http://www.universfreebox.com/article/38282/Programme-Numerique-Nicolas-Dupont-Aignan-veut-annuler-une-ligne-TGV-pour-accelerer-le-plan-THD
François Fillon http://www.universfreebox.com/article/38304/Programme-Numerique-Francois-Fillon-veut-faire-du-THD-sa-priorite-d-infrastructure-du-quinquennat
Jean Luc Mélenchon https://www.youtube.com/watch?v=eielXRwdVDs
Beaucoup de choses intéressantes certes mais pour les ruraux il manque l’essentiel, ce pour quoi nous nous battons depuis près de 20 ans : un droit pour chaque citoyen d’avoir la même “place numérique”, quelle que soit sa “place physique ”sur le territoire; Le législateur, qui sait bien , lui, que le réseau cuivre est condamné, doit acter dans une loi une égalité d’accès aux deux réseaux de demain ( optique pour le fixe filaire et mobile)  . Il ne l’a pas fait dans la loi pour une « république numérique ». L’inscription dans une loi de cette EGALITE , ce droit universel, droit universel doit figurer en priorité dans le programme de tous les candidats .
De façon plus générale les grandes envolées sur l’importance d’anticiper , les propositions sur la l’accompagnement des utilisateurs, sur la plateformisation de l’Etat et le compte citoyen, la formation ( à commencer par la formation des poseurs de fibre!)le plan PME ( vital en zone rurale) etc….auraient été bienvenues … e 2000 !!. Elles le sont toujours à condition de changer de cap et de décider enfin de « qui gouverne » : le « POLITIQUE » ou les « institutions » (Arcep, caiise des dépots etc… ) qui tentent d’appliquer tant bien que mal des plans numériques dont la qualité première n’est pas la COHERENCE ! Un exemle ? En voici un que je vous laisse « déguster » : Par quelle aberration ( tergiversations, hésitations, doublons, gaspillage d’argent public et privé… ) en est-on arrivé à ce qu’une institution reconnue de la république, la cour des comptes, préconise d’abandonner le tout fibre ?“Suivre la préconisation de la Cour d’abandonner le « tout fibre » au profit de faire monter en débit le réseau cuivré en campagne constituerait un retour en arrière, clivant la France en deux territoires bien distincts ! Une France à deux vitesses ! Sur notre territoire, de jeunes couples s’installent à la campagne pour travailler parce que nous y avons installé la fibre !” ( http://egrip.fr/). Ce simple épisode montre à lui seul le fossé entre ce qu’il faut impérativement faire et ce qu’une autorité reconnue nous demande de faire. Décidément le vers est dans le fruit !

Un CHANGEMENT de CAP INDISPENSABLE!
« Nous comptons désormais sur les élections présidentielles pour que le numérique soit au centre de la campagne » écrivions nous récemment
.https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/12/16/egalite/
Mesdames et Messieurs les candidats,de Grace, complétez votre programme numérique par un « souffle mobilisateur » ! A la question lancinante « combien ça coute » ? ajoutez deux autres questions, prioritaires, celles là et quasiment jamais posées, « combien ça rapportera à terme » ? et « combien ça nous fera perdre si on continue à tergiverser » ?
Pour les zones rurales (et pas que!)deux priorités dans ces « nouveaux » plans :
1-Fibrer tous les foyers
2- Ecouter les citoyens ! Faire participer les citoyens à une large réflexion sur les usages vitaux de demain ( SES ruralité ! S anté Education Services de proximité). Sur ce dernier sujet, essentiel, car les usages de demain sont « dans la tète » des gens d’aujourd’hui, nous faisons des propositions https://websdugevaudan.wordpress.com/2014/03/26/un-referent-numerique-dans-chaque-conseil-municipal/ avant des élections … municipales cette fois
Quant à l’Europe numérique elle doit etre dans tous les programmes !https://websdugevaudan.wordpress.com/2014/05/17/votons-pour-une-europe-numerique/avec, pour commencer, une idée simple, après un complément à la loi numérique française pour l’égalité d’accès : « que les États membres de l’Union s’interdisent de légiférer à leur niveau et laissent l’Union agir pour que l’économie digitale bénéficie d’emblée d’un régime juridique, fiscal et financier commun à toute l’Europe, au lieu d’enfermer nos start-ups dans 27 marchés nationaux ridiculement petits ». Qui plus est, toute réflexion sur un gouvernance numérique de l’Europe ne pourrait elle pas  participer au déclic nécessaire pour construire enfin  une AUTRE EUROPE ? https://pierreygrie.wordpress.com/20216/11/12/europe-first/comment-page-1/#comment-15
Je vous (nous) souhaite une « Happy digital Year » !
https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/12/30/happy-digital-new-year/

Auxillac le 15 mars 2017
Pierre Ygrié





Happy Digital New Year !

