Le Numérique dans le Grand Débat 

21 02 2019

Outil de libération ou d’asservissement le numérique est ce qu ‘en font les hommes. Le grand -débat peut être une occasion de réfléchir à cette immense question ! Si les citoyens s’en emparent il peut aider à rechercher des solutions aux 3 grands défis de l’humanité (Climat Représentation Inégalités) .Encore faut-il que nous en ayons une BONNE COMPREHENSION ! C’est à mon sens d’autant plus urgent que nous sommes complètement perdus ! Comment ne le serait-on pas ? l’humanité produit en deux ou trois heures autant d’informations qu’elle en a produit depuis sa naissance . Dans cette masse inédite d’informations vérités et mensonges cohabitent sans que, même les personnes les plus averties,aient toujours les moyens de faire le tri . La saison des mensonges est ouverte ! Nous sommes désemparés et ce n’est pas le capitalisme numérique qui nous aidera à y voir clair ! .

Après la privatisation du monde « physique » la privatisation du monde numérique est en cours . Le monde de l’internet n’est pas gouverné par les États, encore moins par l’ONU mais par les géants privés que sont les GAFAM aux USA et les BATX en Chine . La conséquence inéluctable, logique privée oblige, est que tout devient marchand , à commencer par notre vie privée, nos passions, nos émotions ….L’anonymat libère la parole, parfois positive mais le plus souvent haineuse car c’est cette dernière qui fait vendre ! Il est urgent que nous prenions conscience d’une évidence :: nous sommes tous, plus ou moins consciemment , manipulés par un système qui « pousse » davantage nos émotions que notre réflexion  « les hommes préfèrent mourir que réfléchir »Idisait Henry Ford . Le grand débat nous offre la possibilité de réfléchir aux deux facettes de l’internet, plus grand réservoir de connaissances de l’humanité et plus grande poubelle de l’histoire

Le grand débat doit donc être l’occasion de lancer des idées sur le sujet. En voici quelques unes….

1- Formation des jeunes à la « citoyenneté numérique »

Dans l’article « une fracture peut en cacher une autre je qualifiait les jeunes, de façon un peu provocatrice, «d »’ illettrés numériques » ! .Les jeunes, en effet, « digital natives » vivent avec le numérique mais comprennent-ils, comme de nombreux adultes d’ailleurs, écosystème NUMERIQUE ? Ont-ils conscience que , contrairement à l’écosystème biologiques (l’air, l’eau???) cet ECOSYSTEME est PRIVE et obéit aux règles marchandes dont le but final (le profit) est très éloigné des promesses « humanitaires » des pionniers de l’internet :

Une semaine, voire davantage de formation à la citoyenneté numérique dans le cadre du service universel , me paraît dés lors hautement souhaitable pour aider nos jeunes à COMPRENDRE le NUMERIQUE !

2- Services publics à domicile !

En 2012, à une époque où l’administration électronique n’en était qu’à ses balbutiements,dans un article « Services publics tous égaux »je pontais l’opportunité historique d’accès de tous les citoyens aux services publics électroniques de l’avenir .Aujourd’hui ces services sont, sinon stabilisés, du moins « en construction » ; Se pose maintenant, pour les « handicapés numériques »le problème de l’accès. Pour les personnes âgées et handicapées , qui bénéficient aujourd’hui d’une aide ménagère à domicile je propose la création d’un nouveau métier:Assistant Numérique à Domicile .

3-Un référent numérique dans chaque commune .

Une vieille idée des Webs du Gévaudan développée à l ‘époque (2014) dans deux articles : Un référent numérique dans chaque conseil municipal et Soleil numérique sur l’étang de Thau J’y écrivais, entre autres « Ce référent numérique devrait, entre autres, se tenir informé des évolutions du plan France très haut débit ( le minimum !), faire le lien avec l’équipe TIC du conseil général de son département et ou de sa région, mettre en place des outils de communication interne ( intra conseil municipal )et externe où il ferait figurer, à minima, les comptes rendus des séances du conseil municipal  et un jour, pourquoi pas, le conseil municipal en live ! organiser des réunions citoyennes pour réfléchir ensemble aux futurs usages vitaux de l’internet (santé, services de proximité

4-Participation des citoyens à la « construction » de la loi

Généraliser,en amont de la finalisation de tout projet de loi et/ou proposition de loi une consultation des citoyens via une une plate-forme numérique comme cela a été fait (une seule fois jusqu’ici) pour la loi numérique .Les webs du Gévaudan s’étaient alors abondamment « manifestés » !!

Cette idée doit venir compléter un indispensable rééquilibrage des rôles du gouvernement et du parlement dans l’initiative de la création de la loi. Aujourd’hui, à ma connaissance, près de 90%des lois sont à l’initiative du gouvernement (projets de loi) au détriment des parlementaires, « représentants » des citoyens (propositions de loi) .Pas étonnant dés lors qu’il y ait une crise de la représentation !

