chat échaudé craint même l’eau froide !

8 06 2018

« En matière contractuelle, la liberté asservit, la loi libère » !

Deux refus d’inscrire dans la loi deux points chers aux Webs du Gévaudan doivent nous inciter à la plus grande VIGILANCE envers

-un droit à la fibre optique pour tous, raison d’être des Webs du Gévaudan depuis prèsde 20 ans ! .

-l’interdiction du glyphosate dans 3 ans

Ces deux « obligations », non inscrites dans la loi (loi numérique de 2016 malgré de multiples interventions  et loi alimentation en cours  ) ,sont deux « ingrédients » essentiels d’une ruralité moderne. 

Agriculturerespectueuse de l’environnement et très haut débit …..les deux mamelles de la ruralité du 21 ème siècle ?.Les choses ont(elles radicalement changé depuis 2012 ? Le plan Eco phyto 1 est un échec retentissant.Quant au vrai très haut débit il a encore, pour certains, du mal à être correctement défini  !

1-LA FIBRE OPTIQUE (pas) POU TOUS !

Sous le titre « la Fibre pour tous…..une question deConfiance »j’écrivais récemment« La confiance que nous avions mise dans le gouvernement actuel sur sa volonté de couverture numérique « républicaine » (la fibre pour tous en 2025) serait-elle érodée ? »  /

Dans un premier temps le gouvernement avait paru accepter l’idée de la fibre pour tous en 2025, puis, devant les difficultés de financement , avait fait marche arrière soit indirectement ( cet objectif ne figure pas dans la feuille de route du ministre Jacques Mézard,) soit directement . Le débat du 20 février 2018 , pour peu qu’on lise entre les lignes, est on ne peut plus clair :

-pas d’engagement formel de fibrage de tous les français en 2025 

-pas de plan de financement ,au delà de 2022, de la société du gigabit dont la fibre est le point d’entrée obligatoire . Est-ce à dire que, dés maintenant, on prépare,sans le dire, deux nouvelles fractures territoriales : la fracture entre fibrés et non fibrés et la fracture entre 4G (promise pour 2022) et la 5G ( impossible sans la fibre) ? Et qu’on exclue de facto l’accès aux usages de demain ,en particulier pour les services vitaux, ceux qui en ont le plus besoin, les ruraux ?

L’accès à la fibre seul gage de l’égalité territoriale ! Le sénateur Hervé Maurey l’écrivait déjà dans un rapport au président Sarkozy en 2010. 8ans plus tard les députés Laure de La Raudière et Eric Bothorel le (re) disent avec force 

« les usages sont les mêmes, que l’on habite à Paris ou à la campagne tant pour les particuliers que pour les entreprises……la promesse de la télémédecine nécessite d’avoir une connectivité de très grande qualité dans les zones rurales etc….…... »

Les deux rapporteurs, l’une LR (Laure de la Raudière) ,l’autre En Marche(Eric Bothorel) sont formels :« il fautcompléter le plan très haut débit par un plan fibre pour tous »

En 2011, dans un article intitulé « PNTHD : changer decap ! /» je manifestais une certaine  méfiance vis à vis du plan national très haut débit ( PNTHD) . Depuis, le PNTHD  a été remplacé par un plan , plus ambitieux « France très haut débit » mais la méfiance est toujours là et je partage en tous points les conclusions des deux députés 

En janvier 2018 le gouvernement a signé un accord avec les opérateurs pour atteindre les objectifs 2020 (bon débit pour tous) et 2022 (très haut débit pour tous) mais outre le fait qu’il faut faire preuve de la plus grande vigilance (Eric Bothorel soulignait le fossé entre les engagements passés des opérateurs et ce que vivent les gens sur le terrain » ce « contrat » ne suffira pas à faire entrer tous les français dans la société du gigabit indispensable si les Européens ne veulent pas devenir une colonie numérique américaine aujourd’hui, chinoise demain. 

Dernier point,rarement évoqué : l’influence des ondes sur la santé .Avec la fibre la question ne se pose pas !

2- GLYPHOSATE (pas) INTERDIT !  

Le sujet a été traité sous tous les angles , y compris sur ce blog dans « NOUS SOMMES TOUS AGRICULTEURS » 

Je me conterai de poser deux questions :

1-Comment se fait-il que l’on considère que l’affaire est définitivement bouclée alors que le sénat n’a pas encore donné son avis ?

Pour ma part j’ai adressé aux sénateurs le courriel ci-dessous

« Devant l’échec de la loi alimentation pour protéger la SANTE de nos concitoyens , à commencer par les agriculteurs eux-mèmes, deux anciennes ministres, Delphine Batho et Corinne Lepage  demandent aux citoyens de s’engager

Citoyen engagé, depuis ma retraite en 200, pour une ruralité moderne j’ai tenté , en vain jusqu’ici, d’alerter vos collègues députés à 3 reprises en écrivant aux 577 députés les 24, 29 et 30 mai .

 Après ce vote par un nombre très faible de présents la plupart des députés se disent pourtant aujourd’hui contre le glyphosate! « Non au glyphosat, Oui à un vrai débat » postait, sur sa pagefacebbok, le député de la Lozère Pierre Morel à l’Huissier qui argumentait sur sa non participation au vote « nous assistons à une dérive du système parlementaire avec des débats techniques survolés en moins de 5 minutes à plus d’1h du matin. S’agissant du glyphosate, je suis contre ce produit nocif pour la santé et la biodiversité, mais cette problématique mérite un vrai débat digne de ce nom ». 

Je n’ose pas imaginer en effet qu’à la suite d’un vrai débat nos parlementaires privibilégient les intérêts économiques à la santé de leurs mandants  ! Qu’une loi sur l’alimentation s’intéresse aussi peu à ce qu’on nous met tous les jours dans notre assiette interpelle tous les citoyens de ce pays,quelle que soit leur sensibilité politique ….mais si j’en juge par les réactions à mes courriels certaines « sensibilités » sont plus « sensibles » que d’autres !