30 12 2016

Sous ce titre un peu provocateur(digital=numérique)se cache une réalité : nous sommes des consommateurs de « coca cola numérique »! Nous naviguons tous les jours sur des outils créés ailleurs mais, comme le numérique n’a jamais été une vraie priorité, contrairement aux apparences et malgré les efforts récents des pouvoirs publics, nos entreprises sont en retard faute d’une vraie vision.Nous avons une vision étriquée de cette révolution que certains qualifiaient naguère de « phénomène de mode » comme je le rappelais dans l’article »des NTIC aux NBIC »et d’un écosystème performant. Nous sommes aujourd’hui imprégnés progressivement d’une culture qui n’est pas la notre et qui peut s’avérer dangereuse pour nos démocraties

Nous « baignons » dans le numérique !
Les usages du numérique et les supports pour y accéder se développent de façon exponentielle . Nos vies biologique&numérique sont de plus en plus imbriquées. Nous n’allons pas sur internet, nous sommes « dans » l’internet !Selon LK conseil « 87% des français sont internautes, les recherches sur mobile ont été multipliées par 15 au cours des 4 dernières années, 35 millions de français accèdent à l’internet avec leur mobile ! 56%des français fréquentent les résreaux sociaux (84%chez les moins de 40 ans) ;les16/30 ans y sont 17heures par semaine ! 59% des français utilisent internet pour suivre l’actualité 62% acomplissent leurs démarches administratives via internet , 69% achètent en ligne , 29% vendent sur internet, 27% lisent la presse en ligne dans les transports en commun etc… »
A l’évidence le Français « consomme » du digital !

Paradoxalement nos entreprises sont en retard
Toujours selon LK(http://www.lkconseil.fr/les-4-piliers-de-la-transformation-numerique) »à peine 31 % des chefs d’entreprise considèrent le numérique comme une opportunité ? Seuls 30% considèrent la transformation numérique comme stratégique ou essentielle ; 96% craignent de se faire « ubériser » et 47% estiment que le numérique est un phénomène passager !!! »
L’article se conclut par un constat sans appel « Dans les grandes entreprises, cette transformation est en cours. Elle prendra du temps, mais elle se fera. En revanche, le risque est grand, de voir un très grand nombre de petites et moyennes entreprises, passer à côté de cette révolution, échouer à se transformer et rester à jamais des entreprises traditionnelles et forcément inadaptées, dans un environnement à forte empreinte numérique. Pour éviter ce risque, chefs d’entreprises, organisations professionnelle et pouvoir publics, doivent sortir de leur inertie et devenir des piliers forts de cette « économie en transformation »…
En matière de numérique, en France, nous savons consommer :par ses pratiques le consommateur est devenu le principal pilier de la transformation numérique . Nous avons potentiellement des gens pour « PRDUIRE », à la campagne comme à la ville, mais il leur manque un environnement porteur (pouvoirs publics,organisations professionnelles,entreprises), un ecosysteme leur permettant de « respirer » et se développer .

Notre écosystème numérique a de nombreux « trous »!
Un (tout petit) exemple personnel parmi des centaines ou des milliers : à Balaruc (4G)j’écoute régulièrement des interventions diverses sur youtube ou Dailymotion, à Auxillac (3G)je ne peux pas et pourtant nous sommes loin d’être les plus mal lotis ! Quand je vois que les pouvoirs publics se félicitent de leurs programmes 3G,voire 2G, je me dis que quelque chose ne tourne pas rond ! La fluidité de l’information est la base d’une vie numérique normale, la fluidité de l’information c’est « l’air » de la vie numérique, autant dire, de plus en plus, de (presque) la vie tout court ! Quand on écoute Joèl de Rosnay ( https://www.youtube.com/watch?v=xxOh4ATAREg)on se demande si on vit dans le même monde ?

Parmi ces trous, à la campagne , les infrastructures!
Le « combat » pour les infrastructures est une constante des Webs du Gévaudan depuis leur création (17 ans!). Les nombreux articles écrits sur ce sujet vital pour les zones rurales en témoignent ! Ceux de 2016 sont recensés en commentaire du du dernier article « l’EGALITE »https://websdugevaudan.wordpress.com/2016/12/16/egalite/
Cette égalité n’est pas possible sans un réseau optique de qualité (deux fibres, l’une commerciale et l’autre pour les services publics) dans chaque foyer .Le ministère lui même reconnaît la primauté de la fibre optique !! http://pluzz.francetv.fr/videos/la_france_en_tres_haut_debit_f4_,15.0887956.htmlhttp://pluzz.francetv.fr/videos/la_france_en_tres_haut_debit_f4_,150887927.html http://pluzz.francetv.fr/videos/la_france_en_tres_haut_debit_,150845549.html; Les ruraux qui ne l’auront pas apprécieront cette campagne !!!