5-Le numérique outil de base du « vote majoritaire ».

Les modes de scrutin actuels ont des effets pervers bien connus ; élus non représentatifs de la majorité des citoyens (système actuel), pays ingouvernable (proportionnelle).Pourquoi ne pas expérimenter le jugement majoritaire ?

. : Le Jugement Majoritaire est une nouvelle théorie du choix social applicable à toute prise de décision collective, établie par les mathématiciens du CNRS Michel Balinski et Rida Laraki en 2002. …..un système apprécié par les jeunes ! Les difficultés logistiques pour concrétiser un tel système seront résolues par le numérique !

6-Création d’outils d’échanges entre les citoyens et leurs élus locaux et nationaux.

Elus nationaux

L’outil que pour ma part, j’utilise depuis plus de 15 ans est le mail.A chaque législature je compile les adresses de tous les parlementaires nationaux (plus de 900) « piqués » sur les sites de l’assemblée nationale et du sénat et européens (plus de 70) .Cette base de données me permet, tout au long de la législature, d’envoyer des messages , d’un simple clic, à tous les députés, sénateurs et députés européens ; On peut y trouver des exemples de courriels dans des commentaires de l’article ».Nous sommes tous agriculteurs » 

Mais ce mode d’interpellation des élus a ses limites (peu de réponses) . S’il faut, à mon avis, le maintenir, il faut les compléter par de nouveaux outils : obligation, pour chaque parlementaire, lors du vote d’une loi, d’expliquer son vote sur son site, création d’un réseau social (groupe d’un réseau existant pour commencer) dans chaque circonscription , réseau ouvert (et limité) aux électeurs de la circonscription qui devraient bien entendu s’identifier (pas d’anonymat) pour participer aux échanges ! Etc…. etc ….

Elus locaux .

Création de plate -formes citoyennes communales ;Suggérer à chaque commune volontaire d’ouvrir une plate-forme citoyenne où pourraient s’inscrire, en s’identifiant, tous les résidents de la commune Chaque citoyen inscrit posterait des remarques, signalerait des dysfonctionnements et surtout des PROPOSITIONS sur lesquelles les autres membres de ce groupe de « citoyens en éveil » donneraient leur avis C’est une vieille idée que j’avais pour Auxillac, que je n’étais pas capable techniquement de concrétiser;Pour commencer on pourrait, à minima, ouvrir une boite à idées numérique dans chaque mairie : chacun peut « apporter » ses idées pour améliorer la vie dans sa commune à condition de s’identifier (pas d’anonymat) .Toutes les idées sont « visibles » et font l’objet d’échanges à l’occasion de réunions publiques périodiques..Site web municipal.Téléphone vert (jaune?):enregistreur ouvert à chaque citoyen désirant signaler une anomalie ou un dysfonctionnement. Comme pour la boite à idées obligation de s’identifier ;Etc..

7-Expérimenter un grenelle de la -e-santé sur un territoire rural ;..

Une vieille idée des Webs du Gévaudan que je vous laisse découvrir sous ce lien : 

8-Création d’un réseau social européen authentique !

Les réseaux sociaux actuels, tous américains ou chinois ( pour les plus connus du moins) , s’ils permettent une expression sans limites ont à mon avis un double inconvénient /:la logique de leurs algorithmes privilégie les contenus émotionnels à partir d’informations dont certaines sont « vraies » mais d’autres, de plus en plus nombreuses, fausses?-l’anonymat autorise l’expression de toutes les haines et de ce fait favorise laviolence

Comment créer avec des fonds européens un réseau où l’on ne pourrait intervenir qu’en s’identifiant avec son vrai nom et non sous un pseudo ?

9-Créer une plate-forme de « TIERS de CONFIANCE »

corps d’experts indépendants dans tous les domaines , auprès duquel tout un chacun pourrait vérifier la véracité de telle ou telle information

10-Création d’un fond européen de recherche et développement sur le numérique pour tenter de faire émerger les géants européens du numérique de demain.Vaste programme.

L’Europe ne peut pas rester indéfiniment une colonie numérique.;Seul un numérique européen peut , avec une vision ‘encore!) humaniste et non axée sur le seul profit, aider à REORIENTER la MONDIALISATION dans un sens de développement d’échanges NUMERIQUES AUTHENTIQUES et de REDUCTION des ECHANGES PHYSIQUES néfastes pour l’environnement J’arrête là ce papier sans prétention qui n’a d’autre but que de nous

A court d’imagination j’alerter ce papier qui n’a d’autre but que de nous alerter sur ce qui nous attend  « négligeons » le numérique en COMPREHENSION et en INVESTISSEMENTS !