Les arguments de non inscription dans la loi de l’interdiction du glyphosate (et de la non prise en compte d’autres amendements tels que l’étiquetage, les modes d’élevage …) ne sont pas recevables . Je ne suis pas convaincu, comme la quasi totalité des français je pense, par l‘argumentation officielle .  On enverrait, parait-il, un symbole négatif aux agriculteurs ? Quels agriculteurs? Ceux qui ont déjà banni ce produit se verraient au contraIre confortés dans leur choix . Les autres, la majorité, seraient peut-être choqués mais aussi interpellés car ils sont eux aussi touchés de plus en plus par les effets négatifs des produits qu’ils sont obligés d’utiliser . Quoiqu’il en soit, a-t-on pensé au symbole négatif envoyé à la quasi totalité de la population? A t’on pensé au symbole négatif envoyé à l’UE par un pays organisateur de la Cop 21 et qui affiche des ambitions fortes, pour l’Europe, en matière de développement durable alors que des pays moins « européens » ont des positions plus fermes  ? 

Les pratiques inacceptables tant à l’agence européenne de sécuritéalimentaire européen qu’àl’assemblée nationale française  plaident pour l’urgence de SYMBOLES FORTS donnés au monde par le pays des droits de l’homme . «  On endort le public avec des pilules à base de semi- vérités » disaitRachel Carson en1962 ! Depuis ces pilules sont devenues beaucoup plus amères ! Combien de tempsaccepterons nous de les avaler ? Pourquoi sommes nous moins attentifs à des personnes de la société civile qui nous alertent depuis longtemps ,comme lors de l’Appel de Paris en 2004,sur les dangers des produits chimiques, responsables de la plupart des pandémies actuelles h ?

Peu-on faire encore confiance à des industriels dont la stratégie est, d’abord de créer le doute puis, lorsque le doute n’est plus permis, de gagner du temps pour trouver des alternatives alors qu’ils ont eu plus de 50 ans pour en chercher depuis que Rachel Carson, en 1962, leur a dit que leurs produits étaient dangereux? ?

La démocratie souffre d’un manque de CONFIANCE envers les élus . S’agissant d’un domaine essentiel, notre SANTE les français ne sont plus disposés à « avaler des couleuvres »  (désolé pour ce langage mais le président lui même est contre la langue de bois)

Il est URGENT d’avoir un VRAI DEBAT ….sauf à débaptiser la loi qui ne mériterait plus dés lors son nom d’ « alimentation » ! Il est urgent d’avoir un vrai débat si l’on veut éviter un scandale que prévoient déjà des personnes un peu « informées »: Charles Sultan, Corinne Lepage, Delphine Batho et bien d’autres….et même, indirectement, le président de la république qui veut pouvoir regarder les français dans les yeux après l’éradication du glyphosate dans 3 ans !  

Les citoyens comptent sur les « sages de la république » pour organiser ce débat !

2-De quels moyens disposeront les citoyens pour vérifier que les engagements pris par l’industrie et la FNSEA seront tenus ? Comment faire confiance en effet à des organismes dont la santé des consommateurs n’ pas été jusqu’ici le principal souci

———————————————————————————————-

On n’a jamais autant parlé d’EGALITE lors du vote de la loi numérique et de QUALITE dans les débats sur la loi alimentation (la mal nommée?)

EGALITE , QUALITE seraient-ils devenus des mots creux ?

Chat échaudé craint même l’eau froide …..et devient très VIGILANT !

Balaruc les bains le 8 juin 2018

Pierre Ygrié

Publicités




La fibre pour tous…..une question de…confiance !

11 04 2018

La confiance que nous avions mise dans le gouvernement actuel sur sa volonté de couverture numérique « républicaine » (la fibre pour tous en 2025) serait-elle érodée ? Quand je lis « LaFrance renonce à fixer un objectif 100% fibre » je ne décolère pas ! Ce qui me hérisse c’est que le gouvernement, si cette information est avérée, entretienne les (traditionnelles) ambiguïtés sur le très haut débit au prétexte que les investissements fibre seraient trop importants !

La fibre pour tous : un combat des Webs du Gévaudan de près de 20 ans !

La fibre pour tous est dans l’Adn des Webs du Gévaudan depuis leur création en 2000. L’association a été créée pour remplacer le réseau cuivre par un réseau optique …… un « message » que nous véhiculons depuis près de 20 ans en toutes occasions, message à peu près résumé dans une INTERVIEW de 2012 que , en toute (im) modestie, je vous invite à (ré?)écouter !

https://www.youtube.com/watch?v=J6kM32vndsk

Les ruraux « oubliés du très haut débit » ? Une question que nous nous posons depuis toujours, formalisée dans un article en 2006, reprise en 2010et toujours pendante ! Le sera-t-elle encore en 2025 ?

Stop aux ambiguïtés et aux mensonges!) sur les performances des différentes technologies !

Quand le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard parle de suppression de la fracture numérique comme d’une priorité nationale (cf son intervention de ce jour à l’assemblée) et, qu’en même temps ou presque il « glisse » que « la question de la couverture numérique du territoire « ne se pose pas en termes de technologie mais de débit ».je suis d’accord avec lui….sauf que la fibre optique a des débits potentiellement illimités contrairement à tous les autres supports ! Tous les spécialistes le reconnaissent !Déjà en 2010, dans un rapport remis au gouvernement de l’époque le sénateur Hervé Maurey écrivait « La fibre optique est la technologie du très haut débit …..aucune solution alternative à la fibre n’apportera une qualité de service comparable. Il convient de le mentionner explicitement pour éviter toute ambiguïté » .Six ans plus tard son collègue Philippe Leroy, ne disait rien d’autre au gouvernement « Vous évoquez l’égalité des territoires. En fait, vous préférez dans les zones rurales des technologies moins coûteuses que la fibre optique. On prétend que la fibre optique, c’est très cher. Mais comparez le coût de la fibre à d’autres investissements beaucoup plus coûteux ……» . Alors qie le président Macron fait du numérique une priorité (il a 100 fois raison!) le sénateur Patrich Chaize pointe les incohérences des annonces gouvernementales« Je ne vois pas bien comment on pourrait atteindre l’objectif d’une société du Gigabit avec des technologies alternatives à la fibre » ?

De grâce, Messieurs les décideurs ! Ne nous parlez pas de la 5G en remplacement de la fibre ! Tout le monde sait que la 5G ne fonctionne qu’avec de la fibre ! On nous a déjà fait naguère le coup du satellite ! Les élus locaux, soutenus par des associations comme les Webs du Gévaudan, sont devenus méfiants ! Chat échaudé craint même l’eau froide !

Les ruraux ne doivent pas payer les erreurs stratégiques des gouvernements successifs !