Mesdames et Messieurs les candidats aux élections présidentielles, nous attendons votre « vision digitale » de la France . Faites vous partie des « anciens » (ceux qui ont peur de la mondialisation et se recroquevillent sur les Etats nations, les activités traditionnelles etc.. ) ou des « modernes » (ceux qui savent que le tsunami technologique est devant nous et qu’il faut faire avec tout en combattant ses effets pervers) ? Pour ce qui nous concerne notre religion » est faite : dotons la France d’un ECOSYSTEME NUMERIQUE suffisamment performant pour , dans cette inévitable transformation de notre économie, PRODUIRE et ne pas se contenter de consommer ! Nous sommes loin de compte !! http://www.resistance2017.net/2016/11/le-numerique-va-sauver-la-france-vraiment/

A la campagne , les fondations de cet écosystème ce sont les infrastructures !
des infrastrucures garantes d’EGALITE pour continuer à VIVRE ! En Lozère nous y sommes particulièrement sensibles comme en témoignent les commentaires sur la page facebook de la présidente du conseil départemental ! https://www.facebook.com/sophie.pantel.14/posts/1193161460720193?notif_t=like&notif_id=1483095834469748 Qu’on se le dise !!

« Happy Digital New Yer »?No ! Bonne année numérique ….sur le modèle des vœux de 2012!!!….autre année « présidentielle » 😉 Bis répétait !!
https://www.youtube.com/watch?v=c56Z3bdJYkM

Auxillac le 1er janvier 2017

Pierre Ygrié





EGALITE !

16 12 2016

Les ruraux comptaient sur la loi pour une république numérique votée en 2016 pour obtenir enfin l’égalité d’accès aux réseaux de télécommunication à laquelle ils ont droit. En dépit de nombreuses avancées de cette loi dans des domaines clés ce n’a pas été le cas. Nous avions pourtant alerté les députés avant le vote en début d’année sur l’importance de l’égalité d’accès, faiblesse congénitale du projet mais les parlementaires , très impliqués dans les titres 1 et 2 (ouverture et protection des données) ont un peu négligé le titre 3 (couverture numérique) !
Nous comptons désormais sur les élections présidentielles pour que le numérique soit au centre de la campagne. A l’heure où l’internet est partout ( nous n’allons plus sur internet, nous sommes « dans l’internet »!), à l’heure où se prépare le meilleur comme le pire( cf notre papier « des NTIC aux NBIC ) nos gouvernants fer ont-ils la même erreur que celle qu’ils ont faite il y a 20 ans en n’ayant pas vu l’arrivée des NTIC et en n’ayant pas décidé de prendre les mesures d’aménagement du territoire qui s’imposaient …pour peu que l’on ait eu un minimum de VISION?
Dans sa « vie numérique » chaque français, quelle que soit sa place « physique » sur le territoire, doit avoir la même « place numérique » …une « évidence » pour laquelle nous nous battons depuis près de 17 ans ! En 2008, j’écrivais dans le Monde numérique « l’Atout Espace de la France doit être valorisé à l’avenir… tout citoyen, quelle que soit sa place physique sur le territoire, a droit à une « place numérique » égale e qui suppose un accès égalitaire aux réseaux Internet fixe et Supprimer le mot répété deux étant complémentaires et non exclusifs Pour le réseau fixe la fibre remplacera demain le cuivre .C’est aujourd’hui une évidence ,ce qui n’était pas le cas il y a peu .Quand on prendra conscience des « difficultés » de plus en plus grandes d’entretien du réseau cuivre ( coupures de plus en plus fréquentes dans certains territoires ruraux) cette évidence s’imposera à tous ».
C’était en 2008 ! Aujourd’hui tant que le nécessaire remplacement du réseau cuivre par un réseau optique n’est pas acté par une loi cette évidence ne s’est toujours pas imposée !

Retour sur le combat des Webs du Gévaudan tout au long de l’année qui s’achève
30 nov : Des NTIC aux NBIC :risques et opportunités
12 oct : Les montagnards (ne) sont(pas): là !
29 sept : Loi numérique : untexte de combat ? Chiche!
26 sept : Du FTTH (Fiber To TheHameau) au FTTH (Fiber To TheHome) !
16 sept : Réseau filaire :Attention danger !
29aout : Campagnes intelligentes :une vieille idée qui ressort… au Maroc !
21 juillet: Couverture numérique :le combat doit continuer !
7 juillet : Très haut débit :(in) égalité d’accès pour tous !
3 mai : Loi numérique : tousnos espoirs dans la CMP
1er mai:Loi numérique : encore unpetit effort !
29 avril : Deux réseaux pour unmême droit !
17 avril : Hyperruralité :Aux actes citoyens !
12 avril : Loi numérique ausénat : les ruraux s’impatientent !
7 avril : La fracture numériqueva s’aggraver dans les zones rurales … sauf si ?
25 mars : Numérique et Ruralité :la loi de la dernière chance !
18 février : Le réseau cuivreest (presque) mort .Vive la fibre !
11 février : Villes lumineuses etcampagnes obscures 
27 janvier:Loi numérique au sénat :priorité au titre 3:l’accès !
25 janvier :La couverure numériqueparent pauvre de la loi numérique : /
1er janvier : Mesdames etMessieurs les députés : à vous de jouer !