Balaruc les bains le 21 février 2019

Pierre Ygrié

Publicités




AND……un nouveau métier dans la ruralité….et au -delà 

20 01 2019

La ruralité, grande oubliée depuis des dizaines d’années et en particulier depuis l’apparition du numérique il y a 20 ans ( une opportunité historique gâchée par les différents gouvernements ) réapparait dans le paysage politique par l’action combinée du mouvement des gilets jaunes et du grand débat .

En me basant sur une déclaration du président Macron lors du premier débat ( « moins de fonctionnaires de circulaires et plus de fonctionnaires de guichets ») j’ai eu l’idée de « ressusciter » une vieille idée : créer un métier d’Assistant Numérique à Domicile (AND)

 L’administration étant de plus en plus électronique les « handicapés numériques » auront besoin d’accompagnateurs, des « guichetiers numériques à la maison» en quelque sorte , nouveau job que l’on pourrait créer en reconvertissant des « guichetiers de circulaires ? Nous voulons des fonctionnaires de guichets physiques certes (ceux où l’on va vers l’administration dans les services publics encore présents sur le territoire) et numériques…ceux où l’administration vient chez nous !

Cette idée était en germe dans un article de 2012 intitulé « Services publics tous égaux » qui, je pense, n’a rien perdu de son actualité et que je vous invite à (re) lire si vous le jugez utile

https://websdugevaudan.wordpress.com/2012/09/10/services-publics-tous-egaux/

Cette création de postes, sortes dans les zones rurales (territoires les plus éloignés des services publics physiques) sera par ailleurs un élément de dynamisation du numérique. Le numérique est la clé de l’innovation Emmanuel Macron déclarait récemment: »l’innovation se développera d’abord  dans la ruralité« . Aux Webs du Gévaudan nous en sommes persuadés depuis toujours . Dans un article de 2011  » Campagnes intelligentes »  «  nous  décrétions » une mobilisation générale pour l’innovation !

Encore fallait-il que les gouvernements successifs aient une vraie politique d’aménagement numérique du territoire et que l’on qu’on donne aux ruraux les moyens de mettre des actes derrière les mots ! C’est loin d’être le cas ! Il y a encore de nombreux trous dans l’écosystème numérique ! terreau sans lequel aucune innovation ne pourra se faire , quel que soit le domaine, santé énergie, télétravail;  etc….

En 2010 , je concluais un article « une ruralité en très haut débit pour quoi faire ? par « organiser des assises citoyennes pour,ensemble, réfléchir à la façon dont le numérique pourrait nous permettre d’imaginer demain : ne serait-ce pas un superbe challenge ? » Si nous avions suivi cette suggestion de 2010 , que nous avions faite verbalement dés la création des Webs du Gévaudan en 2000 les ruraux défileraient peut-être aujourd’hui avec des gilets verts !

Cela étant ne désespérons pas et saisissons l’opportunité historique du grand débat pour demander à nos gouvernants de donner enfin aux ruraux les moyens dont ils ont besoin pour vivre correctement et attirer les citadins en mal de campagne qui souhaiteraient,comme je l’écrivais en 2011, pouvoir tout simplement VIVRE au PAYS  .Les services publics physiques et électroniques (quelle que soit leur appellation :AND, ADN?? ) seront les fondations de cette nouvelle vie .Nous réitérons donc notre demande : moins de fonctionnaires de circulaires et plus de fonctionnaires de guichets physiques ET électroniques !

Auxillac le 19 janvier 2019

Pierre Ygrié





Bonne annéé 2019 !

14 12 2018

En relisant le message que j’avais adressé il y a un an pour les vœux 2018 , je réalise qu’il n’a rien perdu de son actualité .Je me permets donc d’en faire un copier coller ci-dessous

J’ajoute simplement que la concertation que j’appelais de mes vœux est d’autant plus nécessaire qu’elle est difficile en raison de l’actualité et de l’importance prise par les réseaux sociaux , réseaux dont il est urgent de comprendre la logique intellectuelle et qui ont une vraie responsabilité sur l’évoltion de nos sociétés

Le numérique , comme la langue d’Esope, peut être la meilleure ou la pire des choses selon l’usage qu’on en fait .On peut très bien savoir utiliser l’outll pour consommer du « coca cola numérique » tout en étant un « illettré » dans le sens de la compréhension de cette révolution dont on n’a encore rien vu .La fracture numérique a encore de beaux jours devant elle ! 

J’espère que d’autres que les Webs du Gévaudan, qui vont fêter leur vingtième (et peut-être dernière) année, prendront le relais pour vous faire vivre les nouvelles fractures qui nous attendent et l’importance ,pour les nouvelles générations, de se former non seulement à l’utilisation du numérique mais à sa bonne « COMPREHENSION ». Investir sur la formation au numérique pour éviter ses pièges et en saisir toutes les opportunités ET sur la RECHERCHE que ce formidable outil autorise désormais est une urgence absolue si nous ne voulons pas que la France devienne le « Zimbabwe » du 21eme siècle !  