Quitte à nous répéter pour la nième fois nous affirmons que demain chaque internaute doit pouvoir bénéficier des mêmes services , que l’essentiel de ces services reste à inventer, que ces services seront de plus en plus, pour les ruraux, des services vitaux, que les services publics électroniques vont progressivement remplacer,à la campagne, les services physiques,, que les ruraux auront davantage besoin de ces services que les citadins ….

Pour peu qu’il y ait eu une stratégie d’aménagement numérique , on aurait du commencer à fibrer les campagnes !. C’est l’inverse qui a été fait ! Si nos décideurs avaient perçu cette évidence et ne s’étaient pas laissé emporter, plus ou moins consciemment, par une idéologie ultra libérale, il y a 20 ans, on n’en serait pas là aujourd’hui. A l’heure où on promeut la télémédecine qu’on ne nous dis pas que la fibre c’est trop cher ! .Pour les ruraux cet argument est irrecevable. Les ruraux ne veulent pas payer les erreurs de nos gouvernements successifs .

Depuis près de 20 ans les gouvernements successifs veulent supprimer la fracture numérique. La dynamique impulsée par Emmanuel Macron tant au niveau français qu’européen est porteuse pour impliquer tous les citoyens dans la nécessaire transformation de la société. Encore faut-il qu’ils soient tous dotés des mêmes « armes » !

« Clarté,loyauté, transparence » écrivions nous dans un papier d’avril 2016 .! trois mots nécessaires au rétablissement de la confiance…..trois mots qui justifient le rappel d’un petit coup de gueule maladroit mais convaincu 😉

https://www.youtube.com/watch?v=DDyQWDhKWg4 !

Balaruc les bains le 11 avril 2018

Pierre Ygrié





L’EUROPE DIGITALE ? OUI…MAIS PAS QUE !

8 04 2018

OUI à L’EUROPE « DIGITALE » !

La nécessité d’une Europe numérique a toujours été dans l’Adn des Webs du Gévaudan ! Le 17 mai 2014, quelques jours avant les élections européennes , j’écrivais « Votons pour une Europe numérique » / .Au lendemain des élections j’avais écrit aux députés européens récemment élus pour…. les féliciter….et leur demander de «  monter des projets communs dans des domaines porteurs d’avenir et où les souverainetés nationales n’ont pas encore eu le temps de s’affirmer ! C’est le cas du NUMERIQUE où l’Europe qui se voulait le continent le plus compétitif de l’économie de la connaissance (cf traité de Lisbonne) est aujourd’hui un nain numérique ».

Deux mois plus tard, le 14 juillet, dans un papier intitulé symboliquement « A la Bastille !» j’insistais sur l’importance de « penser »la France numérique dans une perspective européenne « La bataille se gagnera à minima au niveau européen. »

Un an plus tard ,dans un papier  « l’Europenumérique n’est pas pour demain » j’émettais de sérieux doutes sur les mesures prises par la commission !

L’Europe est un vrai sujet « politique  » au sens noble du terme .Les arrières pensées politiciennes ne doivent pas interférer sur une réflexion sérieuse de l’ensemble des citoyens . C’est dans cet esprit , hors de toute idéologie , que je soutiens les initiatives du président Macron en faveur de la construction d’une Europe numérique.Sa proposition de « créer une agence européenne pour l’innovation de rupture » doit être,selon moi, soutenue par tous les citoyens , quelles que soient leurs opinions politiques par ailleurs, tant les problèmes à résoudre sont énormes et dépassent largement le cadre national dans tous les domaines : taxation de la valeur créée là où elle est produite, protection des données , création de grandes plateformes numériques si nous ne voulons pas devenir (nous le sommes déjà!) des colonies numériques des GAFA (Etats unis) et BATX (chinois). Le développement de l’intelligence artificielle dont nous avons abondamment parlé ICI et, indirectement,LA / est un DEFI que la France entend relever dans une perspective européenne . Si elle comporte des risques elle offre aussi des opportunités .Dans tous les cas elle est moins dangereuse que l’ « ignorance naturelle » ! La France (moins de 1%du PIB mondial) ne peut à l’évidence relever ce défi que dans le cadre d’une EUROPE NUMERIQUE !

MAIS PAS QUE !

La nécessite , difficilement contestable, de créer une Europe numérique, pourrait-elle nous faire prendre conscience de la nécessité de créer une Europe tout court ? Pour ma part je le souhaite de plus en plus. Si mon rêve de jeunesse à été brisé (L’Europe actuelle n’est pas, et de loin, celle que j’avais imaginée ) il reste de « bons débris »:Erasmus (4 millions d’étudiants!), monnaie commune etc…

Au lendemain de l’élection de Donald Trump j’avais noté quelques idées dans un papier intitulé « EUROPEFIRST » en réaction au slogan « AMERICA FIRST » ! J’avais posté ce papier sur un blog perso dont c’est le seul article !

On est loin de « l’EUROPE FIRST » mais les élections européennes de 12019 ne sont-elles pas l’occasion deréactiver ce vieux rêve ne serait-ce que pour prendre conscience qu’après 70 ans de guerre (1870,1914,1940) nous avons eu 70 ans de paix !!!

La question n’est plus de savoir s’il nous faut une Europe politique pour « gouverner » cette Europe du « tout marché » ? La réponse est oui ET, en même temps (!) cette NOUVELLE EUROPE doit etre créé à partir des aspirations des citoyens, ce qui implique une vraie (dé) marche !

Balaruc les bains le 8 avril 2018

Pierre Ygrié





Nous sommes tous agriculteurs !

17 03 2018

Les agriculteurs cultivent et élèvent les produits que nous mangeons, ils entretiennent les paysages de nos vacances . Pour notre santé et pour nos loisirs nous les voudrions heureux dans des campagnes vivantes ! Est-ce le cas ? De moins en moins . Mal rémunérés, obligés d’employer des méthodes douteuses (pesticides…) pour (sur) vivre, isolés physiquement et psychologiquement ils se sentent d’autant plus désemparés qu’ils sont aussi des sous-citoyens de la société numérique . L’explosion de l’internet était une chance historique d’attirer dans la ruralité des citadins en mal de campagne . Seules des campagnes« intelligentes » auraient permis d’attirer massivement les nouvelles populations nécessaires pour procurer à leurs habitants et plus particulièrement aux agriculteurs une vie sociale épanouissante. Encore eut-il fallu commencer à procurer du très haut débit à ceux qui en avaient le plus besoin, les ruraux !C’est l’inverse qui a été fait !