En 2017 le combat doit continuer !
Notre vie biologique dépend d’un écosystème où se développent les échanges avec la matière et les etres vivants . Il en sera de même pour notre vie numérique ….si tant est que cet écosystème existe ? Il existera dans les zones rentables ! Mais que vient faire la rentabilité quand il est question de VIE ? De fabuleuses transformations nous attendent, dans tous les domaines , à commencer par celui des entreprises .Nous serons tous « baignés » dans un ECOSYSTEMENUMERIQUE . Vie biologique et vie numérique sont de plus en plusimbriquées notre vie « tout court » dépendra de la qualité des écosystemes bilogique et numérique !

Les fondations de l’écosystème numérique sont un réseau optique dans tous les foyers. C’est loin d’etre le cas et pour souhaiter une bonne année numérique à tous il suffit de reprendre,sans n’y rien changer, les vœux des Webs du Gévaudan de ….2012 !

https://www.youtube.com/watch?v=c56Z3bdJYkM

Bonne année….2017 à tous les fidèles de ce blog !
Auxillac le 16 décembre 2016
Pierre Ygrié





Des NTIC aux NBIC : Risques et opportunités !

30 11 2016

L’arrivée des NBIC dont les « maitres » ( les mêmes que ceux des NTIC d’ailleurs!) ne sont pas européens mais américains ou asiatiques m’interpellent et me conduisent à faire cette petite réflexion personnelle , bien modeste et subjective, que je soumets à la critique de ceux qui voudront bien commenter ce papier

1-NTIC(NouvellesTechnologiesde l’Information et de la Communication)

J’ai entendu parler de ce sigle pour la 1ere fois EN 1997 à Villepinte lors d’un colloque ouvert par Shimon Peres. qui réunissait des personnalités du monde de l’internet dont Bill Gates ! J’avais alors été impressionné par la « vision » de ces deux intervenants . Shimon Peres , pour qui les deux grands fléaux de l’humanité étaient la pauvreté et l’ignorance, le monde digital dont on n’était encore qu’aux prémisses , était une formidable opportunité pour élever le niveau de connaissances de chaque etre humain  De Bill Gates j’avais surtout retenu l’inévitable évolution d’aller vers des outils d’accès à internet simples et rapides .

Ma participation à ce colloque a été déterminante dans ma décision de créer une association de promotion du numérique à la campagne , ce que je fis 3 ans plus tard lors de mon retour en Lozère pour ma retraite https://www.youtube.com/watch?v=J6kM32vndsk

Je ne parlerai pas ici du scepticisme ambiant lors la création des Webs du Gévaudan en 2000 , les uns estimant qu’internet était un « phénomène de mode » (sic!) d’autres, mieux informés, en pointant les dangers. Internet a effectivement un coté pile mais aussi un coté face. Mon argumentation de l’époque était qu’internet était tout à la fois le plus grand réservoir de connaissances de l’humanité et la plus grande poubelle de l’histoire mais qu’il était inévitable , que c’était une jungle et que nous avions besoin de guide … c’est à dire de mieux le pénétrer pour mieux le comprendre et tenter de le maitriser .

Force est de constater que les européens en général et les Français en particulier n’ont pas anticipé cette troisième révolution industrielle . Très impliqués dans les deux premières (machine à vapeur, automobile, rail, aviation ,téléphone etc ?? ) ils ont laissé les américains et les asiatiques « produire » l’économie numérique tant pour les matériels que pour les grandes plateformes de logiciel ( GAFA et NATU ) . En Europe , en dépit d’une réelle prise de conscience pour tenter ,sans illusion, de rattraper notre retar, nous sommes devenus des consommateurs de « coca-cola numérique » ! Les maitres du digital ne sont pas européens. Quand on a conscience du pouvoir manipulateur des algorithmes on aimerait bien savoir comment ils sont construits ? Nous ne le savons pas et il devient urgent de commencer à l’apprendre . C’est l’ambition du programme d’apprentissage du code informatique à l’école mais le chemin sera long !!