———————————————————————————————————————-

Voeux 2018 : « Les Webs du Gévaudan (x) vous adressent leurs meilleurs vœux pour 2018 ! Que l’année nouvelle soit pour nous tous, élus et citoyens, une année de RÉFLEXION ET DE CONCERTATION​ sur la transformation numérique tant à l’échelon local qu’à l’échelon ​global​ 1-en global le développement exponentiel de l’intelligence artificielles mérite que les citoyens s’emparent de ce sujet à mon avis trop peu connu jusqu’ici 2 -au niveau local,profiter de la dynamique impulsée par le l’annonce du fibrage du  pour lancer une une large CONCERTATION sur les usages »

————————————————————————-

Bonnes fêtes et bonne année 2019

Balaruc les bains le 14 décembre 2018

Pierre Ygrié





Numérique:une fracture peut en cacher une autre !

2 12 2018

Depuis leur création il y a près de 20 ans (1ére manifestation à Marvejols en avril 1999) les Webs du Gévaudan se battent pour résorber la fracture numérique entre les villes et les campagnes. « Apôtres » de la ruralité moderne faite du mariage du numérique et d’une agriculture respectueuse de l’environnement il leur est même arrivé,comme dans leur dernier article (chat échaudé craint même l’eau froide) de faire des « incursions » dans le domaine des pesticides et autres pollutions à l’origine de nouvelles maladies et pour lesquelles il serait peut-être utile de créer dans les facultés de médecine une chaire de « santé environnementale » !

Aujourd’hui recentrons- nous sur le numérique en focalisant sur deux fractures, l’une, sur les infrastructures, en train (péniblement !)  de se résorber, l’autre, sur les usages, en train de se creuser !

1-La fracture sur les infrastructures 

Les infrastructures , ce sont les supports du numérique ( jusqu’ici le cuivre,demain la fibre optique pour les réseaux fixes, les 3G,4G,5Gpour l’accès mobile).  Nous avons tout dit ou presque sur ce sujet dans nos différents articles . En dépit de progrès significatifs il reste encore beaucoup à faire ….et pas que dans les campagnes !( un ami de Balaruc les bains me disait encore hier soir qu’il lui arrivait de passer des week-ends sans internet !) ./ Vigilance donc même si , dans ce domaine clé s’il en est ( le 1er des services est l’accès aux services) , on avance . Cela étant ,même  lorsque ces supports couvriront l’intégralité du territoire sans aucune discrimination (égalité républicaine oblige!), lorsque la fracture numérique au sens où on l’entend habituellement (couverture égalitaire du territoire en réseaux de télécommunications)  sera derrière nous  une autre fracture , plus insidieuse et bien plus ravageuse, apparaîtra (est déjà là!) la fracture sur les USAGES .

2-La fracture sur les usages 

Les usages se développent à une vitesse exponentielle . « On n’a encore rien vu » ! Je reprends à mon compte ce « message » de Xavier Dalloz en ouverture de  la 2ème édition de M@rvejols sur web en 2000.! Avec le développement de l’intelligence artificielle ce « message » de près de 20 ans est de plus en plus d’actualité !

Plus les usages se développeront plus s’agrandira le fossé entre ceux qui auront « appris » le numérique et les illettrés du numérique. Cet illettrisme aggravera  encore la fracture sociale et les inégalités, causes des mots actuels et grandissants de notre monde!

« les exclus du numérique sont à peu près les mêmes que les exclus de la société » écrivions nous en 2010 dans un papier intitulé « internet solidaire« . Ce constat de plus de 8 ans est encore plus vrai aujourd’hui où, contrairement à l’époque, chaque français peut disposer d’un support d’accès au numérique .

a) L’illétrisme numérique des français (illectronisme) 

Selon un sondage récent 1/4 des français serai sent des illettrés du numérique et contrairement à une opinion assez répandue cet illétrisme  ne concerne pas seulement les personnes âgées (les séniors peuvent aussi être des « geeks »! ) . Il atteint toutes les couches de la société, y compris les jeunes souvent qualifiés de « digital natives ». Un excellent article du journal Libération nous alerte sur ce constat potentiellement dramatique pour l’avenir d’une partie de notre jeunesse. Le smarthone, ange gardien de tous les jeunes aujourd’hui (et pas que!) est-il un poison ou un remède ?

Celà étant, pour peu que l’on donne au mot « illétrisme numérique » un sens plus large de « compréhension » du monde numérique et de ses dérives dont la Chine commence à nous sonner quelques exemples nous pouvons dire que même initiés, nous sommes tous numériquement fragiles et que le numérique doit être non seulement un sujet de compréhension technique mais de REFLEXION sur la SOCIETE que nous préparons à nos enfants ! Les opportunités du numérique sont évidentes mais son utilisation démiurgique pourrait être très dangereuse pour l’humanité !

b) L’illétrisme numérique des dirigeants ?