La ruralité est en crise : nous avons besoin d’agriculteurs heureux .Nous devons les aider à changer de modèle de production et de vie. Nous sommes tous agriculteurs !
Dans un papier de juin 2010 « Une ruralité en très haut débit pourquoifaire ? »j’écrivais « l’homme de demain devra rechercher un équilibre entre deux modes de « connexion » 1-une « connexion » naturelle et « transparente » (sans contraintes techniques) à la société de l’information , source d’épanouissement personnel et de « business » professionnel 2-une « connexion » permanente à la nature dont il fait partie (on l’a un peu oublié en occident !), qu’il doit donc impérativement protéger et qui lui apportera le bien être qu’il trouve de moins en moins dans les agglomérations. »

Deux ans plus tard ( février 2012) , dans« Agricultureet Très Haut Débit : les deux « mamelles » de la Ruralité du 21ème siècle ! »j’insistais sur l’importance d » « un réseau optique pour des campagnes intelligentes »ET d’une « agriculture respectueuse de l’environnement » en fustigeant tout à la fois la lenteur des pouvoirs publics dans la couverture numérique du territoire ET les dégâts de l’agriculture industrielle tant sur l’environnement que sur la santé

 

Où en sont aujourd’hui ces deux « piliers » de la ruralité moderne ?

TRÈS HAUT DEBIT

Des progrès incontestables ont été réalisés en matière de couverture numérique du territoire . Le nouveau gouvernement a pris des engagements fermes (2020 : bon débit pour tous 2022 : très haut débit pour tous ;,2025 : fibre pour tous ) . Certains départements,comme la Lozère, ont même « promis » de fibrer tous les foyers dés 2022

Mais plusieurs indices nous incitent à être VIGILANTS !

-les leçons du passé : pour faire court, je dénonçais récemment, dans un « coupde gueule » improvisé !, l’absence depuis 20 ans de véritable stratégie numérique,absence qui s’est traduite,entre autres, dans les zones rurales par la non compensation par des services publics électroniques de qualité de la perte des services publics physiques, autre pilier de la ruralité !; une véritable stratégie aurait permis en particulier de mettre en place en amont toute une politique d’accompagnement des populations dont on commence à réaliser l’importance . Que de temps perdu ! Que n’avons nous écouté en son temps les « apôtres » de la transformation numérique ! Nous l’aurions sans doute mieux « digérée » plutot que de la subir !

-les avertissements, pour l’avenir, des parlementaires qui connaissent le mieux les territoires : les sénateurs . Dans une proposition de loi récente lesénat déplore l’insuccès du plan France très haut débit de 2013, pointe l’incapacité des opérateurs à tenir leurs engagements et lance un avertissement « On ne peut imaginer la fibre pour les villes, et des technologies dégradées pour les champs » !

Quant à «  la société de l’information , source d’épanouissement personnel et de « business » professionne », aujourd’hui, 8 ans plus tard, avec les défis éthiques lancés par le développement exponentiel de l’intelligence artificielle, sujet que nous avons tenté d’aborder dans le papier « Bonne année 2018intelligente » / il y aurait beaucoup à dire mais ne confondons pas la necessité d’un ACCES EGALITAIRE au numérique de l’USAGE éclairé que doit en faire chaque citoyen !

 

AGRICULTURE

Les choses ont-elles vraiment changé depuis 2012 quand j’écrivais « L’agriculture industrielle ne  « respecte » rien : les sols : (considérablement appauvris) l’environnement ( pollution des eaux et de l’air..), les animaux,(rendement des vaches laitières a multiplié par quatre …mais espérance de vie divisée par deux ! »), agriculteurs , consommateurs » ?

OUI et NON !

OUI culturellement dans la prise de conscience des dégâts des perturbateurs endocriniens (dans lesquels les pesticides ont une large part) sur notre santé . Devant les actions conjuguées des médias  , des experts indépendants (malheureusement trop peu nombreux ), des associations et des professionnels de santé les lobbies résistent et continuent à entretenir le doute, suivant en cela, près de 50 ans après, les « conseils » d’un grand patron de Philip Morris déclarant cyniquement en 1969 « notre industrie est celle du doute car le doute est la meilleure façon de faire concurrence aux faits qui existent dans l’esprit du public, c’est aussi le meilleur moyen de créer une controverse ». Aujourd’hui le doute n’est plus permis lorsqu’on écoute ceux qui sont au plus près des personnes touchées par ces maladies « environnementales », tels que les professeurs Sultan , Belpomme et bien d’autres . Pour Charles Sultan il faut abolir l’utilisation des pesticides « nous sommes à l’aube d’un véritable scandale sanitaire »
NON (ou très peu) dans les faits !

-le développement de l’agriculture biologique, significatif depuis quelques années, pourrait etre beaucoup plus important si on se décidait à réorienter les aides après suppression progressive si non radicale du « subventionnement de la pollution » !

-la lutte contre les pesticides en reste au stade des incantations. Le plan Eco phyto 1 qui prévoyait une réduction de 50%des pesticides sur la période 2009:2018 est un échec total ; sous la presion d’associations comme Générations Futures  des progrès ont été réalisés en matière de réglementation mais il reste beaucoup à faire !

-l’incapacité des politiques à faire changer les choses ! La puissance des lobbies est inimaginable .Les politiques de bonne foi, de loin les plus nombreux, le reconnaissent eux mèmes mais ils ont besoin de la « pression » des citoyens ! Berny Senders, candidat malheureux aux primaires démocrates américaines, ne déclarait-il pas «  Si demain vous souhaitez de voter pour moi soyez prèt , si je suis éli, à descendre dans la rue dans queques annéees pour faire pression sur moi pour m’obliger à tenir mes promesses car je serai soumis à des pressions inverses pour me faire renoncer à ces promesses venant du monde de la finance, du monde politique …Soyez prêt à prolonger votre vote par un engagement de tous les instants » Plus récemment, en France, il suffit de se rappeler l’interpellationdu président de la république au salon de l’agriculture par des céréaliers 
Le défi agricole !