2-NBIC(Nanotechnologies,Biotechnologies,Informatique et sciences Cognitives )

NBIC« désignent un champ scientifique multidisciplinaire qui se situe au carrefour des nanotechnologies (N), des biotechnologies (B), des technologies de l’Information (I) et des sciences cognitives (C)…..Certains utilisent la notion de « grande convergence » pour souligner l’interconnexion croissante entre « l’infiniment petit (N), la fabrication du vivant (B), les machines pensantes (I) et l’étude du cerveau humain (C) »

Le « déclic » qui m’a mis la puce à l’oreille est la parution du livre « la mort de la mort » en 2011.  Depuis je suis les principales interventions de son auteur ,Laurent Alexandre , une personnalité hors du commun. Laurent Alexandre est un scientifique qui nous fait découvrir le monde vertigineux des NBIC. C’est aussi un humaniste convaincu de l’importance de la culture (histoire, philosophie, littérature…) pour lancer d’urgence l’indispensable DEBAT POLITIQUE ET CITOYEN dont nous devons tous nous emparer compte tenu des enjeux : l’avenir de l’humanité ! Nous devons tous connaître ce qui se prépare en dehors de nous ( « la colonisation du monde » !) pour mieux « critiquer » le type de société où certains veulent nous amener : le meilleur et/ou le pire ! De son coté Joël de Rosnay pense que nous sommes à la veille d’une mutation de l’espèce humaine ! Alors, ne faisons pas la même erreur que nous avons faite naguère pour les NTIC : nous laisser porter passivement par une révolution inévitable excitante mais aussi aliénante ! Pour Laurent Alexandre , au cours de ce 21 Emme siècle, les technologies permettront à l’homme de se transformer . Le Trans humanisme, idéologie marginale jusqu’ici, est de plus en plus (subrepticement) médiatisée car c’est celle de la plupart des dirigeants de google ( et d’autres!) . Contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette idéologie égoïste, narcissique, eugéniste , commence à être acceptée dans certains pays : 13%des jeunes français souhaitent utiliser les techniques génétiques lorsqu’elles le permettront pour améliorer le quotient intellectuel de leur bébé mais ce pourcentage est de 50% chez les jeunes chinois !!.Notre culture est certes moins Trans humaniste que celle de la silicone valley ou de la Chine mais il nous faut dés maintenant réfléchir ensemble à la ligne rouge des valeurs que nous ne voulons pas franchir si nous ne voulons pas nous laisser envahir par le tsunami technologique dont on n’a encore rien vu ! Le moment est venu d’entamer, chacun à notre niveau une large réflexion sur nos limites, une réflexion sur l’homme !

Sachant que 1 Français sur 2, entre 16 et 44 ans, se rend tous les jours sur YouTube, je vous conseille vivement (même si vous avez plus de 44 ans !) de visionner quelques vidéos vidéos :

une première pour nous faire prendre conscience de qui est vraiment google ? https://www.youtube.com/watch?v=EEgdZas1jHg «  Google se métamorphose en champion des sciences du vivant capable de rallonger l’espérance de vie. Cette transformation ne sera perçue par le grand public que d’ici 4 à 5 ans » Pour ceux qui auraient encore des doutes , écoutons ce débat https://www.youtube.com/watch?v=O0XVfOIyd2U&feature=youtu.be&t=24

d’autres pour nous faire prendre de l’avance dans la compréhension du monde de nos petits enfantsJacques Testart/Laurent Alexandre http://future.arte.tv/fr/face-a-lavenir-testart-alexandre; Conference du 4 juin 2016 à Hannut https://www.youtube.com/watch?v=RoNtXQyiAeA;Laurent Alexandre et Tugdual Dervillehttps://www.youtube.com/watch?v=keVYG2XlYI4https://www.youtube.com/watch?v=keVYG2XlYI4v ;Les neuro révolutionnaires https://www.youtube.com/watch?v=tw1lEOUWmN8Jacques ATTALI / Laurent ALEXANDRE « Le cerveau et l’intelligence artificielle »https://www.youtube.com/watch?v=hbCjEFW47-c et bien d’autres que vous pourriez découvrir et dont je suis preneur …

mais aussi « L’économie face aux révolutions technologiques »!! https://www.youtube.com/watch?v=Sty3J5J2xhU » , ce qui nous ramène, après un très long détour , au combat des Webs du Gévaudan pour l’égalité d’accès de chaque citoyen . Pour l’instant, en « picorant » les programmes des candidats aux élections présidentielles, j’ai noté, chez l’un d’entre eux «  Le déploiement de la fibre dans l’ensemble du territoire  doit être une priorité absolue » . J’attends de voir si les autres partagent la même conviction !

Merci d’avance pour vos commentaires, critiques, suggestions ….

Balaruc les bains le 30 novembre 2016

Pierre Ygrié  





Les montagnards (ne) sont (pas) là !

12 10 2016

Premières impressions après la première journée de débats sur le projet de loi Montagne

Les inégalités d’accès aux réseaux de télécommunications sont de plus en plus criantes. C’est patent pour le réseau mobile, ce le sera tout autant pour le réseau filaire lorsque certains ruraux réaliseront qu’après la disparition du réseau cuivre ils n’auront pas « droit » à la fibre !
Avec le développement de la fibre ces ruraux voient les écarts se creuser, y compris dans un même département entre ceux qui ont tout et ceux qui n’ont rien. Ils supportent de moins en moins ces injustices. Ceux qui croient encore au « politique » attendent de leurs représentants nationaux qu’ils prennent enfin un pouvoir trop souvent laissé aux opérateurs voire aux différentes institutions (Arcep,Csa.. ) et autres agences qui ne devraient être là que pour mettre en œuvre les décisions prises par les parlementaires !.