En dépit de progrès évidents nos députés restent relativement « illettrés »! Rien d’étonnant dés lors de voir la France occuper la peu enviable 18 ème place dans l’Europe numérique . En tant que citoyen « lambda » je n’ai cessé de pointer le décalage entre la réalité numérique de notre pays et es grands discours de ses dirigeants depuis plus de 20 ans !

Quand on sait que l’Europe est aujourd’hui une « colonie américaine » on a des soucis à se faire quant à l’adaptation de ses peuples à la concurrence mondiale ! Cela étant, si nous savons faire un état des lieux sans concession et saisir les opportunités du numérique dans deux domaines vitaux,  la santé et l’éducation, tous les espoirs sont permis

Encore faut-il ouvrir les yeux pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui dans notre pays ! La désespérance qu’expriment de de nombreux français avec les « gilets jaunes » a des racines profondes .Laurent Alexandre,auquel nous faisons souvent référence dans ce blog, a , sur ce sujet une analyse qui devrait nous faire REFLECHIR ! « REFLECHIR »? Il y a un an je (nous) souhaitais une « bonne année intelligente ». Je reconduis ces voeux pour 2019. C’est à mon avis la première URGENCE tant pour les problèmes de fin du mois que de fin du monde !

 

Balaruc les bains le 2 décembre 2018

Pierre Ygrié





chat échaudé craint même l’eau froide !

8 06 2018

« En matière contractuelle, la liberté asservit, la loi libère » !

Deux refus d’inscrire dans la loi deux points chers aux Webs du Gévaudan doivent nous inciter à la plus grande VIGILANCE envers

-un droit à la fibre optique pour tous, raison d’être des Webs du Gévaudan depuis prèsde 20 ans ! .

-l’interdiction du glyphosate dans 3 ans

Ces deux « obligations », non inscrites dans la loi (loi numérique de 2016 malgré de multiples interventions  et loi alimentation en cours  ) ,sont deux « ingrédients » essentiels d’une ruralité moderne. 

Agriculturerespectueuse de l’environnement et très haut débit …..les deux mamelles de la ruralité du 21 ème siècle ?.Les choses ont(elles radicalement changé depuis 2012 ? Le plan Eco phyto 1 est un échec retentissant.Quant au vrai très haut débit il a encore, pour certains, du mal à être correctement défini  !

1-LA FIBRE OPTIQUE (pas) POU TOUS !

Sous le titre « la Fibre pour tous…..une question deConfiance »j’écrivais récemment« La confiance que nous avions mise dans le gouvernement actuel sur sa volonté de couverture numérique « républicaine » (la fibre pour tous en 2025) serait-elle érodée ? »  /

Dans un premier temps le gouvernement avait paru accepter l’idée de la fibre pour tous en 2025, puis, devant les difficultés de financement , avait fait marche arrière soit indirectement ( cet objectif ne figure pas dans la feuille de route du ministre Jacques Mézard,) soit directement . Le débat du 20 février 2018 , pour peu qu’on lise entre les lignes, est on ne peut plus clair :

-pas d’engagement formel de fibrage de tous les français en 2025 

-pas de plan de financement ,au delà de 2022, de la société du gigabit dont la fibre est le point d’entrée obligatoire . Est-ce à dire que, dés maintenant, on prépare,sans le dire, deux nouvelles fractures territoriales : la fracture entre fibrés et non fibrés et la fracture entre 4G (promise pour 2022) et la 5G ( impossible sans la fibre) ? Et qu’on exclue de facto l’accès aux usages de demain ,en particulier pour les services vitaux, ceux qui en ont le plus besoin, les ruraux ?

L’accès à la fibre seul gage de l’égalité territoriale ! Le sénateur Hervé Maurey l’écrivait déjà dans un rapport au président Sarkozy en 2010. 8ans plus tard les députés Laure de La Raudière et Eric Bothorel le (re) disent avec force 

« les usages sont les mêmes, que l’on habite à Paris ou à la campagne tant pour les particuliers que pour les entreprises……la promesse de la télémédecine nécessite d’avoir une connectivité de très grande qualité dans les zones rurales etc….…... »

Les deux rapporteurs, l’une LR (Laure de la Raudière) ,l’autre En Marche(Eric Bothorel) sont formels :« il fautcompléter le plan très haut débit par un plan fibre pour tous »

En 2011, dans un article intitulé « PNTHD : changer decap ! /» je manifestais une certaine  méfiance vis à vis du plan national très haut débit ( PNTHD) . Depuis, le PNTHD  a été remplacé par un plan , plus ambitieux « France très haut débit » mais la méfiance est toujours là et je partage en tous points les conclusions des deux députés 

En janvier 2018 le gouvernement a signé un accord avec les opérateurs pour atteindre les objectifs 2020 (bon débit pour tous) et 2022 (très haut débit pour tous) mais outre le fait qu’il faut faire preuve de la plus grande vigilance (Eric Bothorel soulignait le fossé entre les engagements passés des opérateurs et ce que vivent les gens sur le terrain » ce « contrat » ne suffira pas à faire entrer tous les français dans la société du gigabit indispensable si les Européens ne veulent pas devenir une colonie numérique américaine aujourd’hui, chinoise demain. 