L’agriculture de demain dépendra en grande partie de la réponse qui sera donnée à une question simple mais vitale : continuerons nous à laisser les produits agricoles aux mains des marchés mondiaux et à leurs dérives spéculatives ou considérerons nous ces produits comme des produits « à part »devant faire l’objet de réglementations « protectrices » avec pour unique objectif la SANTE des consommateur ? Le modèle agricole actuel est triplement néfaste : pour les consommateurs ( santé), pour les agriculteurs ( précarité, sucides, maladies) et pour l’emploi (6%des surfaces et 11%des emplois ). Il est est à revoir complètement et ceci à un niveau pertinent, idéalement le monde, à défaut l’Europe. Dans ce domaine comme dans d’autres le repli sur soi est suicidaire, l’Europe est donc « necessire » mais « difficile » car c’est là que se concentrent les lobbies ! En avoir conscience est déjà le commencement, si non de la sagesse, du moins de la MOBILISATION des CITOYENS à ce niveau

La mobilisation des citoyens

Cette mobilisation est indispensable à tous les niveaux

européen : en « testant » l’implication des candidats sur ce sujet à l’occasion des élections européennes de 2019 …..mais aussi, en attendant, en profitant de toutes les opportunités comme la création récente d’une commission pesticides au parlement européen ?. Un français,Eric Andrieu, préside cette commission .N’hésitons pas à lui écrire …tout simplement !(eric.andrieu@europarl.europa.eu et/ou ericandrieu.permanence@orange.fr )

-national : le plan d’action pour réduire lesproduits phytopharmaceutiques dans l’agriculture sera finalisé fin mars, à l’issue de la concertation de toutes les parties prenantes. La Fnsaelle même, puissant syndicat agricole très lié aux industries chimiques alimentaires y a fait des propositions !. Quant à la loi surl’alimentation ,  premier volet de la stratégie de réforme du secteur agro alimentaire, il faudrait, à mon sens, avant la finalisation du projet de loi, ouvrir une plate forme citoyenne pour recueillir un maximum d’avis. Cette procédure a été expérimentée avec succès pour la loi numérique. Ce que nous avons dans notre assiette serait-il moins important que le numérique ? Là encore, véhiculons cette petite idée ! Pour ma part je l’ai fait en écrivant aux 577 députés !

-local :soutien aux initiatives locales, aux groupements de petits producteurs , au circuit court, au bio local, aux « combats » pour l’étiquetage des produits ( pour pouvoir choisir en toute connaissance de cause il faudrait aujourd’hui etre polytechnicien ou faire ses courses avec un « traducteur » d’étiquettes » !. L’ouverture ) etc…

-individuel : l’alimentation a représenté, en 2014, 20,4 % des dépenses de consommation des Français, contre 34,6 % en 1960.e constat mérite à tout le moins une réflexion sur nospriorités de consommation!!

En conclusion : la crise de la ruralité dont l’agriculture est le pilier central nous concerne tous . Les agriculteurs, passionnés par leur métier, sont désemparés : mal rémunérés (1/3 gagnent moins de 350 euros par mois ), esclaves d’une agriculture industrielle destructrice, près à être des citoyens numériques part entière(grands utilisateurs d’internet) si on leur en donne les moyens, ils ont besoin de NOTRE AIDE .

SOYONS TOUS AGRICULTEURS !

Balaruc les bains le 17 mars 2018

Pierre Ygrié

Pierre Ygrié





Bonne année 2018…. »intelligente » !

18 12 2017

Face aux menaces visibles (géopolitiques)ou plus sounoises (intelligence artificielle) il est urgent, pour ne pas sombrer individuellement et collectivement, de REFLECHIR ! Tout en étant conscient de la difficulté de l’exercice ! Henry Ford disait naguère « les hommes préfèrent mourir que réfléchir ». Faisons le mentir en faisant de 2018 une année ….de REFLEXION sur L’INTELLIGENCE ! Intelligence biologique contre intelligence artificielle ? La guerre desintelligences est engagée !

Nous avons déjà évoqué l’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA) à deux reprises: Des NTIC aux NBIC et Santé et Education l’urgence d’un débat public 

La sortie récente du dernier livre de Laurent Alexandre, la guerre desintelligences et l’annonce du rapport, prévu en début d’année, du député mathématicien Cédric Villani sont deux occasions d’essayer de mieux comprendre cet immense sujet de l’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA) ou plus exactement du « zoo » des intelligences artificielles tant elles sont nombreuses, variées et en développement exponentiel

Lesgéants du web (GAFA aux Etas Unis,,BATX en Chine)  investissent tous MASSIVEMENT des milliards dans l’IA, rachètent des start-ups, recrutent les meilleurs experts du monde en informatique et en neurosciences! L’IA est déjà parmi nous , avec notre smartphone nous l’utilisons tous les jours sans le savoir.

L’IA ? L’intelligence artificielle ou plutôt les intelligences artificielles , ce sont des mécanismes proches du fonctionnement du cerveau humain….Dispositifs imitant ou remplaçant l’humain dans certaines des mises en œuvre de ses capacités cognitives ,ce sont des techniques qui permettent d’atteindre les mnèmes résultats que l’intelligence humaine mais ce n’est pas ( j’espère que ce ne le sera jamais ?) une réplique à l’identique du cerveau humain. L’artificiel, ce n’est pas du naturel !.Lorsqu’on fabrique un avion on crée du vol artificiel. Réplique t-on pour autant les mécanismes de fonctionnement d’un oiseau s’interroge Stéphane Mallard? Non mais on s’inspiredes principes de la physique et de la biodynamique (tout en utilisant des matériaux non biologique) pour atteindre le même résultat : voler ! Même démarche pour l’IA !

L’IA se développe pour 3 raisons :

une meilleure connaissance des mécanismes de notre cerveau grâce aux neurosciences . Nous connaissons mieux notre cerveau , nous savons mieux analyser ses capacités : capàcité à faire des corrélations en permanence, capacité d’exploration à l’infini, à faire des hypothèses, à mémoriser, c à identifier des éléments très simples ,à les grouper pour en créer des concepts plus globaux , à imiter, à répéter (base de l’apprentissage !), à s’entraîner pour améliorer ses performances …..

doublement tous les ans de la puissance de calcul des machines. Avec notre smarthone nous avons aujourd’hui dans notre poche plus de puissance que tous les ordinateurs de la NASA réunis lorsqu’ils ont envoyé le 1er homme sur la lune !!

capacité à créer des algorithmes qui fonctionnement de plus en plus comme notre cerveau ! La grosse révolution, c’est le le deep learning  ou «  « apprentissage profond » :  ensemble de méthodes d’apprentissage automatique.Nous n’en sommes qu’au début mais , sous ce lien vous pouvez avoir une petite idée de ce qui existe et surtout de ce qui se prépare !…
L’IA nous lance un DEFI ! Aurons nous la sagesse, en 2018, de nous informer, de discuter, d’échanger sur ce « tsunami » pour tenter d’en comprendre les RISQUES ….et les OPPORTUNITES ? Les risques sont évidents, certaines opportunités aussi : rapidité, efficacité, meilleure pertinence pour la guérison de maladies etc…y compris dans des domaines auxquels on ne pense pas comme laprévention des crimes ? 
L’IA est un DEFI dont personne n’imagine les conséquences dans tous les domaines :économique, social, sociétal, environnemental etc…) Aurons nous en France la VOLONTE politique à la hauteur de cet immense défi ?