Après le vote de la loi numérique , nous appelions à poursuivre le combat pour une égalité républicaine .A l’issue du premier jour de débats sur le projet de loi montagne le compte n’y est toujours pas !
En déclarant « le numérique est un moment très sensible du projet de loi Montagne »le ministre Jean Michel Baillet ne se trompait pas ! Le sujet a été longuement débattu ce mardi 11 octobre à l’assemblée mais pour quels résultats ? Il a même pris une telle place que certains se sont étonnés de l’absence d’Axel Lemaire, secrétaire d’Etat au numérique ! Tous les sujets étaient sous tendus par un choix de stratégie envers les opérateurs : incitation ou obligation ? C’est la voie douce qui a été retenue. Or chacun sait ce qu’a donné cette voie dans le passé !!
Ils avaient pourtant, en remettant tout à plat, la possibilité d’écrire enfin un texte rigoureux, quitte à le faire amender ensuite par le sénat pour prendre en compte d’éventuelles contraintes fortes avérées. Il aurait pourtant fallu peu de choses pour faire basculer le débat. On pressentait en effet, me semble t-il, que le ministre, conscience des enjeux, aurait été prêt à suivre une majorité plus audacieuse ? Son esprit d’ouverture a été salué à plusieurs reprises par des députés de l’opposition, dont Pierre Morel à l’Huissier et Laurent Wauquiez…

Le rattrapage des « péchés originels » de l’aménagement numérique, reconnus par plusieurs députés lors des débats , méritait mieux. Ces péchés originels ? pour le réseau fixe avoir laissé les opérateurs commencer à fibrer les zones rentables ! pour le réseau mobile ne pas avoir exigé la couverture complète du territoire lors de l’attribution des fréquences !pour les réseaux d’initiative publique ne pas avoir obligé les opérateurs à y proposer leurs services !

La stratégie incitative ne suffira pas effacer ces péchés originels et à donner à chaque citoyen l’espoir d’être un jour un citoyen à part entière de la république numérique ! Concrètement cet espoir se traduit, pour chacun de disposer d’un réseau fixe et d’un réseau mobile performants. Quand l’erreur est « initiale » il faut des mesures fortes !
Les ruraux sont aujourd’hui désespérés et cette désespérance se traduit dans leur bulletin de vote . Les ruraux, à défaut de disposer du jour au lendemain des mêmes réseaux qu’en ville, doivent, à minima, avoir l’ESPOIR de les avoir un jour , ce qui signifie concrètement la création d’un droit acté par une loi à disposer de ces deux réseaux et des services associés. La loi numérique n’a pas acté ce droit. La loi Montagne peut le faire !

Ce droit étant reconnu la mutualisation, dont il a été abondamment question dans les débats, sera de facto devenue une évidence. Le texte actuel sur la mutualisation est trop « soft » alors que la mutualisation est la clé du problème ! Pour Laurent Wauquiez, et je suis d’accord avec lui sur ce point « le serpent se mord la queue ! Depuis des années on teste la voie de la concertation La concertation on a expérimenté ! Ça suffit ! »

Au stade actuel de la discussion les « montagnards » ne sont manifestement pas là !
Mais ils peuvent se rattraper 😉

Auxillac le 12 octobre 2016

Pierre Ygrié





Loi numérique ; un texte de « combat » ? Chiche !

29 09 2016

Mercredi 28 septembre le projet de loi numérique a été définitivement adopté au sénat en procédure accélérée, malgré quelques réserves : « Les sénateurs ont presque unanimement souligné leur regret de ne pouvoir examiner le texte pour une seconde lecture. Mais les critiques ont été mineures …. »

Pour Axel Lemaire, secrétaire d’Etat au numérique et à l’innovation c’est « texte de combat » !  La ministre évoquait essentiellement l’aspect « ouverture des données »: « C’est un texte de combat » ajoute-t-elle. « Car il n’est pas évident de demander aux administrations  d’ouvrir par défaut les données qu’elles produisent. (…) Ces données doivent être rendues disponibles publiquement et gratuitement à nos concitoyens. (…) C’est une question de transparence démocratique. C’et aussi une question d’innovation par la data, la donnée. »

Je reprends volontiers sa formule mais pour un autre combat , cher aux ruraux, celui de la couverture numérique . Patrick Chaize, des Républicains, a bien souligné « le chemin qui restait à effectuer pour installer des mesures réglementaires plus favorables à l’aménagement numérique et à l’équité territoriale », les sénateurs communiste et UDI, ( seuls à s’abstentir), ont bien noté, de leur coté, l‘absence d’une égalité d’accès et le déséquiibre du texte entre usages et infrastructures (ces dernières n’ayant pas été traitées au fond) mais la couverture numérique, parent pauvre du projet de loi dés le départ, le reste à l’arrivée en dépit de quelques mesures significatives mais toutes prises sans remettre en cause la réglementation actuelle .