Dernier point,rarement évoqué : l’influence des ondes sur la santé .Avec la fibre la question ne se pose pas !

2- GLYPHOSATE (pas) INTERDIT !  

Le sujet a été traité sous tous les angles , y compris sur ce blog dans « NOUS SOMMES TOUS AGRICULTEURS » 

Je me conterai de poser deux questions :

1-Comment se fait-il que l’on considère que l’affaire est définitivement bouclée alors que le sénat n’a pas encore donné son avis ?

Pour ma part j’ai adressé aux sénateurs le courriel ci-dessous

« Devant l’échec de la loi alimentation pour protéger la SANTE de nos concitoyens , à commencer par les agriculteurs eux-mèmes, deux anciennes ministres, Delphine Batho et Corinne Lepage  demandent aux citoyens de s’engager

Citoyen engagé, depuis ma retraite en 200, pour une ruralité moderne j’ai tenté , en vain jusqu’ici, d’alerter vos collègues députés à 3 reprises en écrivant aux 577 députés les 24, 29 et 30 mai .

 Après ce vote par un nombre très faible de présents la plupart des députés se disent pourtant aujourd’hui contre le glyphosate! « Non au glyphosat, Oui à un vrai débat » postait, sur sa pagefacebbok, le député de la Lozère Pierre Morel à l’Huissier qui argumentait sur sa non participation au vote « nous assistons à une dérive du système parlementaire avec des débats techniques survolés en moins de 5 minutes à plus d’1h du matin. S’agissant du glyphosate, je suis contre ce produit nocif pour la santé et la biodiversité, mais cette problématique mérite un vrai débat digne de ce nom ». 

Je n’ose pas imaginer en effet qu’à la suite d’un vrai débat nos parlementaires privibilégient les intérêts économiques à la santé de leurs mandants  ! Qu’une loi sur l’alimentation s’intéresse aussi peu à ce qu’on nous met tous les jours dans notre assiette interpelle tous les citoyens de ce pays,quelle que soit leur sensibilité politique ….mais si j’en juge par les réactions à mes courriels certaines « sensibilités » sont plus « sensibles » que d’autres !

Les arguments de non inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate (et de la non prise en compte d’autres amendements tels que l’étiquetage, les modes d’élevage …) ne sont pas recevables . Je ne suis pas convaincu, comme la quasi totalité des français je pense, par l‘argumentation officielle .  On enverrait, parait-il, un symbole négatif aux agriculteurs ? Quels agriculteurs? Ceux qui ont déjà banni ce produit se verraient au contraIre confortés dans leur choix . Les autres, la majorité, seraient peut-être choqués mais aussi interpellés car ils sont eux aussi touchés de plus en plus par les effets négatifs des produits qu’ils sont obligés d’utiliser . Quoiqu’il en soit, a-t-on pensé au symbole négatif envoyé à la quasi totalité de la population? A t’on pensé au symbole négatif envoyé à l’UE par un pays organisateur de la Cop 21 et qui affiche des ambitions fortes, pour l’Europe, en matière de développement durable alors que des pays moins « européens » ont des positions plus fermes  ? 

Les pratiques inacceptables tant à l’agence européenne de sécuritéalimentaire européen qu’àl’assemblée nationale française  plaident pour l’urgence de SYMBOLES FORTS donnés au monde par le pays des droits de l’homme . «  On endort le public avec des pilules à base de semi- vérités » disaitRachel Carson en1962 ! Depuis ces pilules sont devenues beaucoup plus amères ! Combien de tempsaccepterons nous de les avaler ? Pourquoi sommes nous moins attentifs à des personnes de la société civile qui nous alertent depuis longtemps ,comme lors de l’Appel de Paris en 2004,sur les dangers des produits chimiques, responsables de la plupart des pandémies actuelles h ?

Peu-on faire encore confiance à des industriels dont la stratégie est, d’abord de créer le doute puis, lorsque le doute n’est plus permis, de gagner du temps pour trouver des alternatives alors qu’ils ont eu plus de 50 ans pour en chercher depuis que Rachel Carson, en 1962, leur a dit que leurs produits étaient dangereux? ?

La démocratie souffre d’un manque de CONFIANCE envers les élus . S’agissant d’un domaine essentiel, notre SANTE les français ne sont plus disposés à « avaler des couleuvres »  (désolé pour ce langage mais le président lui même est contre la langue de bois)

Il est URGENT d’avoir un VRAI DEBAT ….sauf à débaptiser la loi qui ne mériterait plus dés lors son nom d’ « alimentation » ! Il est urgent d’avoir un vrai débat si l’on veut éviter un scandale que prévoient déjà des personnes un peu « informées »: Charles Sultan, Corinne Lepage, Delphine Batho et bien d’autres….et même, indirectement, le président de la république qui veut pouvoir regarder les français dans les yeux après l’éradication du glyphosate dans 3 ans !  