L’IA …..un DEFI !

Data

 Data ou plutôt « BigData » ! Ces termes signifient mégadonnées, grosses données ou encore données massives .Ce mot est en passe de devenir le maître mot de notre monde ! « Les humains produisent chaque jour plus de données qu’il n’en a été créé entre les débuts de l’humanité et l’an 2000 ». Notre terre est devenue une « Terra Data » !Terra Data, c’est justement le titre d’une exposition qui se tient à la cité des sciences de la Vilette jusqu’au 18 janvier 2018 .On y apprend ce que sont les données, comment on les traite et ce que ça change

On traite les données à l’aide d’ outils mathématiques appelés algorithmes. Les Le algorithmes fonctionnent un peu comme notre cerveau : ils décomposent en étapes élémentaires (un peu comme nous quand nous apprenons à conduire !) sauf qu’ils vont énormément plus vite que nous et qu’ils peuvent, grace à la puissance des ordinateurs faire des calculs immensément plus compliqués que nous ne pourrons jamais en faire ! pas plus que les systèmes d’information classique d’ailleurs ! Le big data c’est un ensemble très volumineux de données qu’aucun outil classique de gestion de base de données ou de gestion de l’information ne peut vraiment travailler.

Les algorithmes, outils techniques, sont aussi, d’une certaine façon, des outils « politiques » . La façon dont ils sont fabriqués, le choix des données qu’ils traitent, n’est pas neutre. Au services de personnes porteuses de valeurs différentes des nôtres leur « intelligence »pose des questions ethiques importantes pouvant aller jusqu’à celle de la survie deb l’humanitéb telle que nous la connaissons

Ethique

Le sujet est tellement sensible que même Google, dont certains dirigeants sont pourtant des transhumanismes s’intéresse à la question !LaurentAlexandre, lui, « évangéliste » de l’IA, pose 3 lignes rouges 1-garder le réel , garder un corps : Nous devons sauver le réel !2 -défendre notre autonomie, nousz devons pouvoir sortir de la matrice. Refuser la fusion entre le silicium et le neurone3-garder le hasard ! Une société d’IA pure ,totalement prédictive avec selection embryonnaire des enfants supprimerait le hasard. Le hasard doit être sauvé car le hasard c’est la vie. Quand tout est écrit il n’y a plus de vie. Une société algorithmique où tout serait écrit serait un cauchemar

L’avènement d’une société de la connaissance où l’intelligence artificielle est abondante pose de nombreuses questions éthiques et politiques abordés, sousce lien, par Laurent Alexandre  et sous cet autre débattus avec deux autres interlocuteurs 

Formation

Formation à l’école et formation tout au long de la vie sont les deux piliers permettant la nécessaire co-évolution, chez chacun d’entre nous, entre l’intelligence biologique et l’intelligence artificielle

La formation c’est d’abord l’école ! Les Echos titraient récemment « L’intelligenceartificielle, un séisme pour l’éducation » ! Extraits: L’IA de 2017 est toujours totalement inintelligible : reconnaître un chat dans une image, une phrase dictée à un smartphone ou même une tumeur dans un fichier d’imagerie médicale est certes impressionnant mais cela reste cantonné à des usages très spécifiques. La vraie nouveauté, promise par le deep learning , c’est que les machines ont appris à apprendre  ; « désormais les ordinateurs s’éduqueront plus qu’ils ne se programmeront .Et cela ferait passer les élèves les plus acharnés pour de poussifs cancres... »Quelles conclusions en tirer ? Revoir entièrement notre système d’éducation nationale centré sur l’égalité et qui n’a jamais produit autant d’inégalités ! Revoir ce système en s’inspirant d’une réflexion de bon sens : on paye des millions de dollars des « éducateurs » de cerveaux artificiels et des « cacahuètes » les éducateurs de nos enfants .On paie 100 fois plus les éducateurs de cerveaux de silicium que nos instituteurs ! Le cerveau humain se développe à partir d’interactions sociales .700 à 1000 nouvelles connexions par seconde se créent pendants les 5 premières année ; plus ces interactions se développent, plus elles sont de qualité, mieux l’enfant sera éduqué , c’est à dire plus apte à affronter la vie. On devrait confier l’éducation de ces cerveaux, ceux de nos enfants, à des « bac+10 et les payer en conséquence . Cette revalorisation de l’enseignement est indispensable dans tous les pays européens, devenus des nains numériques par manque d’anticipation mais plus particulièrement en France, l’un des pays qui paye le moins les enseignants ! Les deux urgences actuelles, selon moi, sont de mieux former lesenseignants et de mieux les payer !

La formation tout au long de la vie, quant à elle, est une évidence sur laquelle je ne m’appesantirai pas ; la vraie question est « Comment réussir le mariage de l’intelligence artificielle et de la formation continue ? » « Une question d’intelligence »répond cet article que je vous laisse découvrir si ça vous dit ? 

Dés l’école et tout au long de la vie on va devoir former des gens qui « arrivent à travailler dans le zoo des différentes intelligences et être complémentaires des differentes IA et à gérer notre pouvoir demiurgique sur le cerveau ! »

Espérons que la prochaine loi sur la formation donnera des éléments de réponse à cette question vitale !