Sans remise à plat de la réglementation le plan France très haut débit ne pourra pas donner à chaque citoyen un accès égal aux réseaux de télécommunications de demain et ne permettra pas d’installer dans les territoires ruraux, où veulent de plus en plus vivre des citadins « en mal de campagne » , des ECOSYSTEMES NUMERIQUES nécessaires à toute INNOVATION. J’invite les visiteurs de ce blog à lire les derniers papiers de Xavier de Mazenod et de Jean Pierre Jambes

L’innovation, demain, va, pour une large part, porter sur les services à la personne . Ce sont les ruraux, éloignés de tout, qui en ont le plus besoin . C’est chez eux, en les interrogeant, en les réunissant, que les créateurs ruraux de demain iront chercher leur « matière première à innover» . Ces créateurs sont là, dans nos territoires mais il leur manque l’essentiel, l’espoir d’avoir un jour chez eux, sans etre obligés de s’exiler en ville, un véritable écosystème numérique .

La réglementation actuelle leur ôte cet espoir. Le législateur, qui sait bien , lui, que le réseau cuivre est condamné,  doit acter dans une loi une égalité d’accès aux réseaux de demain ( optique pour le fixe filaire+mobile)  . Il ne l’a pas fait dans la loi pour une « république numérique » mais il lui en reste d’autres pour se rattraper !!

Quant à l’Arcep la puissance publique doit l’obliger à revoir sa réglementation. Dans le cadre de la réglementation actuelle non seulement certains ruraux n’auront pas la fibre mais ceux qui l’auront n’auront droit qu’à une seule fibre alors que les autres « fibrés » en auront deux !….une DISCRIMINATION à deux étages en quelque sorte !! C’est passé totalement inaperçu pour le grand public. Dans les « Zone Très Dense” (ZTD), les internautes auront accès à deux fibres, dans les Zones moins denses une seule !. La première fibre (la seule pour les zones moins denses) sera mutualisée par l’ensemble des opérateurs commerciaux qui auront cofinancé la construction de la partie terminale du réseau FTTH ; Seuls les opérateurs commerciaux qui l’auront cofinancé auront accès à cette fibre ! La deuxième fibre sera dédiée à l’opérateur qui aura payé pour se la réserver. Il est vraisemblable que les les services de « consommation » ( télévision, jeux etc… ) seront abondamment proposés sur la première et les services vraiment innovants (services à la personne) sur la deuxième ? @suivre…Dans la ZMD (Zone moins dense) la seule fibre posée et raccordée est de-facto mutualisée par l’ensemble des opérateurs de services présents sur la zone. Pour en savoir davantage sur ce sujet j’invite les visiteurs à lire les commentaires de Marc Duchesne sur le papier « la France prépare-t-elle vraiment l’ère du gigabit ?»

Manifestement le combat doit continuer, Madame la Ministre…..sur tous les fronts et, pour les ruraux, prioritairement sur celui de la couverture numérique 😉

Auxillac le 29 septembre 2016

Pierre Ygrié





Du FTTH (Fiber To The Hameau) au FTTH (Fiber To The Home) ?

23 09 2016

« L’Europe numérique bouge. Bruxelles vient de lancer le projet « Gibabit Society ». Son objectif ? Stimuler le déploiement de solutions d’accès à Internet permettant des débits déclinés en Gigabits….Réjouissantes perspectives. Mais la France s’est-elle donnée les moyens de tenir cette direction partout et pour tous ?

Dans son dernier papier « La France prépare-t-elle vraiment l’ère du gigabit »  » Jean Pierre Jambes lance le débat !

A la question « Le plan France Très haut débit dessine-t-il la voie vers la Gibabit Society ? » il répond, « Dans la majorité des espaces métropolitains, on peut le croire. Pour les autres, le doute est permis ».

Je partage oh combien ce « doute » ! Dans les espaces métropolitains aucun problème, le très haut débit, c’est la fibre et la fibre a des capacités infinies. Ailleurs on nous amuse avec la définition du très haut débit ! Pour la France c’est 30 mégabits, pour l’Europe « « tous les foyers européens, ruraux ou urbains, devraient avoir accès (en 2025) à une connexion offrant une vitesse de téléchargement d’au moins 100 Mbit/s susceptible d’être convertie en une connexion gigabit »…. Il y a 5 ans, jour pour jour, dans un papier « le très haut débit pour les nuls »  » nous dénoncions déjà cette ambiguïté en affirmant : « le très haut débit, c’est la fibre optique, point ! ». Cette ambiguïté congénitale pose tout le problème de l’égalité d’accès des citoyens ! Sachant qu’« entre 30 Mbps et 1 Gbps, il y a un monde ; celui du passage du réseau cuivre, et de ses déclinaisons Montée en Débit (MED), au profit d’infrastructures optiques »et que le réseau de cuivre disparaitra à court/moyen terme, si l’on tient à l’EGALITE d’ACCES pour tous les citoyens la question n’est pas de savoir si tous les Français devront avoir une prise optique à la maison (Fiber To The Home) ? La réponse est OUI ! Les seules vraies questions sont Quand et Comment ?