Les citoyens comptent sur les « sages de la république » pour organiser ce débat !

2-De quels moyens disposeront les citoyens pour vérifier que les engagements pris par l’industrie et la FNSEA seront tenus ? Comment faire confiance en effet à des organismes dont la santé des consommateurs n’ pas été jusqu’ici le principal souci

———————————————————————————————-

On n’a jamais autant parlé d’EGALITE lors du vote de la loi numérique et de QUALITE dans les débats sur la loi alimentation (la mal nommée?)

EGALITE , QUALITE seraient-ils devenus des mots creux ?

Chat échaudé craint même l’eau froide …..et devient très VIGILANT !

Balaruc les bains le 8 juin 2018

Pierre Ygrié





La fibre pour tous…..une question de…confiance !

11 04 2018

La confiance que nous avions mise dans le gouvernement actuel sur sa volonté de couverture numérique « républicaine » (la fibre pour tous en 2025) serait-elle érodée ? Quand je lis « LaFrance renonce à fixer un objectif 100% fibre » je ne décolère pas ! Ce qui me hérisse c’est que le gouvernement, si cette information est avérée, entretienne les (traditionnelles) ambiguïtés sur le très haut débit au prétexte que les investissements fibre seraient trop importants !

La fibre pour tous : un combat des Webs du Gévaudan de près de 20 ans !

La fibre pour tous est dans l’Adn des Webs du Gévaudan depuis leur création en 2000. L’association a été créée pour remplacer le réseau cuivre par un réseau optique …… un « message » que nous véhiculons depuis près de 20 ans en toutes occasions, message à peu près résumé dans une INTERVIEW de 2012 que , en toute (im) modestie, je vous invite à (ré?)écouter !

https://www.youtube.com/watch?v=J6kM32vndsk

Les ruraux « oubliés du très haut débit » ? Une question que nous nous posons depuis toujours, formalisée dans un article en 2006, reprise en 2010et toujours pendante ! Le sera-t-elle encore en 2025 ?

Stop aux ambiguïtés et aux mensonges!) sur les performances des différentes technologies !

Quand le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard parle de suppression de la fracture numérique comme d’une priorité nationale (cf son intervention de ce jour à l’assemblée) et, qu’en même temps ou presque il « glisse » que « la question de la couverture numérique du territoire « ne se pose pas en termes de technologie mais de débit ».je suis d’accord avec lui….sauf que la fibre optique a des débits potentiellement illimités contrairement à tous les autres supports ! Tous les spécialistes le reconnaissent !Déjà en 2010, dans un rapport remis au gouvernement de l’époque le sénateur Hervé Maurey écrivait « La fibre optique est la technologie du très haut débit …..aucune solution alternative à la fibre n’apportera une qualité de service comparable. Il convient de le mentionner explicitement pour éviter toute ambiguïté » .Six ans plus tard son collègue Philippe Leroy, ne disait rien d’autre au gouvernement « Vous évoquez l’égalité des territoires. En fait, vous préférez dans les zones rurales des technologies moins coûteuses que la fibre optique. On prétend que la fibre optique, c’est très cher. Mais comparez le coût de la fibre à d’autres investissements beaucoup plus coûteux ……» . Alors qie le président Macron fait du numérique une priorité (il a 100 fois raison!) le sénateur Patrich Chaize pointe les incohérences des annonces gouvernementales« Je ne vois pas bien comment on pourrait atteindre l’objectif d’une société du Gigabit avec des technologies alternatives à la fibre » ?

De grâce, Messieurs les décideurs ! Ne nous parlez pas de la 5G en remplacement de la fibre ! Tout le monde sait que la 5G ne fonctionne qu’avec de la fibre ! On nous a déjà fait naguère le coup du satellite ! Les élus locaux, soutenus par des associations comme les Webs du Gévaudan, sont devenus méfiants ! Chat échaudé craint même l’eau froide !

Les ruraux ne doivent pas payer les erreurs stratégiques des gouvernements successifs !

Quitte à nous répéter pour la nième fois nous affirmons que demain chaque internaute doit pouvoir bénéficier des mêmes services , que l’essentiel de ces services reste à inventer, que ces services seront de plus en plus, pour les ruraux, des services vitaux, que les services publics électroniques vont progressivement remplacer,à la campagne, les services physiques,, que les ruraux auront davantage besoin de ces services que les citadins ….