Innovation

Les IA sont en train de nous rattraper sur nos capacités cognitives. Elles nous remplaceront donc progressivement dans toutes les activités actuelles où elles sont meilleures que nous et en créeront de nouvelles auxquelles nous ne pensons pas aujourd’hui . Dés maintenant , nous pouvons citer, parmi les innovations majeures le stockage de données avec les data centers et les clés usb , la créationde musique , la prédictionde risques d’autisme  de maladies cardiaques,: on peut même évaluer un livre par sa seule couverture! Demain tous les secteurs seront touchés : santé, finances, droit, moyens de transport, terrestre et aérien, robots, etc…

Les IA vont (continuer à !) détruire des emplois et en créer d’autres. La « balance » entre les destructions et les créations sera-t-elle équilibrée ? Rien n’est moins sur. la bataille entre pessimistes et optimistes fait rage .Coté pessimiste Moshe Vardi, spécialiste américain de l’informatique.Pour lui »nous approchons d’une époque où les machines pourront surpasser les hommes dans presque toutes les tâches ». D’autres, au contraire, estiment que ces nouvelles IA vont stimuler la capacité créatrice des êtres humains et qu’apparaîtront de nouvelles activités auxquelles personne ne pense aujourd’hui . « Là où le digital a jusqu’à présent surtout détruit des emplois par l’automatisation, l’Intelligence Artificielle va jouer plutôt en multiplication des emplois ».pouvait-on lire récemment dans un article des Echos. Pour son auteur l’IA va révéler en chacun de nous des potentialités insoupçonnées : « Elle peut apporter des savoir-faire à ceux qui n’en ont pas, ou qui n’ont pas les bons, et permettre ainsi une montée en capacité des personnes dont on jugeait les compétences trop faibles dans le monde précédent »

L’IA …..une VOLONTE ?

Cerveau biologique contre cerveau articiel ? Intelligence de la tète contre intelligence du cœur? Aurons nous une la volonté de relever ces énormes défis ?

Jusqu’ici pas vraiment ….et pas seulement en France. L’Europe est encore un nain numérique. Jusqu’ici nous nous contentions de consommer du « coca cola numérique ».Mais il y a pire ! « On a créé une société de la connaissance sans réfléchir aux conséquences, car les écarts dans le monde digital sont plus importants que dans le monde physique »..

Aujourd’hui y a t-il une réelle volonté politique pour faire changer les choses? A écouter Emmanuel Macron , MounirMahjoubi, secrétaire d’Etat du numérique et Cédric Villani, mathématicien de renom aujourd’hui député  la réponse ne fait aucun doute ….c’est oui ! Il y a aujourd’hui chez ces dirigeants une vraie volonté politique pour faire de l’intelligence artificielle une priorité . Mais la route sera très longue pour « évangéliser » l’ensemble du personnel politique, les autres gouvernements européens …..et les citoyens !

A notre niveau que pouvons nous faire, nous, simples citoyens ? « Penser plus plutôt que « Penser moins » ! concrètement s’informer, identifier les métiers où l’IA sera plus forte que nous, ne serait-ce que pour ne pas y orienter nos enfants, surveiller la « frontière » entre l’intelligence artificielle et nous

La question n’est plus de savoir s’il faut aller ou pas dans le monde de l’intelligence artificielle ?. Nous y sommes, nous sommes dans le train,un train en pilotage automatique qui accroche de nouveaux wagons à chaque station et roule vers l’inconnu ! Notre seul pouvoir est de lui indiquer la direction (le bien commun de l’humanité) et de de l’arrêter avant la destination finale que certains voudraient l’amener, le transhumanisme ! Tout se passe comme s’il y avait 4 stations sur la voie , c’est à dire 4 ages dans l’intelligence artificielle : 1-le transistor. Depuis son invention il y a 70 ans sa capacité de a été multipliée par 93 000 000 de milliards ! 2- le deep learning, dont les premières recherches remontent aux années 1980, trouve ses premiers accomplissements dans les technologies de reconnaissance visuelle 3-l’intelligence contextuelle. C’est la capacité d’analyser et d’agir à partir de données disparates et parcellaires ; facultés aujourd’hui proprement humaine 4-la conscience artificielle !
L’interaction entre l’homme et l’IA devient une question centrale. Il est essentiel de mieux connaître l’IA pour mieux profiter des opportunités qu’elle offre ….et pour mieux la combattre lorsqu’elle dépasse les limites entre ce qu’elle peut faire et ce qu’elle a le droit de faire..Sachons voir les dangers mais aussi les opportunités des « bataillons » aujourd’hui, des régiments demain ,d’intelligences artificielles ! Faisons en sorte que notre CONSCIENCE nous épargne à tout jamais le cauchemar de la conscience artificielle! . Informons nous, aiguisons notre esprit critique , soyons « intelligents » !

La guerre des intelligences a commencé ! Pour avoir la moindre chance de gagner cette guerre nous devons nous armer ! Nos armes sont la CONNAISSANCE ! La connaissance s’acquiert de mille et une façons livresques, sur le terrain mais d’abord à l’école et par la formation continue tout au long de la vie

Bonne année 2018 « intelligente » !

Auxillac le18 décembre 2017

Pierre Ygrié





Lozère numérique : Destination lune!

8 12 2017

L’annonce par la présidente du conseil départemental de la Lozère du fibrage de tous les foyers lozériens a soulevé en Lozère ICI et LA une vague médiatique ( presque) sans précédent depuis le temps (2001,2002,2003) où les Webs du Gévaudan publiaient toutes les semaines des témoignages écrits et sonores sur l’utilisation de l’internet dans notre départemental 

Alors que, dans notre dernier article , « la lune…et ledoigt »  nous émettions de sérieux doutes sur la capacité de fibrer la France en 2025, depuis cette annonce les lozériens savent maintenant que leurs décideurs locaux visent …la lune ( la fibre pour tous) en 2022 !

Moi qui me bats depuis toujours à Paris et en Lozère pour remplacer le réseau de cuivre dont je pressentais depuis longtemps qu’il allaitexploser, je ne peux que saluer cette décision audacieuse et hautement symbolique pour les territoires ruraux, la Lozère étant, comme chacun sait, avec ses 76000 habitants, le département,de très loin le moins peuplé de France ( l’avant dernier, la Creuse, compte près de 12100 habitants) le symbole de la ruralité. Cette « audace » donne une fois de plus raison à Schopenhauer : « toute idée innovante chemine en 3 étapes 1-elle est ridiculisée 2 elle subit une forte opposition 3 c’est une évidence pour tout le monde ! »

La rampe de lancement étant prête, il reste maintenant aux Lozériens à se mobiliser pour « accompagner le voyage » , c’est à dire vérifier que les objectifs seront bien tenus et que cette « fibre familiale»amènera aux particuliers des servicesvitaux , aux entreprises les outils pour se développer (voire pour survivre!) et aux « citadins en mal de campagne » des arguments pour pouvoir enfin …vivre au pays !