Fiber ToThe Home « direct » !

C’est déjà le cas pour près de la moitié de la population qui dispose d’une prise optique. Pour autant tous les « fibrés » n’ont pas encore un abonnement fibre mais le mouvement s’accélère. Lorsque le décret instituant un statut pour les zones fibrées sera signé le réseau cuivre sera fermé progressivement et tous ceux qui souhaiteront disposer d’un réseau filaire auront un abonnement optique. Ce sera aussi le cas pour les habitants des territoires bénéficiant de programmes de fibrage par les oprateurs (zones AMI) et par les collectivités locales (RIP)

Tous ces « privilégiés» pourront rêver de la « Gibabit Society » et de ses apports, inimaginables à date, en particulier dans le domaine des services vitaux (Santé Education Services de proximité) qui exigeront de plus en plus la sécurité, la symétrie et l’instantanéité qu’apporte la fibre optique. Les autres, ceux qui n’auront pas la chance de disposer d’une prise optique, ne pourront que constater l’élargissement de la fracture du numérique (un gouffre numérique!). En Lozère par exemple le plan très haut débit du département prévoit 13500 abonnés FTTH hors Mende (Orange) ; 35 communes sont concernées sur 185 (un peu moins avec les fusions envisagées) qu’en compte la Lozère !

L’avantage du FTTH direct est de permettre à la plus grande partie de la population d’avoir les mêmes prestations de services électroniques que les citadins et l’inconvénient de laisser sur le bord de la route ceux qui ont le plus besoin de ces services, les habitants des petits villages et hameaux (2000 en Lozère!)

Y a t-il une alternative ? Le FTTH « rural » peut-il constituer une solution d’attente ?

Fiber ToThe Home via Fiber To The Hameau ?

Si la fibre à la maison est l’idéal, la fibre au plus près de la maison est une solution d’attente acceptable . En optimisant le support relais du point fibre à la maison (cuivre, radio, satellite… ) la fibre au hameau prendrait bien compte les besoins actuels des ruraux. Dès 2009 nous posions le problème de boucles locales optiques .En 2010 nous lancions l’idée de FiberToThe Hameau .Plus récemment  j’insistais, à propos des 150 communes lozériennes laissées pour compte,sur la nécessité de fibrer tous les sous répartiteurs pour « obtenir du vrai haut débit tout de suite pour du vrai très haut débit demain » . J’ajoutais alors « Toute autre solution, outre du gaspillage d’argent public, serait en décalage total avec le remplacement du réseau cuivre dont nous disions déjà en 2011 qu’il exploserait inévitablement un jour ou l’autre et ce n’est pas l’émission de France 2 sur le sujet ni l’intervention régulière du sous traitant d’Orange que nous voyons de plus en plus sur le terrain qui vont nous rassurer ! »

Outre un câblage bien dimensionné en nombre de fibres pour supporter le futur FTTH ( et la 5G!) cette solution implique de profondes modifications des conditions de montée en débit du plan France très haut débit.

Jean Pierre Jambes est formel « Les conditions contractuelles du financement public de la Montée en Débit ne donnent pas les moyens aux investisseurs publics d’en faire la première étape des futurs réseaux FttH » . Pour lui « les conditions minimales de maîtrise des infrastructures indispensables à l’opticalisation des sous-répartiteurs ne sont pas réunies »…et, si les choses ne sont pas rapidement clarifiées, « dans quelques années, les Collectivités pourraient bien avoir à financer une seconde fois des tronçons de réseaux optiques déjà payés »

Pour tenir les objectifs THD, le projet de Bruxelles s’appuie sur une révision de la réglementation télécom. Ce qui est valable à Bruxelles doit bien l’être à Paris, non ?

En attendant, Mesdames et Messieurs les sénateurs, en introduisant le 27 septembre, un article donnant un « droit d’accès républicain »à chaque citoyen , en donnant aux hyper ruraux l’espoir qu’ils auront un jour la fibre via un FTTH « rural »vous donneriez un signal fort pour DYNAMISER les inévitables modifications règlementaires à effectuer pour CLARIFIER la situation actuelle et permettre à la France d’intégrer un jour la « Gigabit Society » !

Auxillac le 23 septembre 2016

Pierre Ygrié