Pour peu qu’il y ait eu une stratégie d’aménagement numérique , on aurait du commencer à fibrer les campagnes !. C’est l’inverse qui a été fait ! Si nos décideurs avaient perçu cette évidence et ne s’étaient pas laissé emporter, plus ou moins consciemment, par une idéologie ultra libérale, il y a 20 ans, on n’en serait pas là aujourd’hui. A l’heure où on promeut la télémédecine qu’on ne nous dis pas que la fibre c’est trop cher ! .Pour les ruraux cet argument est irrecevable. Les ruraux ne veulent pas payer les erreurs de nos gouvernements successifs .

Depuis près de 20 ans les gouvernements successifs veulent supprimer la fracture numérique. La dynamique impulsée par Emmanuel Macron tant au niveau français qu’européen est porteuse pour impliquer tous les citoyens dans la nécessaire transformation de la société. Encore faut-il qu’ils soient tous dotés des mêmes « armes » !

« Clarté,loyauté, transparence » écrivions nous dans un papier d’avril 2016 .! trois mots nécessaires au rétablissement de la confiance…..trois mots qui justifient le rappel d’un petit coup de gueule maladroit mais convaincu 😉

https://www.youtube.com/watch?v=DDyQWDhKWg4 !

Balaruc les bains le 11 avril 2018

Pierre Ygrié





L’EUROPE DIGITALE ? OUI…MAIS PAS QUE !

8 04 2018

OUI à L’EUROPE « DIGITALE » !

La nécessité d’une Europe numérique a toujours été dans l’Adn des Webs du Gévaudan ! Le 17 mai 2014, quelques jours avant les élections européennes , j’écrivais « Votons pour une Europe numérique » / .Au lendemain des élections j’avais écrit aux députés européens récemment élus pour…. les féliciter….et leur demander de «  monter des projets communs dans des domaines porteurs d’avenir et où les souverainetés nationales n’ont pas encore eu le temps de s’affirmer ! C’est le cas du NUMERIQUE où l’Europe qui se voulait le continent le plus compétitif de l’économie de la connaissance (cf traité de Lisbonne) est aujourd’hui un nain numérique ».

Deux mois plus tard, le 14 juillet, dans un papier intitulé symboliquement « A la Bastille !» j’insistais sur l’importance de « penser »la France numérique dans une perspective européenne « La bataille se gagnera à minima au niveau européen. »

Un an plus tard ,dans un papier  « l’Europenumérique n’est pas pour demain » j’émettais de sérieux doutes sur les mesures prises par la commission !

L’Europe est un vrai sujet « politique  » au sens noble du terme .Les arrières pensées politiciennes ne doivent pas interférer sur une réflexion sérieuse de l’ensemble des citoyens . C’est dans cet esprit , hors de toute idéologie , que je soutiens les initiatives du président Macron en faveur de la construction d’une Europe numérique.Sa proposition de « créer une agence européenne pour l’innovation de rupture » doit être,selon moi, soutenue par tous les citoyens , quelles que soient leurs opinions politiques par ailleurs, tant les problèmes à résoudre sont énormes et dépassent largement le cadre national dans tous les domaines : taxation de la valeur créée là où elle est produite, protection des données , création de grandes plateformes numériques si nous ne voulons pas devenir (nous le sommes déjà!) des colonies numériques des GAFA (Etats unis) et BATX (chinois). Le développement de l’intelligence artificielle dont nous avons abondamment parlé ICI et, indirectement,LA / est un DEFI que la France entend relever dans une perspective européenne . Si elle comporte des risques elle offre aussi des opportunités .Dans tous les cas elle est moins dangereuse que l’ « ignorance naturelle » ! La France (moins de 1%du PIB mondial) ne peut à l’évidence relever ce défi que dans le cadre d’une EUROPE NUMERIQUE !

MAIS PAS QUE !

La nécessite , difficilement contestable, de créer une Europe numérique, pourrait-elle nous faire prendre conscience de la nécessité de créer une Europe tout court ? Pour ma part je le souhaite de plus en plus. Si mon rêve de jeunesse à été brisé (L’Europe actuelle n’est pas, et de loin, celle que j’avais imaginée ) il reste de « bons débris »:Erasmus (4 millions d’étudiants!), monnaie commune etc…

Au lendemain de l’élection de Donald Trump j’avais noté quelques idées dans un papier intitulé « EUROPEFIRST » en réaction au slogan « AMERICA FIRST » ! J’avais posté ce papier sur un blog perso dont c’est le seul article !

On est loin de « l’EUROPE FIRST » mais les élections européennes de 12019 ne sont-elles pas l’occasion deréactiver ce vieux rêve ne serait-ce que pour prendre conscience qu’après 70 ans de guerre (1870,1914,1940) nous avons eu 70 ans de paix !!!

La question n’est plus de savoir s’il nous faut une Europe politique pour « gouverner » cette Europe du « tout marché » ? La réponse est oui ET, en même temps (!) cette NOUVELLE EUROPE doit etre créé à partir des aspirations des citoyens, ce qui implique une vraie (dé) marche !

Balaruc les bains le 8 avril 2018

Pierre Ygrié