Deux maîtres mots pour cette mobilisation : l’information et l’innovation

INFORMER !

-information « descendante » : information régulière via la presse départementale, voire locale (correspondants locaux de la Lozère nouvelle et de Midi Libre) de l’état d’avancement des travaux

-information ascendante : au temps des reportages hebdomadaires des Webs du Gévaudan les iozériens avaient (déjà!) des choses à dire sur internet . Le recueil de leur témoignage aujourd’hui et leur publication régulière dans la presse comme il y a 15 ans constituerait une vraie richesse et une véritable « matière à réfléchir » pour innover ! Je n’ai plus la possibilité de me lancer dans cette nouvelle aventure . Je le regrette car elle serait très utile …mais je ne désespère pas car nous trouverons bien quequ’un en Lozère pour prendre le relais !

INNOVER !

En 2011, dans le papier « Campagnes intelligentes » j’appelais à une « mobilisation générale pour l’innovation »mais je demandais surtout à l’époque un« outil » pour innover : la fibre optique

En 2018 nous savons que nous aurons cet outil .A nous maintenant de commencer à réfléchir à ce que l’on en attend ? à quoi il va servir ? « Notre principal risque aujourd’hui, c’est de sous évaluer nos besoins de demain » affirmait André Marcon à M@rvejols sur web 2001. Avec cette évidence en tète, plus que jamais d’actualité, retroussons nous les manches pour IMAGINER les USAGES que nous voulons faire d’internet dans les ZONES RURALES ? Ces usages, centrés sur les services vitaux (SES Ruralité –Santéb Education Services de proximité– ) seront à coup sur assez éloignés du « coca cola numérique dont nous sommes abreuvés. INVENTONS nous mêmes les USAGES de demain avant qu’on ne nous les impose !

Lancer une (indispensable) démarche de REFLEXION CITOYENNE n’est pas facile ! En 2001, lors de l’installation de la fibre à Aumont Aubrac je l’appelais de mes vœux («  « J’en attends que ce soit un outil de réflexion pour l’ensemble du département dans tous les secteurs »».mais l’idée a fait pschitt ! Pourtant ce type de démarche doit être plus facile en Lozère qu’ailleurs ; la PROXIMITÉ (entre citoyens, élus, administrations, méfias) que nous autorise due à la faiblesse de notre population est un atout que nous n’exploitons pas suffisamment . Tout le monde peut participer à une démarche de réflexion sur les usages….à commencer par les écoles que l’on pourrait mobiliser sur des projets….eux mêmes à inventer !

J’ai toujours pensé qu’on réfléchissait mieux à la campagne…Lozériens, élus et citoyens réunis, à nos méninges !

Le département a osé l »impossible » pour les infrastructures. Je ne doute pas, que, pour prolonger cette dynamique, il OSERA lancer une DEMARCHE CITOYENNE sur un aspect du numérique encore plus important, les USAGES 

INFRASTRUCTURES et USAGES =MEME COMBAT !

Destination lune : Embarquement immédiat !

Auxillac le 8 décembre 2017

Pierre Ygrié 





Couverture numérique: La lune …et le doigt !

28 11 2017

« Lorsque le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt »

Il m’a paru intéressant de rappeler ce proverbe chinois pour éviter que nous, citoyens ruraux, ne nous comportions en « imbéciles » en nous contentant de bon débit en 2020 et de très haut débit en 2022 en oubliant l’objectif final (la lune!) la fibre pour 100% des foyers en 2025, un engagement du gouvernement suite au rapport parlementaire des députés Eric Bothorel et Laure de la Raudière 

En matière de couverture numérique le gouvernement hérite d’une situation peu enviable assez bien synthétisée sous celienOn y append ,entre autres, que 50% de la fibre optique déployée en Europe est fabriquée en France alors que notre pays se retrouve à la 19ème place européenne en termes d’abonnés à un réseau optique 

Cette place peu honorable de la France n’est pas due au hasard mais à une absence totale d’anticipation des pouvoirs publics depuis 20 ans, absence que je dénonçais récemment à ma façon dans un « coupde gueule d’un citoyen rural » 

Le gouvernement actuel semble décidé à prendre le sujet à bras le corps ….mais, devant les difficultés de tous ordres auxquelles il doit faire face ( cf ,entre autres, la bataille de « chiffonniers » entre opérateurs voire le bras de fer entre les opérateurs et les pouvoirs publics l ) il a besoin que de simples citoyens lui rappellent que, pour redonner confiance aux ruraux, il « désigne » en permanence l’objectif final (l00%fibre en 2025).

Or, à ma connaissance , cet objectif (la lune!) n’est même pas mentionné dans la feuille de route présentée par Jacques Mézard ! Il y est question de « bon débit » pour 2020 et de « très haut débit pour 202022 » mais rien, à ma connaissance, pour 2025 ! Quand je lis que cette feuille de route est qualifiée d’audacieuse je ne résiste pas à citer une réaction de Joel Mau , expert unanimement reconnu « Quand je lis que 8mbit/s pour tous en 2020 c est ambitieux et qu’ il faut plus de 4G… Il y a 10 ans c ‘était déjà le projet étudié et faisable/rentable… Rappel aussi qu’un vieil objectif Européen est de 30mbit/s pour tous en 2020 et 50% d’abonnements à plus de 100M. »

Je ne reviendrai pas ici sur la nécessite d’un réseau optique dans chaque foyer .Seul support symétrique, simultané, sécurisé il est vital dans les déserts médicaux. En ruralité la santé sera un des principaux secteurs impactés par le numérique . Nous y avons consacré de nombreux articles de ce blog :grenelle de la e-santé ,Télésanté espoir du monde rural,  e-santé, une révolution en marche avec les citoyenssanté et éducation, l’urgence d’un vrai débatLozère, la raison du plus faibleservices publics tous égaux….

Remplacer le réseau de cuivre par un réseau optique est le fil rouge de notre action  depuis près de 20 ans …. depuis le début du « combat » des Webs du Gévaudan !

«chat échaudé craint même l’eau froide » ! Les ruraux ont été maintes fois échaudés par des promesses « flamboyantes » et ce n’est pas l’annonce d’accords contraignants avec les opérateurs qui suffira à les rassurer  et à leur redonner une confiance si souvent promise mais jamais au rendez vous  jusqu’ici !

Maintenir le cap ! Objectif lune (la fibre pour tous)! Plus que jamais !

Auxillac le 28 novembre 2017

Pierre Ygrié